Portage salarial : entreprendre sans les contraintes

La recherche d’une plus grande autonomie et d’un meilleur équilibre entre vie privée et professionnelle figurent parmi les principales motivations des entrepreneurs.

Le travail indépendant suppose cependant une gestion administrative, fiscale et comptable qui peut représenter une contrainte importante voire un obstacle pour certains.

Le portage salarial est un mécanisme prévu dans le Code du travail qui permet à un professionnel indépendant d’avoir la liberté propre à l’entrepreneuriat sans les contraintes qui y sont liées.

Le mécanisme est fondé sur une relation tripartite entre le travailleur indépendant – appelé « salarié porté » – une société de portage salarial et l’entreprise cliente du salarié porté. Le salarié porté signe un contrat de travail avec une société de portage salarial. Celle-ci va conclure un contrat de prestation avec la société cliente, assurer la gestion administrative et fiscale de l’activité du travailleur indépendant et lui verser un salaire sur la base de son chiffre d’affaires.

La liberté de l’entrepreneuriat

Le salarié porté est un véritable entrepreneur. Bien qu’il ait le statut de salarié, il est complètement libre dans l’exercice de son activité.

Ainsi, l’entrepreneur en portage salarial recherche lui-même ses clients, détermine ses tarifs et les conditions d’exécution de sa prestation en toute indépendance. Il s’agit d’ailleurs de l’une des conditions fixée par l’article L. 1254-2 du Code de travail pour pouvoir avoir recours au portage salarial.

Le salarié porté a donc toute la liberté d’un chef d’entreprise sans pour autant devoir assurer la gestion d’une entreprise.

L’absence de contraintes

Le recours au portage salarial permet, tout d’abord, de ne pas avoir à créer sa propre structure juridique et en assurer l’administration. Tous les aspects administratifs sont pris en charge par la société de portage salarial.

La relation avec le client se trouve également facilitée pour l’entrepreneur qui choisit ce dispositif. La société de portage salarial assure la contractualisation, la facturation et le recouvrement des paiements. La comptabilité est également effectuée par celle-ci.

Le professionnel en portage salarial se concentre uniquement sur la qualité de la prestation qu’il délivre et la prospection clients. De la même manière, la relation avec l’administration est simplifiée pour le salarié porté : l’ensemble des déclarations et paiements liés aux cotisations sociales à la fiscalité relève de la société de portage.

En définitive, cette solution présente l’avantage de la simplicité pour l’entrepreneur. Il exécute sa prestation, développe sa clientèle et perçoit un salaire soumis à l’impôt sur le revenu comme un salarié classique en ayant, en même temps, toute la liberté d’un chef d’entreprise.

Un cadre sécurisé pour entreprendre

Le portage salarial permet également d’entreprendre en limitant les risques inhérent à l’exercice d’une activité indépendante. En effet, le professionnel en portage bénéficie des mêmes droits qu’un salarié « classique ». Il reste affilié au régime général de la sécurité sociale, peut bénéficier d’une mutuelle d’entreprise, cotise au régime général de retraite des salariés et peut, en cas d’arrêt de son activité, prétendre à l’assurance chômage. Il peut même, sous certaines conditions, cumuler une activité en portage salarial et allocations chômage.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *