Articles

4 conseils pratiques : Facebook pour votre business – Révolution des Réseaux Sociaux

Les réseaux sociaux sont devenus depuis quelques années l’un des canaux de communication les plus incontournables pour une entreprise. Que ce soit Twitter, Facebook, YouTube, Instagram, etc., les marques et les entrepreneurs les utilisent sans modération, ou presque. En effet, pendant longtemps vu comme un moyen gratuit de communication et de promotion, les réseaux sociaux ont évolué vers moins de gratuité.

En tout cas c’est ce que j’ai découvert en interviewant Olivier Monteux, expert en la matière avec sa formation Révolution des Réseaux Sociaux.

J’ai la joie aujourd’hui de vous présenter cette interview vidéo dans laquelle nous parlons de son parcours, mais surtout de conseils pratiques que vous pourrez mettre en place dans votre aventure entrepreneuriale.

https://www.youtube.com/watch?v=hupmIiObqtA

Comme vous pouvez l’entendre dans cette vidéo, j’ai mis en pratique ses conseils pour vous faire un retour d’expérience. Voici ces conseils et ce que j’en retiens. Bonne lecture à vous et merci à Olivier pour toutes ces astuces pratiques.

PS : si vous voulez aller plus loin, Olivier lance en ce moment une série de vidéos complémentaires que vous pouvez voir ici :

révolution des réseaux sociaux

Conseil 1 : Qui sont vos clients ?

Cette question semble très logique mais nous n’y passons pas forcément assez de temps. Bien identifier sa cible et ses besoins est indispensable pour avoir une campagne de communication percutante et efficace.

Prenons un exemple, celui de La-Semaine.com qui a lieu en ce moment même (un évènement d’une semaine pendant laquelle 11 conférenciers se relaient pour délivrer des web-conférence gratuites sur les soft skills).

Notre cible peut-être vue en plusieurs « sous cibles » :

– Les personnes intéressées par les sujets de chaque conférences (comme la motivation, la gestion du stress, le leadership,…). Dans ce cas nous avons une cible par conférence.

– Les personnes intéressées par la thématique « Soft Skills » de manière générale (comme les professionnels de l’entrepreneuriat, de l’accompagnement ou des ressources humaines par exemple). Dans ce cas nous avons 1 cible globale plus large.

Par conséquent, en reprenant le conseil d’Olivier, il est important de faire une campagne de communication par cible. C’est la raison pour laquelle nous avons créé un évènement Facebook pour chaque conférence (comme ici par exemple) et un évènement Facebook global pour toute la semaine (comme ici par exemple).

J’ai également créé des articles et des vidéos spécifiques pour les entrepreneurs qui sont intéressés par le développement de leurs soft skills bien entendu, étant la grande majorité de mon auditoire (vous en faites surement partie si vous lisez cet article).

Astuce : je vous conseille de vous renseigner sur le concept de « métabesoin » développé par Claude Ananou, une approche permettant d’aller beaucoup plus loin et en profondeur dans l’analyse des besoins de votre cible. En comprenant les métabesoins, vous pourrez être plus fins et percutant dans votre manière de communiquer.

Conseil 2 : Utiliser la publicité sur Facebook

Comme le dit Olivier dans cette interview, difficile de communiquer efficacement sans recourir à la publicité sur Facebook. En effet, sans publicité, vos posts ne seront vus en moyenne que 4% par vos fans… Un ration plutôt faible en terme de portée.

Par conséquent voici ce qui peut-être fait :

– Des campagnes « test » sur chaque cible pour promouvoir un évènement, une vidéo ou une page web. Olivier conseille de commencer avec un budget de 100 euros par semaine pour plusieurs messages sur plusieurs cibles afin de comparer les résultats et voir là où il est pertinent de mettre son énergie et ses sous.

– Faire de la publicité sur ses fans en priorité car cela revient beaucoup moins cher.

– Combien me coûte un prospect ? Cette question est importante pour voir s’il est pertinent d’opter pour une campagne Facebook, ou pour comparer différentes publicités test que vous avez pu faire. Pour calculer cela, vous pouvez faire le ratio « Nombre d’inscrits générés/ Budget de la publicité ».

