Catégories
Entreprenariat

La vie n’est plus un lac tranquille – Paul Dewandre

Les propos de cette interview avec Paul Dwandre (auteur et conférencier) ont été recueillis par Morgane Hornsperger (coach en soft skills et facilitatrice graphique), pour Soft Skills Magazine.

Et si vous souhaitez découvrir encore plus d’interviews inspirantes sur les soft skills, cliquez sur le bouton ci-dessous pour vous inscrire gratuitement à Soft Skills Magazine !

« Il faut donc partir de soi et de sa capacité à se faire confiance et à oser se lancer »

Pouvez-vous nous présenter la métaphore du Kayakiste ? 

Les survivants de la deuxième guerre mondiale, traumatisés par ces années d’horreur,

 – on peut aisément le comprendre- ont cherché le moyen de vivre en sécurité et en paix.  

Afin d’être protégés des courants et des rapides, ils construisirent un barrage sur la rivière de la vie pour s’installer sur un lac qui fut découpé en millions de parcelles.

De cette manière chaque habitant pourrait jouir de la tranquillité de ses eaux calmes dans un espace privatisé. Ainsi furent créés les grands systèmes de solidarité comme la sécurité sociale, les retraites, l’assurance chômage ou encore le SMIC qui garantissaient à chacun la sécurité d’un revenu tout au long de leur vie. 

Les Trente glorieuses furent les années «bonheur» où chacun a pu grâce au plein emploi, aménager sa parcelle de plus en plus confortablement.  

Grâce aux progrès technologiques, aux matières premières quasi gratuites, au baby-boom ou encore au plan Marshall, la croissance économique permettait à l’eau d’arriver en abondance dans le barrage. Le niveau du lac montait très vite et donc sa superficie aussi ce qui permettait à chacun d’agrandir sa parcelle.

C’est bien connu, quand le gâteau grossit, …tout le monde aussi !

 On avait donc créé un cercle vertueux où plus les gens consommaient, plus les travailleurs (qui étaient les mêmes puisque tout n’était pas encore fabriqué à l’autre bout du monde à l’époque) gagnaient de l’argent et pouvaient consommer encore plus ! 

La génération d’après-guerre avait pensé avoir réalisé l’exploit de transformer une expédition en kayak parfois dangereuse sur une rivière sinueuse en une agréable balade en barque équipée de tout le confort moderne.

Ils avaient juste oublié que les arbres ne montaient pas jusqu’au ciel et qu’aucun mur aussi solide soit-il ne pourrait résister indéfiniment au renouvellement des générations, aux évolutions technologiques, au vieillissement de la population ou encore à la mondialisation de l’économie, en un mot à la force de la Vie.  

Les premières fissures apparurent lors du choc pétrolier de 1973 qui déséquilibra les économies occidentales.  Le chômage de masse apparut, L’’Etat se mit à utiliser son arme fatale, le crédit, afin de préserver la vie sur le lac.  

Mais malgré toutes les mesures prises, le niveau du lac cessa de monter à cause des fissures. Et donc, pour continuer à agrandir sa parcelle (le but d’une vie dans la logique du barrage), il a fallu aller prendre l’espace dans les parcelles voisines. 

Alors qu’une minorité s’est organisée pour s’approprier des espaces complètement démesurés, des millions d’autres se sont ainsi retrouvés dans des espaces de plus en plus réduits sur des barques qui se sont mises à prendre l’eau de toutes parts. 

Le lac a cessé d’être un endroit paisible et protecteur, il s’est transformé en un lieu hostile de lutte et de repli sur soi.

La crise sanitaire est une bombe de plus qui vient récemment d’exploser sur le barrage ouvrant de nouvelles brèches. 

 Maintenant, avec la récession, le niveau du lac est en train de descendre, ce qui va rendre la vie sur le lac de plus en plus compliquée.  

 Alors aujourd’hui, le choix est simple pour ceux qui ont encore une parcelle. Ou bien ils rament à contre-courant pour garder leur espace, mais avec les brèches, le courant s’intensifie et je pense que ça va devenir de plus en plus épuisant.

