La gestion des finances pour les indépendants

Quand on est freelance, indépendant ou autoentrepreneur, la gestion administrative, comptable et financière n’est pas toujours la démarche la plus stimulante et motivante.

D’où l’importance de bien s’outiller et de bien s’organiser !

Dans cet article, je partagerai avec vous mes astuces pour vous faciliter la gestion des finances.

Se créer des rituels et des processus

Pour ma part, afin de me discipliner et de ne pas rater mes échéances, je me suis créé des rituels et processus dans ma manière de gérer mes finances et mes factures.

Voici par exemple mon rituel mensuel en termes de gestion financière :

  • J’envoie à ma comptable (via un fichier partagé) mes factures et relevés bancaires du mois venant de se terminer.
  • Je règle toutes les factures que mes prestataires m’ont envoyées dans le mois.
  • Je relance mes clients qui n’auraient pas encore honoré le règlement des factures que je leur ai envoyées.

Le fait que je répète ce processus chaque mois, cela me permet :

  • De gagner du temps car j’exécute les taches en mode « automatique »
  • D’économiser ma force de volonté (car je n’ai pas de décision à prendre, je suis le processus)
  • D’éviter les erreurs et les oublis.

Testez de votre côté et trouvez le rituel ou le processus qi vous convient le mieux.

Choisir des outils « tout en un »

Le processus et les rituels sont importants, mais si vous le faites à travers des outils non adaptés, ou chronophages, alors vous risquez de perdre beaucoup de temps et d’énergie.

Aujourd’hui, il existe des solutions technologiques abordables et très bien réalisées dans ce sens.

Je vous recommande par exemple de regarder ce que propose l’application Blank, une innovation permettant aux freelances, indépendants et artisans de gérer avec simplicité leurs finances avec une solution « tout en un » :

  • Un compte professionnel avec une carte bancaire pro
  • Des outils de gestion dont un outil de facturation
  • Une assistance juridique et comptable
  • Des assurances pro

Bref, de quoi vous faire gagner beaucoup de temps, surtout si vous pensiez à utiliser plusieurs ressources différentes !

S’entourer d’un réseau

Enfin, quelque chose qui m’aide beaucoup aussi dans cette question de la gestion financière, quand on est solo, c’est justement de ne pas rester isolé.

Ce n’est pas parce que vous travaillez seul, que vous devez rester seul. Vous pouvez être indépendant, freelance ou artisan tout en étant en réseau.

Par exemple, je me suis constitué un petit groupe d’entrepreneurs avec qui je m’entends bien et avec qui nous partageons des thématiques communes, même si nous ne travaillons pas ensemble, afin de se rencontrer toutes les deux semaines. Durant nos rencontres, de manière digitale, nous partageons :

  • Nos succès (afin de célébrer nos victoires et aussi de booster notre motivation)
  • Nos difficultés (pour pouvoir nous entraider)
  • Nos défis (pour avoir des retours d’expérience).

Pourquoi je vous parle de ça dans un article sur la gestion financière ?

Parce que cette dynamique réseau m’a beaucoup aidé dans ce domaine ! Il y a surement dans votre entourage, des entrepreneurs qui ont déjà emprunté le chemin sur lequel vous êtes en ce moment, et qui peuvent vous faire gagner du temps grâce à leur expérience.

Alors profitez-en !

 

Comment prospérer même en temps de crise ?

La crise du Covid nous amène à nous remettre en question sur notre avenir professionnel et financier.

  • Comment réussir à assurer un revenu récurrent quand je suis à mon compte ?
  • Comment renforcer mon avenir financier ?
  • Comment augmenter ma résilience professionnelle pour réussir à m’adapter aux changements ?

Bref autant de questions que soulève cette situation inédite.

Dans cet article, je vous présenterai ce que j’ai appris en travaillant sur ce sujet et notamment suite à la formation « Comment prospérer même en temps de crise« 

—————–

Comment prospérer même en temps de crise ?

Profitez d’une conférence en ligne et d’un suivi pour créer votre plan d’actions !