– Combien me rapporte un prospect ? Grâce au ratio suivant : « Nombre de prospects / Bénéfice généré », vous pourrez voir si ces campagnes génèrent plus de revenus qu’elles n’en consomme et comment cela se répercute sur vos nouveaux prospects. Mais attention à ne pas vous laisser aveugler par une vision court terme au détriment de votre vision long terme.

Conseil 3 : Publier des vidéos directement sur Facebook

Comme vous pouvez le penser, Facebook et Google ne sont pas les meilleurs amis du monde. Par conséquent, Facebook ne fait plus de cadeau aux vidéos YouTube qui circulent sur son réseau. Une vraie discrimination positive a été mise en place par le plus grand réseau social du monde : les vidéos publiées directement sur Facebook font passer de 4% à 20% vos chances d’être vu. D’où l’importance de publier des vidéos directement sur Facebook plutôt que de partager une vidéo YouTube.

J’ai pu faire un test comme me l’a recommandé Olivier pour La-Semaine.com, et les résultats sont impressionnants comme vous pouvez le voir ici :

– plus de 550 vues pour 2300 personnes atteintes (alors qu’en moyenne sans vidéo je fais 300 personnes atteintes).

C’est la raison pour laquelle j’ai refais une vidéo pour promouvoir cet article, et suivre le conseil d’Olivier jusqu’au bout.

Conseil bonus : Créer des évènements directement dans des groupes Facebook

C’est quelque chose que Nicolas Lisiak a découvert pour La-Semaine.com : en créant un évènement directement dans un groupe Facebook, vous pouvez envoyer une notification à tous les membres du groupe, ce qui n’est pas possible pour une page fan.

Ce qui donne envie de cultiver et d’entretenir un groupe Facebook même si cela demande beaucoup de travail (animation et modération).

J’espère que ces tests et ces conseils vous seront utiles pour votre aventure entrepreneuriale.

Si vous voulez aller encore plus loin, je vous recommande fortement de suivre les vidéos de formation que propose Olivier Monteux dans le cadre du lancement de sa formation Révolution des Réseaux Sociaux. Je peux vous assurer que vous développerez vos compétences de community manager et de webmarketeurs. 

Pour cela, il suffit de s’inscrire via la page suivante : Révolution des Réseaux Sociaux.

SocialMediaPro

A bientôt !

 

 

 

8 conseils pour optimiser la page Facebook de votre entreprise

Facebook fait maintenant partie de la boite à outil du digital entrepreneur (ou de la web entreprise). Mais comment faire les bons choix sur ce réseau social ?

Cet article est proposé par Buddyweb, une agence web sur Paris.

Les pages Facebook sont assez faciles à créer, mais leur optimisation demande un minimum de connaissances. Une page Facebook bien optimisée apporte plusieurs avantages:

  • Améliorer l’image de marque : Une page Facebook bien illustrée qui contient les bonnes informations renforce l’image de marque et transmet un message de confiance.
  • Améliorer son référencement sur Facebook : Une page bien optimisée et bien remplie ressortira plus souvent dans la recherche interne de Facebook, mais aussi dans les résultats des moteurs de recherche comme Google.
  • Inciter au partage : Qui a envie de suivre et de partager une page laide et incomplète ? Facilitez l’accès à l’information avec une page agréable et bien organisée et vos fans se feront un plaisir de partager vos publications !

Vous êtes prêt à optimiser la vôtre ? Voici un petit rappel des bonnes pratiques pour que vous puissiez optimiser votre page Facebook.

1. Photo de couverture et logo

C’est la première chose que l’on voit en arrivant sur la page. Nous disposons de 2 espaces : la photo de profil et la photo de couverture.

La photo de couverture est la plus grande, vous pouvez y ajouter une bannière à vos couleurs, des illustrations, une photo, du texte etc. Attention : Facebook a récemment annoncé récemment que le texte des photos de couverture ne doit pas dépasser 20% de la surface. La photo de couverture a une taille maximum de 850 x 315 pixels.

