Articles

Venez au Salon SME et gagnez un livre « Trouver des missions »

Trouver des missions, décrocher des clients entreprises : voici LE grand défi des consultants indépendants. Et si vous gagniez un livre vous proposant une méthode détaillée pour relever ce défi ?

Remplissez le formulaire suivant : http://www.pourquoi-entreprendre.fr/missionsme
et venez récupérer un exemplaire papier du dernier livre de Daniel Pardo « Comment trouver des missions », un guide pas à pas pour décrocher des contrats avec des entreprises en tant que consultant / freelance.

https://youtu.be/jAc79P8XB5I

Daniel Pardo, auteur du livre « Travaillez comme indépendant en mode mission » offre 1000 livres imprimés de son nouveau livre durant le Salon SME qui aura lieu les 25 et 26 septembre 2017 au Palais des Congrès de Paris.

Comment récupérer votre exemplaire ?

C’est tout simple :

J’ai eu la chance de livre cet ouvrage et il m’a beaucoup aidé à me professionnaliser dans ma démarche de recherches d’opportunités BtoB (Business to Business).

Et si vous venez au Salon SME, prévenez moi pour que nous puissions nous y retrouver, car j’y animerai trois conférences :

 

A très bientôt !

Utiliser ses deux cerveaux pour faire avancer son entreprise

[adrotate banner= »4″]

D’après le célèbre webzine Entrepreneur.com, un entrepreneur doit cultiver deux types de compétences :
– des compétences techniques dites hard skills telles que le SEO, les stratégies marketing, …
– des compétences comportementales dites soft skills comme la gestion du stress, la persévérance, etc.

L’entrepreneur a besoin de ces deux types de compétences à la fois, car les hard skills seules ou les soft skills seules ne suffisent pas pour réussir ses entreprises.
Comme nous l’expliquons dans l’ouvrage Le Réflexe Soft Skills (Dunod), ces deux familles de compétences reposent sur les deux hémisphères du cerveau :
– le cerveau gauche plus analytique et séquentiel (le siège de la raison et du pragmatisme),
– le cerveau droit plus émotionnel et intuitif (le siège des émotions et de la créativité).

Voici pourquoi cultiver ses deux cerveaux est important pour un entrepreneur en matière de gestion d’entreprise.

Créativité et intuition : le cerveau droit pour l’innovation

La création d’entreprise n’est pas la tâche la plus difficile lorsque l’on se lance à son propre compte : c’est la faire développer et la faire grandir qui est le vrai défi à relever. Pour cela, étant dans un monde changeant dans lequel des innovations apparaissent quotidiennement, il est important pour un entrepreneur d’être capable d’innover régulièrement. C’est en ce sens que son cerveau droit lui est très utile : il lui permet de trouver de nouvelles idées pour résoudre des problèmes inédits. En adoptant l’esprit diffus, comme l’explique la professeure Barbara Oakley de l’Université de San Diego dans le MOOC How to learn to learn, permet d’enclencher un nouveau processus neuronal permet d’effectuer de nouvelles connexions et donc d’enclencher la créativité menant à l’innovation.
Par conséquent, n’hésitez pas à sortir du focus pour vous laisser transporter vers de nouveaux horizons mentaux, plus légers, libres et relaxants en :
– faisant une bonne promenade,
– dessinant ou écrivant sans réfléchir,
– faisant du sport,
– …
Vous l’aurez compris, faites une activité qui vous sorte de votre train-train quotidien pour enclencher votre cerveau droit.

L’organisation et le pragmatisme : le cerveau gauche pour l’efficacité

Le cerveau gauche permet d’activer votre mode focus, celui nécessaire pour exercer des taches demandant de la concentration et de l’efficacité. C’est ce cerveau qui vous permet de créer des process et de la structure dans votre quotidien professionnel, ce qui vous fait gagner en temps, en qualité et en professionnalisme.
Ce cerveau analytique est indispensable pour la gestion de son entreprise. Par exemple, si vous êtes obsédé par l’innovation et la création, que vous obtenez des clients mais que vous ne gérez pas vos dépenses et vos charges, vous risquez d’avoir des soucis. Ce cerveau permet de garder la tête froide et de se rappeler quelque part que le le chiffre d’affaires ne fait pas tout.
Pour ma part, même si je ne suis pas un fan d’administration des entreprises, la gestion de la comptabilité de mes entreprises me permet de garder les pieds sur tête, d’être plus carré dans ma démarche. Le site de l’AFE apporte de bons conseils en matière de gestion et de pilotage d’activité également.

Je vous partage cela aujourd’hui car j’ai essayé trois manières différentes de fonctionner :
– avec mon cerveau analytique uniquement pour être le plus pro possible, mais cela m’a enfermé dans un paradigme et m’a empêché d’évoluer et de m’adapter au monde changeant,
– avec mon cerveau créatif pour innover à fond, mais sans structure ni process cela m’a fait avancer droit dans un mur,
– avec les deux cerveaux pour trouver un équilibre en dédiant des moments de focus et de moments de diffus (ce qui fonctionne bien mieux à mon sens).

Je vous invite donc à en faire de même dans la gestion de vos projets et de votre entreprise.

PS : si vous souhaitez me motiver à continuer à alimenter ce site, vous m’aiderez beaucoup en partageant cet article sur les réseaux sociaux grâce aux boutons ci-dessous.

