Catégories
Entreprenariat

3 bonnes raisons de quitter son job pour créer sa boite – Hugo CAFFAREL

[adrotate banner= »4″]

Créer son emploi est souvent une bien meilleure option qu’en trouver un. Aujourd’hui dans cette interview j’accueille Hugo Caffarel pour parler de ce changement de vie : de salarié à créateur d’entreprise.

Merci Hugo pour tes réponses et bonne lecture à tous !

Hugo Caffarel5
Hugo Caffarel
Il y a 3 semaines, j’ai fait mon « coming-out entrepreneurial » en annonçant à mes bigboss, les 2 fondateurs de la marque Michel et Augustin, que je décidais de quitter la tribu après 3 ans de bons et loyaux services, pour me consacrer au développement d’un anti-supermarché qui séduira les consommateurs urbains et connectés.
Hugo Caffarel Les Echos
Mais POURQUOI avoir quitté un job stimulant dans une PME aussi dynamique et prometteuse ?

1/ Parce qu’un coming-out entrepreneurial, c’est extrêmement libérateur !

Avoir la volonté d’entreprendre est une chose que partagent 50% des jeunes entre 20 et 30 ans.
Mais l’assumer ouvertement aux yeux de son entourage professionnel et personnel est bien plus engageant.
Imaginez-vous dans le bureau de votre big boss, lui annonçant votre ferme intention de quitter votre job pour créer votre boite. Ca fait un bien fou. Mais serait-il crédible d’y retourner le lendemain pour dire « en fait non, j’ai changé d’avis » ?
Il n’y a rien de plus engageant dans une vie que d’assumer ses choix pour aller de l’avant. Et rien de plus frustrant que de les garder enfouis en se promettant de le faire « un jour ».
Décider de quitter son job pour créer sa boite, c’est une vraie rampe de lancement vers l’autoroute de l’accomplissement de soi : le Top 1 de la pyramide de Maslow.
Hugo Caffarel2

2/ Parce qu’il faut fuir sa zone de confort tant qu’il en est encore temps !

36 mois de salaire consécutifs m’ont suffit pour me surprendre à penser que « finalement c’est sympa d’avoir un job régulier et un salaire, ça permet de partir en week-end, de voyager 5 semaines par an, d’avoir un appart plus grand, et de rendre fiers mes parents ».
Mais en me projetant 3 ans en arrière, je me suis souvenu que je réussissais à voyager à l’autre bout du monde et à donner vie à des projets bien trop ambitieux pour moi en soulevant des montagnes de créativité et d’audace. La prise de risque me procurait de la fierté.
La vie est suffisamment longue pour avoir le temps de se la couler douce lorsqu’on n’aura plus l’énergie de changer le monde. Mais elle est suffisamment courte pour se motiver à être acteur de sa vie sans attendre que les années filent et de le regretter.
Hugo Caffarel4

3/ Parce que je ne me suis jamais retrouvé dans le concept de salariat

C’est sans doute le syndrome commun aux Générations Y et Z (= 40% de la population active) : nous avons besoin d’apprendre vite, de donner du sens à nos actions, d’être autonome, et d’avoir un avis sur des décisions  stratégiques. Les uns y voient du culot et de l’arrogance, les autres y voient de l’audace et de l’ambition.
Comme l’a dit Emmanuelle DUEZ au Positive Economy Forum, notre génération a subi « l’héritage d’une génération de quadras qui a entretenu avec le travail un rapport sacrificiel ». par sa fidélité et sa dépendance à l’entreprise traditionnelle.
Le turnover que connaissent les PME sur des postes de jeunes diplômés démontrent que nous avons su renverser la tendance. Nombreux sont ceux qui ne recherchent ni une stabilité rassurante ni la sécurité matérielle et financière qu’offre ce schéma traditionnel.
Je terminerai sur un dessin de l’excellente BD « Entrepreneurz » .
Hugo Caffarel3
L’auteur a eu la sagesse de préciser qu’Il est tout aussi grave d’être salarié quand on est fait pour être entrepreneur, que d’être entrepreneur lorsque l’on est fait pour être salarié » 
 

Et vous, vous vous êtes déjà demandé pour quoi vous étiez fait ?

PS : si vous souhaitez me motiver à continuer à alimenter ce site, vous m’aiderez beaucoup en partageant cet article sur les réseaux sociaux grâce aux boutons ci-dessous.

[cocorico_colonne taille= »un_tiers » position= »debut »][adrotate banner= »1″] [/cocorico_colonne] [cocorico_colonne taille= »un_tiers » position= »milieu »][adrotate banner= »2″] [/cocorico_colonne] [cocorico_colonne taille= »un_tiers » position= »fin »][adrotate banner= »3″] [/cocorico_colonne]

Par Jérôme HOARAU

Jérôme Hoarau est expert en soft skills (Jerome-Hoarau.com) et est co-organisateur du championnat de France officiel de Lecture Rapide et de Mind Mapping. Il est également compétiteur international en sport du cerveau. Il a obtenu plusieurs titres tels que :
- Champion du monde de Mind Mapping
- Champion du Royaume-Uni de Mind Mapping
- Vice-champion du Royaume-Uni en Lecture Rapide
Il est le co-auteur des livres "Soft Skills" et "Le Réflexe Soft Skills" publiés aux Editions Dunod. I
Il est le co-fondateur du site LesIntelligences.com, proposant des synthèses complètes et opérationnelles des meilleurs livre d'entrepreneuriat et de développement personnel, et co-fondateur du site PassiondApprendre.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.