Articles

Devenir auto entrepreneur : quels outils pour ma démarche ?

Alexis Corbière et E.L James (l’auteur de 50 Shades of Grey) sont tous deux entrepreneurs. Devenir auto-entrepreneur c’est choisir un statut souple pour lancer son affaire et obtenir des revenus supplémentaires. Comment procéder pour faire de même ? C’est notre sujet.

 

Devenir auto entrepreneur : comment procéder ?

« Les autoentrepreneurs crèvent le plafond […] » titre le journal Le Monde en janvier 2018. En effet, selon l’étude menée par l’institut Think, un français sur trois voudrait devenir auto-entrepreneur. S’ils sont plus de quinze millions de Français à vouloir adopter ce statut pour obtenir des revenus supplémentaires ou démarrer une nouvelle activité. Ils sont aussi nombreux à faire part de leur effarement devant la complexité des formalités administratives qu’ils pourraient devoir remplir. Dans cet article nous tenterons donc de vous proposer des solutions pour devenir auto-entrepreneur.

Des sites qui aident à devenir entrepreneur

Pour devenir auto-entrepreneur et lancer une nouvelle activité, beaucoup abandonnent effarés à l’idée de se plonger dans un casse-tête administratif. C’est ce que cherchent à éviter certains sites pour devenir auto entrepreneur et qui proposent de mettre à disposition des particuliers, des outils qui facilitent les différentes démarches.

De nombreuses démarches

Pour devenir auto-entrepreneur il y a quelques démarches à effectuer.

En effet, il faut commencer par remplir une déclaration auto-entrepreneur. Il s’agit du formulaire PO Æ.

Il est important de savoir, que suivant le métier que vous vous proposez d’exercer, vous n’aurez pas les mêmes justificatifs à fournir. Ainsi, les activités réglementées comme pour l’électricité ou la plomberie nécessitent de fournir des documents supplémentaires (afin de prouver vos compétences).

Les législateurs ont tenté d’accessibiliser l’inscription des auto-entrepreneurs. Ainsi, le formulaire pour enregistrer votre activité est trouvable et transmissible en ligne. Cependant, il faut être très précautionneux, car les données inscrites sur la déclaration des auto-entrepreneurs ont toutes leur importance. Si vous oubliez de cocher la case de l’aide aux demandeurs d’emploi créant ou reprenant une entreprise, vous ne bénéficierez pas de l’exonération de charges sociales pendant un an que vous auriez pu réclamer. Il est donc important de remplir correctement toutes les informations.

Une fois votre formulaire complété, vous pouvez bénéficier d’un numéro Siret et connaître le régime d’imposition dont vous dépendez.

Des aides pour vous accompagner

Selon la nature de votre activité, vous devrez aussi chercher à obtenir des subventions régionales, nationales ou associatives. Ainsi, si vous êtes âgé de moins de 32 ans, l’Aide peut (sous conditions) vous accompagner dans votre projet en vous proposant 4 à 6 semaines d’ateliers, ainsi qu’un accompagnement individuel. À l’issue de cette formation, vous pouvez demander un microcrédit à taux zéro.

De même, les habitants de départements d’outre-mer peuvent bénéficier d’exonération d’impôt.

Sans compter les incubateurs, il y a donc de nombreux dispositifs qui peuvent vous aider dans la réussite de votre projet et qu’il est important de connaître

Compter, déclarer, éditer

Enfin, devenir auto-entrepreneur vous oblige à faire des déclarations de chiffres d’affaires, éditer des factures, vous tenir informé de l’actualité de votre secteur pour savoir si une nouvelle loi va modifier votre façon de procéder. Comment vous assurer de respecter les normes fixées par le gouvernement ? Comment connaître nos droits sociaux et le régime fiscal dont on dépend ?

 

La gestion en ligne : un nouvel outil pour faciliter les démarches

De nombreux sites proposent de simplifier toutes les démarches liées à l’auto-entrepreneuriat.

