Articles

Comment faire vous-même vos photos de portrait pro ?

Tout entrepreneur passe par le monde connecté dans le but de créer sa visibilité. Les fiches ou profils les plus consultés et les plus impactants sur les réseaux sociaux sont dotés d’une photo.

Arrière-plan trop chargé, posture non adéquate, il n’est pas toujours évident de prendre une bonne photo de portrait et qui soit professionnelle.

Dans cette vidéo, Milena Perdriel, photographe de portrait contemporain et fondatrice de P comme…, vous donne de multiples conseils et astuces afin que vous ne ratiez plus vos photos de portrait.

Merci à Milena pour ses réponses.

[youtube id= »0W81nwOc1WU » width= »700″ height= »450″]

Qu’est ce qu’une bonne photo de portrait ?

Une bonne photo de portrait est une photo « posée ». Même si  elle est prise dans l’improvisation, il y a une intention. Prenez-vous donc au sérieux.

Un bon portrait professionnel, que nous allons utiliser sur les réseaux sociaux ou pour se présenter (dans nos CV), doit dégager de la bienveillance donc de l’ouverture d’esprit. Lorsqu’une personne va consulter votre profil c’est qu’elle aura trouvé, en amont, un intérêt particulier et certain dans votre photo.

Quelques règles sont à respecter afin que votre photo soit professionnelle et donne envie de consulter votre profil.

Comment prendre un bon portrait ?

Préparez-vous

Votre environnement

Évitez les espaces trop chargés. Favorisez un mur blanc avec cadres photos ou tableaux. Ne les faites surtout pas dans votre cuisine ou dans le salon.

N’oubliez pas que l’objectif de votre photo est « vous » et votre « visage ».

Vous 

Habillez-vous en adéquation avec le milieu dans lequel vous évoluez.

– Coiffez-vous. (Passer une main dans ses cheveux n’est pas se coiffer).

– N’oubliez pas le maquillage. Messieurs même une petite poudre pour éviter les brillance est nécessaire. Mesdames, ne chargez pas le maquillage. Faites ressortir vos yeux, uniformisez votre teint et rendez vos lèvres légèrement plus rosée qu’au naturel.

Positionnez-vous

Pour que la photo soit professionnelle soyez deux (le photographe et le modèle). Oubliez les retardateurs et les photos prises à bout de bras.

Vos mains

Prenez appui sur une chaise pour occuper vos mains et pour que vous apparaissiez moins gêné.

Votre regard

Fixez l’objectif en vous projetant comme si vous étiez en entretien ou en rendez-vous d’affaires.

Votre posture

Dans une conversation, les mots que vous allez échanger ont seulement 7% de pouvoir de conviction, alors que le langage non verbal (le visuel et le ton) représente 93% de la communication.

Tenez vous donc droit et légèrement en avant pour donner l’effet de bienveillance.

Petite astuce pour vous mesdames : avancez délicatement votre visage pour souligner ses traits.

– Pour donner une image un peu plus dynamique, tournez-vous de 3/4, toujours en vous penchant légèrement vers votre interlocuteur. Vous montrerez que vous êtes ouvert à la discussion et aux échanges (les filles, n’oubliez pas d’avancer votre visage).

– Pour vous messieurs, il est préférable que vous restiez de face. Vous paraîtrez plus large au niveau des épaules. Laissez vos bras le long de votre corps.

MAIS, que vous soyez filles comme garçons, ne reculez pas sur la photo :

– Vous aurez un double menton.

Vous ne donnerez pas l’envie de venir vers vous. Vous aurez plutôt un effet de recul et donnerez l’impression d’être fermé à toute discussion.

Si vous êtes étudiants et entreprenants, vous pouvez mettre en pratique tout de suite ces conseils en participant à notre événement exclusivement dédié pour vous. Vous pourrez partager avec nous vos belles photos de portraits professionnelles. 

 

 

 

Alain Bosetti, son parcours de serial entrepreneur passionné !

