Une entreprise sans bureau ? Oui c’est possible

Culture de la Silicon Valley, esprit start-up, le monde de l’entreprise a été bousculé ces dernières années. On est désormais assez loin des bureaux façon Mad Men. L’espace de travail est pensé différemment et beaucoup d’entreprises cherchent à rendre le bureau agréable. Il n’est plus rare de trouver une table de billard ou un baby-foot dans un open space de nos jours. Certaines boites engagent même des « Chief Happiness Officier », censé veiller à ce que la bonne humeur règne. La vie de bureau ne cesse d’évoluer mais jusqu’où ? Certaines entreprises semblent avoir trouvé le but ultime. Et si on se passait de bureau ? Vous trouvez cela farfelu ? Pourtant ça existe bel et bien, on vous explique.

Pourquoi une entreprise voudrait travailler sans bureau ?

C’est la première question qui vient à l’esprit quand on aborde le sujet. Alors ironiquement on pourra dire que ça évitera de croiser à la machine à café ce collègue que l’on déteste tant. Pourtant la première raison est financière. Les loyers pour les entreprises peuvent coûter très cher, d’autant plus pour une start up qui se lance dans le business. Se passer de bureau est donc une réelle économie, d’autant plus quand la technologie le permet. Il existe aujourd’hui de nombreux open space où chacun travaille sur son ordinateur, musique dans les oreilles sans parler à son voisin. Dans ce cas, le bureau n’a plus une réelle utilité puisque chacun peut faire exactement la même chose depuis un autre endroit.

Dans ce cas où travailler ?

Plusieurs options sont disponibles. Certains ont besoin de travailler dans un cadre particulier, entourés d’autres personnes travaillant aussi afin d’être stimulés. Ces personnes peuvent alors se rendre dans des espaces de coworking, ces bureaux de plus en plus populaires qui permettent à des personnes, souvent freelance, de travailler dans des conditions de bureau. Certains préféreront eux, travailler depuis chez eux, dans un cadre agréable qu’ils connaissent. D’ailleurs le télétravail gagne en importance en France, d’autant plus qu’il est désormais encadré par la loi. Chacun peut alors travailler dans les conditions qu’ils souhaitent, ce qui devrait favoriser le rendement.

Les contraintes

Il existe évidemment des contraintes à ne pas avoir de locaux physiques. S’il est possible aujourd’hui de faire des réunions sur Skype, ne pas avoir la possibilité de faire de petites discussions informelles au bureau peut être un handicap dans le fonctionnement de l’entreprise. De même, ne pas pouvoir présenter ses bureaux à un potentiel client peut freiner les offres. Il faut aussi que chacun des employés possèdent une bonne connexion et ne fassent pas face à des problèmes techniques. C’est un marché d’ailleurs lucratif puisqu’il permet à des entreprises comme TeamViewer, spécialisée dans l’assistance informatique à distance, de se développer. Parmi les contraintes on peut aussi évoquer l’esprit d’entreprise. Peut-on se sentir appartenant à une équipe si l’on n’est pas présent physiquement avec elle ? Est-ce que cela peut jouer sur la motivation ? On peut aussi poser la question du leadership. Peut-on réellement guider une équipe sans être présent ? C’est une autre question qui se pose dans ce débat.

La vie au bureau ne cesse d’évoluer, au point de disparaître ? Ce n’est pas impossible, c’est aujourd’hui techniquement possible même si cela peut présenter certaines contraintes. L’avenir nous dira si le modèle historique de l’entreprise n’est pas en train de disparaître.

Mohamed Koussa gagne contre Mac Lesggy sur E=M6 (défi de Lecture Rapide)

Mohamed Koussa (champion du monde de lecture rapide) et Mac Lesggy (présentateur de E=M6) ont relevé un défi : lire le plus rapidement possible un extrait d’un livre. Alors qui a gagné ?

Nicolas Lisiak, Mohamed Koussa et Sabrina Goudeau sur e=M6 sur le championnat de France de Lecture Rapide

Nicolas Lisiak, Mohamed Koussa et Sabrina Goudeau sur e=M6 sur le championnat de France de Lecture Rapide

Le 2 décembre 2018 est passé sur M6 la nouvelle émission e=M6 sur le thème de la lecture rapide. A cette occasion, Mac Lesggy a invité Mohamed Koussa et Nicolas Lisiak sur son plateau pour parler de cette discipline qui est un vrai entraînement du cerveau.

