Articles

De startuper à entrepreneur social : le parcours de Stéphane Chollet de Surya World

Stéphane Chollet a un parcours hors du commun : après avoir travaillé dans le domaine des technologies en Amérique et en France, il se passionne pour les arts martiaux et le yoga. Cette passion se transforma en vocation : son nouveau projet Surya World a une vraie vocation sociale et écologique.

Voici son interview en vidéo, dans laquelle vous aurez de vraie pépite de sagesse qui j’espère vous inspireront dans votre quotidien professionnel.

Notez que j’offre une séance de coaching gratuite aux personnes qui auront twitté et « facebooké » cet article. Plus de détails à la fin de cet article.

Stéphane Chollet : le parcours d’un entrepreneur passionné de yoga et de sagesse

[youtube id= »kTYtgEx7Cyg » width= »700″ height= »450″]

Stéphane était passionné d’arts martiaux (comme moi d’ailleurs) et c’est en creusant la philosophie des arts martiaux qu’il a découvert la sagesse à l’origine de cette pratique et de cette philosophie : le yoga. Après avoir vécu en France et aux Etats-Unis et travaillé dans le domaine de l’informatique, il se dédia entièrement à sa passion et partit donc à la recherche de cette sagesse en Inde.

C’est sur cette base que Stéphane a construit son projet Surya World :

– des cours de yoga et d’arts martiaux (arts d’épanouissement personnel)

– des programmes de reforestation (écologie)

– du soutien aux orphelinats (humanitaire)

Surya World est maintenant implanté dans plusieurs villes dans le monde entier :

  • Paris (dont je fais parti en prenant des cours de yoga chez eux, je recommande personnellement !)
  • Londres
  • Montréal
  • Marseille
  • La Réunion

Surya World : une organisation originale développement durable

Au-delà des activités écologiques, sociales et humanitaires de cette organisation, Surya World est construite autour d’une vision et d’une communauté très active portée par un sens : Surya World est fondée sur de l’holacratie (management par le sens). C’est une organisation sous forme de cercle plutôt que de pyramide. Ce management innovant crée plus de justice, de sens et de motivation qu’une structure pyramidale classique.

Les profits de cette entreprise sont également reversées à des programmes écologiques et humanitaires pour changer le rapport que l’on a avec l’argent : c’est du social business.

Les revenus de Surya World sont générés par les cours et les formations que délivrent Stéphane Chollet, et par les donations pour soutenir leurs actions.

Le conseil de Stéphane Chollet aux entrepreneurs

Suivez vos passions. Soyez passionnés et construisez votre projet autour de cette passion. Croyez en votre vision pour résister aux obstacles. Entourez-vous pour maintenir et faire aboutir votre vision.

Pour celles et ceux qui sont intéressé(e)s par le yoga et le développement durable, je vous invite à visionner les deux autres vidéos de l’interview de Stéphane Chollet portant sur ces sujets (attention, c’est vraiment passionnant !) :

[youtube id= »ngNInFt76Gw » width= »700″ height= »450″]

[youtube id= »kTYtgEx7Cyg » width= »700″ height= »450″]

Une séance de coaching à gagner

Comme je vous le signalais plus tôt dans cet article, j’offre aux personnes souhaitant être coachées une séance gratuite à distance (durée 30 min). Pour la recevoir, je vous demande de m’envoyer un email sur « jerome @pourquoi-entreprendre.fr » (sans l’espace) avec les informations suivantes :

– url du tweet de cet article que vous avez fait (vous pouvez « tweeter » l’article grâce au bouton ci-dessous)

– url du post facebook que vous avez fait (vous pouvez « liker » l’article grâce au bouton ci-dessous)

– pourquoi vous souhaitez être coaché(e)

A très vite !

Il n’y a pas meilleur investissement que planter des arbres : Jean-Marie Deshoux de Pur Projet

Jean-Marie Deshoux est un entrepreneur social portant une formidable initiative : Pur Projet. Travaillant avec l’illustre Tristan Lecomte (Alter Eco), il contribue à la reforestation du monde grâce à la plantation d’arbres. 

Suite à son intervention lors du TEDx Alsace 2013 avec son discours « L’Arbre, l’essence de la vie », Jean-Marie Deshoux a accepté de répondre à mes questions face à caméra.

Jean-Marie Deshoux, un entrepreneur social

[youtube id= »aK-edBW3OaE » width= »700″ height= »450″]

Son discours TEDx Alsace 2013

[youtube id= »7B7lC7IR1Jg » width= »700″ height= »450″]

Il n’y a pas meilleur investissement que planter des arbres

C’est son message fort.

