Articles

Entreprendre en coopérative : replacer l’humain au cœur de son projet

Modèle d’entrepreneuriat en réseau, le commerce associé constitue une alternative à la franchise : les membres d’un groupement sont à la fois entrepreneurs indépendants et actionnaires de l’enseigne. Un mode de gouvernance participative qui œuvre pour l’intérêt de tous.

Plus forts ensemble
Le commerce associé est né de la volonté commune de commerçants de se regrouper en réseau afin d’être plus forts : mutualisation des achats pour des tarifs compétitifs, mise en place de politiques d’enseignes et d’actions commerciales communes, mais aussi développement d’outils de solidarité financière. Les savoir-faire et les moyens de chaque entrepreneur sont également mis en commun à travers le « groupement », une société anonyme coopérative de commerçants.

Tous sur un pied d’égalité
Intermarché, Sport 2000, JouéClub, Best Western, Orpi… Une centaine de groupements ont investi tous les secteurs d’activité et réalisent plus de 131 milliards d’euros de chiffre d’affaires*. Quelle différence avec la franchise ? Leurs membres sont à la fois adhérents et actionnaires de la structure centrale. Ils achètent des parts sociales et s’acquittent de cotisations, tout en recevant des dividendes. Chacun possède un statut de commerçant indépendant au sein de son point de vente et participe aux prises de décisions de l’enseigne. Quel que soit son chiffre d’affaires ou son ancienneté, l’entrepreneur détient le même pouvoir que les autres associés du groupement.

Un échange permanent
Ancien franchisé dans l’immobilier, Gérard Prigent, 55 ans, a choisi de rejoindre le groupement d’agences immobilières L’Adresse : « le système directif de la franchise ne me convenait plus, à cause de son côté trop scolaire. Dans le système coopératif, l’échange de bonnes idées se fait spontanément, et l’entraide entre les sociétaires est réelle : nous discutons beaucoup du métier, et nous échangeons nos bonnes pratiques. » Un état d’esprit positif qui permet aux deux agences du chef d’entreprise de prospérer.

 

Pour aller plus loin, consultez l’interview de Gérard Prigent sur les Echos de la franchise.

___________
* Source : résultats annuels du Commerce Associé, publiés par la Fédération des enseignes du Commerce Associé en mai 2012

Ariane GAUDEFROY, Les Echos de la franchise.com

Les Echos de la franchise proposent de mettre en relation les candidats entrepreneurs avec des réseaux de franchise ou de commerce associé. Le site fournit des conseils pour créer son entreprise en réseau : actualités, agenda, tendances, enquêtes, témoignages et avis d’experts pour choisir son enseigne.

Cet article a été publié dans le cadre du partenariat entre Pourquoi Entreprendre et Les Echos La Franchise.

Entreprendre en franchise : se lancer en s’appuyant sur une enseigne connue

Entreprendre rime souvent avec création d’entreprise.

Certes « créer sa boite » est un moyen de prendre sa vie en main, mais ce n’est pas le seul et pas forcément le plus simple (vous pouvez « intraprendre », reprendre une entreprise, faire une association ou porter un projet sans forcément créer de structure). Et pour surmonter ce challenge de la création d’entreprise lorsque l’on a pas encore d’expérience dans le domaine, il existe une voie entrepreneuriale : la franchise.

C’est pour partager avec vous cette voie entrepreneuriale (dont je n’ai pas encore beaucoup parlée jusqu’à maintenant sur ce blog) que Pourquoi Entreprendre et Les Echos La Franchise s’associent pour vous proposer des articles sur cette thématique régulièrement.

Voici donc le premier article que Les Echos publient sur Pourquoi Entreprendre. Bonne lecture !

 

25 % des Français rêvent de devenir leur propre patron. Mais trouver la bonne idée de concept n’est pas donné à tous. La franchise offre l’avantage d’un concept clés en main déjà connu des consommateurs et dont la rentabilité a été éprouvée.

 

La franchise Subway, Eléphant Bleu, Guy Hoquet L’Immobilier… Parmi les 1 569 réseaux de franchise présents en France, de nombreuses marques ont pignon sur rue et ont parfois rôdé leur savoir-faire depuis plus de 20 ans. Au lancement de son point de vente ou de son agence, l’entrepreneur bénéficie donc dès le départ d’une forte notoriété et de l’appui de l’enseigne.

Pour adhérer à un réseau, nul besoin de provenir du secteur. Au contraire, les franchiseurs préfèrent souvent travailler avec des non-initiés qui suivront leurs recommandations à la lettre. Formations métier, méthodes commerciales, logiciels informatiques, centrale d’achats, publicité nationale ou plateforme logistique… L’accompagnement et les services de la tête de réseau varient selon les enseignes et permettent à l’adhérent de se concentrer sur l’opérationnel et sur la rentabilité de son affaire. En contrepartie, le franchisé verse un droit d’entrée et paye des redevances sur son chiffre d’affaires. Rappelons d’ailleurs que malgré l’assistance du franchiseur, l’entrepreneur reste indépendant. Il est donc responsable de ses actes, juridiquement et financièrement.

Dernier atout non négligeable, la franchise permet d’échanger avec les autres membres du réseau. Certains franchiseurs impliquent fortement leurs adhérents dans les réflexions stratégiques de l’enseigne… Une belle opportunité de participer à l’histoire d’une grande marque.

Ariane GAUDEFROY, Les Echos de la franchise.com

 

Les Echos de la franchise proposent de mettre en relation les candidats entrepreneurs avec des réseaux de franchise ou de commerce associé. Le site fournit des conseils pour créer son entreprise en réseau : actualités, agenda, tendances, enquêtes, témoignages et avis d’experts pour choisir son enseigne.

Et vous, pensez-vous passer par une Franchise pour entreprendre ?