Réaménager votre seule source de revenus, votre site web – Sylvain Bruyère

Lancer son business sur le web, c’est tendance courante de nos jours. Internet propose de nombreuses fonctionnalités, de multiples stratégies et techniques différentes afin que tout le monde y trouve son compte. Cependant, il est nécessaire de savoir adapter son site lorsqu’il y a des changements de fonctionnalités, de nouvelles pratiques ou techniques. Il faut alors réaménager son site web, qui est son outil de travail.

Mais comment faire cette refonte sans perdre ses données, sa belle position SEO et ses clients ?

Sylvain Bruyère fondateur de Cadeau Masetro, nous retrace son challenge face à une refonte de son site Internet et nous livre des conseils afin de surmonter ce défi.

Merci à Sylvain Bruyère pour son témoignage.

Pourquoi et comment votre entreprise est-elle née ?

Cadeau Maestro est né fin 2008, où si Internet proposait déjà pléthore d’offres d’objets en tout genre, rares étaient les sites web proposant une gamme large et variée sur le domaine unique du cadeau original. Le lancement s’est donc d’abord fait sur le web, avec le site cadeau-maestro.com, mais s’en est suivi l’ouverture d’un premier point de vente fin 2009 à Saint-Etienne, la ville UNESCO du design.

L’objectif du site est clair : être le spécialiste du cadeau sur Internet. Si chaque commerce peut être amené à vendre du cadeau et à emballer ses objets, c’est pour Cadeau Maestro l’unique source de revenu. En bon spécialiste, nous étudions notre domaine d’activité avec attention, et nous complétons donc notre gamme d’objets originaux en tout genre avec des cartes de vœux, des bougies d’anniversaire, des sacs cadeaux ou du papier cadeau vendu à la feuille.

Le lancement s’est fait en entreprise individuelle, et nous sommes passés en EURL courant 2011. Les raisons sont simples : une fiscalité très différente, et plus avantageuse pour la taille que l’on avait. Nous sommes 7 personnes à temps plein aujourd’hui (2013), faisant vivre le site web, son petit frère laporteaclefs.com, et la boutique.

Quel est le plus gros challenge auquel vous avez du faire face ?

Le challenge, lorsque l’on est entrepreneur, commence dès la création, avec les difficultés de convaincre, que ce soit les banquiers, la famille, les amis, ou les futurs clients et fournisseurs.

Parmi les challenges les plus complexes que j’ai eu à relevé en tant qu’entrepreneur, il y a nos (trop) nombreux déménagements (déjà 4 locaux, en 4 ans), avec la recherche de locaux, le déménagement en soi, ou les travaux à réaliser dans chaque local.

Cependant, le plus gros challenge reste à venir, avec la refonte du site actuel pour cet été (ce sera la 3èmeversion). C’est un projet lourd à suivre de près, car de nombreux indicateurs sont à prendre en compte pour que les choses se passent bien : conserver les fonctionnalités actuelles, mais en ajoutant de nouvelles. Car une refonte seulement graphique ne suffit pas à améliorer la conversion ou le panier moyen. Pour l’anecdote, nous profitons de chaque refonte pour une légère modification du logo, afin que le logo reste moderne, mais pas trop différent pour ne pas à avoir refaire tout nos supports de communication print déjà imprimés. Vous pourrez donc profiter d’un logo tout beau tout neuf cet été.

Quelle a été votre première réaction face à ce défi ?

Ma première réaction est certainement la peur et le doute. Faut-il refaire le site, notre outil de travail et source de revenus ? C’est une somme de risques importants :

– L’éventualité de perdre quelques belles positions SEO, durement gagnées

– Le chamboulement pour le client fidèle, qui avait ses habitudes de navigation

– Le risque simple de faire moins bien, et décevoir les clients

– Le risque informatique, de perdre des données durant la bascule (pour le cas, nous restons sur le même CMS – Prestashop – donc le risque est moindre)

 Evidemment, entreprendre c’est par définition savoir prendre des risques. Le risque est donc pris, et je suis certain qu’il en vaudra la chandelle.

