Interview de l’entrepreneur co-fondateur de creads.org, Julien Mechin

Julien Mechin co-fondateur de creads.org


 

Bonjour,

Si on me dit que ce n’est pas l’apparence qui compte, je ne serais pas totalement d’accord. Surtout s’il s’agit de business, et encore plus de web-entrepreneuriat. Comme l’écrit Jacques Birol : « La forme c’est le fond qui remonte à la surface ».

Savoir communiquer qui l’on est est primordial pour une société. Aujourd’hui j’ai le plaisir d’accueillir un entrepreneur qui a co-fondé l’agence Creads spécialisée dans la communication : Julien Mechin.

Pourquoi entreprendre : Bonjour Julien. Vous êtes le co-fondateur de Creads.org. Pouvez-vous nous expliquer votre parcours d’entrepreneur et comment vous avez été amené à fonder Creads.org ?

Julien Mechin : Bonjour Jérôme,

Clairement, Ronan et moi souhaitions créer notre propre boite ! Pour ma part, mes passages dans les grands groupes ne m’ont jamais vraiment permis de m’épanouir comme je le désirais. J’avais donc besoin de créer une activité pour faire les choses à ma manière.

 

J’ai donc fondé l’agence Creads en 2007 avec Ronan Pelloux, mon associé. Nous nous complétons très bien car Ronan est ingénieur et je suis issu d’une formation commerciale. Nous nous sommes rencontrés au Mastère Entrepreneurs de l’ESCP Europe. Nous avons lancé notre activité lorsque notre concept de crowdsourcing appliqué à la communication a été désigné lauréat du salon des Entrepreneurs de Paris en 2008.

 

Très vite, nous avons trouvé nos premiers clients et débuté notre activité. Actuellement, nous comptons plus de 700 clients à notre actif.

 

Votre société est basée sur un concept innovant : le crowdsourcing. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre concept ?

Ce concept est le fait d’utiliser le savoir-faire de milliers d’internautes comme le fait par exemple Wikipedia. En lançant Creads, nous avons appliqué ce concept à la communication. Dès lors, Creads peut proposer son expertise et ses conseils comme une agence traditionnelle, mais peut aussi vous proposer en une semaine plus de 50 créations sur mesure et de graphistes différents.

Comment se porte votre secteur d’activité, votre marché ?

Toute entreprise a besoin un jour ou l’autre d’un nom, slogan, logo, ou site Internet, le marché que nous adressons est donc très vaste. Aujourd’hui, nous comptons plus de 700 clients qui nous font confiance et plus de 36 000 créatifs inscrits au sein de notre communauté.

Aujourd’hui, deux tendances se distinguent. D’une part, les grandes marques acceptent de travailler avec nous : nous avons récemment travaillé avec la SNCF, Bouygues Construction, Urgo, ou encore Décathlon. Et dans le même temps, de plus en plus d’agences utilisent notre savoir-faire pour gagner en temps et en créativité.

En quoi un logo et une charte graphique est importante pour une entreprise ?

Un logo est bien plus qu’un simple dessin déposé sur des supports de communication. C’est un travail complexe qui représente une entreprise, une marque, un produit, un service, qui doit véhiculer un ensemble de valeurs. Il est donc très important que le logo soit élaboré, et pensé très en amont. Une entreprise qui n’accorde que peu d’intérêt à son identité visuelle montre clairement à ses clients un manque de professionnalisme.

En ce qui concerne la charte graphique, c’est un élément primordial dans le développement d’une identité visuelle. Elle permet de garantir une cohérence selon les supports de communication (respect des couleurs, des proportions, de la mise en page,…) mais elle explique aussi les différents usages du logo. On trouve par exemple les polices de caractère utilisées dans le logotype, les contraintes de dimensions, son comportement sur les différents supports de communication…

Avez-vous un exemple illustrant les apports et les bénéfices d’un graphisme performant pour une entreprise ?

Facebook est un bon exemple. La sobriété du design, du logo et du site sont un gage de simplicité et de confiance pour les utilisateurs. Aujourd’hui, ils sont reconnaissables de tous, partout dans le monde. La lettres F est compréhensible dans toutes les langues, c’est donc un avantage majeur en terme de lisibilité et de mémorisation de la marque.

Quelle est la démarche (les étapes) qu’utilise un designer pour définir une identité visuelle d’un concept, d’une idée ?

