Catégories
Bonnes pratiques

Quel style de management allez-vous adopter dans votre entreprise ?

[adrotate banner= »4″]

L’entrepreneur se doit d’être leader s’il souhaite faire évoluer son projet et lui-même vers le haut. D’où ma vocation d’accompagner les entrepreneurs vers leur leadership pour qu’ils deviennent des Leaders Entrepreneurs.

Etre entrepreneur et leader de soi-même dans une première étape afin d’agir en harmonie avec soi-même, ses objectifs et son environnement. Mais pour aller plus loin, il est nécessaire de créer des collaborations, des partenariats, des synergies, avec d’autres personnes car comme le dit l’adage « Seul on va plus vite mais ensemble on va plus loin« . Savoir travailler en équipe demande des compétences de management également. Mais quel style de management allez-vous utiliser pour vous même et pour travailler collectivement ?

Pour répondre à cette question, j’ai le plaisir de partager avec vous un article rédigé par Ulan ARDOL de www.softibox.com. Bonne lecture et merci à Ulan pour ce bel article très instructif.

Quel style de management allez-vous adopter dans votre entreprise ?

Outre le pilotage de l’activité, le manager a pour vocation principale de gérer les relations humaines qu’il partage avec ses collaborateurs pour assurer le développement de l’entreprise. Il devra donc tenir compte de ce facteur en dirigeant son équipe.

Le style du manager

Le style de management varie d’un manager d’entreprise à un autre. La manière de diriger est souvent fonction  de la personnalité, du vécu, des expériences et de l’entourage professionnel du concerné. Cela dit, il adoptera très probablement l’une quatre grands styles de management dont le plus connu est le management directif. Celui-ci correspond aux personnalités favorisant le côté rationnel aux dépens du relationnel, contrairement au style de management participatif. En effet, ce dernier peut être considéré comme plus humain dans la mesure où la réussite dépend du dynamisme insufflé par ce mode de gestion sur les membres de l’équipe. Le management persuasif favorise à la fois le rationnel et le relationnel, alors que dans le style de management délégatif le manager fait ouvertement confiance à ses collaborateurs et à son étoile.

 Le management directif

Ce style de management est défini comme un style où le manager cherche à tout contrôler, et ne délègue que très rarement. Ce type de management ne prend pas en compte l’opinion de ses collaborateurs et de ce fait n’est pas très populaire. Cependant, il est fort probable que ces collaborateurs se sentent en confiance, de par le fait d’être cadré et de savoir avec précisions quelles sont leurs tâches. Néanmoins, le fait que le manager soit si directif, n’encourage pas les prises d’initiatives individuelles et peut frustrer les envies d’évolutions des collaborateurs. Mais, en termes d’avantages le management directif permet de prendre rapidement des décisions et de disposer d’une structure organisationnelle bien hiérarchisée et efficace.

Le management participatif

Avec le management participatif, il s’agit d’établir une communication et des échanges entre le manager et ses collaborateurs. Grâce à cette implication, le moral des employés est élevé, de même que leur engagement par rapport à l’entreprise. De cette manière, l’esprit d’équipe permet une certaine complémentarité entre les employés. Cependant, pour bien aborder ce type de management, il est nécessaire de bien définir et d’organiser dans le temps les objectifs de chaque collaborateur. Il s’agit aussi d’encourager les collaborateurs à partager leurs idées, de les guider et aussi de les former, pour pouvoir ensuite leur déléguer des responsabilités. L’un des managers représentant ce style est Richard Branson, fondateur du groupe Virgin, connu pour l’importance qu’il accorde à la motivation et à l’implication de ses employés au sein de son entreprise. D’un autre côté, ce style de management n’est pas très égalitaire, car il a tendance à privilégier les collaborateurs les plus créatifs par rapport aux autres.

Le management persuasif

Ce style se base sur une structure organisationnelle bien établie et sur des échanges entre les collaborateurs. Le manager se pose comme un guide qui va entrainer ses collaborateurs vers des objectifs et les pousser à atteindre de nouveaux sommets. Le management persuasif requiert un manager ayant de bonnes capacités en relationnel et qui sait inspirer ses collaborateurs. Aussi, il est important de s’entourer d’une équipe disposant d’une bonne créativité, d’une forte motivation et qui soit soudée. Comme Bill Gates, à l’époque où il occupait des tâches exécutives au sein de Microsoft, il était à l’écoute de ses équipes et n’hésitait pas à se remettre en question pour la réussite de son groupe.

