Articles

S’exporter à l’étranger avec une campagne de crowdfunding – expérience de La Boite du Fromager

Comment une campagne de crowdfunding peut aider à se lancer sur un marché étranger ? Rebecca Mativet, fondatrice de La Boite du Fromager partage avec nous son retour d’expérience. La campagne qu’elle a lancée n’est d’ailleurs pas encore terminée, vous pouvez y contribuer vous aussi ici :

crowdfunding export a letranger

Merci à Rebecca pour ce retour d’expérience et bonne lecture à vous.

Qu’est ce qui t’a motivée à te lancer sur le marché britannique ?

RebJe suis une grande amatrice de vins et de fromages, je ne m’en cache plus :). J’ai tout d’abord développé la France depuis 1 an avec le site www.laboitedufromager.com.

Mon frère vivant à Londres depuis 4 ans, j’y vais donc régulièrement et je me suis rendue compte, en parcourant les marchés locaux, que les anglais sont friands de produits du terroir français. Et je ne te parle pas des 300 000 expatriés français en manque de fromage … mais tu en sais quelque chose vivant maintenant à Londres ;-).

Par ailleurs, je me suis vite aperçue que les Anglais avait une plus grande facilité que les Français à se faire livrer des produits frais.

Donc suite à une belle évolution des ventes sur le marché Français, je me suis dit que les Anglais étaient peut-être encore plus ouverts à la découverte de produits Français via Internet, que les Français eux-même. Le marché britannique m’a vite motivée car les Anglais sont de bons vivants, comme nous, qui aiment la « bonne bouffe » ! 🙂

Quelle est ta stratégie pour développer ton activité là-bas ?

Concernant le Vin, nous ne souhaitons pas proposer des vins de grandes maisons, mais des petites pépites que nous mettons tout en oeuvre pour découvrir, avec notre sommelier.

Concernant le fromage, nous constatons souvent que les consommateurs ont des idées reçues sur les fromages. En France, le fromage est souvent mal connu, car acheté auprès de grand distributeurs qui ne tiennent pas compte de la qualité de fabrication et ne parlons pas du goût !

Afin de nous faire connaitre, nous avons tout d’abord lancé cette semaine une campagne de crowdfunding sur Kisskissbankbank afin d’essayer de faire un peu de buzz auprès des anglais mais aussi des expats. En parallèle nous avons contacté des blogueurs influents et nous leur avons permis de gouter nos produits. Les retours sont positifs et dans les commentaires de blog nous remarquons un certain engouement de leurs lecteurs. La prochaine étape est de continuer notre démarchage des blogueurs, d’obtenir de la presse et d’organiser ou de sponsoriser des évènements.

Tu es en phase de collecte de fonds via une campagne de financement participatif (crowdfunding). Quelles actions as-tu mises en place pour récolter ces fonds ?

Je passe par différents moyens pour récolter des fonds : tout d’abord j’ai sensibilisé mon 1er cercle à savoir mes amis proches et ma famille. Une fois la campagne lancée grâce à eux, j’ai élargi en contactant toutes les connaissances professionnelles, puis j’ai communiqué auprès de tous les blogueurs qui ont déjà fait un article sur mon concept, ou vont en faire un.

Je communique également régulièrement sur tous les réseaux sociaux. J’avoue que réussir une campagne est plus compliqué que je le pensais car les plateformes ne sont pas vraiment aidantes dans un 1er temps. Elles attendent que tu réussisses par toi-même avant d’activer leurs propres réseaux.

Comment fais-tu pour t’organiser pendant cette phase de « sprint » ?

Comme je suis déjà bien occupée par mon quotidien, j’ai recruté un étudiant en contrat de qualification qui est principalement en charge d’animer cette campagne. Et puis je suis aidée par mon réseau et je t’en remercie d’ailleurs.

As-tu un dernier conseil à partager avec nous ?

Lancer une campagne de crowdfunding est très long car le travail en amont est important : Faire du storytelling, réaliser une video, communiquer, …

Je vous conseille donc de vous lancer seulement si vous avez un produit original, du temps et une communauté importante déjà existante.