La photo de profil est plus petite :  Rétrécie à 160 x 160 pixels sur la page, elle sera répétée en miniature tout au long de vos publications. L’image doit donc être compréhensible même quand elle est affichée en très petit : c’est pourquoi les entreprises choisissent généralement d’y insérer leur logo ou leurs initiales.

2. Le bon titre pour une page Facebook

Le titre de votre page est le titre utilisé dans les résultats des moteurs de recherche (il s’agit de la balise HTML « title »). On pourrait effectivement y placer des mots-clefs mais nous conseillons de rester au plus simple possible pour éviter de donner une image de SPAM. Idéalement il s’agit du nom de votre entreprise, rien de plus.

3. Choisir les bonnes catégories

Depuis peu, Facebook nous propose de choisir des catégories ainsi que des sous-catégories (appelées « sous catégories de lieux »). Si vous ne remplissez pas ces dernières, la catégorie principale sera affichée sous votre logo, sinon c’est les sous-catégories qui seront affichées.

 PSG

Il est possible de choisir jusqu’a 3 sous-catégories, étant donné qu’il y en a peu (à ce jour), à vous de sélectionner les plus adaptées.

4. Une description pertinente 

Editable depuis le champ « Brève description », elle est limitée à environ 140 caractères. Elle devra donc être aussi courte qu’un tweet et présenter votre organisation. C’est le seul texte fixe et éditable de la page principale (il faut cliquer sur « à propos » pour voir le reste), c’est le moment ou jamais d’y insérer 1 ou 2 mots-clefs de votre activité. Il est également possible d’y insérer un lien : Il suffit de rentrer l’URL (http://www.exemple.fr) pour qu’elle devienne cliquable.

5. Une adresse URL optimisée

Si votre page a plus de 25 fans, vous pouvez « revendiquer » votre adresse URL (du type : http://www.facebook.com/votre.entreprise) pour votre page Facebook. C’est quand même plus sympa qu’une longue série de chiffres.

6. Une fiche bien remplie 

Prenez bien le temps de remplir les différents champs pour présenter votre société. Renseigner l’adresse et le numéro de téléphone apporte de l’information à vos visiteurs et transmet également votre localisation aux moteurs de recherche (Google propose de plus de plus de résultats personnalisés en fonction de la géolocalisation). N’oubliez pas également de mettre au moins un lien vers votre site web (même si vous l’aviez déjà mis dans la description).

  

7.  Utilisez votre fil d’actualité comme un pro

Le contenu partagé sur votre fil d’actualité (ou timeline en anglais) est le coeur de votre page Facebook. A vous de présenter du contenu attractif pour vos fans et de le mettre en forme correctement et d’alterner entre statuts, photos, vidéos et liens. Les photos s’ajustent pour rentrer dans un carré de 404 x 404 pixels. Il y a également la possibilité de les promouvoir « photos en avant » pour qu’elles occupent toute la largeur avec une taille de 851 x 315 pixels.

 Les Moments-clefs permettent également d’y insérer une image de la même taille.

8. Créer des liens externes vers votre page

Créer des liens externes qui pointent vers une page augmente la notoriété de cette dernière. Malgré ses différences avec les sites internet traditionnels, une page Facebook reste une page web et les moteurs de recherche favorisent les pages qui ont les plus de liens entrants. 

De nombreux sites où l’on peut créer son profil proposent de mettre un lien vers une page Facebook, c’est le moment de le faire ! Ces liens vont améliorer le positionnement de la page Facebook sur Google.

Conclusion 

En conclusion, sur Facebook comme ailleurs sur le web, les bonnes pratiques font souvent la différence. Si Facebook fait partie de vos moyens de communication (il devrait en faire partie), prenez un moment pour vérifier que la page de votre société répond bien aux exigences ci-dessus pour faire la différence et augmenter sa rentabilité.

Fans sur Facebook : qualité vs. quantité, la donne a-t-elle changé ?

Une « grosse » page fan facebook est-elle gage de succès pour une marque ? Peut-être pas. Voici l’article proposé par Gilles Grosjean, Partner et co-fondateur d’Abbie&Rose.

Une fois n’est pas coutume, j’ai décidé ici de m’intéresser à une problématique bien pratique: les pages ‘fan’ de Facebook.