Dans cette émission vous avez pu découvrir :

  • l’impact positif de la lecture sur le cerveau,
  • comment le guide visuel aide à optimiser le travail des yeux pour lire plus efficacement,
  • comment s’entraîner aide à être beaucoup plus efficace dans ses lectures.

Nicolas Lisiak et Sabrina Goudeau sur le plateau de E=M6 avec Mac Lesggy

  • Est-il est possible de lire très rapidement et de tout comprendre ?
  • Comment faire pour lire plus rapidement ?
  • Quels sont les secrets des champions du cerveau pour lire plus efficacement ?

Si vous vous posez ces questions, je vous invite à regarder ma dernière intervention sur le sujet en webconférence ici :

Les secrets de la lecture rapide

Le replay sera bientôt disponible, je vous mettrai la vidéo dans cet article dès qu’elle sera disponible !

 

E=M6 spécial Lecture Rapide dimanche 2 décembre 2018 à 20h20

Ne ratez pas cette édition spéciale de E=M6 dans laquelle vous découvrirez la Lecture Rapide en compagnie de Mohamed Koussa et de Nicolas Lisiak !

Nicolas Lisiak sur le plateau de E=M6

La Lecture Rapide est une discipline qui devient de plus en plus populaire chez les médias. Après être passé sur France Inter et Sciences et Avenirs, c’est au tour de M6 qui s’intéresse à cette pratique !

Nous vous invitons à regarder E=M6 à 20h20 sur M6 le dimanche 2 décembre 2018 afin d’y voir Mohamed Koussa en « compétition » avec Mac Lesggy, présentateur de cette célèbre émission.

Et si vous deveniez vous aussi un Praticien de Lecture Rapide ?

La lecture rapide n’est pas le privilège de cerveaux plus performants que d’autres. C’est un entraînement cérébral permettant à chacun d’entre nous d’améliorer ses performances intellectuelles.

Pour ma part, j’ai pendant la plus grande partie de ma vie un lecteur lent. Il me fallait des jours et des semaines pour arriver au bout d’un livre. D’ailleurs la plupart du temps j’abandonnais. Or cela a beaucoup affecté ma confiance en moi car si je n’arrivais même pas à terminer un livre, comment aurai-je fait pour mener à bien des projets plus ambitieux ?

Jusqu’au jour où j’ai rencontré Nicolas Lisiak, formateur et expert en la matière (il est d’ailleurs médaillé de bronze au championnat du monde de Lecture Rapide de 2017). Grâce à ses 14 leçons et à ses entraînements, j’ai pu considérablement améliorer mon efficacité en matière de lecture.

Aujourd’hui, je lis plus de trois livres par semaine ! Je me prépare d’ailleurs pour le Championnat du Monde de Lecture Rapide de 2018 ! La Lecture Rapide a littéralement changé ma vie, et pourtant rien ne me prédestinait à ça. Je n’ai pas un QI élevé, ou n’est jamais eu de facilités à l’école. Donc tout le monde peut y arriver !

Je vous invite à découvrir notre programme de formation en ligne vous permettant de devenir vous aussi un Praticien en Lecture Rapide, et pourquoi pas un compétiteur en la matière (au niveau national voire international) !

Je deviens un praticien en lecture rapide

Mohamed Koussa, champion du monde de Lecture Rapide

Mohamed Koussa, champion du monde de Lecture Rapide, passera prochainement sur E=M6 spécial « Lecture Rapide » dimanche 2 décembre 2018 avec Nicolas Lisiak.

Mohamed Koussa, la première personne à avoir acheté mon nouvel ouvrage au Salon SME

Ancien professeur de français en Seine-Saint-Denis, il est aujourd’hui devenu formateur en Lecture Rapide à plein temps. Après avoir obtenu le 1er titre mondial (et donc d’être officiellement le lecteur le plus rapide du monde), il accompagne à travers des ateliers les personnes à mieux utiliser leur cerveau pour lire plus efficacement et plus rapidement.

