Parlez de ce que vous avez réalisé plutôt que de ce que vous avez envie de faire

Pourquoi est-il plus puissant de parler de ce que vous avez fait, ce qui est concrétisé, plutôt que de ce que vous voulez faire ? C’est ce que vous découvrirez dans ce nouveau podcast.

J’ai décidé de partager une bonne pratique que j’enseigne à mes coachs Apprendre à Apprendre : parler de ce que vous avez réalisé plutôt que de ce que vous voulez faire. La raison est que vous conservez votre énergie entrepreneuriale, cette petite pression de l’envie de « délivrer », alors qu’à chaque fois que vous en parlez à une personne, vous libérez une partie de cette pression qui pousse à l’action. André Muller, auteur du célèbre ouvrage « La Technique du Succès« , en parle très bien dans son ouvrage.

Conservez votre énergie entrepreneuriale grâce au silence !

Voici comment je résumerai le message de mon podcast !

Ecoutez grâce au lecteur ci-dessous, l’épisode du podcast.

Un podcast de Jérôme Hoarau, coach en soft skills, pour les Leaders Entrepreneurs.

PS : Ce serait super si vous pouviez partager un commentaire sur iTunes pour me soutenir. Cela me boostera à mieux vous servir !

 

 

 

Travailleurs indépendants : comment se faire connaître #SDE2017 – Salon des Entrepreneurs 2017

Quelles sont les meilleures pratiques pour se faire connaître lorsque l’on débute dans son activité d’entrepreneur indépendant ? Afin de répondre à cette question, j’ai eu la chance d’intervenir pendant le Salon des Entrepreneurs (#SDE2017) à Paris le 2 février 2017 sur le thème « Travailleurs indépendants : comment se faire connaître ».

Découvrez la vidéo de mon intervention ci-dessous :

https://youtu.be/J3CnOBxfrYQ

Des techniques validées sur le terrain chez La-Semaine.com

Depuis 2016, Nicolas Lisiak et moi-même formons et accompagnons des Coachs Apprendre à Apprendre (ou coachs en apprentissage efficace) avec pour mission de former par l’action. D’ailleurs le défi que nous venons de relever avec notre équipe a été de remplir un amphithéatre à La Sorbonne de 150 pour une journée de conférences animées par nos clients fraichement certifiés ! Comme vous le verrez dans la vidéo ci-dessus, je partage avec le public les techniques et outils utilisés pour rendre cet évènement possible.

 

Le Salon des Entrepreneurs 2017 : un RDV entrepreneurial incontournable chaque année

Plutôt que de vous faire un long texte sur ce bel évènement, je vais plutôt partager avec vous quelques vidéos marquant lesgrands moments que j’ai vécus pendant le Salon des Entrepreneurs sur Paris.


Belle rencontre avec Daniel Pardo, auteur de « Travaillez comme indépendant en mode mission« , livre dans lequel j’ai l’honneur d’apparaitre !

Un grand merci au Salon des Entrepreneurs pour cette belle expérience et à la prochaine la team : Aurélie Deboisvilliers, Cédric Debacq, Jordane Zangueneh, Olivier Monteux, Stéphane Briot, et toutes les autres personnes que j’ai pu revoir sur place (Maud de 100000 entrepreneurs, Adrian de Neocamino, Charles de Google, Mustafa de Widoobiz, …)

Enregistrer

Etudiants : augmentez vos chances de trouver votre 1er emploi

Il y a quelques années maintenant, je terminais mes études. Je me souviens encore de ce tiraillement que je vivais à l’intérieur de moi, car la fin de mes études annonce le début de ma vie professionnelle. Que deviendrait ma vie à partir de maintenant ?

Cela faisait un peu plus d’un an que j’avais lancé Pourquoi-Entreprendre.fr avec notamment des interviews d’entrepreneurs. Grâce à ces rencontres et ces articles publiés, je me suis construit un réseau et une marque personnelle m’ayant permis de me faire remarquer par des entreprises. Alors que je n’avais postulé à aucune offre d’emploi (car je voulais lancer ma propre entreprise), plusieurs entreprises m’ont contacté pour me proposer un CDI. Ce fut assez difficile pour moi de renoncer à ces opportunités car mes amis autour de moi avaient du mal à trouver leur stage de fin d’études.

