Articles

Entrepreneurs, formez-vous à la communication gratuitement grâce au MOOC de Melior&Maximus

La communication est l’une des clefs les plus importantes pour une jeune entreprise : même si vous avez le meilleur produit du monde, personne le l’achètera s’il ne sait pas qu’il existe.

Pour aider les entrepreneurs à se former à la communication, l’entreprise Melior & Maximus propose un MOOC (formation gratuite sur Internet). Voici l’interview de Mathilde Vaal, co-fondatrice de Melior & Maximus.

Bonjour Mathilde. Tu viens de lancer un MOOC (Massive Open Online Courses) sur la communication à travers Melior et Maximus (M&M). Mais avant de présenter ce projet, peux-tu nous raconter ton parcours ?

Avec plaisir ! Tout au long de mes études, puis après l’obtention de mon Master à l’IAE de Paris, j’ai toujours eu le privilège de travailler et évoluer dans l’univers de l’entrepreneuriat. Aussi c’est assez naturellement que j’ai co-fondé en mai 2012 Melior & Maximus. M&M est une agence de communication « accélératrice de notoriété » qui a pour mission principale d’aider les entrepreneurs à se faire connaître. Mon associée, Marion Morel, et moi-même accompagnons les porteurs de projets dans leurs choix stratégiques en communication et lors de leur naissance médiatique.

Pourquoi as tu créé M&M ?

Devenir moi-même entrepreneur m’a toujours trotté dans la tête. Il est primordial pour moi de pouvoir exercer mon métier comme je l’entends, c’est-à-dire de pouvoir appliquer des méthodes de communication dans lesquelles je crois vraiment. Avec M&M, je souhaite proposer une vision différente et plus concrète de la communication. Par ailleurs, ma rencontre avec Marion Morel a été décisive : ce « coup de foudre professionnel », comme nous l’appelons entre nous, m’a fait sauter le pas.

Pourquoi avoir appelé cette entreprise ainsi ?

L’histoire de notre nom de marque est assez improbable ; d’ailleurs je la raconte dans le MOOC afin d’illustrer comment créer une histoire autour de sa marque 😉
Un proche de Marion nous a proposé un logo avant même que nous ayons un nom avec 2 M qui se reflètent : nous l’avons tout de suite adopté et il répondait à nos deux prénoms, Marion et Mathilde. Puis quand nous nous sommes dit qu’il était tant de trouver un nom pour l’agence, nous voulions tellement garder notre logo que nous avons décidé de partir de ce fameux logo pour trouver un nom. Nous avons « brainstormé » avec notre entourage et c’est ma soeur, professeur de latin, qui nous a proposé Melior & Maximus : cela signifie « meilleur et plus grand« . Nous avons trouvé que ce message à relayer à nos clients et prospects était très positif. Par ailleurs, nous avons remarqué que l’originalité du nom faisait qu’il était bien retenu.

Tu vas me dire : « mais dans cette histoire, qui est Melior ? Et qui est Maximus ? » C’est là où l’histoire a commencé à nous échapper : nos premiers clients s’en sont mêlés et nous ont attribué à chacune assez naturellement un des deux nom. C’est comme ça que je suis devenue Melior (intervenant beaucoup sur les questions de stratégie et de contenu, je permets à nos clients de mieux s’exprimer sur leur projet et ainsi rendre leur communication « meilleure ») et Marion est devenue Maximus (en tant qu’attachée de presse, Marion augmente la notoriété de nos clients et les rend donc « plus grand »).

Pourquoi avoir entrepris ensemble ?

Comme je l’ai laissé sous-entendre plus haut, nous avons beaucoup apprécié de travailler ensemble dans notre précédent emploi. Aussi cela a été comme une évidence de monter notre structure ensemble et nous ne le regrettons pas aujourd’hui ! De plus, nos compétences en communication sont très complémentaires : de façon générale, j’interviens en amont sur les questions de stratégie et de communication globale de nos clients, puis Marion reprend le dossier pour réaliser leurs relations presse.

Qu’apportes-tu de nouveau dans cette jungle des agences de comm ?