Dans un précédent article, je vous présentais Alain Bosetti, l’entrepreneur à l’origine de l’évènement phare le Salon des Micro-entreprises. Il détaillait dans son interview le déroulé de ce bel évènement.

Mais pour aller plus loin, j’en ai profité pour développer l’échange et en faire une deuxième vidéo d’interview, plus longue et détaillée, sur son parcours.

Je vous rappelle que j’ai réalisé une chronique de son ouvrage sur l’art du réseautage qu’il a co-écrit avec son associé Mark Lahore.

[youtube id= »Gu7uwYWCO-4″ width= »600″ height= »350″]

Un début en tant que salarié

Alain Bosetti a toujours voulu entreprendre en créant son entreprise. Mais, cherchant l’idée géniale qu’il n’arrivait pas à trouver, il s’est mis à travailler pour des groupes internationaux suite à ses études d’école de commerce.

Ce désir de créer lui devenait de plus en plus pressant : il se lance alors dans l’entrepreneuriat, cette voie, cette manière de vivre, lui permettant d’exprimer ce qu’il aime faire du mieux possible (et surtout être utile). Il crée alors l’entreprise …/en Personne en 1996 avec Mark Lahore.

Des débuts difficiles

Sa première expérience entrepreneuriale n’a pas été très « douce »… Mark et Alain se sont en effet fait escroquer de 150 000 francs en 1997 alors qu’ils n’étaient qu’à leurs débuts d’entrepreneurs (surement par manque d’expérience et de confiance en eux à cette époque).

Alain BosettiLa génèse du Salon des Micro-Entreprises

En octobre 1998, il est 5 heure du matin. Alors que pendant des années Alain cherche son idée innovante, c’est elle qui le réveille à cette heure improbable. Il dégaine son cahier bleu et se met à écrire son idée : rassembler dans un même lieu tous les acteurs des TPE. Le projet Salon des micro-entreprises est donc né dans ce cahier de brouillon emprunté à son fils.

Enthousiasmé par cette idée, il appelle son ami Serge pour lui proposer de s’associer à ce nouveau projet : l’initiative était en marche.

Une succession de prises de conscience d’opportunités

La première prise de conscience a été l’isolement de l’entrepreneur. C’est ainsi qu’est né Place des Réseaux, plateforme internet partageant des conseils aux entrepreneurs souhaitant développer leurs contacts et briser cet isolement.

Ensuite vint l’avènement du statut de l’auto-entrepreneur : ils créent Planète Auto-entrepreneur en janvier 2009, le même mois de la création du statut.

Le boom des services à la personne engendra la naissance du premier salon de ce secteur en 2007, alors que Jean-Louis Borloo, ministre à cette époque, amorçait une dynamique dans ce sens.

Et le dernier né de cette entreprise hyperactive (depuis Alain Bosetti s’est entouré de plus de 30 collaborateurs), Solulo, un salon spécialisé dans les solutions de logement pour personnes âgées.

Alain Bosetti est dans une dynamique de pionnier débouchant souvent sur des succès, mais pouvant aussi aboutir à des échecs (là il nous raconte que ce qui a fonctionné, mais ils ont également connu des échecs par le passé).

Partir d’une intuition pour la rationaliser et bâtir le projet

Telle est la démarche entrepreneuriale adoptée ici :

  1. identifier une opportunité
  2. transformer l’opportunité en idée de projet
  3. valider l’idée par de la veille et de la planification (pour s’assurer que le marché existe vraiment)
  4. déploiement du projet

C’est une démarche entrepreneuriale naturelle chez de nombreux chefs d’entreprises.

réseau relationnelComment son livre est né ?

