Le championnat de France de Lecture Rapide et de Mind Mapping avec PassiondApprendre.com

Un défi pour entraîner votre cerveau avec les cartes mentales et la lecture efficace, tout en vous faisant coacher et former par des champions du monde en la matière !

Le championnat de France de Lecture Rapide et de Mind Mapping aura lieu le 4 octobre à la Cité des Sciences de Paris (La Villette, en face de la Géode). Un cadre exceptionnel pour un défi pour lequel votre cerveau vous remerciera !

Avec Nicolas Lisiak (3ème lors du championnat du monde de Lecture Rapide de 2017), nous formons et coachons l’équipe de PassiondApprendre.com pour relever ce défi passionnant.

Pourquoi relever le défi du championnat de Mind Mapping et de Lecture Rapide ?

Je vous raconte tout cela dans ma dernière conférence que j’ai donnée à Paris pour Schoolab et pour GRDF :


Oui, s’entraîner pour ce type de championnat est une opportunité de développer vos soft skills ! Ce sont ces compétences qui vous permettront de relever n’importe quel défi dans votre vie professionnelle et personnelle.

Comment participer à ce championnat de sport du cerveau ?

Afin de vous préparer au mieux à relever ce défi, Nicolas Lisiak et moi-même vous accompagnerons à travers le programme suivant : Formation + Coaching + Championnat 2019

Quelles sont les épreuves de ce concours ?

– une épreuve de Mind Mapping d’un discours
– une épreuve de Mind Mapping d’un texte
– une épreuve de Lecture Rapide (lire un livre de non-fiction en entier et répondre à un questionnaire de 20 questions).

Y-aura-t-il d’autres équipes participant à ce championnat ?

Oui tout à fait, nous même prévu un classement par équipe pour augmenter l’aspect « team building » de cet évènement !

Est-ce accessible à tous ?

Oui, même pour les enfants à partir de 10 ans (nous avons prévu une catégorie de moins de 18 ans également). Gardez à l’esprit que je me suis préparé en 6 semaines pour gagner le titre de champion du monde en 2018, donc tout est possible et vous avez plein de temps devant vous !

Que faire si je n’ai pas le sentiment de progresser dans mes entraînements ?

En rejoignant notre équipe, vous serez entouré d’un groupe bienveillant et de l’accompagnement de deux compétiteurs confirmés. Vous ne serez pas seul dans cette aventure !

Les startups peuvent aussi être des Scop

On me pose souvent la question « quelle est la différence entre une startup et une entreprise ? »

Voici ma vision à ce sujet.

  1. Une startup est une entreprise. Oui c’est une société commerciale avant tout qui a pour objectif de répondre à un besoin d’une typologie de clients et d’en générer des revenus et un bénéfice. En revanche, contrairement à une petite entreprise individuelle, une startup possède une dimension financière différente.
  2. Une startup a pour vocation de grandir très vite et a donc besoin de financements pour soutenir sa croissance.
  3. Selon moi une startup doit avoir un modèle économique en plus d’une innovation. La plupart des entrepreneurs que j’ai rencontrés qui se sont lancés avec une idée seule et sans modèle économique n’ont pas vu leur projet survivre à long terme.
  4. Une startup a pour vocation de prendre de la valeur financière pour être revendue partiellement ou totalement. Cette stratégie permet aux fondateurs de pouvoir faire fructifier leur investissement de départ, soit en argent soit en temps, soit en compétences.

La grande question est donc comment financer sa startup quand on est en phase de croissance forte (avec un modèle économique solide) ?

Vous pouvez recourir à un prêt bancaire, à une levée de fonds ou à l’intégration d’actionnaires apportant du capital. Néanmoins je viens de découvrir une manière originale de financer sa startup : se mettre en mode Scop et intégrer ses collaborateurs comme actionnaire de son entreprise. Vous pouvez en savoir plus sur ces sociétés sur ce site : http://www.les-scop.coop/

Comme l’illustre cet article à ce sujet, il existe des aides à la création concernant les Scop en mode startups :

  • Socoden – prêts participatifs
  • Sofiscop : garantie de prêts
  • Scopinvest : titres participatifs

Comme vous pouvez le lire, ces aides fonctionnent pour les startups en mode Scop. Pourquoi créer sa start-up coopérative ?

La startup coopérative : une aventure collective ambitieuse

Tout est une question de vision. Une coopérative consiste à partager le capital avec les salariés : il s’agit d’une aventure profondément collective. De cette manière, vous adoptez également un système de motivation et d’engagement très fort, car chaque salarié est actionnaire, et donc directement intéressé par le résultat de l’entreprise.

Etant dans une dynamique de startup, ces entreprises ont pour ambition de grandir et de gagner en valorisation. Une fois la valeur de l’entreprise augmentée, les actionnaires peuvent bénéficier d’une belle plus valeur sur leur investissement de départ. Dans le cas d’une Scop, ce serait ainsi tous les salariés-actionnaires qui bénéficieraient de cette plus-value !