Très bonne question ! Il est vrai qu’il existe une multitude d’agences de communication et qu’il paraît difficile de s’y retrouver ! D’ailleurs, avec Marion, nous ne nous qualifions pas d’agence de communication, mais plutôt d’agence « accélératrice de notoriété » . Nous ne réalisons pas toutes les prestations en communication. Nous avons pris le parti de nous consacrer à ce que nous savons faire de mieux, notre coeur de métier : les relations presse pour Marion, le conseil en stratégie et communication web pour ma part, que se soit sous forme de prestations individuelles ou de formations. En revanche, nous nous sommes entourées de partenaires de confiance à qui nous renvoyons nos clients quand ils en ont besoin (ex : audit marketing, création de site web, etc.).

Qu’est ce qu’un MOOC d’ailleurs ? D’où ça vient ? Qui sont les pionniers ?

Pour faire simple, les MOOCs (en anglais Massive Online Open Courses) signifient en français des cours ouverts à tous, en accès gratuit sur le Net. Ces cours se présentent sous forme de vidéos dans lesquelles le formateur s’adresse directement à son auditoire. Ces cours sont fréquemment accompagnés de tests ou « examens » pour valider ce qui a été vu.

Les premiers MOOCs nous viennent de nos voisins américains, et plus précisément des grandes universités américaines, comme le MIT dès le début des années 2000 ; mais nous devons les premiers MOOCs francophones à l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne qui vient même d’ouvrir une “MOOC Factory” dédiée à leur production.

Pourquoi as-tu choisi de faire un MOOC, alors que c’est gratuit, et pas avoir lancé une formation payante ?

Et bien je dirais justement que c’est parce que je suis déjà formatrice dans des incubateurs d’entreprises et dans l’enseignement supérieur que j’ai voulu me prêter au jeu de concevoir et réaliser un cours ouvert et accessible à tous. Cette idée me plaisait et j’étais curieuse de tester cette nouvelle forme de transmission de savoir.

D’ailleurs, je pense que réaliser un MOOC deviendra très prochainement un outil marketing important pour les professionnels. Pour nous, c’est une façon différente et innovante de communiquer sur M&M en démontrant notre savoir-faire.

Penses-tu que les cours en ligne payants vont disparaître avec l’avènement des MOOCs ?

Screenshot 1 - MOOC M&MC’est une très bonne question ! Les MOOCs sont encore un phénomène en devenir. Actuellement, tout le monde en parle ; il existe comme une sorte de « bulle » des MOOCs. Alors il faut se laisser un peu de temps et voir comment ce nouveau moyen d’enseigner évolue. Ce qui n’empêche pas de continuer à proposer des MOOCs de qualité, en essayant d’en améliorer la forme.

Que va-t-on apprendre dans ce cours en ligne ? Quelles méthodes, cas d’études ou techniques va-t-on apprendre ?

Screenshot 2 - MOOC M&MRythmé par des vidéos, des quizz, un examen hebdomadaire, leurs corrections, ce cours permet de :

  • maîtriser les enjeux d’une bonne stratégie de communication
  • et de construire son plan de communication au fur et à mesure des semaines.

Les participants qui le souhaitent peuvent soumettre à correction leur plan de communication à la fin des 4 semaines de cours.

Pour réaliser ce MOOC, je me suis inspirée du quotidien de l’agence et vous retrouverez donc des cas clients vécus. De plus, je m’appuie sur un Prezi (pour ceux qui ne connaissent pas, c’est une sorte de Power Point amélioré, beaucoup plus puissant et pédagogique) sur lequel j’ai réalisé un véritable déroulement pédagogique, avec des schémas, des images et des animations.

Sur la plateforme Neodemia, les participants trouveront :
– un Forum pour qu’ils puissent échanger entre eux et avec nous
– un Wiki sur lequel ils peuvent retranscrire leurs notes et sur lequel je rajoute du contenu.

Neodemia délivrera un certificat aux participants ayant obtenu au moins 70% des points (15% pour chaque examen hebdomadaire, 40% pour le projet final). Les participants peuvent encore avoir accès au cours quand il est terminé sur leur espace personnel.

Comment fait-on pour s’y inscrire ?

C’est très simple : il vous suffit d’aller sur Neodemia, de vous créer un compte et vous aurez directement accès au cours !

As-tu un conseil à partager pour conclure cette interview, notamment sur la communication ?