Comment avez-vous fait pour analyser la situation avant d’y faire face ?

L’analyse est simple : comment continuer de faire évoluer une société qui à 4 ans, et commence à avoir une croissance en baisse (passée de 100% à 50% environ en 1 an). Il faut impérativement lancer de nouveaux projets, de nouvelles sources de revenus, et de nouvelles sources d’acquisition clients. Plusieurs chantiers sont donc lancé en 2013 pour satisfaire cet objectif.

Outre que le site soit vieillissant, il n’était plus adapté à notre situation :

– Le nombre de références a doublé depuis la dernière refonte. Le site déborde, les catégories paginent toutes beaucoup, la page d’accueil ne présente plus l’ensemble de l’offre correctement …

– L’avènement des mobiles et tablettes (qui représentent 25% du trafic du mois dernier), doit être pris en compte. Mais également, aspect souvent oublié, les très grands écrans sont de plus en plus répandus (finis les 17’, places aux 22’ dans la plupart des ménages).

– Un back office limité, qui malgré pas mal d’améliorations effectuées en interne pour gagner du temps, notamment sur la préparation de commandes, peut encore être amélioré.

Ces 3 principaux points nous ont amené à lancer ce projet de refonte du site.

Quelles décisions avez-vous prises pour mettre en exécution des actions concrètes ?

La décision de revoir complètement l’arborescence du site était une décision forte, car cette arborescence n’avait pas été revue, ou qu’en partie, depuis la création. A ce choix s’ajoute un accès différents aux catégories du site web, avec une segmentation plus fine.

A l’heure actuelle, l’approche première sur le site est : « Quel type de cadeau je souhaite offrir ? ». Les catégories et sous-catégories du menu mène l’utilisateur à ses fins. Désormais, l’approche sera différente, avec une segmentation supplémentaire : le client pourra choisir d’abord par thématique, mais également par événement et par destinataire. 3 approches différentes lui seront proposées, selon la connaissance qu’il aura du destinataire du cadeau.

Quelle méthode avez-vous utilisée ?

La méthode, lorsque l’on confie un tel projet à un prestataire, doit être assez stricte.

Si le projet est encore en cours, et n’en n’est qu’à ses prémices, nous limitons les interactions pour ne pas surcharger le prestataire, et assainir les relations. Ainsi, un cahier des charges complet et mûrement réfléchi a été soumis au prestataire, tout en écoutant ses conseils.

Nous n’hésitons pas à lui dire non lorsque l’on sent que le travail part dans la mauvaise direction. Et à l’inverse, nous insistons pour que le prestataire nous dise lui aussi lorsqu’il pense que nos choix ne sont pas appropriés, et qu’il ne le garde pas pour lui en se disant que le client a le dernier mot.

Qu’avez-vous retenu de cette situation aujourd’hui ?

Ce que je retiens, c’est certainement ces 3 points pour réussir la refonte d’un site web :

– Faire un cahier des charges. Ne jamais se dire quelques points à l’oral et s’imaginer que ça suffit. Cet exercice permet également de se poser de nombreuses questions et de prendre du recul sur son site web.

– Apporter une réelle plus value au site web. La simple refonte graphique ne suffit pas. Il est important  d’ajouter des fonctionnalités. Pour avoir des idées, il suffit généralement de savoir écouter ses clients.

– Privilégier la communication. Pour travailler en bonne entente avec le prestataire, c’est comme dans un couple, il faut parler. Se dire quand ça ne va pas, et savoir également dire quand tout va bien.

Merci à Audrey et à pourquoi-entreprendre.fr de m’avoir accorder ces quelques lignes !

Votre site est-il adapté ou doit-il être réajusté ? 

2 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *