Vous avez l’idée mais pas le site web

idee business mais pas le site web

Cet article sur le web entrepreneuriat vous est proposé par Bertrand, fondateur de My-bee. Retrouvez son interview ici : Interview de Bertrand Sylvestre  cofondateur de la startup My-Bee.fr. Dans cet article, découvrez les 5 pistes pour pouvoir concrétiser votre projet entrepreneurial sur le web.

Assis sur votre canapé ou en vous baladant un jour en forêt, vous pensez à des choses et d’autres et d’un coup l’idée géniale surgit. Vous vous renseignez, c’est totalement inédit, personne avant vous n’y a songé, le marché est énorme et le Business Model ne peut que fonctionner.

Vous décidez donc de vous lancer dans l’entrepreneuriat. Vous trouvez un associé, des fournisseurs, des clients potentiels, des statuts de SARL rédigés, un banquier sympa… Votre idée est fin prête à se concrétiser. Oui mais voila il vous faut un site.

La plupart des activités aujourd’hui exige la mise en place d’un site web ne serait-ce qu’un site vitrine, c’est moins cher et plus efficace qu’un point de vente « brick and mortar ». L’ouverture d’un site Internet est parfois même au cœur de votre projet de e-commerce ou de réseau social par exemple.

Première piste : Votre cousin qui est dans l’équipe est un geek prodigieux

Dans ce cas la poursuite de la lecture est inutile. Allouez donc ce temps libéré au remerciement du Tout-Puissant qui vous a fait naître dans la bonne famille.

Seconde piste : Faire appel à une agence

Le nombre d’agence de création web est en constante progression depuis une dizaine d’année. Fait nouveau depuis 3-4 ans : ces agences ne se contentent plus de vous assister sur la partie technique (programmation + design), elles vous proposent dorénavant pour la plupart des conseils sur votre identité visuelle mais aussi sur votre référencement, sur du SEO (Search Engine Optimization), de l’hébergement… Les services sont  exhaustifs peut être trop. Si vous avez les moyens ou si vous avez levé des fonds, je vois peu d’intérêt à s’offrir tout de suite une solution globale. C’est vous entrepreneurs qui devez au préalable vous intéresser aux problématiques de marketing et de communication.

Au-delà de ça, faire appel à une agence ne vous exonère pas de tout travail puisque vous devrez de toute façon élaborer un solide cahier des charges qui peut prendre presque autant de temps que le développement du site.

Enfin le principal inconvénient c’est le prix.  Si vous faites appel à un/des freelancers (http://www.progonline.com/ par exemple) certaines équipes basées en Tunisie ou en Roumanie seront plus abordables mais attention au décalage entre ce que vous souhaitiez dans le cahier des charges et ce qui est livré.

A titre indicatif et ça n’engage que moi, je dirais que:

# Un site statique (« site vitrine ») vous coûtera entre 500 et 3 000 €

# Pour un site dynamique (c’est-à-dire lorsqu’il y a une interaction avec l’utilisateur. Ex : réseaux sociaux, e-commerce…), vous devrez sortir entre 2 000 et 15 000 €

Enfin le prix n’est pas le défaut majeur de cette démarche, c’est la maintenance. Votre site est créé en one-shot par des infographistes et programmeurs qui passent ensuite à d’autres projets. Si vous avez un peu réfléchi, vous avez demandé l’intégration d’un back office de type CMS (Système de Gestion de Contenu) qui vous permet facilement de changer un article, d’ajouter un produit… sans toucher au code. Mais le jour où vous souhaitez une modification majeure vous devrez repasser à la caisse et vous manquerez peut être de réactivité.

Troisième piste : Trouver un « geek »

Intégrer un geek à l’équipe vous permet de surmonter ces deux écueils : vous n’aurez rien à débourser si vous le rétribuez en parts et les compétences étant en interne, vous ne pourrez pas être plus réactifs. Le seul problème est qu’il faut trouver cette perle rare et croyez moi, ce n’est pas si simple. Un grand nombre de porteurs de projets s’arrachent les cheveux dans cette ruée vers l’or. Cherchez dans vos connaissances proches et lointaines, dans les écoles d’informatique, de graphisme, d’ingés… ou sur des plateformes comme http://fr.teamizy.com/ qui se développent beaucoup en ce moment.

A noter toute fois, qu’un « geek » est la plupart du temps spécialisé. Vous aurez donc besoin au minimum d’un graphiste et d’un programmeur si votre site est dynamique et l’un d’eux devra porter de temps en temps la casquette de l’intégrateur web.