Au delà de me démarquer sur le marché de l’emploi, cette démarche d’interviews m’a ouvert beaucoup de portes (entrées pour des évènements prestigieux, rencontres de personnalités importantes comme des ministres, …).

Aujourd’hui j’aimerais partager cette opportunité avec d’autres étudiants qui veulent booster leur employabilité.

Il existe plus de 435 formations en grande école de commerce en France. Chaque formation engendre des dizaines de nouveaux diplômés tous les ans. Pensez-vous que ce sera le dipôme qui fera la différence pour trouver son premier emploi ? De nos jours malheureusement, le diplôme n’est plus un élément différenciant sur le marché du travail, mais un pré-recquis pour postuler à des offres d’emploi.

Comment faire la différence pour augmenter son employabilité ?

Dans cet article, je partagerai avec vous une opportunité de collaborer avec moi et augmenter vos chances d’être remarqué par les recruteurs.

Développez votre confiance en vous et votre professionnalisme

Aujourd’hui, j’utilise la puissance de l’interview pour créer et cultiver mon réseau. En effet, lorsque vous proposez des interviews, vous êtes offreur d’un cadeau à l’autre (visibilité, notoriété, etc.). Vous n’êtes pas demandeur (demandeur d’emploi par exemple). Ce positionnement change totalement la dynamique que vous pouvez avoir avec vos interlocuteurs.

En plus, adopter cette posture vous fera gagner confiance en vous car vous vous habituerez à contacter des professionnels que vous ne connaissez pas, ce qui est très utile lorsque vous recherchez un emploi ou des clients.

socle solide 2

Cette confiance en vous contribuera fortement à votre professionnalisme, et les entreprises aiment embaucher des professionnels.

Les recruteurs et les managers aiment pouvoir compter sur des collaborateurs opérationnels, comme un client aime se reposer sur un prestataire de qualité. Cet exercice d’interview vous met dans cet état d’esprit en vous faisant côtoyer des dirigeants d’entreprise.

Développez votre réseau et e-reputation (image de marque personnelle)

Bien entendu, grâce à la notoriété montante de Pourquoi-Entreprendre.fr, j’ai pu me construire ma petite réputation dans le milieu de l’entrepreneuriat français. Cette réputation digitale, ou e-reputation, contribue directement à mon image personnelle, c’est à dire à comment je suis perçu par les autres. En l’occurence, il s’avère que les autres professionnels de mon secteur ne me voyaient comme un jeune étudiant à la recherche d’un stage, mais comme un professionnel avec un blog reconnu. Je n’écris pas cela pour me mettre en avant, mais juste vous donner un exemple concret qu’il est possible de se faire sa place grâce à cette dynamique.

En collaborant ensemble comme vous le verrez ci-après, vous pourrez profiter de ces leviers également pour booster votre e-reputation et donc votre employabilité. Et si votre projet est de créer votre entreprise, cela vous sera naturellement utile (comme ça l’est encore pour moi aujourd’hui).

Etudiant : collaborons ensemble sur Pourquoi Entreprendre

Si vous êtes intéressé par cette opportunité, voici ce que je vous propose comme partenariat :

  • Vous réalisez des interviews d’entrepreneurs de manière écrite ou vidéo publiées sur Pourquoi-Entreprendre.fr
  • En contre partie, vous recevez de la visibilité (et de la notoriété), l’entrepreneur interviewé aussi.
  • Chaque fin de mois, j’offrirai une séance de coaching chacun (soit deux séances) au duo de l’interview la plus populaire du mois.
  • Vous serez mis en relation avec les différents contributeurs réguliers pour créer un groupe d’entraide entrepreneuriale.
  • Il s’agit ici d’une première initiative, si la collaboration se déroule bien, nous pourrons peut-être aller plus loin pour d’autres partenariats.