PS : si vous souhaitez me motiver à continuer à alimenter ce site, vous m’aiderez beaucoup en partageant cet article sur les réseaux sociaux grâce aux boutons ci-dessous.

 

 

 

Webconference : entreprendre une collecte de crowdfunding

Le crowdfunding (finacement participatif) est devenu un des outils de financement les plus couramment utilisés en France aujourd’hui par les entrepreneurs, artistes, créatifs, entreprises, … 

Si la possibilité de financer ses projets tout en créant une communauté de clients / ambassadeurs motivés est très motivantes, il reste tout de même difficile de réaliser ces collectes de fonds.

J’ai le plaisir d’organiser une webconférence le 7 juillet de 19h à 20h sur ce même article (celui que vous lisez en ce moment même) avec trois invités qui partageront leur expérience de leurs collectes réalisées ou en cours de réalisation. Vous découvrirez ainsi comment l’esprit d’entreprendre est indispensable pour réussir ses collectes de crowdfunding.

L’esprit d’entreprendre et les soft skills pour bien se préparer au défi d’une collecte de crowdfunding (financement participatif)

piliers esprit d'entreprendreComme je l’enseigne en école de commerce, pendant mes conférences ou durant mes séances de coaching, les compétences primordiales pour entreprendre sont :

– la vision

– la motivation

– la résilience

– la connexion

Ces compétences se « musclent » par des entrainements ou « sur le tas ». Vous verrez pendant cette webconférence comment les entrepreneurs utilisent et développent ces compétences à travers leurs défis de crowdfunding.

La webconférence en direct le 7 juillet à 19h sur le crowdfunding

Le 7 juillet de 19h à 20h, j’animerai une webconférence en direct sur cet article avec trois invités qui ont l’expérience du financement participatif.

Vous découvrirez donc quelles sont les bonnes pratiques, les bons réflexes et les bonnes attitudes à adopter pour réussir votre collecte de crowdfunding.

N’hésitez pas à nous poser vos questions dans les commentaires de cet article pour que nous puissions y répondre pendant le direct !

Pour que vous soyez tenu au courant des news de cet évènement web, je vous invite vous inscrire sur l’évènement facebook ci dessous :

Webconférence gratuite sur le crowdfunding et l’entrepreneuriat

La vidéo de la webconférence sera ici :

[youtube id= »T5CnpXVZE_8″ width= »700″ height= »450″]

Discutons ensemble en direct grâce au module de chat



Voici les intervenants qui ont accepté de partager leur expérience.

intervenant

Diane Lenne ayant un empêchement de dernière minute, elle sera remplacée par Guillaume Compain de Sparknews

Photo Guillaume CompainGuillaume Compain de Sparknews:

Après un cursus universitaire à Sciences Po Aix et une spécialisation en com’, j’ai rejoint les équipes de Sparknews en tant que chargé de communication.

La mission de Sparknews est de promouvoir les innovations sociales qui changent le monde de manière concrète et impactante. Outre sa plateforme vidéo, Sparknews organise – cette année avec 40 journaux de 40 pays – l’Impact Journalism Day : la journée mondiale où les médias parlent des solutions qui marchent ; touchant ainsi plus de 100 millions de lecteurs.

Sparknews a réussi une collecte de plus de 20000 euros dernièrement sur KissKissBankBank !

sparknews collecte réussie

Sean Luzi : Vice-président du Cercle des Jeunes Entreprises (lecje.fr), conférencier et auteur aux éditions Dunod d’un ouvrage paru en janvier 2014 intitulé « Entrepreneurs, mobilisez vos ressources émotionnelles« . Fondateur de emosapiens, un projet qui vise à propager le virus entrepreneurial auprès d’un large public et qui a été élu coeur d’or lors du festival des entrepreneurs visionnaires à Méribel.

Sean organise une collecte de fonds sur KissKissBankBank pour son projet Emosapiens comme vous pouvez le voir ci-dessous :

collecte emosapiensN’hésitez pas à y participer si vous souhaitez contribuer à la propagation du virus entrepreneurial.

