Interview de Guillaume Stern – entrepreneur et expert en développement durable – RSE

gstern
Boostez votre cerveau

Pourquoi Entreprendre, c’est de l’entrepreneuriat, des interviews d’entrepreneurs et de l’actu sur la création et gestion d’entreprise. Mais pas que ! C’est aussi du développement durable. C’est pourquoi aujourd’hui, je vous propose l’interview de Guillaume Stern, consultant indépendant en RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) chez le cabinet qu’il a fondé, GStern Conseils.

Apprenez comment il s’est lancé à son compte et comment on peut faire du développement durable en créant sa boite. Réagissez dans les commentaires de cet article en lui posant vos questions !

Bonjour Guillaume Stern. Merci d’avoir accepté cette interview sur Pourquoi Entreprendre. Vous avez créé votre cabinet de conseil en développement durable et RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises). Pouvez-vous nous dire comment vous avez été amené à vous lancer dans l’aventure entrepreneuriale ?

Tout d’abord, j’aimerais resituer ma carrière professionnelle à partir de mon parcours universitaire. Celui-ci s’est construit autour de formations dans le domaine des sciences physiques et de l’environnement. L’objectif premier était d’essayer de comprendre pourquoi et comment notre écosystème fonctionne.

Ensuite, ma première expérience professionnelle visait à confronter mes connaissances à la réalité économique. Cette première expérience m’a conduit à exercer le métier de «chef de projets développement durable».

Ce nouveau métier est un métier transverse ; c’est-à-dire qu’un chargé de missions RSE pourra travailler avec différentes directions (RH, Achats, Informatique, Immobilier, Marketing, Fiscalité …), et tentera donc d’appréhender leurs objectifs et la façon dont elles fonctionnent.

La création de mon entreprise est la suite logique de cette volonté de compréhension. Un consultant est à une place particulière : il est en relation avec des clients et non avec un patron et sa mission a souvent de multiples facettes. Le consultant n’a pas de fiche de poste. J’ai donc une certaine liberté quant aux conseils que je peux apporter.

L’idée de créer mon entreprise est donc partie du constat qu’un consultant indépendant peut avoir plus de légitimité à intervenir sur des missions traverses, telles que des missions RSE.

 

Pourquoi vous-êtes vous lancé à votre propre compte plutôt qu’avoir rejoint une société de consulting en RSE déjà existante ?

La volonté de créer ma propre entreprise est née de la conjonction de plusieurs facteurs.  Professionnellement, la création d’entreprise est un projet passionnant. Le quotidien nous amène à apprendre sans arrêt et à souvent se remettre en cause. Le défit que cela représente vaut d’être relevé.

J’ai envisagé la création de mon entreprise comme une opportunité pour sortir des sentiers battus et des «carrières toutes tracées». Finalement, on peut aussi concevoir la création d’entreprise comme un positionnement vis-à-vis du marché de l’emploi. C’est un moyen pour moi de construire un parcours professionnel tout en restant à l’écoute des entreprises. Personnellement, ce positionnement est donc un moyen d’appréhender une réalité économique de façon active.

 

J’imagine que les débuts dans le domaine du conseil sont assez difficiles. Comment avez-vous fait pour obtenir vos premiers clients ?

Effectivement, la démarche commerciale d’une jeune entreprise est difficile à mettre en place. Il faut également savoir animer et développer un réseau de contacts, et susciter leur intérêt afin de gagner des marchés. Je pense que cette démarche est commune à toutes les entreprises et je n’y ai pas échappé.

J’ai assez rapidement su obtenir la confiance d’un premier client, ce qui m’a permis de construire plus sereinement une stratégie de développement à court terme. 2012 sera une année de «partenariat de talents», afin de permettre de permettre à GStern Conseils de diversifier ses compétences et ses savoir-être.

 

Comment un entrepreneur créateur d’entreprise peut-il mettre le développement durable au cœur de son projet dès la création de sa société ?

La démarche de «développement durable, lorsque l’on est chef d’entreprise, consiste à intégrer des critères environnementaux, sociaux ou de gouvernance dans son activité » (critères ESG).