Connaissez-vous des personnes ayant créé une coopérative en mode startup ?

Pensez en grand pour être un grand entrepreneur

Photo par Waseem Farooq / domaine public

Visualiser votre entreprise en grand peut vous aider à réaliser votre vision

Les entrepreneurs qui pensent à leur compagnie en terme de petite entreprise l’aide indirectement à la maintenir petite. Être le propriétaire d’une entreprise au chiffre d’affaires à 7 ou 8 chiffres peut nécessiter quelques ajustements, mais tout bon entrepreneur peut y arriver.

Il existe une différence nette entre la façon dont les propriétaires d’entreprise à cinq et six chiffres pensent comparé aux entrepreneurs à sept chiffres. Heureusement, très peu d’entrepreneurs sont incapables d’apporter des modifications saines à leurs schémas de pensée et à leur comportement, en disposant des conseils et du soutien appropriés. Il faut aussi savoir, comme de nombreux entrepreneurs talentueux, passer par l’échec avant le succès.

Une fois que vous avez une vision viable et que vous acquérez les habitudes et l’état d’esprit nécessaires pour la soutenir, il n’ya aucune raison de ne pas pouvoir réaliser cette vision. Voici comment les entrepreneurs qui réussissent fonctionnent et vous pouvez aussi comme eux atteindre vos objectifs de réussite.

Ils pensent à long terme, sans restrictions

Comme beaucoup d’entrepreneurs, le fondateur d’une entreprise d’un million d’euros et plus commence souvent par un plan de phase un et éventuellement un plan de phase deux. Cependant, les entrepreneurs qui dépassent les sept et huit chiffres ne limitent pas les possibilités. Ils ont une idée générale de la manière dont leur modèle commercial peut se développer, voire même se transformer en quelque chose de très différent, à mesure que l’entreprise grandit.

Ils savent également qu’une grande vision anticipe non seulement l’orientation de leur entreprise, mais aussi qu’elle représente leurs valeurs et leur passion. Les bons chefs d’entreprise créent une vision, articulent la vision, la partagent avec passion et la conduisent sans relâche à la mener à bien.

Un grand innovateur peut prédire les défis, les problèmes et les opportunités de son marché et rester à l’avant-garde des innovations

Ils comprennent l’importance de l’innovation

De nombreux propriétaires d’entreprises ne savent pas comment ou sont trop craintifs pour aller au-delà de leur offre de base initiale. À mesure que la technologie progresse, les besoins et les désirs du marché changent avec elle. N’oubliez pas non plus que l’innovation ne concerne pas uniquement la technologie et qu’il ne s’agit pas seulement de résoudre les problèmes existants. 

Un grand innovateur peut prédire les défis, les problèmes et les opportunités de son marché et rester à l’avant-garde des innovations. Albert Einstein avait ceci à dire à ce sujet: « Vous ne pouvez pas résoudre un problème au même niveau qu’il a été créé. Vous devez vous élever au-dessus de ce niveau ».

Ils peuvent craindre le risque, mais ils en prennent quand même

On ne passe pas d’un bureau à deux à un building entier sans se laisser aller au risque. Pensez-vous que des gens comme Ramon Collilas qui vient de remporter le tournois de poker PSPC pensent qu’ils n’ont aucune chance et que le danger est trop grand ? Comme ce joueur de poker espagnol, les entrepreneurs qui réussissent savent qu’ils vont échouer et ils l’acceptent.

Pourquoi ? Parce que chaque échec est une leçon qui les rapproche de la réalisation de leurs objectifs et de leur vision. L’échec n’est pas l’opposé du succès, c’est un tremplin vers le succès. Pour tous les entrepreneurs, c’est peut-être la leçon la plus importante.

Ils ne s’attardent pas sur ce que fait la concurrence

Vous ne réussirez pas en vous concentrant sur ce que font vos concurrents , car cela limite votre capacité à innover. Concentrez-vous plutôt sur ce que votre clientèle veut, même s’ils ne savent pas exactement ce que cela représente. Gardez une longueur d’avance sur les problèmes et les désirs de vos clients en les anticipant. Si vous suivez les traces de vos concurrents, vous serez toujours un suiveur, jamais un innovateur. Être centré sur le client vous permet d’être plus novateur.

Changer votre façon de penser est souvent difficile, car la plupart des gens ne réalisent même pas qu’ils ont des schémas de pensée limitants. Si une pensée vous fait vous sentir mal de quelque manière que ce soit, cela vous limite et risque de vous garder coincé. Lorsque vous êtes prêt pour un changement, laissez cette citation suivante de la coach pour entrepreneurs Marta Tabaka être votre point de départ : « Pour atteindre votre but, pour trouver les réponses que vous cherchez, et pour être le futur-soi que vous voulez que le monde voie, vous devez d’abord aimer la personne que vous êtes en ce moment même ».  

