Articles

La préparation mentale pour les entrepreneurs

Comment quelques minutes de visualisation (ou de préparation mentale) vous aident à mieux entreprendre ce que vous faites ?

Dans la même lignée de mon précédent podcast, je partage aujourd’hui avec vous un outil incontounable pour les Leaders Entrepreneurs ambiteux : la préparation mentale. C’est un outil que j’utilise constamment avec mes coachs Apprendre à Apprendre.

Cette technique est issue du sport de haut niveau et combine un certains nombres d’outils tels que la visualisation par exemple. Il s’agit de réaliser une simulation dans votre tête d’une situation que vous allez ou que vous souhaitez entreprendre (comme un rendez-vous client réussi par exemple).

Faites une simulation de la réalisation de votre objectif !

Pour en savoir plus sur comment j’utilise cet outil de performance professionnelle, voici le podcast au format audio (téléchargeable également au format MP3).

Un podcast de Jérôme Hoarau, coach en soft skills, pour les Leaders Entrepreneurs.

PS : Ce serait super si vous pouviez partager un commentaire sur iTunes pour me soutenir. Cela me boostera à mieux vous servir !

 

 

 

La répétition et l’autodiscipline : la clef pour développer les soft skills

Découvrez dans ce podcast comment la pratique des « défis soft skills » muscle votre autodiscipline et vice-versa, comment la répétition et l’autodiscipline vous permettent de développer ces compétences.

Les soft skills sont les compétences tranversales, humaines et comportementales que l’on utilise tous les jours quelque soit son métier. Mon métier en tant que coach consiste à créer des programmes d’entrainement soft skills pour les personnes désirant développer leur leadership et leur efficacité professionnelle.

Dans ce podcast vous découvrirez comment je développe mes soft skills à travers les défis 30 jours et la création de vidéos régulières. De même, vous verrez en quoi avoir un binôme décuplera votre autodiscipline et votre rigueur à travers l’engagement personnel et l’engagement moral.

Ecoutez grâce au lecteur ci-dessous, l’épisode du podcast.

PS : Aimez-vous mes podcasts ? Si c’est le cas, n’hésitez pas à poster un commentaire sur iTunes !

 

 

 

Rebondir après un échec ou une difficulté

Comment les entrepreneurs rebondissent et font preuve de résilience après un « échec » ? Découvrez ce nouveau dossier pour booster votre résilience et mieux rebondir !

L’aventure entrepreneuriale est souvent remplie d’imprévus, de difficultés et d’obstacles à dépasser. Comme une image vaut 1000 mots…

Résilience : rebondir face aux difficultés

Résilience : rebondir face aux difficultés

Comme booster sa résilience et savoir rebondir face à ces difficultés ou à des « échecs » ?

Voici mon TOP 3 en matière de bonnes pratiques pour mieux rebondir dans ces situations :

  1. Transformer un « échec » en apprentissage : extraire l’enseignement duplicable de la situation.
  2. Lâcher prise sur les objectifs et les résultats : être dans une dynamique de pro-action plutôt que de réaction.
  3. Musclez ses soft skills : développer sa créativité et sa motivation pour faire preuve d’adaptabilité.

 

Afin de compléter ces éléments, j’ai invité trois entrepreneurs qui ont osé se dévoiler :

  • Estele Gnana
  • Erik Le Dantek
  • Sara Sebban

Merci à vous trois pour vos précieux retours d’expérience !

Estelle Gnana

« Je dirais, non pas un échec mais un défi, une expérience : celle de rebondir après un licenciement économique (moi ainsi que toute l’équipe) plus une liquidation après 13 ans d’existence. Et pour 7 ans dans la boite et mon 1er job après mes études. Comment transformer l’expérience en aventure d’entrepreneuriat de « soi » finalement, développer ses soft kills, travailler sur ses différents freins, développer sa créativité. Et arriver à decrocher 1 entretien pour un poste qui te fait monter en compétences alors que je n’avais pas le profil classique pour rentrer dans la boîte. »

« Hormis ce détail je trouve que c’est ce qu’il y a de plus « durable » en terme d’acquis, les soft skills. Et du coup totalement « ré-exploitables » par la suite dans une autre rupture de parcours. C’est ce que je fais d’ailleurs. Et je fais des ruptures ou transitions une expérience en soi valorisante et valorisable. »

Erik Le Dantek

« L’échec qui m’a le plus marqué c’est alors que j’avais 28 ans et que j’ai par manque de connaissances et d’expériences coulé une entreprise de nettoyage que j’avais monté en partant de zéro et qu’il m’a fallu aller expliquer cela au 15 employés que j’avais !! J’ai rebondi en leur retrouvant un nouveau jobs à chacun d’eux et en reprenant une carrière de commercial dans une grande multinationale allemande !! »

Sara Sebban

« Mon plus grand échec, il y a 10 ans, avoir voulu faire des économies de bouts de chandelles et ne pas avoir su clarifier mes attentes vis à vis de mes premiers partenaires. J’ai aussi entretenu une sorte de paranoïa en matière de protection de mes  »idées ». Depuis, j’ai appris à m’entourer, à demander, à être plus généreuse. Je fonctionne avec un mindset inspiré de la culture de l’open source, travaille en collaboration, je ne cherche plus à systèmatiquement contractualiser toutes les relations d’affaires et surtout à donner la priorité à la qualité des échanges qui est propice à l’identification de synergies. Comme le disait Nelson Mandela :  »Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends. »

Et vous, que faites-vous que vous devez rebondir ?