[cocorico_bouton url= »https://jerome-hoarau.com/sl/5012″ cible= »meme_fenetre » taille= »grand » couleur= »orange »]Je m’inscris maintenant en cliquant ici[/cocorico_bouton]


Passer du monde survie au mode prospérer

La crise du Coronavirus nous a mis en mode « survie ». Nous travaillons dans la peur du lendemain, de perdre ce que nous avions jusqu’à maintenant.

Ce mode survie nous coupe de la vie.

D’où l’importance de sortir de ce mode de fonctionnement « toxique » pour aller vers un mode de fonctionnement plus énergisant, stimulant et enrichissant ?

En choisissant de se mettre en mode « prospérer ».

Bien entendu, il ne s’agit pas ici de changer sa vie en un claquement de doigt, mais plutôt de mettre les stratégie en place pour :

  • adopter le bon mindset / état d’esprit
  • cultiver les bonnes habitudes
  • se créer l’environnement propice

Augmenter sa résilience professionnelle

Plutôt de ne miser que sur les compétences techniques (hard skills), misez aussi sur les soft skills. En effet, dans ce monde VUCA (Volatility, Uncertainty, Complexity, Ambiguity), les compétences techniques ont une obsolescence due à l’intelligence artificielle. Or, les soft skills, les compétences comportementales, sont des compétences durable, non délégables à l’intelligences artificielles.

Ce sont les soft skills qui vous aide à sortir de votre zone de confort, à surmonter les difficultés et les épreuves de la vie, à explorer l’inconnu. Ce sont donc ces compétences qui nous aident le plus en situation de crise, comme en ce moment par exemple.

Misez sur les soft skills, votre résilience professionnelle augmentera considérablement !

Si ce sujet vous intéresse, je vous recommande de télécharger gratuitement Soft Skills Magazine.

Augementer sa résilience financière

Dans la même lignée que la résilience professionnelle, il est important de savoir augmenter sa résilience financière.

La résilience financière c’est notre capacité à encaisser un coup dur et de savoir rebondir. Elle repose donc sur plusieurs indicateurs tels que :

  • la diversité des sources de revenu
  • la régularité des sources de revenu
  • la trésorire
  • l’épargne
  • la gestion des dépenses

Savoir diversifier ses sources de revenus

Il s’agit un des principes de base de la finance : ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier.

Si vous avez un salaire comme source de revenu unique, alors vous vous exposez à un risque.

Pourquoi ?

Parce que si demain, votre entreprise (ou l’institution pour laquelle vous travaillez) met la clé sous la porte, ou vous licencie tout simplement, alors vous n’aurez plus de source de revenu. Certe cous aurez peut-être des aides de l’Etat, mais pour combien de temps ? Est-ce que c’est réellement une stratégie financière ?

D’où l’importance de savoir diversifier ses sources de revenus.

Cela est possible de plusieurs manières aujourd’hui :

  • via des placements financiers
  • via de l’investissement locatif
  • via l’entrepreneuriat (lancer une activité à côté de son activité principale)

L’idée ici n’est pas se « disperser » en faisait tout et n’importe quoi, mais plutôt de voir comment optimiser son temps et travailler intelligemment.

S’intéresser aux nouveaux modes de travail

Comme l’explique Joel de Rosnay dans cette vidéo, les modes de travail actuels sont voués à évoluer (voire disparaitre même). D’où l’importance d’anticiper, d’avoir une vision stratégique de son avenir professionnel pour éviter de devoir réagir à une situation difficile.

Si vous vous intéressez à d’autres modes de travail, je vous recommande le documentaire suivant.

Développer son intelligence financière

L’un des meilleurs investissements que vous pouvez faire, c’est en votre cerveau et votre capacité à apprendre.

Pour ma part, j’ai décidé de mettre le paquet sur le développement de mon intelligence financière, afin de :

  • mieux gérer mes finances
  • mieux comprendre le monde dans lequel je vis
  • intégrer une vision économique dans mes décisions et actions
  • augmenter mes chances de prendre des bonnes décisions professionnelles et financières

Comment développer son intelligence financière ?