Nous avons eu l’opportunité de nous rencontrer à plusieurs reprises, notamment :

  • pour le 1er championnat de France de Lecture Rapide en 2017 que nous avons organisé avec La-Semaine.com
  • pour le Championnat de France de Lecture Rapide de 2018
  • lors de la venue de Tony Buzan en août 2018
  • au salon SME comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus (il a été le premier à me soutenir lors de la sortie de mon dernier ouvrage « Soft Skills » paru aux Editions Dunod)

Il est également devenu chroniqueur sur la radio France Maghreb 2 sur une émission dédiée aux livres. Et j’ai eu l’honneur de pouvoir y être invité en temps qu’auteur pour mon livre « Soft Skills » (Editions Dunod). Voici une vidéo de notre discussion sur ce sujet passionnant :

Si vous voulez en savoir plus sur lui, je vous invite à ne pas rater l’émission E=M6 sur M6 qui passera dimanche 2 décembre à 20h20 (vous y découvrirez également mon associé Nicolas Lisiak, la personne qui a introduit Mohamed Koussa à la Lecture Rapide). Vous verrez alors qui est sorti vainqueur du duel de Lecture Rapide qui a eu lieu sur le plateau !

 

Les bonnes pratiques avant la création d’entreprise

La création d’entreprise demande des une certaines rigueur et des compétences avant de se lancer. Voici le top 3 des éléments à intégrer pour un entrepreneur, un chef d’entreprise, avant de créer sa boîte.

L’esprit d’entreprendre : le pilier central de l’entrepreneuriat

Dans la photo ci-dessus, vous pouvez voir Grégory et Mabé, deux entrepreneurs que j’ai rencontré lors d’une conférence que j’ai animée chez Cowanted à Paris. Ma conférence portait sur les compétences à développer pour évoluer positivement dans son aventure entrepreneuriale. J’y ai d’ailleurs partagé mon anecdote sur une démonstration de Karaté que j’avais réalisée quand j’avais 10 ans.

A l’issue de mon intervention, j’avais demandé au public « Qui s’engage à réaliser des vidéos à partir d’aujourd’hui ». Et de manière totalement spontanée, Grégory et Mabé, qui ne se connaissaient pas à l’époque, se regardent et décident de relever le défi ensemble. Pour moi, ce réflexe est représentatif du mindset de l’entrepreneur :

  • l’envie de relever des défis
  • saisir les opportunités
  • créer des synergies avec les autres

Ces trois éléments sont à mon avi, la base de l’esprit d’entreprendre que chaque créateur doit cultiver, avant même de chercher à créer son business plan ou de déposer ses statuts légaux.

Structurer sa démarche entrepreneuriale

Si les comportements et les soft skills sont indispensables pour créer et gérer une entreprise, cela n’est pas suffisant. L’entrepreneur a également besoin d’une démarche structurer. Pendant longtemps je me positionnais contre le business plan (ou plan d’affaires). Or, je me rends compte avec u recul que créer un plan, se projeter dans le futur et de fixer un cap à sa démarche est indispensable. Il y a donc du bon dans le business plan, quitte à l’alléger.

De plus, même si les démarches administratives ne sont pas forcément agréable à mettre en place, elles doivent être faites. Comme le dit David Lefrançois de la NeuroBusiness School, « l’entrepreneur n’est pas la personne qui fait ce qui l’aime, mais la personne qui fait ce qui doit être fait« . Pensez donc lorsque vous avez créé vos statuts à la publication d’une annonce légale. Ce n’est pas compliqué, mais ça doit être fait. Personnellement je délègue ce type de tâche à des sous traitants, comme pour la publication d’une annonce légale SARL. Il existe d’autres démarches administratives à intégrer, et pour cela je vous recommande la lecture de l’ouvrage de Daniel Pardo « Travailler comme indépendant en mode mission« , qui propose des étapes exhaustive pour se lancer à son compte.

Entretenir la motivation et la persévérance

Une fois l’entreprise créée et le mindset posé, il convient maintenant de passer à l’action de manière continue et entretenue. Et pour cela il sera indispensable d’entretenir une grande discipline et un bon état d’esprit. C’est ce que j’ai mis en place personnellement dans le cadre du défi « Championnat du monde de Lecture Rapide« . J’en parle dans la vidéo ci-dessous :

Et vous, quelles sont pour vous les bonnes pratiques indispensables à mettre en place avant de se lancer dans l’entrepreneuriat ?