Screenshot 3 - MOOC M&MIl n’y a pas de recette toute faite en communication : il vaut mieux faire peu mais bien. Privilégiez la qualité plutôt que la quantité. Faites confiance à votre bon sens et le gros du travail sera fait !

Comment faire vous-même vos photos de portrait pro ?

Tout entrepreneur passe par le monde connecté dans le but de créer sa visibilité. Les fiches ou profils les plus consultés et les plus impactants sur les réseaux sociaux sont dotés d’une photo.

Arrière-plan trop chargé, posture non adéquate, il n’est pas toujours évident de prendre une bonne photo de portrait et qui soit professionnelle.

Dans cette vidéo, Milena Perdriel, photographe de portrait contemporain et fondatrice de P comme…, vous donne de multiples conseils et astuces afin que vous ne ratiez plus vos photos de portrait.

Merci à Milena pour ses réponses.

[youtube id= »0W81nwOc1WU » width= »700″ height= »450″]

Qu’est ce qu’une bonne photo de portrait ?

Une bonne photo de portrait est une photo « posée ». Même si  elle est prise dans l’improvisation, il y a une intention. Prenez-vous donc au sérieux.

Un bon portrait professionnel, que nous allons utiliser sur les réseaux sociaux ou pour se présenter (dans nos CV), doit dégager de la bienveillance donc de l’ouverture d’esprit. Lorsqu’une personne va consulter votre profil c’est qu’elle aura trouvé, en amont, un intérêt particulier et certain dans votre photo.

Quelques règles sont à respecter afin que votre photo soit professionnelle et donne envie de consulter votre profil.

Comment prendre un bon portrait ?

Préparez-vous

Votre environnement

Évitez les espaces trop chargés. Favorisez un mur blanc avec cadres photos ou tableaux. Ne les faites surtout pas dans votre cuisine ou dans le salon.

N’oubliez pas que l’objectif de votre photo est « vous » et votre « visage ».

Vous 

Habillez-vous en adéquation avec le milieu dans lequel vous évoluez.

– Coiffez-vous. (Passer une main dans ses cheveux n’est pas se coiffer).

– N’oubliez pas le maquillage. Messieurs même une petite poudre pour éviter les brillance est nécessaire. Mesdames, ne chargez pas le maquillage. Faites ressortir vos yeux, uniformisez votre teint et rendez vos lèvres légèrement plus rosée qu’au naturel.

Positionnez-vous

Pour que la photo soit professionnelle soyez deux (le photographe et le modèle). Oubliez les retardateurs et les photos prises à bout de bras.

Vos mains

Prenez appui sur une chaise pour occuper vos mains et pour que vous apparaissiez moins gêné.

Votre regard

Fixez l’objectif en vous projetant comme si vous étiez en entretien ou en rendez-vous d’affaires.

Votre posture

Dans une conversation, les mots que vous allez échanger ont seulement 7% de pouvoir de conviction, alors que le langage non verbal (le visuel et le ton) représente 93% de la communication.

Tenez vous donc droit et légèrement en avant pour donner l’effet de bienveillance.

Petite astuce pour vous mesdames : avancez délicatement votre visage pour souligner ses traits.

– Pour donner une image un peu plus dynamique, tournez-vous de 3/4, toujours en vous penchant légèrement vers votre interlocuteur. Vous montrerez que vous êtes ouvert à la discussion et aux échanges (les filles, n’oubliez pas d’avancer votre visage).

– Pour vous messieurs, il est préférable que vous restiez de face. Vous paraîtrez plus large au niveau des épaules. Laissez vos bras le long de votre corps.

MAIS, que vous soyez filles comme garçons, ne reculez pas sur la photo :

– Vous aurez un double menton.

Vous ne donnerez pas l’envie de venir vers vous. Vous aurez plutôt un effet de recul et donnerez l’impression d’être fermé à toute discussion.

Si vous êtes étudiants et entreprenants, vous pouvez mettre en pratique tout de suite ces conseils en participant à notre événement exclusivement dédié pour vous. Vous pourrez partager avec nous vos belles photos de portraits professionnelles. 

 

 

 

Quelle est la meilleure école de commerce pour enseigner l’entrepreneuriat ?