Alain a toujours pensé qu’Internet est un excellent outil pour la mise en relation des personnes, mais que rien ne vaut la rencontre physique. Place des Réseaux était un excellent levier pour aider les personnes à progresser dans leur dynamique de networking. Cependant, il ressentait le besoin d’aider encore plus sa communauté à travers des conférences. En 2007, il lance une invitation à ses abonnés pour une conférence payante et se fut un véritable succès (plus de 400 inscriptions pour sa première édition). Depuis Alain en a fait une activité : il est conférencier sur les réseaux depuis 2007, dans toute la France.

Et pour aller plus loin dans ce partage de son savoir, il se lança dans l’écriture d’un ouvrage édité chez Dunod sur l’art du networking.

Le secret du réseau : donner sans attendre de recevoir

Il faut partager sans attendre en retour. Le retour se fera tôt ou tard, au fil des rencontres et des expériences.

Ne jamais perdre de vue son objectif

Il faut éviter de prendre peur des difficultés et des crises du quotidien lorsque l’on entreprend. Garder son objectif, son but en tête, permet de surpasser les difficultés. Rappelez pourquoi vous avez créez votre entreprise.

Bien se connaître pour rester des ses talents

On est bon lorsque l’on est dans ses talents. D’où l’importance de bien connaitre vos différentes compétences, quelles soient techniques ou « douces » (soft skills). Vous serez meilleur quand vous travaillez là où vos points forts sont sollicités. Lorsque l’on est dans ses talents, l’activité nous nourrit et ne donne pas l’impression de travailler.

Et surtout faire ce que l’on aime pour être heureux et efficace dans son travail.

Je remercie encore Alain Bosetti pour tous ces enseignements.

Je serai au Salon des Micro-entreprises le 1er octobre 2013.

Si vous souhaitez me contacter, n’hésitez pas à me « twitter » sur @jero974.

A bientôt !

Fabien Zunino : entrepreneur avec un CAP, un doctorat en chimie et une carrière de sportif de haut niveau

Fabien Zunino, co-fondateur d’@rtMolecule, a un parcours très original. Difficile en effet d’imaginer une personne qui commence la vie active par un CAP, pour devenir sportif de haut niveau en équipe de France, obtenir ensuite un doctorat en chimie et vendre des molécules biologiques sur mesure. Il partage dans cette interview vidéo son parcours lors de l’évènement TCS Global.

Comme vous l’avez remarqué lors de mes derniers articles sur l’événement TCS Global, j’ai pu réaliser de nombreuses interviews vidéos réalisées et produites par TrakProd. Voici celle du témoignage de cet entrepreneur au parcours peu ordinaire.

Interview vidéo de Fabien Zunino

[youtube id= »f18AESruhtg » width= »600″ height= »350″]

Un parcours atypique

Après avoir décroché un CAP, Fabien Zunino a commencé sa vie active en tant que sportif de haut niveau en kayak. C’est ainsi qu’il a rejoint l’équipe de France pour participer à de nombreuses compétitions internationales. Mais ne pouvant mener une carrière de ce type toute sa vie, il décide de reprendre les études. Encore une fois, il ne fait pas les choses à moitié et va aller au bout de ses objectifs pour devenir docteur en chimie moléculaire. Et pour continuer cette aventure encore plus loin, il s’associe à Omar Karam pour fonder @rtMolecule en 2003. Le voici maintenant chef d’entreprise !

Pourquoi développe-t-il son activité à l’international ?

Jusqu’à récemment, Fabien Zunino et Omar Karam n’ont pas réellement « poussé » leur visibilité à l’international.  Ils avaient plutôt une approche par « opportunités », lorsque ce sont les clients qui venaient à eux pour des besoins très spécifiques. Si @rtMolecule a tout de même des activités à l’étranger, c’est notamment grâce à leur expertise et à leur participation aux congrès scientifiques. Cependant ils ressentent aujourd’hui un réel besoin de se positionner de manière structurée hors du territoire européen afin de toucher de nouveaux marchés.

Comment se positionner à l’international ? 

