Entrepreneur pendant ses études : interview de Michael Caroff – Urban Phone

Interview de Michael Charoff - Urban Phone

En tant qu’étudiant d’école de commerce, contrairement à ce que l’on pourrait penser, il n’est pas naturel de créer sa boite, encore moins pendant ses études. Aujourd’hui j’accueille sur Pourquoi Entreprendre, Michael Caroff, étudiant… et chef d’entreprise : il a fondé la société Urban Phone alors qu’il n’a pas encore terminé ses études ! Merci beaucoup à Michael pour son enrichissant témoignage, et bonne continuation :-).

Bonne lecture 😉

Bonjour Michael et merci d’avoir accepté de partager ton témoignage sur Pourquoi Entreprendre. Tu es un jeune entrepreneur et tu as créé ta société pendant tes études. Peux-tu nous raconter ton aventure entrepreneuriale ?

 

Bonjour Jérôme et merci à toi de m’avoir invité à partager mon expérience avec tes lecteurs.

 

Pour comprendre mon envie d’entreprendre, je suis obligé de remonter au début de mes études. J’ai fait un Bachelor dans une école de commerce parisienne du nom d’Advancia (aujourd’hui Novancia) spécialisée dans l’entrepreneuriat. C’est là que j’ai découvert le monde des entrepreneurs. J’ai baigné dedans pendant trois ans et mon rêve, à la sortie de cette école, était de créer ma boite. Rêve que j’ai vite mis de côté car mon diplôme en poche, j’avais tout juste 20 ans et j’étais peu crédible devant des investisseurs.

 

J’ai donc poursuivi par un Master Grande Ecole à Toulouse Business School ou j’ai approfondi mes compétences dans des domaines très intéressants comme le marketing, la logistique, le e-commerce. J’avais toujours envie de créer une entreprise et plein d’idées en tête mais je pensais alors attendre la fin de mes études.

 

C’est au cours d’un module sur le e-commerce que je comprends qu’il est temps de me lancer. On parle smartphones et vente sur internet et c’est apparu comme une évidence pour moi. Un marché qui se fiche bien de la crise et la possibilité d’exercer une activité depuis chez moi sur mon temps libre, c’était l’occasion idéale. Je me renseigne, trouve des fournisseurs, monte mon site avec une solution gratuite (Prestashop), je m’inscris en tant qu’auto-entrepreneur, et deux semaines après je faisais ma première vente.

 

Ce fut assez facile, c’est un peu plus compliqué de développer ensuite. La clé du succès c’est de bien se positionner sur Google. Et pour ça il faut payer des référenceurs professionnels. Le référencement, c’est un peu le pas de porte de l’entreprise. Tout le monde rêve d’une adresse sur les Champs-Elysées… Je décide donc de m’y mettre moi-même et j’arrive tant bien que mal à hisser mon site à des positions plutôt correctes.

 

Quelques mois après, je me rends compte que mon business model n’est pas génial. Je me suis lancé sur un coup de tête, sans business plan, avec quelques calculs sur une feuille Excel. La distribution, c’est censé rapporter mais quand on s’improvise importateur, référenceur, commercial, logisticien, etc., on a bien du mal à tout faire correctement. Du coup, mon bénéfice n’était que de 10% ce qui ne me rapportait pas grand-chose compte tenu de mes volumes. J’ai donc réfléchi à une nouvelle façon de générer du profit et c’est très prometteur.

 

 

Et qu’est-ce qu’Urban Phone plus précisément ?

 

Urban-Phone.com, c’est un site de vente en ligne d’accessoires pour produits nomades. C’est-à-dire téléphones portables, tablettes, ordinateurs portables et autres. Pour l’instant, je me concentre sur les produits Apple, les plus connus et les plus vendus en France. Ceux dont les propriétaires sont prêts à payer le plus en accessoires, aussi. J’essaye de mettre en ligne des produits originaux que les autres n’ont pas, et surtout j’essaye de les vendre moins cher. Je viens de lancer la version 3, beaucoup plus ergonomique et avec un nombre accru de références. Maintenant, je ne fais plus que des coques et protections.

 

Penses-tu continuer à développer ton entreprise après tes études, ou préfères-tu te diriger vers le salariat ? Comment as-tu fait pour te lancer dans l’entrepreneuriat tout en continuant tes études ?

 

Se lancer pendant ses études, ce n’est pas forcement évident. J’avais besoin de faire un semestre à l’étranger alors que j’avais déjà créé Urban-Phone et j’ai donc laissé la gestion de la partie logistique à mon frère qui m’a gentiment aidé. Quand on est étudiant, on déménage beaucoup et c’est compliqué d’essayer d’avoir une activité stable. Mais c’est une aventure tellement belle que je conseillerais à tous de la tenter. Aujourd’hui, je suis en stage dans une grande entreprise pour la fin de mes études et je sais qu’à l’issue de ça, je vais persister dans l’aventure entrepreneuriale. Pour tout te dire, je suis en train de réaliser un business plan pour Urban-Phone dans le but de lever des fonds d’ici quelques mois et créer une « vraie » société, avec des moyens et donc un potentiel d’action bien plus important pour conquérir le marché des accessoires, qui croit à une vitesse phénoménale. D’ailleurs, si je peux relayer mon étude de marché à la fin de cet article, tu me rendrais un énorme service !