Transformer les jeunes en entrepreneurs est un enjeu sociétal important pour notre pays. Fleur Pellerin ne dira pas le contraire, surtout après avoir lancé le mouvement Entrepreneurs Demain. Pour ma part, j’essaie de modestement contribuer à ce mouvement de promotion de l’entrepreneuriat étudiant à travers cette récente initiative : vive les étudiants entreprenants.

La transformation des jeunes dans notre pays passe majoritairement par les études. D’où l’enjeu d’enseigner l’entrepreneuriat dans nos structures d’enseignements. Même si je reste persuadé que rien ne vaut l’apprentissage de l’entrepreneuriat par l’action (c’est pour cela que je participe à l’initiative Les-Solupreneurs.com), le rôle du secteur éducatif est important (j’interviens aussi en école de commerce à ce sujet). C’est aussi pour cette raison que je suis bénévole chez 100 000 entrepreneurs.

Il existe aujourd’hui des formations initiales pour se former à la création d’entreprise. Mais comment faire le meilleur choix ? Campus Channel c’est penché sur la question.

Quelle est la meilleure Business School pour former des entrepreneurs ?

Voici la question que se pose Campus Channel à travers une web-conférence en direct qu’elle organise le samedi 7 décembre 2013 sur la Formation Initiale en entrepreneuriat pour la catégorie MS/MASTERS/MSC.

Les organismes en compétition sont les suivants :

  • EM Lyon Business School
  • ESSEC Business School
  • Grenoble EM

Chaque représentant d’école de commerce prendra la parole pendant 40 min, le tout en direct live à partir de 11h sur Campus Channel.

Alors que pensez-vous de cette initiative ?

En attendant, voici un sondage auquel vous pourrez répondre pour voir quelle est la meilleure école de commerce pour devenir entrepreneur.

Donnez du sens à vos idées pour mieux les concrétiser

En entrepreneuriat, avoir des idées c’est bien, mais les concrétiser c’est mieux !

L’une des qualités des entrepreneur(e)s est bien celle d’être créatif et donc d’avoir la capacité de générer de nombreuses nouvelles idées. Mais le contre-coup de cette qualité est le risque de s’éparpiller sur plein de projets, d’opportunités et de ne finalement jamais voir les se concrétiser.

S’éparpiller, s’épuiser, regretter

Ce processus est malheureusement très fréquent chez les entrepreneurs. Au début vous bouillonnez d’idées, et cela vous procure beaucoup d’énergie et d’enthousiasme. Vous décidez alors de vous engager dans la concrétisation de ces idées car vous y croyez dur comme fer. Au début, c’est très excitant car c’est un nouveau challenge. Mais peu à peu vous vous épuisez :

– votre cerveau est tout le temps en train de « cogiter » sur plusieurs sujets à la fois

– votre emploi du temps gonfle aussi rapidement que vos projets prennent de l’ampleur

– vous n’avez plus de temps pour vous-même

Après plusieurs semaines ou mois de persévérance, vous tombez dans l’obstination. C’est alors que, vidé de votre forme légendaire, épuisé par cette dispersion de votre énergie sur plusieurs fronts, vous êtes sur le fait accompli : il faut choisir.

Vous regrettez alors de ne pas avoir fait ce constat plus tôt malgré la myriade d’avertissements de votre entourage.

J’ai moi-même fait face à ce problème (mon entourage est témoin).

Il fallait alors tirer des enseignements de cette expérience.

C’est alors que je me suis mis en quête d’outils et de techniques pour éviter ces désagréments, que je me suis empressé de tester sur moi-même.

Questionner et donner du sens, voilà la clé pour ses idées

Le constat de mes recherches et des validations que j’ai pu avoir auprès de mes étudiants et de mon entourage est simple : l’entrepreneur(e) est un personne intuitive. Ses idées naissent de son intuition. Mais ce sera la raison qui permettra de donner du sens à ses idées et de finalement lui permettre d’être raisonnable dans ses choix.

Il existe des outils et techniques simples à déployer pour réussir à donner du sens à ses idées pour mieux les concrétiser. Ce sont des outils que j’enseigne en école de commerce (fBS) et aux personnes que je « coach » régulièrement dans leurs aventures entrepreneuriales.