  • En lisant des livres ciblés (ceux de Robert Kiyosaki sont vraiment accessibles et pertinents)
  • En vous entourant de personnes qui sont également dans cette dynamique (c’est mon cas par exemple)
  • Intégrer un groupe d’entraide pour progresser ensemble (ce qui est mon cas ici aussi)

Alors quelle sera votre prochaine action pour prospérer même en temps de crise ?

Les facteurs d’une franchise réussie

Il existe plusieurs chemins de l’entrepreneuriat, que ce soit la création d’entreprise, la reprise d’entreprise, l’intrapreneuriat et également la franchise.

Cette dernière solution apporte de nombreux avantages, néanmoins, comment bien choisir sa franchise ?

Dans cet article, je vous partage mes astuces pour vous faciliter le travail de sélection de la franchise avec laquelle vous voulez travailler.

Le secteur d’activité

Choisir une franchise, c’est également choisir un secteur d’activité, un domaine dans lequel vous allez évoluer tous les jours. Il est donc important de bien réfléchir à l’univers dans lequel vous voulez travailler. Voulez-vous être dans le domaine de la restauration, de la prestation de service, de la vente ?

Voici quelques questions à vous poser pour vous aider à réfléchir sur votre choix :

  • Avec quelles personnes ai-je envie d’évoluer ? Quels métiers exercent-elles ? Par quels sujets sont-elles passionnées ?
  • Dans quel lieu ai-je envie de travailler ?
  • Quelles sont les compétences techniques et les soft skills que j’ai envie d’utiliser au quotidien ?
  • Qu’est ce que j’ai envie d’apporter à mes clients ?
  • Quelles sont les expériences que j’ai envie de faire vivre à mes clients et à mes salariés ?

Ces questions devraient vous aider à mieux choisir le secteur d’activité de votre future franchise.

Le modèle économique

La franchise est un modèle économique également qui repose sur :

  • Un apport initial (pour pouvoir utiliser la marque, les processus, la logistique, les ressources de la franchise)
  • Des redevances et des royalties (un pourcentage à reverser à la franchise)
  • Un investissement (pour pouvoir créer votre entreprise à partir de la franchise)

Après, pas toutes les franchises demandent des royalties et des redevances, cela dépend des marques et des secteurs d’activité.

Il est important donc d’intégrer ces indicateurs dans votre choix de franchise afin que vous ayez une meilleure visibilité sur la viabilité de votre projet. Et pour cela, je vous recommande de visiter cette page Franchise rentable pour avoir des informations complémentaires et découvrir les meilleures franchises du moment.

Le « package » qui est proposé

Utiliser une franchise pour entreprendre, ce n’est pas juste se reposer sur son image de marque, sa notoriété et son image. C’est aussi et surtout de pouvoir profiter de :

  • Ses ressources (logistiques, techniques, technologiques, humaines, etc.)
  • Son savoir-faire (ses compétences techniques développées au fil des années)
  • De son expérience (et donc d’éviter de passer par des erreurs souvent douloureuses voire fatales pour son projet d’entreprise).

Donc lorsque vous choisissez votre franchise, soyez également attentif au « full package » que vous propose la franchise en vous posant quelques questions :

  • Et si je lançais le projet par moi-même, sans l’aide de la franchise, combien de temps, d’argent et de ressources cela me demanderait ?
  • Une fois le projet lancé, comment la franchise va m’aider à me développer et à devenir rentable rapidement et durablement ?
  • Avec quelle facilité vais-je avoir accès aux ressources, savoir-faire et expérience de la franchise ?

Avec ces différentes informations et questions, il devrait être plus simple pour vous de choisir la franchise avec laquelle vous voulez travailler.

5 choses à savoir avant de créer son entreprise

L’entrepreneuriat est une aventure passionnante et enrichissante… mais pas facile.