Si vous franchissez déjà ces obstacles, c’est bien. Une question se posera alors : ils sont dans l’équipe, comment vais-je les rémunérer/rétribuer ? Vous avez peu de cash. Ils n’en veulent d’ailleurs peut être pas. Ils mettent leur grain de sel à votre édifice, il est donc légitime qu’ils aient une part du capital. Vous vous dites cependant (à tort) que cette tâche n’était pas si stratégique, que vous auriez pu la sous-traiter et donc que ce type de mission est du simple travail et ne peut être rémunéré comme on rémunère l’innovation et la prise de risque…

Cette interrogation a déjà fait l’objet de nombreux débats, je la résoudrais comme suit :

# Le travail a été fait sérieusement, vous êtes satisfaits par le résultat et même si ça aurait pu être mieux, vous savez que vous conserverez ce site tel quel pour quelques années. Dans ce cas, empruntez, grattez un Astro Gémeaux ou faites la manche mais débrouillez vous pour rémunérer votre expert comme il se doit (ça vous a coûté moins cher qu’une agence) mais pas la peine de lâcher des parts, elles sont précieuses.

# Le résultat est bluffant, des recherches sur votre secteur, votre marché, vos clients… ont été effectuées, le produit livré colle parfaitement au concept que vous tentez de diffuser/vendre. Votre « geek » pourrait donc se transformer à plein temps en un associé de qualité si lui aussi est convaincu du projet. Si en plus vous comptez faire évoluer rapidement votre présence numérique, signez la cession de part tout de suite.

Dans tous les cas posez avant tout travail les bases et faites honneur à ce que vous avez promis si vous voulez fuir le danger. En un clic, votre « geek » déçu par un retournement de veste de votre part, peut saboter tout ce qui s’écrit en langage binaire à tout jamais.

Quatrième piste : Apprendre à coder vous-mêmes

Comme ça, ça a l’air compliqué. Vous avez un jour cliquez par mégarde sur Ctrl + U ou Clic gauche et « Inspecter l’élément » lorsque vous naviguiez sous Chrome et vous avez pris peur.

En réalité, la programmation est un langage comme un autre qui demande un peu d’effort mais surtout beaucoup d’intérêt et de curiosité : il faut maitriser la syntaxe, être rigoureux et pratiquer souvent.

Si vous formez donc le projet de vous y coller et de créer vous-même le site de votre boîte, ne partez pas tête baissée. Si vous voyez cette entreprise comme une corvée, ne vous lancez pas et passez au cinquième point. Apprenez dans le but d’assouvir votre curiosité, parce que vous aimez la logique, parce vous avez toujours voulu savoir ce qui se tramait du côté obscur de la toile, parce que cet autre monde vous attire.

En une semaine intensive, vous pouvez maitriser le HTML et le CSS, je vous recommande pour cela http://www.siteduzero.com/ et http://www.alsacreations.com/

Pour info, le HTML n’est pas un langage de programmation, ne faite donc pas tout de suite croire à vos potes que vous êtes un génie. C’est un langage de balisage plutôt simple et compréhensible. Vous pouvez coder sur Bloc-notes mais Notepad est plus commode grâce à la coloration des différentes balises pour vous y retrouver.

Le plus dur concernera la partie design sauf si vous décidez d’acheter un kit graphique sur http://www.templatemonster.com/. Comptez entre 20 et 50 €. Vous utiliserez ensuite vos compétences HTML/CSS pour adapter le kit à votre projet

Si vous souhaitez vous adonner à votre nouvelle passion qui est le webdesign, soyez prêt à passer du temps pour parvenir à un résultat convenable. Pour cela, inspirez vous des sites que vous trouvez beau, en lien avec votre secteur et votre concept. Inspirez vous seulement. Bien que le Net soit une jungle dans le domaine de la propriété intellectuelle et artistique, avoir le même site que votre concurrent n’aidera pas à développer votre business. Téléchargez ensuite Photoshop ou The Gimp, faites des tutoriaux et soyez patients : au début vos créations seront forcément vilaines. Avec le temps ça viendra.

Réservez ensuite un nom de domaine (environ 5€  en .com ou .fr) et un hébergement (20-30 € par an pour un serveur mutualisé). Je vous recommande l’hébergeur français OVH http://www.ovh.com.

Pour mettre en ligne le site que vous avez conçu sur votre PC, il vous faut un client FTP, logiciel qui permet de placer les pages, images et tous les éléments de votre site sur les serveurs de votre hébergeur à Roubaix et le rendre ainsi accessible à tout piéton du web. Téléchargez FileZilla ou Dreamweaver qui est à la fois un éditeur et un client FTP (un mix de Notepad et Filezilla donc).