Il s’agit tout d’abord de vous proposer une inscription au régime auto-entrepreneur via un formulaire simplifié et annoté (pour une plus grande clarté).

Après cela, des formalistes vérifient les dossiers (que tout soit conforme, qu’il n’y ait pas d’incohérence et qu’il ne manque aucune pièce). Conscients du caractère urgent de certaines démarches, la majorité des sites proposent d’effectuer cette démarche sous 24 h. Enfin, ils mettent aussi à votre disposition des outils pour créer des devis et des factures. Vous pouvez aussi créer un espace client et faire la synthèse globale de vos revenus afin de mieux définir vos stratégies futures.

En réduisant ainsi la somme de temps que vous aurez à consacrer aux formalités administratives, ces sites vous laissent libre de chercher sur des sites comme mr-entreprise.fr des astuces pour déléguer certaines tâches à un organisme compétent vous assure également d’avoir toujours un interlocuteur dévoué à qui poser des questions. Ainsi, si vous vous demandez dans quel délai vous pourrez recevoir votre délai ou quels documents sont à fournir à l’administration, vous n’aurez qu’à contacter par mail ou téléphone l’organisme que vous aurez choisi.

Sur le site d’espace-autoentrepreneur, les clients ayant utilisés de tels services exprimaient ainsi leur contentement : « Absolument nécessaire pour tout problème légal au premier stade » ou « inscription rapide et simplifiée merci à Dominique pour son aide précieuse ».

Devenir auto-entrepreneur se trouve donc simplifié par ce type d’initiatives.

Prendre soin de soi quand on est entrepreneur

Quand on est entrepreneur, la priorité est très souvent la performance. Nous définissons des objectifs, fixons des défis et faisons tout ce qui est possible pour obtenir de bons résultats. Cet état d’esprit de compétition est très stimulant et peut nous énergiser. Cependant, il faut également faire attention à sa santé, à la fois physique et mentale.

Dans cet article, je partagerai avec vous quelques bonnes pratiques à adopter quand on est entrepreneur et que l’on souhaite prendre soin de soi.

Souffler et faire des pauses

Il n’y a pas très longtemps, à l’heure à laquelle je rédige cet article, j’ai vécu deux journées d’extrême productivité. J’étais dans le « flow », cette sensation d’être stimulé par le challenge et le sentiment de progresser et d’avancer. Cependant, étant tellement focus sur ma performance, j’ai commis quelques erreurs en matière d’équilibre et de santé :

  1. J’ai très peu mangé car trop préoccupé à performer.
  2. Je travaillais non-stop de 7h à 22h.
  3. Je n’ai pas pris de moment de « déconnexion » pour laisser mon cerveau récupérer.

Résultat, j’étais un légume les 4 jours suivants avec une productivité nulle.

L’enseignement que j’en retiens : il faut ménager sa monture, surtout lorsque l’on se sent hyper productif.

Mieux vaut prévenir que guérir

Un réflexe que j’essaie de cultiver maintenant : j’écoute mon corps et mon esprit pour voir de quoi ils ont besoin. C’est ce qui me permet de ménager ma monture et d’éviter les soucis de santé. Par exemple, si j’avais ignoré mon genoux, l’infection que j’ai eu aurait pu devenir assez compliquée…

Dans ce cas, n’hésitez pas à opter pour la couverture santé des auto-entrepreneurs en guise de protection pour éviter les mauvaises surprises financières en cas de gros pépins. Oui, car les gros problèmes de santé n’arrivent pas qu’aux autres, on est jamais à l’abris.

Prendre soin de son corps et de son cerveau

Le cerveau de l’entrepreneur est son principal outil de travail : nous avons tout intérêt à bien l’entretenir. Au delà des exercices d’entrainement du cerveau et de lecture rapide, il est important de bien entretenir son corps aussi :

  • Avoir une alimentation équilibrée, limitée en sucres, gras saturés, alcool, etc.
  • Faire du sport régulièrement (pour ma part c’est course à pied et arts martiaux).
  • Méditer (un nombre incalculable d’études scientifiques sur le cerveau montre l’impact positif de la méditation sur cet organe et le corps).
  • Etc.