Rémy Bigot : webmarketer et entrepreneur depuis 2003. Il aide des entreprises et startups à trouver des clients sur le web. Il a travaillé notamment pour eBay, Sea orbiter, Wimi, Marcel green, Ustartme ou encore La Fée Corsetée.

Il a réussi à collecter 10 000 euros (plus de 200% de collecte réalisée) pour le projet de la Fée Corsetée très récemment sur Ulule :

fee corsetee ulule

Et aussi une campagne de plusieurs centaines de milliers d’euros pour le SeaOrbiter sur KissKissBankBank !

Des séances de coaching à gagner (soft skills, esprit d’entreprendre, efficacité)

Si vous souhaitez bénéficier d’une séance de coaching à distance de 45 min gratuitement, je vous invite à :

– partager cette page sur vos réseaux (facebook, twitter, linkedin, …)

– m’envoyer un mail à jerome @pourquoi-entreprendre.fr (sans l’espace) en m’envoyant le lien de vos partages ou une copie d’écran

Je reviendrai vers vous pour voir comment nous pouvons procéder.

Pour en savoir plus sur ce que pensent mes clients à propos de mes coachings, je vous invite à visiter mon profil linkedin.

ce qu'on en pense

Merci et à la semaine prochaine (7 juillet 2014 à 19h) ici, sur cet article pour parler crowdfunding et esprit d’entreprendre.

Comment utiliser le crowdfunding pour le lancement de ses nouveaux produits ?

Le crowdfunding (ou financement participatif) connait un énorme succès, non seulement chez les créateurs pour lever des fonds avant de se lancer, mais aussi chez les entrepreneurs déjà lancés pour développer de nouveaux projets ou produits. Mais cette technique n’est pas infaillible : elle demande beaucoup de temps et d’énergie et vous n’êtes pas sûr d’obtenir la collecte que vous ciblez.

Alors comment optimiser ses chances de réussite lorsque l’on se lance dans une campagne de crowdfunding ? Quelles sont les bons réflexes à adopter. Voici le témoignage (voire même un tutoriel) de l’équipe d’UNC Pro qui vient de lancer une collecte de fonds sur KissKissBankBank pour élargir leur gamme de produits.

SAMSUNG CSC

Faire du crowdfunding (financement participatif) pour « comprendre le consommateur et progresser »

Le crowdfunding est pour nous un moyen de nous rapprocher du consommateur et de le plonger directement dans notre aventure entrepreneuriale. Il a ainsi l’occasion de découvrir notre parcours, nos projets, nos difficultés, mais également nos succès. Par ailleurs, créer une interaction avec le consommateur est un excellent moyen pour le fidéliser. En fédérant une communauté, nous espérons enfin atteindre une cible plus large : lorsqu’une personne soutient un projet, elle tend souvent à communiquer sur ce dernier (le contributeur devient ainsi ambassadeur du projet).
Bien entendu, le crowdfunding est avant tout une manière d’étudier la pertinence du projet et sa corrélation avec les attentes du consommateur. En contribuant financièrement au projet, ce dernier implique indirectement qu’il le soutient et donc qu’il en comprend l’utilité. En définitive, l’atteinte de l’objectif fixé est une preuve à part entière de l’adhésion globale des consommateurs.
Pour Ludovic Michetti, fondateur de UNC Pro, le crowdfunding est le meilleur moyen de « comprendre le consommateur et progresser ».

Les étapes pour mettre toutes les chances de son côté en crowdfunding

Il faut en effet bien préparer un projet comme celui-là et prévoir au préalable la manière dont il sera mené. Comment va-t-on communiquer sur la campagne ? Sur quels réseaux ? Qui doit-on impliquer (famille, partenaires, clients, etc.) ? Pour faciliter votre préparation, vous pouvez par exemple établir une liste des tâches à réaliser :

1. A qui vais-je m’adresser ?
2. Comment les contacter ?
3. Quelles sont leurs attentes ?
4. En fonction de leurs attentes et intérêts : Comment vais-je présenter le projet ? Avec quelles illustrations ? Le projet doit être visuellement attractif.
5. Quelles contreparties intéressantes puis-je proposer ?
6. A quelle fréquence dois-je relancer mes réseaux ? Les personnes intéressées n’hésiteront pas à vous aider si votre communication est attrayante et fédérante ; ne surtout pas « matraquer » vos réseaux, vous risquerai de lasser voire d’énerver.
7. Comment vais-je remercier chaque contributeur (individuellement, de manière groupée, etc.) ? Il est essentiel de valoriser les personnes qui soutiennent votre projet et donc de les remercier.