Je parlais bien évidemment d’un site vitrine peu élaboré. Si votre projet nécessite un site dynamique, il vous faudra apprendre des langages de scripts (PHP par exemple) et/ou des langages orientés objet (Python par exemple et maîtriser les bases de données (MySql par exemple). Tout ceci vous prendra un petit peu plus de temps et c’est un euphémisme. Si vous n’avez aucune notion, oubliez cette idée ou renoncez à la création de votre boîte pour vous consacrez nuit et jour à cet apprentissage.

Sachez toutefois qu’aujourd’hui, de nombreuses solutions clé-en-main existent et satisfont même les initiés. Pourquoi perdre des heures et des heures pour programmer « une fonction panier » alors qu’en 30 minutes vous pouvez installer une boutique de e-commerce « préfabriquée ».

Cinquième et dernière piste : Se débrouiller avec vos moyens en recadrant vos besoins/en vous adaptant

Pour résumé, vous n’avez pas trop d’argent, pas trop de compétences techniques, pas trop de temps… mais vous êtes malin. Vous allez donc vous adaptez et non l’inverse.

Votre projet requiert un site Internet plutôt standard ou si ça n’est pas le cas, vous renoncez à quelques excentricités. Je vous propose donc deux outils que vous connaissez probablement déjà.

Si vous avez besoin d’un joli site vitrine de quelques pages, c’est un Word Press qu’il vous faut. Je trouvais jusqu’à l’année dernière que ça faisait trop blog et qu’ils se ressemblaient tous. J’ai changé d’avis en créant le blog de MyBee https://my-bee.fr/blog/. Cette solution est « un CMS (Système de Gestion de Contenu) gratuit qui permet de créer et gérer facilement l’ensemble d’un site web ». Il vous faut quelques connaissances basiques pour le placer sur votre serveur distant et le configurer. Si ce n’est pas le cas, trois solutions s’offrent à vous :

# Vous cherchez et trouvez forcément sur les innombrables forums consacrés à ces sujets.

# Vous harcelez votre hébergeur ; OVH vous portent toujours assistance si vous avez un problème

# Vous me contactez en dernier recours

Vous trouverez de nombreux thèmes, ne vous hasardez pas à tout redesigner vous-même. Certains sont gratuits, tous les autres payants et je vous recommande vivement de dépenser une trentaine de dollars sur http://themeforest.net/ pour vous offrir le thème de vos rêves. Vous ne serez pas déçu.

 

Deuxième outil : Prestashop si vous avez besoin d’une boutique en ligne. Je connaissais cette solution depuis quelques temps mais je l’ai utilisé pour la première fois il y a un mois sur cette boutique de déguisement pour enfant http://lafeelicie.com/ qui n’est pas encore fin prête.

Le back office pour gérer votre activité est vraiment de qualité, les fonctionnalités sont impressionnantes et le résultat est bluffant. Là encore si vous avez besoin d’aide, consultez le forum ou contactez moi. N’hésitez pas à acheter un thème. La solution est gratuite, vous pouvez donc faire un geste pour parer votre site avec le plus bel habillage. A partir de 40 € je crois. Vous pouvez également vous offrir une foule de services et certains sont particulièrement intéressants businessement parlant.

Pour conclure, apprenez et codez par curiosité au départ et par passion ensuite mais si la ligne « Site Internet » de votre To Do List d’entrepreneur n’est pour vous qu’une formalité nécessaire (indispensable même) à la réalisation de votre projet, utilisez les outils clé-en-main qui existent aujourd’hui.

 

J’espère avoir pu éclairer un peu cette problématique à la lumière de mes quelques expériences web, de mon premier site web http://aidefrancais.free.fr/ à ma première start-up http://my-bee.fr/. N’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions sur le sujet, j’essayerai de prendre le temps d’y répondre.

AUTEUR

Jérôme HOARAU

Fondateur de Pourquoi-Entreprendre.fr, co-fondateur de La-Semaine.com et de creapreZent.fr, coach Efficacité Professionnelle et Parler en Public. Je suis l'auteur de plusieurs ouvrages dans le domaine de l'efficacité professionnelle et du leadership que vous pouvez retrouver ici : Livres Efficacité Professionnelle et Leadership.

Tous les articles par : Jérôme HOARAU
Loading Facebook Comments ...
2 commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse courriel ne sera pas poubliée