Un arbre est un gisement de création de richesses fabuleux, pour aujourd’hui, demain et après-demain. Planter un arbre, ça ne coûte rien car il pousse tout seul. Pourtant il est très bénéfique pour :

  • les agriculteurs
  • les forestiers
  • les propriétaires des arbres

Les bénéfices systémiques sont innombrables à la fois pour la communauté, pour les sols, pour l’environnement, pour l’air…

Planter des arbres est l’essentiel pour Jean-Marie Deshoux.

Apprendre en voyageant

C’est en voyageant qu’il a compris toute la créativité qui peut émerger des pays du sud à travers la gestion de leurs écosystèmes et la plantation des arbres. Il en déduit que cette fois, ce ne seront pas les pays du sud qui apprendront des pays du nord, mais l’inverse, les pays du nord qui apprendront des pays du sud. Il construira alors avec Tristan Lecomte Pur Projet pour apporter des solutions de gestion des gaz à effet de serre et de l’environnement (grâce à la plantation d’arbres) en s’inspirant de la sagesse venant des pays du sud, notamment l’agro-foresterie.

Le Business Model de Pur Projet

Pur Projet est un collectif d’entrepreneurs sociaux.

Le besoin : les grandes entreprises des pays du nord doivent acheter des crédits carbones pour produire

La solution : en partenariat avec les pays du sud, Pur Projet plante des arbres pour dégager des crédits carbones pour les entreprises

Le modèle économique : les entreprises payent la prestation de plantation des arbres (c’est du BtoB).

Ce que j’aime avec ce projet, c’est qu’on peut créer une entreprise viable en apportant une réponse environnementale et sociale forte. Le business n’empêche pas de faire du développement durable et le développement durable n’empêche pas de faire des affaires.

Jean-Jacques Valognes : organisateur du salon AgroBioAlimentaire.com

Jean-Jacques Valognes est un serial entrepreneur : après avoir entrepris dans la restauration, le voyage, internet et l’évènementiel, il lance aujourd’hui une initiative innovante dans le domaine de l’alimentation et la santé : le Salon AgroBio Alimentaire à Draveil.

[youtube id= »UBMKNKwYRwY » width= »600″ height= »350″]

Jean-Jacques Valognes a un parcours TRES riche ! Je n’ai malheureusement pas eu le temps d’aller en détail sur son parcours dans cette interview, mais ce n’est que partie remise ! J’espère pouvoir vous proposer une nouvelle interview détaillée après cet évènement.

Aujourd’hui, nous nous centrons surtout sur son évènement sur l’agro-bio alimentaire. Le 23 mai à partir de 9h30 à Draveil, vous pourrez venir gratuitement goûter aux produits frais proposés par les exposants et assister à des conférences sur ce sujet passionnant. Voici l’adresse exact :

Espace Café-Cultures au 122, Bd Général de Gaulle, 91210 Draveil.

Salon Agro Bio Alimentaire

L’entrée est gratuite et ouverte à tous.

Le lieu est également très beau, comme vous pouvez le voir ci-dessous :

Voici la liste des conférenciers et des exposants présents :

– des conférenciers : ingénieurs (Fanny Vandewalle – AgroParisTech), dirigeants/présidents (Philippe Weler – Lefeuvre, Jean Fèvre – Nutripole), animateur réseau (Fadi Achkar – french elixir), docteurs ensocio-économique/antropologue (Thiédel Camara), des producteurs et artisans (Mme Gogué Kamgang et Mr Gogué), chroniqueurs/bloggeurs (Jérôme Hoarau – LeDevDurable.com),coachs/professeurs (Luc Bizeul – The Marshmallow Challenge), entrepreneurs (Dolaur Crozon – CEO de Meaning Engines, Philippe Buschini – )

– des exposants : provenant de divers domaines d’activités (librairies – La Traverse -, fabricants avec les normes CE et HACCP – Cadixpro -, agences immobilières – 123webimmo.com, artisans – Famille Kambang, Lefeuvre -, distributeurs – French Elixir, Vegetable -), des concours (prix Nutripole étudiants et tuteurs) mais tous liés par une unique et même valeur : l’AgroAlimentaire et le bio.

J’y serai présent moi aussi en tant que conférencier « facilitateur ». Ce sera donc un excellent moyen de se rencontrer non ?

En plus, vous pourrez découvrir des entreprises et des entrepreneurs innovants dans ce secteur qui n’en finit jamais d’innover.

