Interview d’Aurélien Amacker – blogueur entrepreneur

Aurelien-and-mum-@-the-Blue-18-03-08-003

Après les interviews d’Alain Mevellec et de Sébastien Chatelier, nous avons le plaisir d’accueillir Aurélien Amacker, web entrepreneur auteur du blog R*** Me I’m Famous. Vous allez pouvoir découvrir son parcours et son très beau projet. Bonne lecture à vous 😉

Pourquoi entreprendre : Après avoir découvert ton blog Read Me I’m Famous, j’ai également découvert ton projet. Pourrais-tu nous le présenter et nous faire rêver ?

Aurélien Amacker : Bonjour Jérôme, mon projet « 1 an pour développer une activité sur Internet, parcourir le monde et kiffer » a débuté en février 2010 quand j’ai pris la décision de refuser un travail bien payé à Paris pour développer un business online et continuer à voyager après avoir vécu deux ans en Australie.

Pourquoi entreprendre : Qu’est ce qui a fait que tu aies choisi ce mode de vie ? Ton parcours a-t-il influencé ton choix ?

Aurélien Amacker : J’ai toujours adoré voyager et j’ai passé deux ans en Australie où j’ai monté une activité commerciale et réussi à mettre de l’argent de côté. A 30 ans ma priorité c’est maintenant de gagner une certaine liberté en continuant à être mon propre patron et en pouvant travailler depuis n’importe où dans le monde. Internet c’est typiquement le moyen de réaliser cela.

Pourquoi entreprendre : Pourquoi ne pas avoir tenté de créer une boite « classique », comme tout bon entrepreneur de notre temps ?

Aurélien Amacker : Etant donné que je faisais du commerce en Australie, quand je suis revenu en France j’ai envisagé de développer une activité sur les marchés car c’est assez lucratif mais je me suis aperçu qu’il était difficile d’obtenir de bonnes places et l’investissement restait assez important, sans compter que je ne connaissais pas le métier.

Je me suis aussi intéressé à la franchise mais ce sont des investissements financiers colossaux, on peut effectivement gagner beaucoup d’argent mais si tu te plantes c’est fini, tu passeras toute ta vie à rembourser tes dettes. Il faut bien voir que la franchise c’est un moyen pour des entreprises de déléguer le risque commercial. De plus, les process sont complètement standardisés et l’entrepreneur est plus une sorte de manager ; j’ai beaucoup de créativité et je ne pense pas que ce soit le meilleur contexte pour l’exprimer.

Il se trouve que j’écrivais un blog depuis mon départ en Australie pour parler d’investissement, de développement personnel et de voyages et je me suis alors aperçu que certains blogueurs amateurs qui traitaient des mêmes thématiques gagnaient entre 500 et 1000 euros par mois. Je me suis dit qu’avec cet argent je pourrais très bien vivre dans de nombreux pays dans le monde, vu que je voulais continuer à voyager, que j’aime écrire et que l’investissement financier est nul j’ai choisi de me lancer dans cette voie.

Pourquoi entreprendre : Tu as un beau projet, mais comment penses-tu qu’il va tenir ?

Aurélien Amacker : En tant que chômeur créateur d’entreprise je bénéficie de l’ACCRE qui est une exonération partielle des cotisations sociales. Pour te donner une idée je suis en auto-entrepreneur et la première année je paye 5,30% de cotisations sociales sur mon chiffre d’affaires, sachant que mon activité nécessite peu de frais c’est un statut très avantageux. De plus je compte vivre dans des pays ou le coût de la vie est moindre, cet été je pars en Pologne pour travailler depuis là-bas et en novembre je m’envole pour la Colombie où  je compte passer 3 mois. Si ça se passe bien j’enchainerai ensuite sur un autre pays d’Amérique du Sud. Là-bas, il est possible de vivre avec 500 euros par mois.

Pourquoi entreprendre : As-tu connus des échecs qui t’ont permis d’apprendre et de t’améliorer ?