Les principaux sont les suivants :

– le questionnement (savoir se poser les bonnes questions au bon moment)

– le Réflexe Pourquoi (une méthode que je propose en exclusivité aux abonnés à ma newsletter)

Ils permettent, avec simplicité, de  :

– mieux prioriser ses idées

– prendre de meilleures décisions

– d’être plus motivé(e) et enthousiaste dans ses projets

Finalement, ces outils vous permettent d’agir avec plus d’efficacité pour concrétiser vos idées.

Un atelier sur Paris pour apprendre ces techniques

Pour partager avec vous ces techniques et outils, je vous propose de participer à mon atelier de formation organisé par Leeaarn qui aura lieu le 9 octobre à Paris.

Pour plus d’informations, je vous invite à aller directement sur la page concernée.

Entrepreneurs : comment passer de l'idée à l'action

Si vous connaissez une personne sur Paris qui serait intéressée par cette formation, n’hésitez pas à lui envoyer l’article.

Créez du buzz à moindre coût

Rien de mieux qu’un effet « buzz » pour stimuler votre startup. Mais comment faire parler de vous en créant un tel bruit à moindre coût ? Impossible me direz-vous ?

Figurez-vous qu’avec un peu de créativité, de bonne volonté et de capacité à oser, vous pouvez créer un effet monstre sur votre marché.

Je vous propose de visionner cette conférence abordant les opérations « coup de poing » à moindre coût, traitée par des experts et des professionnels.

  • Amine Katache, co-fondateur de Meetserious
  • Marie Dubuc, directrice de communication chez Le Site du Zéro
  • Céline Lazorthes, fondatrice de Leetchi
  • Prescillia Leroy, fondatrice de Pourquoi Pas Moi

Cette table ronde a été filmée lors de l’université d’été pour les startups sur la communication AbracadaCom, mise en place par l’agence Pourquoi Pas Moi. Une journée riche en astuces, conseils et témoignages pour apprendre à communiquer avec un petit budget.

[youtube id= »YR1mJmwGVS4″ width= »600″ height= »350″]

Que pouvez-vous utiliser dans votre stratégie de communication ?

Marie Dubuc :

  • e-mailing, courriers
  • relations presses

Céline Lazorthes :

Avec le moindre budget

  • faites des relations presses (investissement temps lourd)
  • évangélisez votre communauté (famille, ami, professionnel)

Avec un peu plus de budget

  • Faites des campagnes sur Internet
  • Achetez des adwords

Avec un budget communication un peu plus important

  • Pratiquez de l’événementiel
  • Mettez en place des campagnes d’affichage dans le métro
  • Élaborez de street marketing

Avec un budget communication important

  • Faites de la campagne télévisée

Amine Katache :

  • Créez une communauté avant le lancement du site

 Comment communiquer avant le lancement de la startups ?

Amine Katache :

  • Pourquoi ? Constituez une image de marque et un concept pour que les gens puissent s’identifier aux valeurs. Il faut convier les gens à la constitution du concept
  • Comment ? Faites un sondage pour récolter des avis. La présentation du sondage doit inciter les gens à y répondre (ils ne doivent pas perdre leur temps, sortez de l’ordinaire, montrez que leurs réponses vont aider à améliorer le concept)
  • Les participants aux sondages peuvent constituer votre communauté

Céline Lazorthes :

  • Utilisez Facebook avec le partage de photos en utilisant des supports logotés afin que les personnes puissent les utiliser comme photo de profil par exemple (aucun coût financier pour les utilisateurs, apport de divertissement)
  • Utilisez les relations presses mais cela demande beaucoup d’investissement temps car il faut trouver des idées originales et attractives, adapter le courrier aux interlocuteurs, les rappeler personnellement
  • Avec le temps, l’investissement temps apporte des résultats, la communication se fait beaucoup plus rapidement et facilement

Comment communiquer auprès d’une communauté déjà existante

Marie Dubuc :

  • Une communauté déjà existante faite par du bouche à oreille facilite la communication sans le moindre coût financier et cela apporte de la crédibilité
  • Identifiez vos différentes cibles et adaptez votre discours
  • Élaborez une stratégie de communication

Pourquoi externaliser sa communication ?

Amine Katache :

  • Travail quotidien et de longue haleine
  • Cela demande des compétences et des connaissances nécessaires et spécifiques pour atteindre les objectifs

Hormis les médias, comment pouvez-vous communiquer ?

