Est-ce que l’entrepreneuriat est bon pour la santé ?

la sante des dirigeants par Amarok
Boostez votre cerveau

Et si l’entrepreneuriat n’était pas seulement bon pour le moral (bon pour son accomplissement), mais aussi bon pour la santé ? C’est la question que se pose l’observatoire Amarok, une association qui étudie la santé des dirigeants des TPE et PME françaises. Une première dans notre pays !

Pour répondre à cette question, je vous propose l’interview de Hamza WALALI de cet observatoire pour l’entrepreneuriat. Bonne lecture à vous.

Bonjour Hamza. Merci d’avoir accepté de répondre aux questions de Pourquoi Entreprendre. Vous travaillez pour l’observatoire Amarok, un observatoire de la santé des dirigeants de PME, commerçants et artisans. Pouvez-vous nous en dire plus sur cet observatoire ?

Créée en 2009, Amarok est une association à but non lucratif, qui s’intéresse aux liens existants entre  la santé du chef d’entreprise et la performance de son organisation.

Cette population hétérogène, composée de dirigeants de PME, artisans, commerçants et professions libérales, représente 12% de la population active française.

L’observatoire Amarok pousse l’analyse de l’ensemble des éléments ayant trait à la santé de ces travailleurs non-salariés, notamment par le suivi mensuel d’une cohorte nationale de 380 chefs d’entreprise volontaires. Cette expérimentation est réalisée avec le soutien du Centre des Jeunes Dirigeants (CJD) et de Malakoff Médéric.

Amarok héberge plusieurs chercheurs qui traitent de sujets variés comme :

  • L’impact du sommeil sur l’efficacité entrepreneuriale (Florence GUILIANI)
  • La définition du capital santé du dirigeant de PME (Thomas LECHAT)
  • Le burnout patronal (Yosr BEN TAHAR)
  • Le stress post-traumatique des commerçants braqués (Laure CHANSELME)
  • Le lien entre la santé du dirigeant et l’octroi de crédits bancaires (Rose Myriam’s MONDELUS)
  • La dégradation de la santé du dirigeant de PME après une transmission (Eric FROMENTY)
  • La prise en compte de la santé dans les structures d’accompagnement (Virginie GHARBI)

 

Rappelons que les PME représentent 60% du PIB français et 2 salariés sur 3. Ceux qui les dirigent apparaissent donc comme les premiers créateurs de richesses et d’emplois du pays. Aussi est-il légitime d’accorder notre intérêt à leur équilibre biopsychosocial.

Alors entreprendre est-ce bon pour la santé ?

Les premiers résultats paraissent positifs. D’une manière générale la santé des dirigeants est perçue nettement supérieure à celle des salariés, même comparativement aux cadres. Ils sont, moins déprimés, moins stressés et plus toniques que les salariés.

Les dirigeants sont moins affectés par l’obésité que les salariés mais sont davantage en surpoids. Le principal point noir de la santé des dirigeants reste cependant la prévention.

D’autres résultats seront communiqués par l’Observatoire Amarok et avec beaucoup plus de détails très prochainement.

 

Pourquoi se préoccupe-t-on si peu de la santé des dirigeants ?

La santé des dirigeants est peu étudiée principalement parce que ces derniers n’ont pas le temps de se préoccuper de leur santé. « Ils n’ont même pas le temps d’être malade. » 2/3 des dirigeants déclarent travailler même s’ils sont malades.

 

Le rapport de subordination y est pour beaucoup aussi. Un dirigeant étant considéré comme le dominant et le salarié comme le dominé, on va d’abord s’intéresser à la souffrance au travail du salarié.

De plus la souffrance patronale est aussi une souffrance muette. En effet le dirigeant est dans une idéologie de leadership, et en tant que leader, il se doit de se montrer fort et il ne peut pas partager ses souffrances dans le cadre de son travail.

 

Comment améliorer les conditions et l’hygiène de vie des entrepreneurs ?

Les recommandations pour l’amélioration des conditions et de l’hygiène de vie des entrepreneurs, sont les mêmes que pour n’importe quel autre individu. Il ne faut surtout pas considérer que le chef d’entreprise est un surhomme qui n’a pas, ou peu, besoin de prendre soin de lui-même.

Cela dit, il est plus souvent confronté à certains facteurs pathogènes tels que la surcharge de travail, le stress, la solitude et l’incertitude. Ces facteurs sont compensés naturellement par des facteurs salutogènes (bons pour la santé), tels que l’optimisme, la maitrise de son destin ou encore l’endurance.

 

Quelles sont les préconisations d’Amarok ?

Amarok s’inscrit dans une action de prévention. Il s’agit de contribuer à une prise de conscience de la part des dirigeants et des services de santé publique de l’importance de la santé des dirigeants d’entreprise. Et d’attirer l’attention sur l’impact que peut avoir la santé du chef d’entreprise sur son organisation. Dans une PME, un gros ennui de santé du dirigeant signifie presque toujours un dépôt de bilan.

 

Quelle suite envisagez-vous avec Amarok ?

L’action d’Amarok a pour objectif, dans un premier temps de produire une base de donnée sur la santé des chefs d’entreprise, inexistante jusque-là, et dans un temps un peu plus long la mise en place d’un service de santé pour les entrepreneurs .


Olivier Torres : « La vie c’est lâcher » par lentreprise-videos

Merci beaucoup Hamza pour ces réponses !

Etes-vous d’accord avec cette affirmation : « l’entrepreneuriat est bon pour la santé » ?

Laissez votre avis dans les commentaires.

 

 

AUTEUR

Jérôme HOARAU

Fondateur de Pourquoi-Entreprendre.fr, co-fondateur de La-Semaine.com et de creapreZent.fr, coach Efficacité Professionnelle et Parler en Public. Je suis l'auteur de plusieurs ouvrages dans le domaine de l'efficacité professionnelle et du leadership que vous pouvez retrouver ici : Livres Efficacité Professionnelle et Leadership.

Tous les articles par : Jérôme HOARAU
Loading Facebook Comments ...

Laisser une réponse

Votre adresse courriel ne sera pas poubliée