Aurélien Amacker : Oui comme tout le monde, j’étais ingénieur et je gagnais bien ma vie mais comme je voulais évoluer je suis passé commercial et j’ai été licencié au bout de 6 mois. Le licenciement en lui-même a été un soulagement mais ce qui a été pénible ce sont ces 6 mois où je travaillais d’arrache-pied et je voyais bien que les résultats n’étaient pas au rendez-vous, ça me préoccupait terriblement et ça me rendait malheureux dans ma vie. Après, avec du recul il faut bien comprendre que quand on prend des risques il faut accepter de perdre, le tout c’est de bien évaluer les risques en amont pour être préparé en cas d’échec. En plus si je ne m’étais pas fait licencier je ne serais pas parti en Australie et je n’aurais pas vécu cette formidable aventure qui a été la mienne.

Pourquoi entreprendre : Quelle est la réussite dont tu es le plus fier ?

Aurélien Amacker : Jusqu’à présent c’était justement mon aventure en Australie mais en fait je suis encore plus fier de ce que je suis en train de réaliser car je m’éclate sur le plan professionnel et je vais pouvoir continuer à voyager et découvrir de nouvelles cultures et ça me rend beaucoup plus fier que si j’avais accepté ce poste d’ingénieur avant-vente chez un éditeur logiciel, j’aurais gagné plus d’argent mais j’aurais été beaucoup moins heureux.

Pourquoi entreprendre : Mais comment te vois-tu dans 10 ans ? Dans 20 ans ?

Aurélien Amacker : Mine de rien ça fait 3 ans que j’ai quitté le salariat donc j’ai une idée assez précise de comment je veux vivre ma vie, appelle ça un entrepreneur ou un homme d’affaires mais je veux me lever le matin pour gérer mes affaires et mes projets personnels. Je me vois bien vivre de l’édition Internet dans un endroit ensoleillé autour de la méditerranée, les enfants en plus.
Pourquoi entreprendre : Penses-tu que blogueur professionnel soit un métier d’avenir et qu’il va exploser en France ?

Aurélien Amacker : Je pense qu’une nouvelle génération de blogueurs professionnels va émerger dans les deux prochaines années avec des techniques marketing plus agressives. On va justement assister à une professionnalisation croissante de ce nouveau métier, à la frontière entre écrivain et marketeur.

Pourquoi entreprendre : Quels conseils pourrais-tu nous faire partager pour entreprendre ?

Aurélien Amacker : Le premier conseil d’est d’attendre la bonne opportunité. J’avais un projet de création d’entreprise à la sortie de mes études mais après avoir fait une étude de marché et demandé l’avis d’entrepreneurs expérimentés, j’ai décidé de ne pas me lancer et la suite m’a donné raison puisque j’ai constaté que ceux qui s’étaient lancés sur le créneau ne faisaient pas des étincelles. Du coup j’ai trouvé un poste d’ingénieur bien payé et j’ai passé des années très heureuses, et ce n’est que 4 ans plus tard en Australie que j’ai eu une bonne opportunité.

Mon deuxième conseil qui est un corollaire du premier c’est justement de se préparer pour être prêt quand la bonne opportunité se présente. J’ai commencé à apprendre l’anglais tout seul en 2004 en me disant que je partirai peut-être travailler à l’étranger et dès que j’ai commencé à travailler j’ai mis de l’argent de côté en me disant que j’aurais besoin d’un petit capital pour un jour démarrer ma propre société.. ..vous connaissez la suite 😉

Merci beaucoup Aurélien d’avoir partagé avec nous ton histoire et tes conseils d’entrepreneur, nous te souhaitons bonne chance pour ton projet !

Vous pouvez suivre ses aventures sur son blog R*** Me I’m Famous.

AUTEUR

Jérôme HOARAU

Fondateur de Pourquoi-Entreprendre.fr, co-fondateur de La-Semaine.com et de creapreZent.fr, coach Efficacité Professionnelle et Parler en Public. Je suis l'auteur de plusieurs ouvrages dans le domaine de l'efficacité professionnelle et du leadership que vous pouvez retrouver ici : Livres Efficacité Professionnelle et Leadership.

Tous les articles par : Jérôme HOARAU
Loading Facebook Comments ...
16 commentaires
  • Sylvain de ZeroDette.com

    Merci à vous deux pour cette interview !