 

 

Qu’est-ce que l’entrepreneuriat et un entrepreneur selon toi ?

 

L’entrepreneuriat, pour moi c’est un grand mot. On met plein de choses dedans, on le passe au mixeur et on obtient un ensemble de personnes toutes liées entre-elles par une même envie, celle d’entreprendre ou d’aider les autres à entreprendre.

 

L’entrepreneur fait partie de cette grande famille. Je crois que beaucoup pensent pouvoir y arriver seuls. C’est une utopie, on a tous besoin de la sphère entrepreneuriale pour y arriver parce qu’on ne connait pas tout. Mais ce qui distingue un entrepreneur d’une autre personne, c’est justement que même s’il ne sait pas où il va, il y va quand même. L’entrepreneur est un aventurier, c’est l’Indiana Jones de l’activité économique. Il y a des garde-fous, bien sûr, mais l’entrepreneur est un passionné et c’est ce qui le guide tout au long de sa carrière de créateur (et de gestionnaire). Pour preuve, on voit bien qu’un entrepreneur ne crée pas qu’une seule boite mais plusieurs au cours de sa vie. Ce qui l’intrigue et l’intéresse le plus, je pense, c’est de créer et développer. Une fois que tout marche bien, il y a moins de challenge et c’est moins intéressant ! Mais l’entrepreneur est aussi quelqu’un qui a pour but  de créer une « belle » entreprise, une entreprise qui se développe bien, qui fait vivre des gens et qui crée des richesses pour tout le monde. Pour moi, l’entrepreneur crée son emploi mais crée également de l’emploi.

 

Comment l’état d’esprit entrepreneur peut-il aider à son insertion professionnelle à la fin de ses études ?

 

Un entrepreneur est quelqu’un de toujours ultra-motivé, qui a plein d’idées et qui tente toujours plein de choses. La personne qui a vraiment l’état d’esprit d’entrepreneur arrivera toujours au but qu’elle s’est fixé, malgré tous les obstacles et le découragement qui en résulte parce qu’elle a ça en elle. Créer une boite, c’est se lancer corps et âme dans un projet avec une liste d’obstacles énorme qu’il faut surmonter un par un avec des chances de réussite parfois très minces. Dans une entreprise, quelqu’un qui sait faire ça, une personne astucieuse et débrouillarde, c’est une perle rare.

 

As-tu un conseil d’entrepreneur à partager avec nous ?

 

Rester optimiste. Tout est possible quand on crée une entreprise. Il ne faut pas voir une entreprise comme un projet avec une fin mais comme une entité en perpétuelle évolution. À partir de là, on sait que tout est possible et que la seule limite au développement d’une entreprise, c’est la motivation de l’entrepreneur. Alors même si vous avez l’impression que tout va mal, il faut se battre, tout ira mieux demain !

 

 

Étude de marché :

Cliquez ici pour accéder au court et rapide questionnaire pour son étude de marché

 

AUTEUR

Jérôme HOARAU

Fondateur de Pourquoi-Entreprendre.fr, co-fondateur de La-Semaine.com et de creapreZent.fr, coach Efficacité Professionnelle et Parler en Public. Je suis l'auteur de plusieurs ouvrages dans le domaine de l'efficacité professionnelle et du leadership que vous pouvez retrouver ici : Livres Efficacité Professionnelle et Leadership.

Tous les articles par : Jérôme HOARAU
Loading Facebook Comments ...
6 commentaires
  • Robin

    Bonsoir à tous,

    Je pense aussi qu’entreprendre pendant ses études peut s’avérer compliqué mais très intéressant. Financièrement tout d’abord si on arrive à dégager quelques euros mais aussi en terme de crédibilité. Si on décide de postuler dans des bonnes écoles pour continuer ses études ou dans un entreprise, c’est un vrai plus sur lequel on peut jouer.
    Bonne continuation en tout cas à ces projets.

  • Jérôme HOARAU

    @Jordan : content que ce témoignage t’ai été utile 🙂
    @Robin : oui je suis d’accord que se lancer dans l’aventure entrepreneuriale est un vrai plus pour démarrer sa vie professionnelle sur les chapeaux de roue ! Pour ma part, je n’avais qu’un blog (donc pas une vraie boite, mais une expérience entrepreneuriale tout de même je pense) et plusieurs recruteurs m’ont contacté pour me proposer des CDI alors que je n’avais pas encore fini mes études. Comme quoi la prise d’initiative est appréciée par les entreprises et les recruteurs.
    @Olivier : oui ce message se démocratise de plus en plus. J’ai l’impression qu’on est en plein boom entrepreneurial en France en ce moment. Et c’est très apprécié.

  • Michael

    Hello,

    C’est aussi un bon moyen d’avoir de la crédibilité auprès d’investisseurs quand on veut créer une « vraie » boite (autre qu’auto-entrepreneur) dès la fin de ses études. En ce qui me concerne je vais jouer là-dessus car avec toutes les galères que j’ai vécues pour mener à bien ce projet, j’ai une vraie expérience entrepreneuriale, pas juste des connaissances théoriques. Et c’est très valorisable à mon sens. Bonne chance à tous dans vos aventures !

Laisser une réponse

Votre adresse courriel ne sera pas poubliée