 

 

 

Enregistrer

Stop aux fausses excuses : prendre de vraies décisions pour avancer

« C’est trop dur », « je ne suis pas en forme », « ce n’est pas le moment », « je n’ai pas assez d’éléments pour », …

Personnellement j’entends souvent cette petite voix dans ma tête qui me chuchotte (ou m’hurle) ces petites phrases paralysantes, m’empêchant d’accomplir les choses importantes qui doivent être faites. Mais je ne pense pas que je sois la seule personne dans ce cas.

Ces excuses qui déboulent dans notre esprit juste avant de prendre une décision sont ces excuses (voire fausses excuses) pour nous protéger et éviter de sauter dans l’inconnu.

Non à la procrastination, oui à la proaction

Pour m’entrainer à ne plus tomber dans ce piège de la procrastination, j’ai décidé de relever des défis, à commencer par celui de réaliser des vidéos improvisées en ville, comme vous pouvez le voir en début de cet article ou dans mon dernier article ici.

Cela me permet d’entendre mais de ne pas écouter cette voix m’anonçant des excuses pour me protéger. C’est un entrainement mental à part entière, un entrainement pour sortir régulièrement de ma zone de confort et de faire preuve de courage dans des moments de peur ou de doute. Ce sont des soft skills dont a besoin l’entrepreneur pour évoluer et progresser.

Et vous que faites vous pour dépasser ces excuses et prendre de vraies décisions pour avancer ?

Je vous invite à réaliser ce petit défi avec moi ci-dessous :

PS : si vous souhaitez me motiver à continuer à alimenter ce site, vous m’aiderez beaucoup en partageant cet article sur les réseaux sociaux grâce aux boutons ci-dessous.

 

 

 

Productivité et créativité : quand colorier rime avec efficacité

Tout le monde aime être productif, efficace et efficient. Si ces trois soft skills peuvent se développer par des entrainements, elles ne sont pas toujours disponibles quand nous en avons besoin : il y a des moments pendant lesquels la machine ne veut pas avancer.

Que faire dans ce cas ?

Il existe de nombreuses techniques et réflexes à déployer dans ces situations. Aujourd’hui j’aimerais vous faire découvrir une bonne pratique qui émerge au travail et qui est pour le moins surprenante : le coloriage.

 

Comment fonctionnent la productivité, l’efficacité et l’efficience ?

La productivité est votre capacité à produire un maximum de tâches en un minimum de temps. Etre productif donne l’agréable sensation d’avancer, d’être en mouvement et donne une bonne énergie liée à l’action. Etre efficace en revanche, c’est votre capacité à atteindre vos objectifs. Quand vous êtes efficace, vous obtenez des résultats, même si cela vous demande du temps ou beaucoup d’énergie. Et être efficient, c’est votre capacité à optimiser vos ressources quand vous agissez : votre temps, votre énergie, vos compétences… J’en parle dans cet article.

Comme vous l’aurez compris, quand vous vous sentez au mieux de votre forme dans votre quotidien professionnel c’est souvent dans ces moments pendant lesquels vous êtes à la fois productif, efficace et efficient.

Malheureusement ces moments « au top » ne sont pas constants et sont souvent entrecoupés de moments plus mous, moins stimulants et pendant lesquels nous bloquons sur des problèmes. C’est dans ces moments que nous avons besoin de faire une pause sur le travail en cours pour aérer son cerveau et lui donner un second souffle. Pour ma part, j’aime faire une session de jogging, de yoga ou tout simplement faire une pause méditative. Mais il y a également une autre pratique que je vais bientôt mettre en place : le coloriage.

 

Le coloriage : une pratique en pleine explosion au travail

Le coloriage est l’une des activités préférées des enfants. Puis, passé un certain âge, ce loisir tombe aux oubliettes. Or, il s’avère qu’elle est très bénéfique pour les adultes, et à plusieurs niveaux :

  • elle booste la créativité,
  • elle réduit le niveau de stress,
  • elle augmente la productivité.

Une étude menée par JPG illustre ces faits assez surprenants.

Comment le coloriage peut-il apporter autant de bénéfices ?

Au delà d’apporter une pause à notre quotidien hyperconnecté et guidé par la volonté d’être productif et efficace, il permet également d’ancrer son esprit dans le moment présent. Le cerveau est un muscle qui a lui aussi besoin de se ressourcer. Le coloriage fait partie de ces activités ressourçantes pour notre matière grise.

Si vous souhaitez vous y mettre, voici quelques feuilles de coloriage à imprimer chez soi disponible sur ce lien.

 creativity-can-boost-your-business_

La créativité : une énergie bénéfique pour son efficacité professionnelle

Etre productif ou efficace est important au travail. Mais la créativité aussi. Cette compétence permet de trouver des solutions à des problèmes et de générer de nouvelles idées pour innover. Ces pauses pour le cerveau permettent de lui redonner de l’énergie pour devenir créatif. C’est la raison pour laquelle vous trouvez des solutions lorsque vous marchez, courez, regardez la télévision, etc. Le cerveau prenant du recul sur la situation, il devient plus facile pour lui d’y apporter des solutions. Et comme les solutions et les idées contribuent directement à l’atteinte de vos objectifs, la créativité alimente aussi votre efficacité. La boucle est bouclée.

Allez-vous intégrer dans votre quotidien professionnel ces pauses pour votre cerveau ?

PS : si vous souhaitez me motiver à continuer à alimenter ce site, vous m’aiderez beaucoup en partageant cet article sur les réseaux sociaux grâce aux boutons ci-dessous.