Le management délégatif

L’objectif du manager ayant un style de management délégatif est d’éveiller la créativité de ses collaborateurs et l’esprit d’équipe. Cependant, la principale caractéristique est la liberté d’action qu’elle confère aux collaborateurs, en mettant l’accent sur leur prise de responsabilité et leur motivation. Un manager délégatif est aussi très peu présent, mais il accorde sa confiance à ses collaborateurs et les laisse prendre des initiatives. Sa tâche se cantonne parfois à indiquer les objectifs à atteindre et les résultats souhaités, ensuite il laisse ses collaborateurs établir leurs propres plans d’actions, selon leur propre méthode de travail. Puis, de manière régulière le manager effectue un suivi des missions en cours. De manière générale, le management délégatif est un bon moyen pour développer son entreprise, néanmoins il est essentiel de bien choisir ses collaborateurs. Comme Warren Buffet, le PDG de Berkshire Hathaway, qui a investi dans le capital de plusieurs entreprises, mais a préféré accorder sa confiance à des collaborateurs compétents et les laisse diriger. En procédant ainsi, il peut garder une certaine continuité par le fait que ses collaborateurs connaissent mieux l’entreprise que lui de par leur ancienneté.

Cependant, il est nécessaire d’adopter une certaine cohérence entre son style de management et l’image que l’on souhaite véhiculer via son entreprise. Prenons Steve Jobs en exemple, son style managérial est souvent considéré de son vivant comme dictatorial, mais il laissait et encourageait ses collaborateurs à exploiter leur créativité. Les produits Apple créés par la suite reflètent son style : des produits simples à utiliser, innovants, des applications développées en nombre ; mais l’obligation de passer par le logiciel iTunes pour gérer ou activer ces produits. De ce fait, l’image d’une entreprise étant souvent associé à l’image que renvoie son manager, il est important de véhiculer une image de marque cohérente quel que soit le style managérial adopté, de personnaliser ses produits, comme les clés usb ou autres gadgets publicitaires. Le choix des bonnes techniques de communication, de son style de langage, ou encore son comportement, permet de se démarquer par rapport à la concurrence et d’intégrer plus facilement l’inconscient collectif.

Les profils des collaborateurs

Avant d’adopter un style managérial, il convient à priori de déterminer le profil de chacun de ses collaborateurs. Ceux-ci peuvent avoir six styles de personnalité différents à savoir les « travaillomans » qui sont très connus pour leur respect des normes et des règles en vigueur dans l’entreprise. Viennent ensuite les « empathiques » qui misent plutôt sur le côté affectif contrairement aux « rebelles » qui sont souvent considérés comme des personnes provocatrices et joueuses. Il y a entre autres les « persévérants » qui se montrent dévoués et motivés, quitte à emporter les travaux inachevés pour les traiter chez eux. Quant aux « rêveurs », ils sont respectueux et consciencieux dans tout ce qu’ils entreprennent. Enfin, l’on trouve des profils « promoteurs » dont l’audace et la séduction sont le principal atout.

Et vous quel style de management vous va bien ? Vous pouvez commenter cet article pour partager vos points de vue.

Sources : CERVEAU, COMMUNICATION ET MANAGEMENT, Olivier du Merle, Liaisons, 2005

Dominique TISSIER, Management situationnel, INSEP Consulting Editions

http://www.journaldunet.com/management/efficacite-personnelle/patron-manager/

Par Jérôme HOARAU

Jérôme Hoarau est conférencier en soft skills (Jerome-Hoarau.com) et est co-organisateur du championnat de France officiel de Lecture Rapide et de Mind Mapping. Il a obtenu plusieurs titres de sport du cerveau tels que :
- Champion du monde de Mind Mapping 2018
- Champion du Royaume-Uni de Mind Mapping 2019
- Vice-champion du Royaume-Uni en Lecture Rapide 2019
Il est le co-auteur des livres "Les Gentils aussi méritent de réussir" (Alisio) et de "Soft Skills (Dunod). Il a également co-fondé le site PassiondApprendre.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.