Thomas Mourrat : lauréat du concours SFR Jeunes Talents Entrepreneurs

Jerome Hoarau interviewe Thomas Mourrat

Comme je vous l’annonçais lors de mon premier article sur le concours SFR Jeunes Talents Entrepreneurs, j’ai la joie de parrainer un des 8 lauréats de ce concours édition 2012 : Thomas Mourrat. Il est le fondateur de l’entreprise sociale Les Champs des Possibles.

Voici la vidéo d’interview que nous avons faite chez SFR, pour que vous en sachez un peu plus sur lui et sur son projet en images !

 

Qu’est-ce que Les Champs des Possibles ?

Avant de répondre à cette question, je voudrais consacrer un article à la présentation de Thomas. En effet, j’avais pensé faire une interview classique avec un paragraphe sur son parcours puis enchainer avec des questions sur son concept et projet, mais son parcours est tellement riche que j’ai décidé de consacrer un article entier à son parcours !

Alors qui est Thomas Mourrat ?

Imaginez une plaine bordée de montagnes enneigées. Il y fait très chaud en été et très froid en hiver. Paradoxal ? Non car il s’agit d’une « cuvette ». Avez-vous deviné de quelle ville française il s’agit ? Grenoble (Olivier sera content de lire ça). Thomas y a vécu jusqu’à l’âge de 18 ans.

Mais qu’a-t-il fait après son BAC ?

Plutôt que de commencer ses études supérieures, il a décidé de faire un séjour aux Pays-Bas. Et se fut le coup de foudre ! Il décide de prolonger son séjour et y effectue des études d’architecture pendant deux ans. Il apprend la langue hollandaise et se perfectionne en anglais par la même occasion. Au-delà du diplôme de langue hollandaise, de l’expérience académique et personnelle, ces deux ans lui ont permis d’ouvrir sa vision du monde, non plus centrée sur son pays mais bien au-delà. De plus, cela lui a aiguisé son appétit pour les voyages. Et en parlant de voyage, vous verrez quel sera son défit le plus fou plus tard !

Et après la Hollande ?

Une fois ses études terminées au pays des tulipes, il décide de retourner en France pour faire un IUT de communication. Il a 20 ans à cette époque. Mais il a d’autres idées derrière la tête pour l’après études. Il va d’ailleurs faire des jobs d’étudiant pour pouvoir payer ses études et économiser de l’argent afin de pouvoir financer son projet. A-t-il mis sur papier un projet de création d’entreprise pour après ses études ? Non, pas encore. En revanche, sous le virus de la passion des voyages, il a préparé un tour du monde sur 2 ans. Mais attention, à cette époque pas encore d’Internet. Il prend donc un planisphère pour tracer vaguement son futur itinéraire. Pas de réservation d’hôtels, pas de guides, pas d’équipes. Il va en solo tel un aventurier en quête de découvertes de nouveaux mondes. Oubliez les mails, facebook ou les textos pour garder contact avec sa famille restée au pays. Faire le tour du monde à cette époque, c’est se couper du monde que l’on laisse derrière soit.

Son tour du monde

Thomas a 22 ans. Grâce à son travail de concierge, il a réussi à mettre de côté 50 000 francs (7500 euros). Armé de passion et de curiosité, il commence son périple par une traversé des Etats unis en convoyant des voitures de NY a San Francisco puis enchaine sur le Mexique et l’amerique centrale avant de traverser toute l’Amérique du Sud par voie terrestre (il parle couramment espagnol depuis).

Au bout d’un an il revient aux Etats Unis puis enchaine sur les Iles Hawaï et les Philipines, porte d’entrée vers l’Asie.  Puis ce sera l’Indonesie et la Nouvelle-Zelande.

D’ailleurs se ne seront pas des vacances de tout repos car il travaille régulièrement pendant ses longs séjours pour continuer de se financer, car ses économies ne lui suffisent pas à tout payer. Convoyeur de voiture au Etats Unis, Serveur en Argentine, Plagiste en Nouvelles Zelande…

Il boucle la boucle en revenant aux Pays-Bas où il va revendre les centaines de paréos qu’il a ramenés d’Indonésie (sachant qu’à l’époque les paréos n’étaient pas beaucoup démocratisés en Europe).

Nous somme en 1995 et Thomas a 24 ans maintenant. C’est à ce moment qu’il découvre Internet et le web. Pour revenir dans la vie active, en France, il va envoyer un mail à l’agence de communication qui va le recruter par la suite. Il proposera ses services et ses compétences en création de site web, qu’il n’a pas encore mais qu’il développera très rapidement. Car cette audace a fonctionné (envoyer un mail à l’époque c’était une preuve de grande maitrise des outils technologiques à l’époque) et il fera preuve d’autodidaxie.