Après plus de 10 ans d’entrepreneuriat, j’ai pu passer par un nombre incalculable d’erreurs. Dans cet article, je vais partager des éléments que j’aurais aimé savoir avant de me lancer (et qui peut-être vont vous aider dans votre propre aventure entrepreneuriale).

Il y a une différence entre créateur d’entreprise et entrepreneur

Dans ma vision des choses, on peut être entrepreneur sans créer d’entreprise, et créer une entreprise sans être entrepreneur.

Je m’explique : créer une entreprise est un acte administratif. Je fais les formalités administratives et j’obtiens un statut social.

Un entrepreneur, c’est une personne qui a un certain état d’esprit : celui d’apporter des solutions à d’autres personnes, tout en intégrer un modèle économique. C’est ainsi que vous pouvez avoir des entrepreneurs salariés d’entreprise, que l’on appelle intrapreneur.

Donc si vous créez une entreprise, assurez-vous d’intégrer les piliers de l’esprit d’entreprendre :

  • Vision
  • Motivation
  • Résilience
  • Connexion

4 soft skills qui vous permettront de traverser les obstacles et les difficultés de l’aventure entrepreneuriale.

La liberté n’est pas l’absence de contraintes

Souvent j’entends chez les personnes que j’accompagne dans mes coachings la phrase suivante : « J’ai choisi l’entrepreneuriat pour être libre, je ne veux pas de contraintes dans ma vie ».

Mais qu’est ce qu’une vie sans cadre, sans habitudes, sans stabilité ? C’est une vie chaotique.

A l’inverse, une vie trop structurée, trop cadrée est une vie rigide et robotique.

Ici, l’important selon moi est de trouver l’équilibre entre organisation et flexibilité. C’est ce qui vous permettra de faire ce que vous voulez quand vous voulez (le principe de liberté de l’entrepreneur).

Pas assez de structure, c’est alors réduire vos chances de pouvoir faire ce que vous voulez quand vous voulez. D’ailleurs, si vous n’utilisez pas votre auto-discipline (la discipline appliquée à soi-même), alors ce sera les autres, votre environnement et l’extérieur qui vous imposera des contraintes. Personnellement, je préfère les contraintes choisies plutôt que les contraintes subies.

Être indépendant ne veut pas dire être seul et isolé

Beaucoup de personne choisissent de créer leur entreprise, ou se lance en freelance, pour être leur propre « boss » (ou patron). C’est intéressant en effet de pouvoir être le maitre de ses décisions, de pourvoir choisir son planning et ses actions. De pouvoir prendre ses décisions…

Néanmoins, trop de créateurs d’entreprise tombe dans le piège de l’isolement… Souvent du fait d’un entourage qui ne comprend pas la réalité de l’entrepreneuriat, ou tout simplement une décision de changement de vie professionnelle, l’entrepreneur peut se retrouver seul face à soi-même ;

Ce qui est terrible, car au-delà du sentiment d’isolement, se retrouver seul c’est aussi déprimant, lourd et limitant en termes de créativité et d’énergie. D’où l’important de savoir s’entourer, de se créer un réseau nourrissant, et stimulant. De choisir sa tribu si son entourage immédiat n’est pas aidant.

Être indépendant ne veut pas dire être seul, vous pouvez (et c’est fortement recommandé) vous entourer.

Vous pouvez profiter d’aides financières

La France a un avantage énorme pour les entrepreneurs, notamment par rapport au reste du monde (pour vivre au Royaume-Uni, je peux le confirmer) : elle propose de nombreux systèmes d’aides.

En revanche, il n’est pas toujours simple de trouver les bonnes informations au bon moment : comment savoir quelles aident existent ? Comment y accéder ? Si je peux en profiter ?

Ce travail de recherche et de gestion administrative peut rapidement devenir très chronophage et énergivore. C’est pour cette raison que je vous encourage à vous reposer sur des solutions déjà existantes, comme vous pouvez le voir sur le site de Partners Finances, afin de ne pas perdre trop de temps et d’énergie sur ce sujet.

Le temps est la ressource la plus précieuse des entrepreneurs

Comme je l’ai vu passer quelque part sur les réseaux sociaux, « le temps ce n’est pas de l’argent, c’est de la vie ».