[cocorico_colonne taille= »un_tiers » position= »debut »][adrotate banner= »1″] [/cocorico_colonne] [cocorico_colonne taille= »un_tiers » position= »milieu »][adrotate banner= »2″] [/cocorico_colonne] [cocorico_colonne taille= »un_tiers » position= »fin »][adrotate banner= »3″] [/cocorico_colonne]

Stimulez l’esprit entrepreneurial des vos équipes et collaborateurs

[adrotate banner= »4″]

Quelle entreprise a créé une innovation qu’elle n’a pas distribuée, pour rester centrée sur son coeur de métier, et qui s’est vue dépasser par ses concurrents en moins de 10 ans à cause de cette même innovation ?

Indice : il s’agit de photographie.

Je pense que vous avez la réponse maintenant : Kodak. Oui cette entreprise était au sommet du monde avec la photographie argentique. Mais par peur du changement, elle n’a pas osé faire le pas de l’innovation que ses concurrents n’ont pas hésité à faire. Résultat : Kodak a chuté.

Cela me fait penser à une histoire de business que raconte Napoleon Hill .

L’avantage d’avoir des entrepreneurs dans son entreprise

Dans un discours de Napoleon Hill (un auteur extrêmement célébre dans le milieu de la réussite et dans les affaires), j’ai pu découvrir une histoire édifiante sur le sujet des personnes entreprenantes dans des entreprises.

C’était un dirigeant qui avait embauché un jeune homme pour effectuer des tâches simples, sans grands défis à relever. Mais malgré le travail routinier et peu motivant, ce jeune homme avait toujours de nouvelles idées. Bien entendu, il ne les gardait pas pour lui, à quoi bon. Avec générosité et enthousiasme il n’hésite pas à les partager à son employeur pour améliorer l’entreprise. Mais le dirigeant n’aime pas qu’on lui dise quoi faire et l’envoit ballader à chaque idée que l’employé lui apportait. Jusqu’au jour où le dirigeant lui posa un ultimatum : à la prochaine « bonne idée » partagée, il sera remercié. Le jeune homme un peu dépité va se retenir à l’avenir, il ne veut pas perdre son job. Enfin pas vraiment car on ne peut pas aller contre sa nature. Il a eu encore une idée, mais celle-ci a un impact potentiel beaucoup plus grand que celles qu’il a eu auparavant. Il va tout de même voir son employeur pour lui partager la nouvelle :

  • « Bonjour j’ai une nouvelle idée ! »
  • « Ah oui ? Tu es viré ! »
  • « Non, je démissionne ! »

Un an plus tard, le dirigeant s’apperçoit que son concurrent à fait un million de chiffre d’affaires supplémentaires grâce à une belle innovation… celle venant de son ancien salarié.

Je vous laisse vous faire votre propre mot de la fin de cette histoire.

Comment stimuler l’entrepreneur intérieur de vos salariés ?

Et comment garder ces entrepreneurs dans votre entreprise ? Ce sont eux qui apportent de l’énergie, de l’efficacité et de l’innovation à votre entreprise. Ces entrepreneurs dans l’âme veulent être motivés, challengés et stimulés par leur travail. Pour cela rien de tel que de leur proposer de mener des projets eux-mêmes, et encore mieux, d’initier les projets qu’ils mèneront par la suite. Cela peut-être des projets de développement pour obtenir de nouveaux clients, ou aussi des projets en interne pour améliorer la vie en entreprise par exemple.

Je co-créé avec mon ami Eric Alard, coach olympique, un serious game permettant cela :

  • stimuler l’esprit d’entreprendre des salariés,
  • encourager l’esprit d’initiative en les faisant créer un projet interne à l’entreprise,
  • muscler les compétences entrepreneuriales avec un vrai budget et de vrais délais à tenir pour mener à bien ce projet.

Si jamais vous êtes intrigué par cela et que vous songez à proposer ce « jeu sérieux » à vos collaborateur, vous pouvez me contacter via le formulaire ci-dessous.

Notez que tout le monde a la graine entrepreneuriale plantée dans son esprit et dans son coeur. Il suffit de la faire germer et de la cultiver.

Soft skills development, full empowerment

C’est mon nouveau mantra. C’est ce qui me tire vers l’avant, à savoir booster l’entrepreneur interne des personnes pour les faire avancer sur leurs objectifs. Je travaille avec des entreprises et les résultats sont probants. Comme précisé plus tôt j’utilise des outils complémentaires au coaching également, notamment les serious games. Ci vous voulez des collaborateurs plus entreprenants, contactez moi via le formulaire suivant :

[gravityform id= »1″ title= »false » description= »false »]

PS : si vous souhaitez me motiver à continuer à alimenter ce site, vous m’aiderez beaucoup en partageant cet article sur les réseaux sociaux grâce aux boutons ci-dessous.

[cocorico_colonne taille= »un_tiers » position= »debut »][adrotate banner= »1″] [/cocorico_colonne] [cocorico_colonne taille= »un_tiers » position= »milieu »][adrotate banner= »2″] [/cocorico_colonne] [cocorico_colonne taille= »un_tiers » position= »fin »][adrotate banner= »3″] [/cocorico_colonne]