Soyez à l’écoute de votre corps et de votre esprit et osez leur donner ce dont ils ont besoin. Parfois ça peut-être aussi un massage ou trois jours de déconnexion totale.

Bref, osez prendre soin de vous.

Faire des économies quand on débute son auto-entreprise

Souvenez-vous, je publiais il y a peu un article qui traitait des toutes premières difficultés que l’on rencontre en tant qu’auto-entrepreneur, notamment lorsque l’on n’a pas un sou et que l’on sort tout juste de ses études. Pour compléter cet article qui regroupe différents retours d’expérience, je vous livre mes astuces pour démarrer son auto-entreprise : et oui, il est possible de faire des économies sans pour autant renoncer à un travail de qualité !

Travaillez de chez vous ou d’un espace de coworking

Débuter une auto-entreprise sur Internet est idéal. À l’heure du digital, on tend d’ailleurs à dire que si une entreprise n’est pas présente (et référencée) sur le web, elle n’existe pas. Si vous avez un budget serré et que votre activité le permet, vous n’aurez ainsi pas besoin d’avoir une boutique avec pignon sur rue. Vous pourrez alors travailler de chez vous pour commencer. Il vous suffira juste d’un bureau, d’un Notebook que vous pourrez transporter partout avec vous, d’une bonne dose de créativité et de savoir-faire, ainsi que d’une imprimante. Pensez à définir clairement votre espace de travail pour une séparation nette en espace professionnel et privé.

Une alternative plutôt sympa, surtout si vous ne souhaitez pas toujours travailler chez vous ou que la compagnie vous manque : louer un espace de co-working, ou co-travail en français, concept très à la mode en ce moment. Pour trouver un bureau qui vous corresponde à proximité de chez vous, vous pouvez vous aider de la Carte du coworking conçue par les créateurs du site Bureaux À Partager.

Réduire ses dépenses de fournitures

Sans altérer la qualité de vos produits ou services, vous pourrez réaliser de réelles économies en réduisant le montant de vos dépenses en fournitures de bureau, qui peut pourtant paraitre anecdotique au premier abord. Une piste de plus en plus répandue pour diminuer ces coûts est de consommer vert. Ainsi, repenser l’impression, d’autant plus quand on sait que les documents papiers sont souvent imprimées inutilement, est une première étape. Cela passe tout d’abord par une réduction du nombre de pages imprimées en imprimant utilement, uniquement en recto verso, en ajustant l’échelle ou en utilisant du papier recyclé. Le papier n’est pas le seul consommable à pouvoir être réutilisé : c’est aussi le cas des cartouches rechargeables ou des cartouches reconditionnées. À titre d’exemple, une cartouche encre/couleur XL destinée à une HP OfficeJet Pro de marque coûte près de 93€, contre 32€ reconditionnée chez Inkadoo. Fini le papier recyclé grisâtre, des fabricants proposent aujourd’hui des très beaux papiers vraiment blancs et bien lisses. Du côté des enveloppes, les modèles kraft recyclés sont moins onéreux que ceux en vélin blanc… En protégeant la planète, vous préserverez donc vos finances.

Astuces pour payer moins d’impôts et obtenir des aides financières

Il existe différents moyens pour payer moins de charges et financer son projet lorsque l’on débute son activité en solo :

    • Le régime de micro-entrepreneur : par rapport au régime d’auto-entrepreneur, il a l’avantage de bénéficier d’un régime allégé et il est bien plus simple au niveau de la comptabilité.
    • Les aides financières et d’accompagnement : par exemple, le prêt à taux 0 Nacre (Nouvel accompagnement pour la création et la reprise d’entreprise) ou l’aide du Pôle emploi Arce (Aide à la reprise et à la création d’entreprise).

Le crowdfunding ou financement participatif : pour financer votre projet et que vous avez une idée susceptible de plaire au plus grand nombre, vous pouvez passer par le crowdfunding via des plateformes telles que Kickstarter.

  • La prévoyance : restez prévoyant au niveau du budget en réalisant un business plan solide et évitez les pièges de débutants telles que les arnaques et détournements de statut.

 

Consulter son psy par webcam grâce à TonPsy de Yoann Hervouet

« Tu te fais suivre ? ».

Voici une phrase souvent redoutée lorsque l’on aimerait consulter un psychologue. Cependant, se faire suivre par un « psy » n’est pas encore entré dans les moeurs. Afin de démocratiser tout cela, Yoann Hervouet, co-fonda les sites TonPsy.fr et TonPsy.com afin de pouvoir profiter d’une consultation psychologique à distance, par webcam.

« TonPsy est un site de consultation psychologique en vidéo, par webcam. Concrètement, avec ce site, on n’a plus besoin de se déplacer chez son psychologue / psychanalyste : on reste chez soi bien au chaud sous la couette et on confie ses problèmes à un vieux barbichu compréhensif et plein d’humanité, une tasse de thé entre les mains, en écoutant le bruit de la pluie qui tambourine sur le toit. Ça laisse songeur, n’est-ce pas ? »

Vous allez commencer le récit de votre aventure entrepreneuriale. Si vous deviez le publier, quel serait le titre de l’ouvrage ?yoann-hervouet

« Songe d’une nuit tout court ». Pas parce que je suis fan de Shakespeare, mais parce que je travaille essentiellement la nuit. J’ai toujours été un vespéral, repoussant le moment d’aller me coucher. Je crois que c’est assez symptomatique du travail d’indépendant sur Internet en général : pas besoin de pointer au bureau le matin si l’on n’en a pas envie. Du coup, on repousse ses limites et si on est plus performant la nuit, on en profite !

Racontez-nous une anecdote qui vous a amené à entreprendre

J’ai toujours voulu faire les choses différemment. C’est d’ailleurs plus un besoin profond qu’une lubie, qu’une simple envie. Je me suis toujours demandé « pourquoi fait-on les choses ainsi et pas autrement ? ». Et si nous étions simplement écrasés par le poids de la Tradition, qui restreint notre liberté sans que nous en ayons conscience ? Je cite souvent le théorème du singe à cet effet.

singe

Petit je posais systématiquement des questions (“Dis pôpa, pourquoi le moteur est à l’avant de la voiture ?” etc.), pas par simple curiosité mais parce que j’avais envie de pouvoir dire : “ahah donc on fait ça par convention et pas par choix réfléchi !”

Globalement, j’ai toujours regorgé d’idées. Je voulais notamment lancer un site permettant de « raconter ses petits malheurs en ligne » et j’avais commencé à développer un site sur ce concept, 1 an avant que Viedemerde.fr ne voie le jour. Mais bon, je n’avais pas les moyens techniques d’aller aussi vite qu’eux.

Une aventure n’est pas sans péripéties et rebondissements. Quels ont été les difficultés ou problèmes auxquels vous avez fait face ?

Développer TonPsy sans apports financiers majeurs a été clairement dommageable, car qui dit absence de fonds dit publicité limitée. Il aurait certainement été plus confortable de recevoir l’aide d’un financier joufflu et bedonnant, pour cracher les dollars. L’autre avantage, c’est que de temps à autre, il aurait lâché deux ou trois “Go get it son” encourageants, les yeux pétillants de malice, entre deux bouffées de cigare.

Quelles décisions avez-vous prises ? Comment avez-vous résolu ces problèmes ?

Nous avons la chance d’avoir une équipe polyvalente, nous avons donc pu réaliser 99% des tâches (création de la plateforme, travail sur l’ergonomie du site, référencement naturel …) en interne, sans sous-traiter. Evidemment, à défaut de demander un compte en banque bien garni, cela demande un investissement en temps conséquent.