Ces pages sont devenues en quelques années un élément incontournable de la communication des entreprises. En tant que co-fondateur d’Abbie&Rose, label de chemises ‘casual’ pour hommes, je me suis intéressé depuis deux ans déjà à l’approche des marques de notre secteur face à cet outil relativement neuf.

Le premier constat est une évidence: les marques se sont rapidement lancées dans une course effrénée pour réunir un maximum de ‘fans’ sur leur page et à ce petit jeu, c’est Burberry qui gagne haut la main avec plus de 14 millions de fans à ce jour! Mais ce qui m’intéresse, c’est ce qu’il en est pour les jeunes marques et les petites entreprises qui n’ont pas la même notoriété et les mêmes moyens que Burberry.

Tout le monde n’est sans doute pas d’accord sur l’approche à adopter pour développer une page, mais on constate en pratique qu’un nombre de fans élevé donne une crédibilité à la marque qui en bénéficie. Du coup, la course au volume a aussi été déclarée chez les jeunes marques qui cherchent des trucs et astuces pour faire grimper (souvent artificiellement) leur nombre de fans. Parmi ces moyens, il y a évidemment le bon vieux concours: ‘likez’ notre page et vous pourrez gagner un cadeau! Des concours que l’on pourrait appeler ‘like, share & win’…

Bien naïf que j’étais, j’ai plus d’une fois été très impressionné par le nombre de nouveaux fans qu’une telle opération peut apporter… jusqu’à ce que je découvre le twist, parce qu’il y en a un évidemment… Pour les autres naïfs, le voici: il existe en réalité des sites internet qui répertorient les concours (voir www.jeu-concours.biz ou www.concours-du-net.com et des dizaines (centaines ?) d’autres). Ces sites sont visités par des ‘fans’ de concours qui passent leur temps à ‘liker’ des pages, sans intérêt aucun pour la marque, mais avec le seul espoir de gagner une babiole!! Et ça marche: j’ai pu voir des pages ‘gonflées’ de plusieurs centaines de fans en quelques heures ou quelques jours grâce à un concours…

Ceci-dit, si le seul objectif est le nombre, il existe mieux pour augmenter son nombre de fans: plus rapide et moins cher… En effet, pour 5$ seulement, il est possible d’acheter 1.000 fans Facebook (ou des followers sur Twitter, des vues sur vos vidéos Youtube, etc.), et si vous choisissez bien votre fournisseur, ils vous seront livrés endéans les 24h! A quoi bon encore organiser des concours qui prennent temps et argent, pour une (piètre) qualité de fans finalement comparable?

Et puis, en un coup, sans crier gare, Facebook a changé les règles du jeu: fini le tout gratuit, les entreprises vont devoir mettre la main au portefeuille. Les algorithmes ne sont toujours pas très clairs, mais globalement, pour atteindre la même visibilité qu’avant, il faut payer. Quel rapport avec le nombre de fans me direz vous? Il est bien simple, lorsque vous payez, votre message est visible par un grand nombre de vos fans et d’amis de ces derniers.

Vous voyez où je veux en venir? Si vous avez un grand nombre de fans, mais de piètre qualité vous allez donc payer pour que votre message s’affiche chez eux… un bon gaspillage, non? En outre, votre message va s’afficher chez les amis de vos fans de piètre qualité… qui, je suis prêt à le parier, ne seront guère intéressés par votre marque non plus… Du coup, suite à ces modifications, j’ai entendu et lu de nombreuses plaintes de la part de jeunes entreprises, déçues par les résultats de leurs campagnes payantes – certaines criant même au vol et au scandale – mais toutes, je dis bien toutes celles qui se plaignent ont un point commun: une base de fans partiellement acquise par concours ou par achat.

La conclusion est donc simple: pour nous, jeunes marques, les pages Facebook sont indispensables pour communiquer avec nos clients, mais il ne faut pas oublier que l’outil n’est pas mature et qu’il subira certainement encore des modifications dans les mois et années à venir. C’est pour cette raison que chez Abbie&Rose, nous avons décidé d’être patients et de construire notre page avec de vrais ‘fans’, réellement intéressés par notre projet… ceci dit, c’est peut-être nous qui avons tort…