Finalement, la première étape de cette démarche est assez simple et assez intuitive pour un chef d’entreprise car il s’agit de maîtriser ses coûts. Que l’on parle de diminuer ses consommations d’énergie ou de répondre aux obligations règlementaires (Grenelle II, par exemple), c’est bien de réduction des coûts dont il est question.

Ensuite, il y a plusieurs niveaux d’implication possibles selon la stratégie de votre entreprise. GStern Conseils peut accompagner ses clients pour repenser en partie leurs produits ou services afin de les positionner en tant que produits ou services responsables. Ce choix peut alors être payant car il donne à l’entreprise une image de marque très positive.

Plus modestement, prendre en compte la RSE (Responsabilité Sociale et Environnementale) dans son activité peut revêtir la forme d’une stratégie de réduction des conséquences environnementales ou sociales d’une entreprise en fonction de son cœur de métier (énergie, matière première, absentéisme).

Qu’est-ce que le développement durable ou la RSE apporte aux entreprises et aux dirigeants ?

La RSE est aujourd’hui un phénomène de mode, ce qui a comme conséquence positive de centrer l’attention des consommateurs sur ce sujet. Les entreprises peuvent donc saisir la balle au bond et se positionner dans ce domaine.

Ce qui est dommage avec cet engouement pour le développement durable, c’est qu’il occulte totalement le fait que la mise en place d’une stratégie de RSE interroge en retour l’ensemble des stratégies de l’entreprise (marketing, RH …). C’est donc également un moyen de repenser en profondeur le fonctionnement d’une entreprise, et ainsi lui ouvrir d’autres horizons et d’autres marchés, auxquels elle n’avait peut être pas songés.

 

Pour quel statut avez-vous opté pour faire des prestations intellectuelles ? Quelles questions vous-êtes vous posées pour faire ce choix ?

Pour moi, le choix du statut est primordial, dans la mesure où les dépôts de bilan des jeunes entreprises sont souvent liés à des questions administratives.

J’ai donc souhaité me donner les moyens d’appréhender le métier de dirigeant au fur et à mesure de l’évolution de mon entreprise.

Je suis aujourd’hui sous le régime de l’auto-entrepreneur (statut d’Entreprise Individuel). Ce régime convient parfaitement pour les débuts d’une activité. Aujourd’hui, je souhaite le faire évoluer afin de doter mon entreprise d’un capital et des moyens nécessaires à son développement futur.

 

Quels conseils pourriez-vous partager avec nous pour nous aider dans notre aventure entrepreneuriale ?

Je pense qu’il est important de prendre le temps d’apprendre. Il y a deux flèches du temps pour le chef d’entreprise : la flèche du temps «quotidien» impose de générer rapidement un chiffre d’affaire afin de ne pas être à court de trésorerie. Et la flèche du temps «stratégique», qui vise un futur plus lointain et accompagne les orientations et le développement de l’entreprise.

Pour moi, c’est cette seconde flèche du temps qui doit primer sur la première.

 

Merci beaucoup Guillaume Stern pour ce témoignage.

Et vous cher lecteur, posez lui vos questions ou vos remarques en commentant cet article dans le formulaire ci-dessous 😉

 

 

AUTEUR

Jérôme HOARAU

Fondateur de Pourquoi-Entreprendre.fr, co-fondateur de La-Semaine.com et de creapreZent.fr, coach Efficacité Professionnelle et Parler en Public. Je suis l'auteur de plusieurs ouvrages dans le domaine de l'efficacité professionnelle et du leadership que vous pouvez retrouver ici : Livres Efficacité Professionnelle et Leadership.

Tous les articles par : Jérôme HOARAU
Loading Facebook Comments ...
2 commentaires
  • Elodie

    Merci pour cet article.

    Je souhaite moi aussi me lancer dans l’aventure et devenir auto entrepreneur dans le domaine du conseil en développement durable.
    Je constate que cette idée peut marcher, puisque vous pensez déjà à faire évoluer votre entreprise vers un autre statut.

    Cela m’encourage d’autant plus à concrétiser mon projet! Même si il me reste beaucoup de détails techniques à régler tel que le diagnostic RSE des entreprises: est ce qu’il faut le créer ou plutôt acheter les outils qui existent déjà? Et quel est le meilleur outil?

Laisser une réponse

Votre adresse courriel ne sera pas poubliée