Concernant la communication, nous avons lancé quelques dispositifs de marketing viral pour drainer un maximum de trafic avec peu de moyens. Sans masse critique de départ, c’est toujours un peu hasardeux, mais nous comptons bien ressusciter ces stratégies une fois que TonPsy sera mondialement connu… A ce moment-là, les gens crieront notre nom dans la rue, se feront tatouer des “I love TonPsy” sur la fesse gauche, iront en “weekend-thérapie” plutôt que d’aller au ski ou à la plage, et les psys seront adulés comme des rock stars et poursuivis par des cohortes de fans hystériques. Les vendeurs de lunettes cerclées de noir, de calepins et de fausses barbes seront richissimes, et les effigies de Jésus seront remplacées par des petits Freud dans les églises.

Et maintenant, êtes-vous accompli ? Qu’est ce qui vous épanouit aujourd’hui dans votre aventure entrepreneuriale ?

Le bébé TonPsy a 1 an. Il commence à peine à marcher (“tituber dans les couloirs du Web, avec des couches culottes en version bêta” serait plus approprié). Je suis heureux de voir que nous gagnons petit à petit en popularité et en légitimité. Notre objectif : que la psychologie par webcam, et la psychologie en général, entre dans les mœurs.

Quels sont les 3 éléments indispensables aujourd’hui pour vous pour entreprendre ?

De la persévérance

Untitled

 “I have not yet begun to fight” – John Paul Jones

La persévérance, ça ne se trouve pas dans les paquets de céréales. Ca se construit au fil du temps. Il est rare qu’une startup dégage des bénéfices substantiels à moins de 2 ans d’existence ; pendant ce temps-là, il faut continuer de croire à son projet et ne pas baisser les bras !  (et continuer d’acheter des paquets de céréales, on ne sait jamais  :-P)

Des qualités humaines

Le savoir-être est aussi important que le savoir-faire, et le réseau est certainement la plus puissante des armes à votre disposition.

Ne soyez pas agréable “en apparence” seulement, parce que c’est important pour réussir : devenez-le, fondamentalement. Transformez-vous intérieurement et vous verrez que les choses positives viendront à vous naturellement.

Bien s’entoureréquipe

Faites comme Charlie : sachez bien vous entourer.

Même si vous vous appelez Léonard de Vinci, même si vous êtes extrêmement talentueux, vous ne pouvez pas tout faire tout seul. Vous avez besoin d’une équipe… Solidarité organique oblige !

Si vous n’aviez qu’un seul conseil à retenir de votre aventure entrepreneuriale, lequel serait-il ?

Continuez votre projet jusqu’au bout, tel “le Chevalier Noir” des Monty Python. On vous coupe un bras ? Continuez. On vous coupe les 2 jambes ? Pô grave. Il ne vous reste plus que le tronc pour vous battre ? Pff, c’est seulement une blessure de rien du tout, vous n’allez quand même pas arrêter alors que vous êtes en train de gagner le combat quand même ?

Yoann Hervouet

Quelles questions se poser avant de choisir son statut d’entreprise ?

Choisir son statut d’entreprise n’est pas une décision anodine : ce choix aura des répercussions sur vos charges, votre statut social, votre comptabilité… Alors comment bien choisir son statut ?

Lors d’une discussion avec d’autres entrepreneurs que vous connaissez (Harold Paris, Nicolas Pène, Johann Yang Ting et Alexandre Bortolotti), nous avions eu une discussion très intéressante sur le choix des statuts d’entreprise. Certains sont autoentrepreneurs, d’autres en EURL voir SAS.

Mais qu’est ce qui a motivé nos différents choix de statut d’entreprise ?

Pour ma part, je suis sous le statut autoentrepreneur. Pourquoi avoir gardé ce statut ? Pour plusieurs raisons :

La première raison : j’ai très peu de charges dans mon activité.