Début de sa carrière professionnelle

Il commence sa vie professionnel en France, à 25 ans. Il aura eu l’occasion de travailler pour des grands comptes tels que Elf, France Telecom, Schneider,… afin de faire des sites Internet et des films institutionnels.

Cependant, malgré cette carrière commençant sur les chapeaux de roues, Thomas a envie de laisser sa créativité et sa fibre entrepreneuriale s’exprimer : il va créer sa propre entreprise.

C’est alors que l’aventure de la création d’entreprise commence avec la Force Magique, nom de sa nouvelle agence de communication.

La Force Magique permettait aux startupers (les créateurs de startups) à l’époque du boom de l’Internet de créer rapidement leur site Internet. A l’époque, les créateurs de startups pouvaient lever des fonds plus facilement et avaient un temps limité pour dépenser leur budget. La Force Magique leur proposait un package complet de création de marque, de site Internet etc. basé sur un gros pourcentage de l’argent qu’ils avaient réussi à lever. Finalement, comme le dit Thomas « Ils fournissaient les pelles et les pioches de ceux qui partaient à la conquête de l’ouest …».

Par ailleurs, cette aventure de la Force Magique s’est conclue en 2000 (juste avant l’éclatement de la bulle Internet) par la vente de l’entreprise à un grand groupe. Notez que cette entreprise a connu une croissance fulgurante en passant de 0 à 10 employés en 2 ans. Thomas est devenu à ce moment le directeur de transition de cette entreprise. C’est après ces deux ans de transition que Thomas décide alors de quitter Paris, sa vie stressante et le « métro boulot dodo » qui ne lui convenait plus.

L’aventure dans le Sud commence

2002, Thomas va se ressourcer pendant 6 mois à l’Ile de la Réunion, la plus belle Ile du monde (je sais je ne suis pas objectif). Une fois ses batteries pleines, il repart en métropole, dans le Sud de la France pour de nouvelles aventures.

Mais cette fois-ci, fini le high tech, fini Internet, finies les longues heures enfermé en salle de réunion, c’est l’heure du retour à la terre. Thomas réinvestit l’argent qu’il a récolté de la revente de La Force Magique pour ouvrir en 2003 un restaurant de village avec un potager : La Famille. Il crée des repas à partir des produits qu’il récolte. Et le concept plait ! Il revend cette deuxième entreprise en 2004 pour ouvrir une cave à vin et un restaurant encore plus grand à Marseille.

2005 : ouverture de la Trinquette à Marseille. Il développe le concept et son entreprise pour la revendre de nouveau en 2011.

Happé par un besoin de nouveaux challenges, il revient sur Paris pour lancer Le Champs des Possibles, sa nouvelle entreprise. Il participe au concours SFR Jeunes Talents Entrepreneurs et fait partie des 8 finalistes.

En tant que Lauréat, il a pu ainsi profiter de l’encadrement, l’accompagnement et la notoriété de SFR pour pouvoir développer son projet.

Thomas Mourrat aujourd’hui

Thomas est un serial entrepreneur. Il a ça dans le sang. Il est fier du modèle économique et social français et c’est la raison pour laquelle cela ne le dérange pas de payer des taxes et des impôts. S’il doit payer 75% d’impôts, alors cela voudra dire qu’il a réussi et qu’il est utile à la société. Pour lui l’entrepreneur est utile à la société, et même plus. L’entrepreneur est important socialement et le profit personnel ne doit pas être le moteur de l’entrepreneuriat. C’est un pionner.

Ce sont les entrepreneurs qui défendent leur pays maintenant en gagnant de l’argent et en payant des impôts. Ce ne sont plus les armées qui font la puissance d’un pays, c’est sa puissance financière.

Thomas est également un fervent défenseur du développement durable. D’ailleurs vous verrez dans les prochains articles comment il a été amené à développer ce projet, Le Champs des Possibles, un vrai projet utile et durable économiquement, socialement, environnemental et sociétal.

 

AUTEUR

Jérôme HOARAU

Fondateur de Pourquoi-Entreprendre.fr, co-fondateur de La-Semaine.com et de creapreZent.fr, coach Efficacité Professionnelle et Parler en Public. Je suis l'auteur de plusieurs ouvrages dans le domaine de l'efficacité professionnelle et du leadership que vous pouvez retrouver ici : Livres Efficacité Professionnelle et Leadership.

Tous les articles par : Jérôme HOARAU
Loading Facebook Comments ...
1 commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse courriel ne sera pas poubliée