La Lecture Rapide et Efficace la compétence des dirigeants qui font la différence

Les Praticiens en Lecture Rapide développent leur cerveau et leurs capacités cognitives. C’est pour cela qu’ils font de bons dirigeants et entrepreneurs !


La lecture rapide apporte de nombreux avantages tels que :

  • une culture générale utile grâce à la lecture d’ouvrages ciblés (entrepreneuriat, management, marketing). C’est ce que j’ai pu développer en créant des cours sur LesIntelligences.com. Cette culture générale permet de développer sa créativité à travers un panel d’idées plus important.
  • un entraînement du cerveau pour booster la plasticité cérébrale. L’entraînement à la lecture rapide est une sortie constante de zone de confort du cerveau. C’est en ce sens que cette discipline appliquée avec régularité à travers des ouvrages de styles différents permet de stimuler la plasticité cérébrale. Cette plasticité cérébrale permet plus d’adaptabilité, ce qui est le quotidien de l’entrepreneur et du dirigeant.
  • développement de soft skills indispensables : concentration, autodiscipline et esprit de synthèse.

Comme vous l’aurez compris, je vous recommande fortement de vous former à la lecture rapide et de la pratiquer avec régularité.

Une entreprise sans bureau ? Oui c’est possible

Culture de la Silicon Valley, esprit start-up, le monde de l’entreprise a été bousculé ces dernières années. On est désormais assez loin des bureaux façon Mad Men. L’espace de travail est pensé différemment et beaucoup d’entreprises cherchent à rendre le bureau agréable. Il n’est plus rare de trouver une table de billard ou un baby-foot dans un open space de nos jours. Certaines boites engagent même des « Chief Happiness Officier », censé veiller à ce que la bonne humeur règne. La vie de bureau ne cesse d’évoluer mais jusqu’où ? Certaines entreprises semblent avoir trouvé le but ultime. Et si on se passait de bureau ? Vous trouvez cela farfelu ? Pourtant ça existe bel et bien, on vous explique.

Pourquoi une entreprise voudrait travailler sans bureau ?

C’est la première question qui vient à l’esprit quand on aborde le sujet. Alors ironiquement on pourra dire que ça évitera de croiser à la machine à café ce collègue que l’on déteste tant. Pourtant la première raison est financière. Les loyers pour les entreprises peuvent coûter très cher, d’autant plus pour une start up qui se lance dans le business. Se passer de bureau est donc une réelle économie, d’autant plus quand la technologie le permet. Il existe aujourd’hui de nombreux open space où chacun travaille sur son ordinateur, musique dans les oreilles sans parler à son voisin. Dans ce cas, le bureau n’a plus une réelle utilité puisque chacun peut faire exactement la même chose depuis un autre endroit.

Dans ce cas où travailler ?

Plusieurs options sont disponibles. Certains ont besoin de travailler dans un cadre particulier, entourés d’autres personnes travaillant aussi afin d’être stimulés. Ces personnes peuvent alors se rendre dans des espaces de coworking, ces bureaux de plus en plus populaires qui permettent à des personnes, souvent freelance, de travailler dans des conditions de bureau. Certains préféreront eux, travailler depuis chez eux, dans un cadre agréable qu’ils connaissent. D’ailleurs le télétravail gagne en importance en France, d’autant plus qu’il est désormais encadré par la loi. Chacun peut alors travailler dans les conditions qu’ils souhaitent, ce qui devrait favoriser le rendement.

Les contraintes

Il existe évidemment des contraintes à ne pas avoir de locaux physiques. S’il est possible aujourd’hui de faire des réunions sur Skype, ne pas avoir la possibilité de faire de petites discussions informelles au bureau peut être un handicap dans le fonctionnement de l’entreprise. De même, ne pas pouvoir présenter ses bureaux à un potentiel client peut freiner les offres. Il faut aussi que chacun des employés possèdent une bonne connexion et ne fassent pas face à des problèmes techniques. C’est un marché d’ailleurs lucratif puisqu’il permet à des entreprises comme TeamViewer, spécialisée dans l’assistance informatique à distance, de se développer. Parmi les contraintes on peut aussi évoquer l’esprit d’entreprise. Peut-on se sentir appartenant à une équipe si l’on n’est pas présent physiquement avec elle ? Est-ce que cela peut jouer sur la motivation ? On peut aussi poser la question du leadership. Peut-on réellement guider une équipe sans être présent ? C’est une autre question qui se pose dans ce débat.

La vie au bureau ne cesse d’évoluer, au point de disparaître ? Ce n’est pas impossible, c’est aujourd’hui techniquement possible même si cela peut présenter certaines contraintes. L’avenir nous dira si le modèle historique de l’entreprise n’est pas en train de disparaître.