Or, avec le statut autoentrepreneur, je paye des taxes sur mon chiffre d’affaires, et pas sur mon bénéfice (contrairement à l’EURL ou à la SARL). Si je ne peux pas faire baisser mon bénéfice par des charges, alors je ne serais pas gagnant dans ce choix. Après c’est vrai que cela n’est pas aussi simple : plus je discute avec  des experts comptables, plus j’hésite  à faire évoluer mon statut social pour des questions financières…

La deuxième raison :  j’aime la simplicité de ce statut (qui facile réellement la création d’entreprise)

Pas besoin d’effectuer de formalités administratives, lentes, lourdes et stressantes. Tout se fait par internet, même la déclaration du CA trimestriel sur le site net-entreprise.fr.

Voici l’interview d’un expert que j’ai pu réaliser pour comparer le statut d’autoentrepreneur et celui de l’EURL :

[youtube id= »0w8qx35ukMY » width= »600″ height= »350″]

Pas besoin de tenir une comptabilité complexe, chronophages et coûteuse. Mais la contre-partie de cette simplicité est la protection sociale et l’image par rapport à une EURL, une SARL ou une SAS.et surtout une limitation de son chiffre d’affaires.

EURL, le choix le plus naturel

L’EURL (Entreprise Unipersonelle à Responsabilité limitée) est une des solutions de création d’entreprise la plus courante lorsque l’on souhaite créer son entreprise seul. Il s’agit de créer une SARL  (Société à Responsabilité Limitée) mais avec un seul associé. Cette solution permet de protéger son patrimoine personnel et surtout de déduire ses charges et optimiser sa fiscalité et ses revenus (impossible avec le statut autoentrepreneur). Voici une vidéo pédagogique sur le statut SARL (qui fonctionne de la même manière que le statut EURL)

[youtube id= »PAHCGOEgePU » width= »600″ height= »350″]

SAS : un choix possible même si vous êtes le seul associé

Oui, dans ce cas il s’agit d’une SASU (Société par Actions Simplifiées Unipersonnelle). Qu’elles différences avec l’EURL ?

La facilité d’intégrer de nouveaux associés, et surtout la possibilité d’être le salarié de votre société. Si vous souhaitez être salarié et être affilié à la Sécurité Sociale (RSI pour les auto-entrepreneurs et pour les EURL), alors il sera plus simple pour vous à travers une SAS qu’une SARL qui vous obligerait à être dirigeant minoritaire dans ce cas.

Voici donc les trois principaux statuts juridiques en France vous permettant de structurer légalement votre aventure entrepreneuriale (sans oublier le statut associatif de la loi 1901, la coopérative, le statut SCI, et d’autres dont nous ne traiterons pas dans cet article).

Quelles sont les questions à se poser avant de choisir son statut ?

Voici maintenant les principales questions qui me viennent à l’esprit avant d’effectuer mon choix entre l’auto-entreprise, l’EURL et la SAS :

– Est-ce que mon activité génère beaucoup de charges (dépenses, sous-traitance, …) ?

– Est-ce que mes achats permettraient de récupérer de la TVA ?

– Est-ce que j’ai des investissements à réaliser pour mon activité ?

– Qu’elle image ai-je envie de donner à mes partenaires, clients, fournisseurs, … ?

– Est-ce que mon projet est un « test » que je lance à côté d’une autre activité ?

– Ai-je besoin d’un bulletin de salaire ?

– Quelle est ma situation familiale ? Quels sont les risques de mon entreprise pour ma famille ?

– Ai-je envie de profiter de formations (DIF, CIF, …) ?

– Quelle est ma situation professionnelle actuelle ? Puis-je bénéficier d’aides (Pôle Emploi, …) ?

– Quelle est la situation fiscale de mon foyer actuel ? Que deviendra-t-elle après la création de mon entreprise ?

Et vous, quelles questions vous posez-vous lorsque vous pensez à créer votre entreprise ?