 

Allez-vous passer nous saluer ?

 

Celestin De Wergifosse : 16 ans et entrepreneur industriel – TEDx Alsace 2012

16 ans et déjà entrepreneur industriel qui a levé des fonds pour lancer son entreprise !  Il a participé à l’émission de M6 Les Inventeurs pour présenter son invention : un groupe électrogène reposant sur 4 sources d’énergie. La Belgique peut être fière de lui.


J’ai eu la chance de l’interviewer lors de TEDxAlsace 2012 à Mulhouse, terre des nouveaux possibles.
Celestin De Wergifosse est une des rencontres qui m’a le plus impressionné aujourd’hui.
Voyez par vous même dans cette vidéo.

[youtube id= »1bQLhyYWzgM » width= »600″ height= »350″]

Voici également son discours TED.

[youtube id= »3bFsiHXjXhw » width= »600″ height= »350″]

Alors impressionnant non ?

crédit photo : Mars Rouge

Jeremy Goldyn : un jeune entrepreneur engagé !

Peut-être que vous avez déjà aperçu sur ce blog, un entrepreneur qui postait des commentaires très constructifs : Jérémy Goldyn. En plus d’être blogueur, il est aussi un entrepreneur passionné avec de fortes valeurs. Aujourd’hui je vous propose de mieux le connaitre à travers cette interview !

Bonne lecture à tous et merci Jérémy pour tes réponses.

PS : pour information, il organise un GRAND CONCOURS sur son blog. Il y a plein de cadeaux à gagner (plus de 1500 euros de valeur cadeau). Cliquez sur ce lien pour en savoir plus et y participer (http://www.roadtoentrepreneur.com/concours-blog-entreprendre)

Peux-tu présenter ton parcours ?

Je m’appelle Jérémy Goldyn, j’ai 25 ans et je suis suis entrepreneur depuis que j’ai 21 ans.

En ce qui concerne mes études, je n’avais aucune idée de ce que je voulais faire. Mais comme j’avais déjà pas mal de projets, j’ai décidé de faire un cycle d’étude court (3 ans) dans un secteur qui m’intéressait à l’époque (la biotechnologie). Par rapport à ce que j’ai décidé de faire aujourd’hui, c’était peut être un mauvais choix. Mais bon, personne ne sait jamais ce que l’avenir réserve sinon on ferait tous les choses différemment non ?

À la fin de mes études, j’ai démarré ma première entreprise. C’était dans le secteur des énergies renouvelables et de l’environnement. Comme il s’agissait d’un projet informatique et que je n’avais AUCUNE compétence de programmation, je me suis associé avec un ami qui était compétent dans ce domaine. En résumé, le projet consistait à aider les gens à faire des économies d’énergie via une plateforme web en leur proposant la meilleure solution et l’offre la plus intéressante parmi une série d’entreprises capables de répondre à leur demande.

Hélas, le projet n’a pas été viable. Trop jeune, trop naïf, mauvaise préparation, et j’en passe. Et ce, même si on avait monté notre dossier avec un organisme qui aidait les jeunes entreprises à démarrer (généralement ces gens-là n’ont jamais créé d’entreprise). On a décidé de se réorienter à travers d’autres projets et ça a été beaucoup mieux.

S’en suit une époque assez compliquée où la même année j’ai démarré deux autres entreprises : un restaurant BIO (avec mon frère) et une entreprise dans les hautes technologies. Le restaurant tourne bien et la société dans les hautes technologies n’a pas réussi à décoller.

Finalement, en juin 2011, j’en ai eu un peu marre de tout ça et j’ai décidé de tout arrêter. Je voulais faire une pause. Pendant cette trêve, je me suis concentré sur mon éducation business. J’ai donc suivi pas mal de formations et lu énormément de livres. Mais surtout, j’ai fait une rencontre qui a changé ma vie. Celle de Noah Kagan, le développeur business et N°30 de chez Facebook. Il m’a appris beaucoup de choses…

Après cette rencontre, j’ai décidé de reprendre mon premier projet que j’avais échoué, de modifier les paramètres et de le réussir. Et j’ai réussi.

Enfin, en janvier 2012, j’ai décidé de démarrer mon blog Road To Entrepreneur dans le but d’aider tout ceux qui aimeraient démarrer CORRECTEMENT un projet business et fonder leur propre entreprise. J’ai également créé un autre projet appelé BizzTUTO dans ce même but.

 

Tu es donc un serial entrepreneur ! Aujourd’hui où en es-tu par rapport à tous ces projets ?

