1 million d’auto-entrepreneurs

La France est une terre d'entrepreneurs. Cultivons-la et nous récolterons des fruits remplis d’énergie et d’optimisme.
La France est une terre d’entrepreneurs. Cultivons-la et nous récolterons des fruits remplis d’énergie etd’optimisme.

Créé en 2009 par Hervé Novelli, le statut auto-entrepreneur (le régime de la micro-entreprise) a permis à de nombreux, très nombreux même, françaises et français de se lancer dans l’entrepreneuriat. Depuis février 2012, la barre du million d’autoentrepreneurs a été franchies !

Une bonne nouvelle pour ce pays qui a la réputation d’être une terre peu fertile en entrepreneurs. Pourtant ce chiffre démontre que bon nombre de citoyennes et citoyens de France souhaitent se lancer dans cette aventure. Comme quoi, la France n’est pas aussi peu entreprenante que l’on aimerait nous faire croire.

Vous l’avez peut-être remarqué, mais j’ai fait une série de vidéos en français et en anglais avec SoregorLink sur le statut auto-entrepreneur, comment il fonctionne et comment est-il possible de changer en passant d’autoentrepreneur à EURL.

Mais ce statut semble faire débat. J’ai rencontré un expert-comptable qui vient de sortir un nouveau livre sur l’entrepreneuriat qui est contre ce statut.

Pour ma part, je pense que c’est un excellent statut pour se lancer, surtout si l’on a déjà une activité à côté. Cela permet d’entrer en douceur dans la création d’entreprise.

Et vous, que pensez-vous de ce statut ?

source

AUTEUR

Jérôme HOARAU

Fondateur de Pourquoi-Entreprendre.fr, co-fondateur de La-Semaine.com et de creapreZent.fr, coach Efficacité Professionnelle et Parler en Public. Je suis l'auteur de plusieurs ouvrages dans le domaine de l'efficacité professionnelle et du leadership que vous pouvez retrouver ici : Livres Efficacité Professionnelle et Leadership.

Tous les articles par : Jérôme HOARAU
Loading Facebook Comments ...
14 commentaires
  • Johann

    J’ai entendu dire ça. En tout cas pour moi c’est un bon statut pour démarrer mais il montre rapidement ses limites, d’ailleurs je pense passer en EURL ou SARL dans 1 an.

  • Alexandre B

    Bonjour Jérome,
    Je viens juste de sauter le pas. J’ai déclaré la cession de mon AE pour l’EURL (ou SARL à associé unique comme le souligne mon comptable). Cette fois ci je nage dans le grand bain et c’est tant mieux car l’AE n’est pas un bon statut si on souhaite en faire son activité principale. 

    C’est certes très bien au commencement, pour tester un concept mais il est nécessaire de passer à l’étape supérieure le plus tôt possible.

    Bonne continuation à tous =)
    Alexandre B

  • Salvio d’entrepreneur debutant

    Lors d’un passage sur BFM TV le 28 novembre 2011, François Hollande a  indiqué:
     que le statut auto-entrepreneur devrait être modifié car « les promesses ont abouti à mettre un certain nombre de personnes dans une forme d’impasse et de mettre une concurrence déloyale à l’égard d’autres entrepreneurs et artisan ».Lors de cette même intervention télé, François Hollande a également proposé de « limiter fortement ce statut ». 

  • Alexandre B

    Bonjour Jérôme,
    Je suis resté AE pendant plus d’un an, c’était impeccable pour tester mon business model mais je pense qu’il faut changer ensuite. Par exemple, un AE veut emprunter pour s’acheter un bien immobilier, ça ne sera pas facile.

    De plus, je pense que ce statut est assez fragile, on ne sait jamais ce qu’il peut se passer (une éventuelle réforme par exemple). C’est pour cela que je pense qu’il faut changer dès que l’on a quelque chose qui marche bien.

    En revanche, c’est un excellent statut pour une seconde activité.
    Bonne semaine
    Alexandre B

  • Jerome Hoarau

    OK. Merci pour ce complément d’information. 
    En effet, il se pose également le problème de l’hébergement ou l’investissement immobilier, et vu la jeunesse du statut les bailleurs ou banques ne seront peut-être pas rassurées.

  • Jerome Hoarau

    OK. Merci pour ce complément d’information. 
    En effet, il se pose également le problème de l’hébergement ou l’investissement immobilier, et vu la jeunesse du statut les bailleurs ou banques ne seront peut-être pas rassurées.

  • Jerome Hoarau

    OK. Merci pour ce complément d’information. 
    En effet, il se pose également le problème de l’hébergement ou l’investissement immobilier, et vu la jeunesse du statut les bailleurs ou banques ne seront peut-être pas rassurées.

Laisser une réponse

Votre adresse courriel ne sera pas poubliée