Catégories
Dossiers

Il n’y a pas que le financier dans la vie de l’entreprise

« Les deux choses les plus importantes n’apparaissent pas au bilan de l’entreprise: sa réputation et ses hommes. » – Henry Ford

Une entreprise est une initiative capitaliste reposant sur l’économie de marché. De ce point vue, on pourrait penser que la seule raison d’être d’une entreprise est financière. Cependant cela est totalement réducteur car une entreprise repose sur des humains : elle est créée par des humains, composée d’humains et apporte des services ou produits à des humains.

Depuis les scandales liés au mal-être en entreprise, la question de la responsabilité sociale des entreprises (RSE) est devenue centrale : quel est l’impact des entreprises sur les humains et sur l’environnement.

Oui ce dernier point est également à considérer, car une entreprise prenant soin des femmes et des hommes mais détruisant l’environnement aura un effet contre-productif pour l’humanité.

Comment les entreprises peuvent-elles donc mesurer leur impact social et environnemental ? Via un reporting extra-financier.

Le reporting extra-financier

Avant, on parlait de rapport RSE. Aujourd’hui ce document va plus loin dans l’analyse, en intégrant une dimension de stratégie également. Ce qui est intéressant dans cette évolution, c’est que la RSE intègre maintenant la stratégie de l’entreprise, alors qu’avant l’entreprise pouvait voir cela comme une contrainte ou « un bonus » en plus de son business.

Qui est concerné par ce reporting extra-financier ?

Ce reporting est obligatoire pour les entreprises d’une certaine taille, donc pas tous les entrepreneurs sont concernés. La déclaration de performance extra-financière est obligatoire pour les organisations de plus de 500 salariés et 100 millions d’euros de total bilan ou de chiffre d’affaires (sauf pour les SAS, à moins qu’elles soient « consolidées »).

Mais ce n’est pas parce que cela est obligatoire pour ces entreprises que cela ne vous concerne pas. Je pense que c’est important pour tous les entrepreneurs d’être conscients de leur impact social et environnemental, quelque soit la taille de son entreprise. Cela permet d’augmenter le spectre de la responsabilité des entrepreneurs qui ont un rôle important dans la société.

 

Par Jérôme HOARAU

Jérôme Hoarau est expert en soft skills (Jerome-Hoarau.com) et est co-organisateur du championnat de France officiel de Lecture Rapide et de Mind Mapping. Il est également compétiteur international en sport du cerveau. Il a obtenu plusieurs titres tels que :
- Champion du monde de Mind Mapping
- Champion du Royaume-Uni de Mind Mapping
- Vice-champion du Royaume-Uni en Lecture Rapide
Il est le co-auteur des livres "Soft Skills" et "Le Réflexe Soft Skills" publiés aux Editions Dunod. I
Il est le co-fondateur du site LesIntelligences.com, proposant des synthèses complètes et opérationnelles des meilleurs livre d'entrepreneuriat et de développement personnel, et co-fondateur du site PassiondApprendre.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.