Pourquoi un process d’interview ? Parce que j’aimerais que dans le process, du lien se crée et que ce ne soit pas uniquement des articles rédigés en solo. Par expérience, je sais que cette dynamique est beaucoup plus solide que juste créer du contenu seul.

Cela vous intéresse ?

Contactez-moi grâce au formulaire ci-dessous :

[gravityform id= »1″ title= »false » description= »false »]

PS : si vous souhaitez me motiver à continuer à alimenter ce site, vous m’aiderez beaucoup en partageant cet article sur les réseaux sociaux grâce aux boutons ci-dessous.

 

 

 

La santé de notre économie dépend-elle du Président de la République ?

Cette question m’est venue suite à la lecture d’un article paru sur Le Monde « Economie : les bons et mauvais points du quinquennat Hollande« . Je me rends compte que beaucoup des maux que subissent notre société aujourd’hui sont attribués à la seule responsabilité des décideurs politiques, ici le Président de La République en l’occurence.

Avant d’aller dans le fond de ma pensée dans cet article, je vais préciser mon intention : je ne souhaite pas parler de politique ou d’économie, et encore moins de faire du « french bashing ». Si vous voulez lire un article coup de gueule pour râler contre le gouvernement, les grandes corporations ou les illuminatis, désolé mais vous serez déçu.

Mon intention ici est plutôt de vous faire comprendre que, même s’il est évident que ces décideurs ont une influence plus ou moins importantes sur les malheurs de notre société aujourd’hui, notamment économiques, c’est à nous de décider si nous leur donnons le privilège de tout contrôler dans le monde, et notamment notre vie.

Mon message ici n’est pas politique, économique ou social, il est humain : n’attribuez pas toutes les réussites ou tous les échecs d’un pays à une personne ou à un système en particulier, surtout si vous le désapprouvez, car vous le renforcerez…

Donner le pouvoir de changer à l’autre c’est se l’enlever à soi-même

La France et d’autres pays connaissent des difficultés économiques bien épicées ces dernières années. A cela s’ajoute des défis sociaux de plus en plus pimentés pour donner un cocktail rempli de frustrations et d’agacement. Le premier réflexe lorsque l’on est pris dans ce shaker désagréable : « à qui la faute ? » Il nous faut un coupable.

D’ailleurs, si ce coupable peut être unique c’est encore plus simple. Donc nous choisissons la personne qui a priori devrait porter sur ses épaules les plus lourdes responsabilités de son pays. Finalement cette personne a été élue pour cela en grande partie c’est vrai, il faut assumer. Mais que se passe-t-il réellement lorsque l’on attribue un bilan d’un pays à une seule personne ?

  1. L’inconscient collectif accepte le fait qu’il n’y a qu’un seul responsable de la situation collective : le dirigeant.
  2. Par conséquent les autres citoyens ne sont pas responsables de cette situation.
  3. S’ils ne sont pas responsables, alors il n’ont aucun pouvoir pour améliorer les choses.
  4. Les citoyens deviennent passifs et fatalistes vis-à-vis de ce qu’il se passe dans leur pays, et donc dans leur vie.
  5. La victimisation se généralise, les prises d’initiative se raréfient.
  6. Si le décideur « responsable de la situation collective » est entreprenant, il impulsera la grande majorité des intiatives et augmentera donc son pouvoir et sa puissance.
  7. Les autres citoyens se sentent encore plus impuissants.
  8. Le cercle vicieux de la victimisation / déresponsabilisation se met en place…

Le puissance c’est la capacité à faire, le pouvoir c’est la capacité à faire faire.

Mon message est assez simplifié ici bien entendu, la réalité étant bien plus complexe : pas tous les citoyens sont dans cette dynamique de déresponsabilisation bien entendu, et heureusement. Et ce cheminement mental n’est pas une représentation de la réalité non plus, juste un scénario pouvant prendre vie pour certaines personnes tombant dans le piège de la déresponsabilisation et de la victimisation.

