Mieux vaut un travail imparfait fait qu’un travail parfait pas fait

efficacité

Webconférence gratuite Jérôme Hoarau

Cette phrase m’est venue à l’esprit quand je réfléchissais à l’équilibre entre efficacité et qualité.

En cherchant la perfection, l’excellence, nous ralentissons le processus de mise en action.

A contrario, en voulant aller trop vite, dans l’action, nous augmentons le risque d’erreurs potentielles et donc baissons la qualité du résultat que l’on veut obtenir. Cette recherche d’équilibre peut donc être très frustrante…

Accepter les erreurs, refuser la médiocrité

Comme nous en avions discuté lors d’une précédente webconférence sur l’entrepreneuriat post-conventionnel, le risque zéro n’existe pas. Le statu-quo est une situation risquée en elle même car le monde avance quoiqu’il arrive (avec ou sans vous). C’est pour cette raison qu’il faut accepter l’idée que les erreurs et les échecs seront toujours présents, quoique l’on fasse. L’important sera de savoir construire avec ces risques, erreurs et échecs pour rester dans une dynamique de construction évolutive et « améliorative ». C’est ça la clef de l’efficacité, en acceptant de faire des choses imparfaites tout en cherchant à les perfectionner.

Accepter les erreurs et refuser la médiocrité pour créer des choses concrètes améliorées au fil du temps. C’est l’esprit du LEAN Startup également, dans un processus itératif (on bâtit en avançant).

Certaines entreprises ont compris l’importance de vivre avec les risques, tout en les gérant. C’est le cas de de startups devenues grandes qui ont lancé leur « Minimum Viable Product » (MVP ou Produit Minimum Viable) en ayant conscience de leur imperfection mais avec l’intention de le perfectionner. J’admire également la démarche et la résilience d’Alexandre Bortolotti et d’Harold Paris qui sont dans cette dynamique à travers leurs différents projets.

D’autres entreprises n’ont pas hésité à aider d’autres sociétés à gérer leurs risques lorsque ces derniers sont trop engageants voir dangereux (comme dans le secteur du bâtiment ou de la recherche biologique par exemple). Voyez par exemple l’entreprise Winlassie qui propose des des logiciels de gestion des risques et un logiciel pour les documents uniques pour ce type d’entreprises à haute responsabilité sociétale ou environnementale.

Créer dans l’imparfait n’est pas agir avec médiocrité

Lorsque l’on cherche à être efficace en acceptant l’imperfection mais en cherchant à perfectionner, le travail produit reste de qualité. D’ailleurs c’est souvent grâce à l’action que l’on progresse et que l’on arrive à augmenter la qualité de son travail. La réflexion pure ne permet pas d’augmenter en compétences dans ce sens. Finalement, créer des choses imparfaites permet de réaliser des choses de meilleure qualité à long terme qu’une quête de la perfection avant la création.

Etes-vous d’accord avec cette phrase ? Si oui, je vous invite à le faire savoir sur vos réseaux sociaux en partageant l’image ci-dessous :

parfait imparfait

AUTEUR

Jérôme HOARAU

Fondateur de Pourquoi-Entreprendre.fr, co-fondateur de La-Semaine.com et de creapreZent.fr, coach Efficacité Professionnelle et Parler en Public. Je suis l'auteur de plusieurs ouvrages dans le domaine de l'efficacité professionnelle et du leadership que vous pouvez retrouver ici : Livres Efficacité Professionnelle et Leadership.

Tous les articles par : Jérôme HOARAU
Loading Facebook Comments ...