Pensez donc à faire de la gestion du temps votre priorité absolue.

Pour ma part, comme je l’enseigne dans le programme Soft Skills 2.0, je fonctionne avec le système suivant :

  • Je fixe ma priorité absolue de la journée, avant de démarrer ma journée
  • Je prends des RDV avec moi-même pour m’assurer d’avancer sur ce qui est important
  • Je protège mon temps en me rendant indisponible pour des sollicitations durant les weekends, les pauses déjeuner et les soirées. Pour cela, j’utilise des systèmes de prise de RDV comme Calendly, et le relie à mon agenda. Impossible donc de pouvoir prendre des RDV avec moi lorsque je suis déjà en RDV avec-moi-même par exemple.

Et vous, quel est votre système d’organisation et de gestion du temps ?

La gestion des factures pour entrepreneur

Un sujet peu passionnant pour de nombreux indépendants, chefs d’entreprise et dirigeants.

Et pourtant, cette activité est indispensable à réaliser.

Dans cet article, je vous présenterai les soft skills et les hard skills qui aident à mieux gérer sa facturation quand on travaille à son compte.

Les compétences comportementales (soft skills) pour faire de la gestion

La gestion administrative est une activité nous amenant à mobiliser plusieurs soft skills. Voici selon moi la liste de compétences transversales que vous devez « muscler » pour rendre cette gestion plus efficace et efficiente :

  • L’auto-discipline : cette compétence vous permet d’avoir l’énergie de faire les choses même si vous n’en avez pas envie. Une bonne manière de développer cette compétence est de développer de bonnes habitudes quotidiennes (comme un rituel matinal par exemple)
  • La concentration : cette compétence vous permet de porter toute votre attention sur la tache en cours. C’est elle qui vous évite de faire des erreurs ; La meilleure manière selon moi de rester concentrer est de travailler en mode monotache avec un système de pomodoro.
  • L’engagement : savoir prendre une décision et respecter son engagement en le matérialisant par une action. Une manière pour booster votre niveau d’engagement est de vous entourer d’un groupe de soutien ou d’entraide (comme un mastermind) ou tout simplement avoir un partenaire d’engagement (comme un coach par exemple).
  • La motivation : l’énergie qui permet de passer à l’action. Il est possible de muscler cette compétence à travers deux axes de la motivation : la motivation externe venant des récompenses et des objectifs à atteindre, et la motivation interne reposant sur le sens et le sentiment d’évolution.

Développer ces soft skills vous aidera à mieux gérer le côté administratif de votre entreprise. Néanmoins, les soft skills seules ne sont pas suffisantes, vous avez aussi besoin de « hard skills ».

Les compétences techniques (hard skills) pour gérer sa facturation

Il existe de nombreux outil de gestion de factures aujourd’hui sur la toile. Dans tous les cas, je vous recommande fortement d’opter pour un outil dédié plutôt que de passer en mode « bricolage » avec Excel. Je l’ai fait pendant plusieurs années, et à un moment cela m’a généré plus de problèmes que de solutions.

Un entrepreneur a tout intérêt à passer le moins de temps possible sur les tâches administratives pour avoir le plus de temps possible sur les activités commerciales et productives (liées à son produit et service). D’où l’importance, pour la partie « hard skills » de la limiter au minimum possible…

Et pour cela, je vous invite à vous pencher sur les outils « tout en un », qui vous permettent de :

  • Centraliser vos activités administratives sur un seul endroit
  • Perdre moins de temps à maitriser plusieurs outils
  • Faire baisser la charge mentale

Il existe de nombreuses solutions en ligne aujourd’hui telles que parcours auto entrepreneur par exemple qui offre les avantages que je vous ai présentés ci-dessous.

Vous verrez que cela vous permettra de dégager du temps et de l’espace mental pour rester focus sur le cœur de votre activité et de vos actions commerciales, ce qui vous permettra de créer le plus de valeur dans votre quotidien d’entrepreneur.