Céline Lazorthes :

Mettre en avant les clients, leur apporter de la valeur à l’image de la marque :

  • Analysez votre budget, votre cible et votre zone géographique
  • Organisez des opérations «coup de poing» marquant les esprits comme des « maxi quais » avec des objets et des affiches logotés
  • Utilisez votre histoire afin de créer du contenu auprès de votre audience

 Attention aux événements qui accueillent un grand public. Il est nécessaire de respecter des règles de sécurité, d’écologie.

Capture d’écran 2013-09-19 à 17.02.06

Quelques chiffres et conseils pour votre de budget communication :

Céline Lazorthes :

  • 300 000 euros incluant les frais d’agence, les relations presses (250 médias), le hors média, etc

Amine Katache :

  • Faites de la communication on-line aux valeurs de la sartup, soyez spontané et intrigant
  • Reliez votre événement au monde connecté grâce aux réseaux sociaux (hashtag)
  • Travaillez votre référencement avec vos mots clés
  • Communiquez avec vos mots clés sur les réseaux sociaux
  • Créez du contenu avec un blog

Marie Dubuc :

  • Pour sortir de la masse, il faut savoir se démarquer. Marquez les esprits et touchez la sensibilité de l’audience grâce aux goodies originaux. Vous créez alors une bonne mémorisation

Capture d’écran 2013-09-19 à 17.02.19

Comment organiser votre communication hors opérations « coup de poing » ?

Marie Dubuc :

  • Passez par une agence de relations presses
  • Mettez un community manager en interne pour échanger avec la communauté sur les réseaux sociaux, alimenter les discussions, modérer, répondre aux interrogations
  • Favorisez le bouche à oreille
  • Alimentez un blog. Racontez vote histoire, votre évolution et vos projets à votre communauté, vous allez créer du lien.

Céline Lazorthes :

Principalement en interne pour le marketing et la communication comme :

  • Les relations presses (externalisées en Europe)
  • L’achat de mots clés
  • Le community manager
  • Les partenariats originaux
  • Les campagnes télévisions
  • Favorisez la communication virale
  • Le blog permet d’apporter du contenu, de l’information, des idées, des recherches, votre expertise. Vous communiquez pour pas cher mais qui demande du temps et de la connaissance

Amine Katache :

  • Innovez dans la manière de communiquer
  • Faites du community management
  • Faites participer votre communauté pour la faire grandir. Lancez des jeux, des quizz, des questions à votre image pour impliquer votre communauté
  • Privilégiez la proximité
  • Travaillez avec d’autres startups porteuses des mêmes valeurs, du même état d’esprit

Questions – Réponses :

Céline Lazorthes :

  • La télévision est le média le plus cher mais le plus rentable, avec une grande force de frappe. Attendez le bon moment, la bonne période pour le faire, pour qu’il soit très rentable. Identifiez votre stratégie de communication, les bons programmes et attendez qu’on ai déjà entendu parler de vous. Pour récupérer l’audience, passez par Internet grâce aux mots clés
  • Les événements « coup de poing » sont utilisés pour la notoriété de la marque et non pour du business

Quelles sont les 3 actions prioritaires dans les 3 premiers mois pour le lancement d’une plateforme de matchmaking ?

Plateforme de matchmaking : plateforme où des clients peuvent trouver des profils de candidats et des entreprises en fonction de leurs objectifs.

 Amine Katache :

  • Remplissez votre site de contenu pour avoir plus d’impact
  • Racontez des anecdotes, des conseils à votre communauté sur un blog pour commencer à vous référencer et créer du lien

Marie Dubuc :

  • Intervenez sur les réseaux sociaux, sur les forums spécialisés avec modération

Céline Lazorthes :

  • Commencez votre activité sans le site Internet, récoltez des témoignages pour apporter de la crédibilité à votre communauté et créer votre expertise

Comment faire quand notre produit est susceptible de ne plus être utilisé par nos consommateurs ?

Amine Katache :

  • Il est nécessaire de se faire connaître
  • Favorisez le bouche à oreille en apportant un produit pertinent

J’espère que cette table ronde vous a apporté assez d’éléments afin que vous ayez un plan de communication béton et à moindre coût.

Avez-vous d’autres conseils, astuces ou expériences à nous partagez ? Nous sommes avides de vos connaissances.