Tout d’abord à travers les outils de communication tels qu’Internet afin de diffuser leur image au delà de leurs frontières actuelles. Ils pourront suivre les conseils d’Heather Townsend experte en la matière. Enfin professionnaliser leur démarche en se mettant à jour concernant la législation des pays qu’ils ciblent.

Pourquoi se lancer dans l’aventure entrepreneuriale ? La réponse en vidéo

Pourquoi Entreprendre ? C’est une question centrale sur ce blog. Mais si les réponses sont nombreuses, nous pouvons tout de même identifier des envies, des besoins et des désirs communs à de nombreux entrepreneurs. Voici une vidéo collaborative pour répondre à cette question : 

[youtube id= »psikokE4Owg » width= »600″ height= »350″]

Est-ce pour réaliser vos rêves ? Pour devenir plus libre ? Pour créer ? Choisir votre vie et non plus la subir ?

Quelles sont vos désirs et vos motivations profondes pour vous lancer dans l’aventure entrepreneuriale ?

Merci à tous les participants :
Nicolas Pene de nicolaspene.fr
Gilles Grosjean d’abbieandrose.com
Lara Pawlicz et son équipe 2sparklearning.com
Alexandre Bortolotti de alexandreb.net
Ines Jacquemet de entreprendre-mlm.com
Johann Yang Ting de b2zen.com

Et vous, quelle est votre réponse à cette question : « Pourquoi Entreprendre ? »

Le salon des entrepreneurs 2013 : un lieu, des rencontres et du développement de compétences entrepreneuriales

Paris, février 2013. C’est la 20ème édition d’un des évènements les plus importants de l’entrepreneuriat en France : Le salon des Entrepreneurs. Plus qu’un évènement, c’est un rendez-vous, un lieu (Palais des Congrès de Paris) plein de rencontres enrichissantes et surtout des occasions de développer ses compétences entrepreneuriales.

Des rencontres

J’ai hésité à aller au salon cette année : avec un emploi du temps bien fourni, faire du networking pourrait devenir plus handicapant qu’autre chose (qui dit contact, dit temps et énergie à y consacrer). Mais je sais que ces rendez-vous sont l’occasion de revoir des connaissances :

  • que j’ai pu rencontrer pendant d’autres événements précédents
  • que j’ai pu interviewer 
  • avec qui j’ai pu échanger par mail ou par skype sans les rencontrer physiquement

Et j’ai été ravi !

J’ai pu en effet faire le salon avec Alexandre Bortolotti que vous avez pu voir à plusieurs reprises sur mon blog lors des webconférences notamment. J’ai pu revoir aussi :

 Du développement de compétences entrepreneuriales

Entreprendre développe vos soft skills. Et parmi ces soft skills, il existe des compétences douces propres aux entrepreneurs (ceux qui partagent l’esprit d’entreprendre) :

  • vision
  • audace
  • persévérance
  • endurance
  • résilience
  • expert en plans B
  • optimisme de fer
  • discours…

Et c’est sur cette dernière compétence que j’aimerais creuser aujourd’hui, car le Salon des Entrepreneurs est une excellente opportunité de développer vos talents d’orateurs (je vous explique dans cet article publié sur Widoobiz pourquoi votre compétence « discours » est vitale pour votre aventure entrepreneuriale).

Que vous ayez une entreprise ou qu’une idée, vous êtes souvent amené à la présenter, la partager, la « pitcher ». Que ce soit en 10 secondes, 1 minute ou 2, ce discours doit se préparer et se travailler. Et quoi de mieux que la caméra et le challenge « ce discours sera rendu public » pour vivre une expérience intense ? J’ai joué le jeu pour ma part en répondant à cette interview de la CCI de Paris en vidéo :

[youtube id= »ywp74S2rvI0″ width= »600″ height= »350″]

J’en profite par ailleurs pour remercier leur équipe et leur accueil chaleureux.

Sans oublier toutes les rencontres que vous faites sur place et lors de la soirée de networking qui sont autant d’occasions de proposer votre « pitch« .

Etiez-vous présent à ce salon ?