Comme je l’ai expliqué, je me suis acquitté de la majorité des projets que j’avais démarré dans le but de repartir sur des base saines. Les projets sur lesquels je travaille sont :

Road To Entrepreneur (mon blog)

BizzTUTO (site internet pour aider à mieux entreprendre) ; Le projet est désormais validé, je vais bientôt démarrer la deuxième phase.

La consultante : qui me permet de vivre

Prochainement, je vais démarrer un projet pour aider les plus professionnels que les débutants car j’ai remarqué que beaucoup de professionnels étaient présents sur mon blog Road To Entrepreneur.

 

N’est ce pas dangereux ou contre-productif de mener plusieurs projets de front ?

C’est une question très compliquée car la réponse peut varier d’une personne à l’autre.

À mon sens, le vrai problème est surtout de bien contrôler ce que vous faites.

Même s’il est difficile de planifier l’évolution d’un projet, il faut savoir le temps et l’énergie qu’un projet requiert en fonction des objectifs que vous voulez atteindre.

Je résume toujours la gestion de projet à ‘‘faire les bonnes actions au bon moment’‘. Ce qui est difficile, c’est donc de savoir ce que vous devez faire et quand vous devez le faire.

Je me suis déjà retrouvé dépassé par les projets que j’avais démarré. Que faut-il faire dans ces cas-là ?

Faire un choix. Il faut investir son temps, son énergie et son argent dans ceux qui paraissaient les plus prometteurs. Je pense qu’il n’y a jamais de bon ou de mauvais choix. Il y a un choix à faire, c’est tout. L’avenir vous dit le reste.

 

– Quels types de conseils partages-tu sur roadtoentrepreneur ?

Toutes sortes de sujets qui sont susceptibles d’intéresser tous ceux qui ont envie d’entreprendre ou d’acquérir des nouvelles connaissances dans l’entrepreneuriat. J’aime diversifier ce que je fais. Ainsi, je propose des articles de fonds sur l’entrepreneuriat, des chroniques de livres, des interviews d’autres entrepreneurs, des podcasts, des vidéos didactiques, et les évolutions de mon blog.

 

– Pourquoi entreprendre ?

Pour moi entreprendre, c’est :

– La liberté de faire ce que vous avez envie de faire (avec ses avantages et ses inconvénients)

– De construire et contribuer au monde de demain

– La perspective de pouvoir évoluer en fonction de sa motivation

– De sentir que vous êtes vraiment utiles aux autres !

 

– Un dernier conseil à partager avec nous ?

Plus qu’un conseil, si vous lisez ce blog, c’est que vous êtes intéressé de près ou de loin par l’entrepreneuriat. Si vous êtes déjà entrepreneur, inutile de lire ce qui va suivre, vous avez d’autres choses bien plus importantes à faire. Par contre, pour ceux qui voudront démarrer un business, laissez-moi vous donner une démarche à suivre que vous ne trouverez pas ailleurs si ce n’est sur mon blog 😉

Si vous voulez démarrer un projet, voici ce que vous devez faire :

0. NE PAS CREER D ENTREPRISE AVANT D AVOIR VALIDE VOTRE IDEE

1. Définissez votre VISION, ce que vous voulez faire (ça inclus votre idée)

2. Trouvez un marché pour votre idée (où est l’argent ?) et un client type

3. Comprenez ce que veulent vos clients, émettez des hypothèses

4. Trouvez un business model (testez-en plusieurs si nécessaire)

4. Créez votre votre produit ou service et vendez-le

5. Définissez votre taux de conversion. Adaptez-le à 1% du marché que vous ciblez

6. Prenez en compte les commentaires de vos clients pour améliorer votre produit ou service

7. Créez votre entreprise.

 

On dit souvent que l’entrepreneuriat, c’est comme se lancer sans filet de sécurité. Le problème, c’est que ce proverbe est devenu tellement répandu que tout le monde croit que c’est ce qu’il faut faire. S’il vous plait, ne faites pas le mouton et surtout pas cette GROSSE erreur. Un projet ça se prépare. Il y a des étapes que vous pouvez faire AVANT d’aller vous enregistrer au registre du commerce et commencer à payer vos cotisations sociales (qui vous tueront quelques mois plus tard).

Pour en savoir plus sur les erreurs qu’on peut faire en entrepreneuriat, je vous invite à lire mon article sur les 5 erreurs de ma première startup. Vous allez gagner beaucoup de temps 😉

Merci à Jérôme pour cette interview, j’espère qu’elle vous aura intéressé et aidé.