Ou bien, ils acceptent de se laisser entraîner par le courant et rejoignent les millions de kayakistes qui poursuivent leur expédition dans la rivière de la vie qui n’a jamais cessé de couler en contre-bas. 

En quoi est-ce capital de renverser la pyramide de Maslow ?

Sur le lac, la règle d’une vie réussie était simple.

1. Assurer sa sécurité financière à travers un emploi le plus rémunérateur possible.

2. Une fois la parcelle acquise, développer des relations familiales qui seraient forcément heureuses puisqu’elles jouiraient du confort d’une jolie barque .

3. Etre fier de soi de réussir à entretenir et à agrandir une belle parcelle. Cette logique du barrage, illustrée par la fameuse pyramide de Maslow ne peut plus fonctionner dans la rivière où il n’est plus question de parcelles à aménager mais plutôt de parcourir avec aisance un tracé parfois sinueux.

Et pour ça, il vaut mieux s’assurer de sa capacité à pagayer avec bonheur.

Il faut donc partir de soi et de sa capacité à se faire confiance et à oser se lancer. 

Et puis quand on dégage plus d’énergie positive, on donne envie aux autres de nous accompagner et la conséquence, agréable, indispensable même est la sécurité qui va en découler. 

Suivre cette logique, évidente pour les plus jeunes générations, n’est rien d’autre que d’inverser la pyramide de Maslow.

 Cette inversion permet de faire de cette sécurité extérieure non plus le but, mais la conséquence et c’est comme ça qu’on passe du lac à la rivière.

En prolongeant la métaphore, pour naviguer dans la rivière, il faut y aller en kayak en ayant inversé sa pyramide car les barques du lac ne sont pas assez maniables, elles s’écraseraient sur les premiers rochers. 

Quelles soft skills allons-nous devoir développer pour sortir du lac et atteindre la rivière ?

Tous les softs skills sont indispensables.  Trouver sa trajectoire, anticiper les courants, savoir où l’on veut aller, suivre son intuition, accepter que le courant soit parfois trop fort et se laisser porter alors dans une direction qu’on n’avait pas choisie et en tirer le meilleur parti possible demandent de la créativité, de l’esprit d’entreprendre, de l’audace ou encore de la gestion du stress.

Accepter de naviguer sans connaître toutes les réponses, trouver le vrai sens de la solidarité qui est de s’entraider à passer des caps plus difficiles, enseigner l’art de pagayer aux plus jeunes, trouver une nouvelle forme d’organisation sociale qui permet à chacun de naviguer à son rythme demandent le sens du collectif, de l’empathie, de la présence, une bonne communication et beaucoup de motivation à se dépasser pour prendre le plus de plaisir possible lors de ce magnifique voyage que nous propose la vie. ​

A propos de Paul Dewandre

Économiste et ingénieur de formation, Paul Dewandre entame sa carrière en créant une compagnie aérienne à Liège. Il deviendra par la suite conférencier et écrivain. Il rencontre John Gray, l auteur du best-seller Les hommes viennent de Mars et les femmes de Vénus en 1996 et se forme auprès de lui. Il crée alors en 2006 le célèbre one-man show éponyme, vu par plus de 2 millions de spectateurs. La Parabole du kayakiste servira de fil rouge à son prochain spectacle. 

Par Jérôme HOARAU

Jérôme Hoarau est conférencier en soft skills (Jerome-Hoarau.com) et est co-organisateur du championnat de France officiel de Lecture Rapide et de Mind Mapping. Il a obtenu plusieurs titres de sport du cerveau tels que :
- Champion du monde de Mind Mapping 2018
- Champion du Royaume-Uni de Mind Mapping 2019
- Vice-champion du Royaume-Uni en Lecture Rapide 2019
Il est le co-auteur des livres "Les Gentils aussi méritent de réussir" (Alisio) et de "Soft Skills (Dunod). Il a également co-fondé le site PassiondApprendre.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.