Tout cela pour vous dire que finalement tout est question de choix : est-ce que je choisis d’attribuer les résultats que je vis dans ma vie à une organisation ou à une personne en particulier, ou est-ce que je ne mets pas le focus sur le responsable mais plutôt sur la recherche de solution concrète ?

A la réaction, choisir la proaction

Quand on râle ou que l’on proteste contre quelque chose, on réagit contre cette chose. On est dans une dynamique d’action réaction. Mais comme vous le voyez, la réaction passe en second lieu, c’est le protagoniste à l’origine de l’action qui est initiateur de la dynamique. Quand une personne vous provoque et que vous réagissez, c’est l’autre personne qui a initié la première action. C’est donc a priori elle la personne la plus responsable de la situation. Mais dans ce cas, le première pensée que l’on a c’est que c’est à elle de prendre des responsabilités pour améliorer la situation, pas nous. Nous ne faisons que réagir face à une injustice.

Mais il arrive rarement que la personne ayant provoqué la situation de départ ayant entrainé une réaction prenne ses responsabilités pour améliorer la situation. Elle va au contraire réagir à la réaction, ce qui envenimera encore plus les choses.

Que faire donc ?

Pour ma part je m’applique autant que possible la philosophie de la solution : chercher à être utile et à améliorer les situations. En mettant mon ego de côté, et en me focalisant sur la situation pour améliorer la situation, je ne réagis pas, j’agis.

« NE T’ATTAQUE PAS AU SYSTEME. DEMODE-LE !  » – Bernard Werber

En adoptant cette philosophie, vous vous libérez du cercle vicieux de la réaction pour entrer dans le cercle vertueux et libérant de la proaction. C’est ce que j’impulse dans mes séances de coaching avec mes clients.

Pourquoi j’ai choisi d’accompagner les personnes à reprendre leur puissance et leur pouvoir en main

Je suis convaincu que notre société et le monde en général, se porteront mieux lorsque les personnes reprendront leur puissance et leur pouvoir en main en remplaçant le réflexe du « c’est de sa faute » à « qu’est ce que je peux faire pour améliorer ça ». Bien entendu, l’idée n’est pas de tous se transformer en sauveurs en cherchant à améliorer le monde à tout prix. L’idée est de choisir ses combats plutôt que d’être choisis par eux. Les injustices sont tellement nombreuses qu’il n’est pas humainement possible de tous s’y attaquer chacun d’entre nous. En revanche nous sommes assez nombreux sur Terre pour avoir confiance dans notre capacité à couvrir l’étendue des défis auxquels font face les humains sur cette planète. Pour cela chacun peut choisir son combat et contribuer à l’amélioration de l’humanité.

Et dans la vie quotidienne, cela reviendrait tout simplement à mieux vivre chaque situation, surtout les plus désagréables :

  • Transformer la frustration d’un conflit en recherche de solutions en vue d’une réconciliation,
  • Arrêter d’espérer la réalisation d’une tâche d’un collègue et formuler de manière constructive son besoin,
  • Ne plus se laisser démotiver par un échec mais chercher tout de suite une autre solution pour rebondir,
  • Accompagner ses équipes pour améliorer leurs performances plutôt qu’à les punir,

La liste est infinie bien entendue. De nombreux dirigeants et employés que j’accompagne à travers du coaching prennent conscience de l’importance d’avoir cet état d’esprit au quotidien pour avancer dans leurs projets tout en gardant une bonne santé mentale et émotionnelle.

Si vous aussi vous avez envie de cultiver votre puissance et votre pouvoir, ou ceux de vos collaborateurs, je serais ravi d’en discuter lors d’un appel. Je vous invite à me contacter via le formulaire ci-dessous pour voir comment nous pouvons collaborer ensemble :

[gravityform id= »1″ title= »false » description= »false »]

PS : si vous souhaitez me motiver à continuer à alimenter ce site, vous m’aiderez beaucoup en partageant cet article sur les réseaux sociaux grâce aux boutons ci-dessous.

 

 

 

Défi : le nettoyage des pensées pour obtenir de meilleurs résultats

Vos pensées déterminent votre énergie du moment : elles peuvent vous démotiver ou au contraire vous booster. D’où l’importance de mieux les comprendre, les connaitre voir les canaliser.

Si vous me suivez sur Facebook (ma page est la suivante : Jérôme Hoarau – entrepreneur & coach) vous avez surement remarqué mes dernières réflexions illustrées à propos de ces pensées motivantes et démotivantes comme celle ci-dessous par exemple :

Le temps ne se possède pas, les priorités oui.>> la-semaine.com/sl/olympique

Le temps ne se possède pas, les priorités oui.>> la-semaine.com/sl/olympique

Tout ça pour vous dire que depuis plusieurs jours je porte une attention particulière à mes pensées en :

  • Observant celles qui me traversent l’esprit
  • En identifiant celles qui me pompent de l’énergie et celles qui m’en donnent
  • En créant des pensées énergisantes plutôt qu’énergivores

Ce défi que je me suis fixé pour une durée de 30 jours entre dans le cadre de mon concept d’entrepreneur HQE (Haute Qualité Energétique) dont j’en parle sur cet article : « Soyez un entrepreneur HQE« .

Les pensées et leur impact sur le mental, l’attitude et les résultats

Les pensées sont ces messages qui traversent votre esprit et qui déterminent votre météo intérieure comme le dit mon ami Julien Bouret. Si vous ressassez des pensées démotivantes comme :

  • une frustration  (« j’en ai marre de travailler avec… »),
  • un regret (« j’aurais du… »),
  • une peur (« et si… »),

votre attitude s’en retrouvera détériorée. Si je prends un exemple : vous ressassez votre mécontentement suite à un rendez-vous raté avec un prospect. Le soir vous avez une soirée de networking et vous n’arrêtez pas de penser à ce prospect perdu. Votre attitude sera beaucoup moins positive et ouverte aux autres que si vous étiez enthousiaste à l’idée de rencontrer de nouvelles personnes n’est-ce pas ? Qu’en sera-t-il des résultats de cette soirée de networking ? Il est probable qu’avec cette aigreur que vous avez entretenue dans votre tête que vous n’ayez pas aussi bien réussi à networker qu’à votre habitude.

Vos pensées impactent directement votre mental, qui impactera votre attitude qui impactera finalement vos résultats. Vous aurez plus de chances d’avoir des résultats positifs grâce à des pensées positives qu’avec des pensées négatives.

Identifier les pensées démotivantes et en créer de nouvelles motivantes

Afin de rester en mode HQE (Haute Qualité Energétique), je porte attention à toutes ces pensées qui m’enlèvent de l’énergie, et je les note. Une fois que cette pensée est mise sur papier, je décide de créer une autre pensée plus stimulante et énergisante. Je change mon focus du moment vers quelque chose de motivant. Voici un autre exemple ci-dessous :

J'y travaille" > "J'espère y arriver" la-semaine.com/sl/pep #motivation #action

J’y travaille » > « J’espère y arriver » >> la-semaine.com/sl/pep
#motivation #action

Ca peut paraitre anodin comme ça, mais je suis convaincu qu’à long terme je prendrai le réflexe naturel de créer des pensées énergisantes plutôt qu’énergivores.

Voici un dernier pour la route !

Cultivez des pensées motivantes et faites attention aux pensées démotivantes. Plus de motivation ici : la-semaine.com/sl/olympique #motivation #réussite

Cultivez des pensées motivantes et faites attention aux pensées démotivantes.
Plus de motivation ici : la-semaine.com/sl/olympique #motivation #réussite

Allez vous aussi relever ce défi ?

PS : si vous souhaitez me motiver à continuer à alimenter ce site, vous m’aiderez beaucoup en partageant cet article sur les réseaux sociaux grâce aux boutons ci-dessous.