Je ne pense pas qu’il existe une méthode type, chaque designer a sa propre approche, car ils sont tous différents. La plupart des designers lisent deux ou trois fois le brief, et laissent décanter leurs premières idées de manière un peu “brouillonne” sur papier ou sur illustrator. Ensuite, les idées se mettent en place, elles se croisent et se recroisent. Enfin, après avoir pris du recul face au brief, et face aux différents logos créés, le designer retient celles qui conviennent le mieux à ses yeux. Mais encore une fois je vous le répète, chaque créatif travaille à sa manière et suit des processus différents. Certains peuvent très bien être très vite inspirés et réaliser un logo en deux heures, juste après avoir lu le brief…

En tant qu’entrepreneur, avez-vous des conseils à partager pour ceux qui souhaitent créer leur société ?

Foncez !! La création d’une entreprise est une aventure à la fois passionnante et épanouissante ! Écoutez toutes les critiques, tous les conseils et avertissement de votre entourage, mais n’ayez pas peur de faire des erreurs.

Merci Julien pour avoir répondu à cette interview.

Retrouvez dans les prochaines semaines deux articles proposés par l’agence Creads :

– Des conseils pratiques pour vous aider à élaborer votre logo

– Le crowdsourcing expliqué et décortiqué 😉

Si vous voulez suivre cette entreprise, voici quelques liens utiles :

Twitter personnel

Blog Agence

Twitter Creads

Facebook Creads

AUTEUR

Jérôme HOARAU

Fondateur de Pourquoi-Entreprendre.fr, co-fondateur de La-Semaine.com et de creapreZent.fr, coach Efficacité Professionnelle et Parler en Public. Je suis l'auteur de plusieurs ouvrages dans le domaine de l'efficacité professionnelle et du leadership que vous pouvez retrouver ici : Livres Efficacité Professionnelle et Leadership.

Tous les articles par : Jérôme HOARAU
Loading Facebook Comments ...
3 commentaires
  • jerome

    Une création de logo pour 600€ (touché par le créatif) est ridicule.
    On oublie dans ce cas là que l’on a fait travailler, non pas 1 internaute créatif, mais plusieurs dizaines. Tout ces créatifs ne seront pas rémunérés. Pourtant, ils font partis de la prestation vendue par Creads.

    En ne comptabilisant au client QUE le créatif « gagnant », vous faites de la destruction de valeur.
    Pour le dire autrement, c’est comme si un designer travaillait 5 jours sur un logo, et ne demandait à être payé que pour le dernier jour (celui où il a trouvé la bonne idée). Il fait là de la destruction de valeur.
    Ou encore comme si un consultant faisait un audit et ne facturé que la rédaction du rapport. En gros il ne vends pas sa prestation intellectuelle.

    Dans votre système, le créatif n’est payé qu’au résultat. Le travail de recherche n’est pas comptabilisé. Pourtant, il participe aussi (par la comparaison), à la réflexion du client ( = apport marketing).
    Ne pas payer les pistes non retenue est destructeur de valeur = travail gratuit.

    Pour info, mon travail en tant que directeur artistique indépendant, consiste à pousser le client dans des pistes qu’il n’avait pas envisagé. De lui soumettre des idées, parfois en dehors de la demande, afin de lui permettre de prendre du recul sur sa demande.
    Ici, vous ne rémunérez pas cette phase. Elle est pourtant la plus grande valeur de mon travail.

    De plus, votre site contribue à dire que n’importe qui peut-être designer ou graphiste, ce qui est aussi destructeur de valeur. Et quelque peu énervant pour toutes personnes dont c’est le métier.

    Autre chose, comment gérez-vous les droits d’exploitation des oeuvres ? Je suppose qu’ils ne sont pas rémunérés ? = destruction de valeur.

    Enfin, en fixant un prix dès le départ, vous tendez à normaliser un prix pour une prestation. Hors cela est destructeur de valeur, car chaque logo ne sera pas utilisé pareil, ni pour la même entreprise. La valeur du logo pour EDF, n’est pas la même que pour une startup. Ils ne devraient donc pas être facturé au même prix.

    Pour mieux comprendre : http://kitdesurvie.metiers-graphiques.fr/005_plus-gros-plus-cher.html

    Certes de votre point de vue, vous ne détruisez pas, vous déplacez la valeur. Le travail NON REMUNÉRÉ des internautes est déplacé dans votre société, vendant je cite : « la créativité de milliers d’internautes pour votre projet de creation ».

    j.

  • Rendersky

    CREADS cherche tout simplement à exploiter gratuitement le travail de plusieurs indépendants placé dans une situation de concours !!! Cette pratique (esclavagisme) a été dénoncé depuis longtemps et se rencontre régulièrement sous forme d’ … appel d’offre. Nous invitons CREADS à lire le charte (plusieurs milliers de signataires) et à visiter « alliance-francaise-des-designers » ainsi que « laboiteamonocle.com ».

Laisser une réponse

Votre adresse courriel ne sera pas poubliée