    En tant que lecteur fidèle de R*** Me I’m Famous, je connaissais déjà une bonne partie de l’aventure dans laquelle s’est lancé Aurélien et j’adore le concept de « développer une activité sur Internet, parcourir le monde et kiffer ».

    En ce qui concerne l’émergence d’une nouvelle génération de blogueurs, je pense que c’est en effet en cours de réalisation. Nous en sommes la preuve 🙂

    Bonne continuation et bonne chance à tous les deux !

  • Jérôme

    Oui, les blogueurs sont de plus en plus nombreux. Et ces derniers voulant vivre de leur passion (le bloging) seront aussi de plus en plus nombreux, surtout lorqu’on voit les parcours tels que ceux d’Aurélien.

  • Simon de Toile-Filante.com

    Pour ceux qui comme moi le suivent depuis son séjour en Australie, son parcours est en fait très logique… et très frustrant pour nous autres qui sommes encore salariés. Mais bon, ils faut bien que certains se lancent pour donner l’exemple et faire des émules.

  • MaxR de Maxadi

    Je pense en effet que la nouvelle génération de blogueurs va devoir utiliser des techniques marketing afin de sortir du lot.

    Fini l’époque où bloguer consistait à tenir un journal intime en ligne … en tout cas, pas si on souhaite vivre de son blog.

    MaxR
    Maxadi.com

  • Le Marketeur Français

    « Attendre la bonne opportunité » ?

    Je suis très surpris de ce conseil !

    D’autant que l’absence de réussite spectaculaire de ceux qui se sont lancés sur le marché au moment de ton été, n’est pas un véritable indicateur du potentiel du marché, plutôt un indicateur de leur propre potentiel.

    Ce conseil me semble risqué :
    Comment peux-tu savoir, aujourd’hui, si ton nouveau projet est la bonne opportunité ?

    Sébastien

  • Aurelien

    « D’autant que l’absence de réussite spectaculaire de ceux qui se sont lancés sur le marché au moment de ton été, n’est pas un véritable indicateur du potentiel du marché, plutôt un indicateur de leur propre potentiel »

    Tout à fait mais ce n’est pas ce que j’ai dit, j’ai dit que cette information avait conforté mon analyse du marché qui m’avait auparavant conduit à ne pas me lancer.

    « Comment peux-tu savoir, aujourd’hui, si ton nouveau projet est la bonne opportunité ? »

    Tout à fait exact encore une fois je n’en sais rien, mais n’oublie pas que mon objectif n’est pas uniquement un objectif financier mais c’est aussi et surtout un objectif de vie, si je peux gagner correctement ma vie en ayant une grande liberté je serai plus heureux que si je gagnais plus ma vie mais en étant moins libre.

  • Gilles

    Belle histoire en effet. Le besoin de liberté devient flagrant à mesure que les conditions de travail se dégradent et que les gens prennent conscience que l’entreprise ne leur assurent plus un emploi à vie ou/et ne récompensent pas leurs efforts. C’est amusant de constater que pas mal de jeunes ingénieurs s’essaient à ce parcours alors que ce n’étaient pas le cas il y a 15 ans.

    Attention toutefois, car célibataire (visiblement) pour l’instant il est très mobile et a peu de besoin, mais une fois mariée avec des enfants (et il en veut) ce sera un peu plus difficile mais pas impossible bien entendu.

  • Aurelien

    Ta remarque est tout à fait juste Gilles, je suis célibataire et ça me donne une grande liberté, mais justement de nos jours les gens font des enfants de plus en plus tard, alors pourquoi ne pas mettre à profit cette liberté pour oser prendre des risques ? J’ai 30 ans et je pense avoir des enfants à 35 ans, ça me laisse quelques années pour profiter à fond.

  • youssefelhouari

    Aurélien je te suis n’importe ou ! s’il te plait accepte moi dans ta formation  » bloguer et gagner  » je suis vraiment passionné par cet activité et je vous promet que je serais brillant 😉 dans l’attente d’une réponse favorable 🙂

  • christian

    excellent article !!!!! je suis moi même débutant dans le milieu et je souhaite également construire mon affaire et en vivre avec le temps et surtout être libre!!!!!

Laisser une réponse

Votre adresse courriel ne sera pas poubliée