Cela étant dit, tout projet est unique, il est donc intéressant de s’inspirer d’autres campagnes mais il ne faut en aucun cas les dupliquer.

Il est également important de bien expliquer le principe du crowdfunding, et entre autres le fait que le contributeur participe pleinement à la réalisation d’un projet et ne fait pas uniquement un don (si l’objectif n’est pas atteint, le montant donné sera retourné).
Évidemment, il faut pouvoir consacrer du temps et de grands efforts pour mener à terme ce type de projet.

Savoir définir le montant de la cagnotte, les seuils et les contreparties

Pour définir l’objectif à atteindre (7500€), nous nous sommes basés sur les contributions moyennes que nous pensions pouvoir récolter par jour. Dans ce cas précis, 125 € par jour (pour une période limitée à 60 jours). Cette estimation a été faite en prenant en compte l’étendue de notre réseau et le nombre de personnes que nous pensions atteindre. En fonction du projet, les contributions moyennes peuvent évoluer. Cela dépendra également des contreparties proposées. N’hésitez pas à proposer une première contrepartie « bon marché », afin d’orienter le contributeur vers cette option plutôt que vers un simple don (ce dernier en sortira gagnant).
En ce qui nous concerne, nous avons décidé de proposer des produits remisés afin de permettre au contributeur de découvrir nos produits tout en participant au projet. De plus, ce fut pour nous l’occasion de communiquer sur nos nouveaux produits et de les faire connaitre au plus grand nombre (lancer un produit en « avant-première » à travers une campagne de crowdfunding peut aussi être une stratégie payante).

17_ PacificLa stratégie,  les actions et les étapes à réaliser pour réussir en financement participatif

Pour récolter le plus de fonds possible, nous essayons de mobiliser TOUS nos réseaux : famille, amis, anciens collègues, clients, etc. La publication d’articles sur différents blogs permet également d’atteindre une large cible. Enfin, nous invitons nos réseaux à eux-mêmes communiquer sur le projet et l’entreprise et à partager nos publications. Encore une fois, nous retrouvons cette interaction qui est essentielle à la réussite du projet.
Afin d’amener son entourage le plus proche à participer, il ne faut pas hésiter à les contacter par téléphone ou à les rencontrer directement pour leur expliquer les tenants et aboutissants du projet. Conscients de vos efforts pour le concrétiser, ils vous aideront naturellement dans votre développement. Concernant les réseaux plus éloignés (réseaux professionnels, blogs, presse, etc.), un simple mail de présentation du projet suffira. Si la personne adhère au projet, elle reviendra elle-même vers vous pour vous proposer son soutien.

L’entreprise Lima : un exemple de crowdfunding réussi

Le meilleur exemple de campagne de crowdfunding qui nous ait inspiré est celle de l’entreprise Lima. En partant de rien, mis à part une idée très innovante et un savoir-faire certain, cette jeune entreprise a su attirer un financement très important (plus de 1 million de dollars). Une bonne communication, accompagnée d’une adhésion et d’une admiration des contributeurs, peut donc s’avérer extrêmement bénéfique.

Pour découvrir cette incroyable campagne, rendez-vous sur le lien suivant.
Vous pourrez également trouver quelques exemples et idées ici.

UNC Pro pourra développer de nouveaux produits grâce à cette collecte

L’atteinte de notre objectif nous permettra de développer cinq coloris de housses supplémentaires, souvent demandés par nos clients. De manière plus globale, la réussite de cette campagne confirmera l’adhésion de nos réseaux ainsi que la pertinence du projet.

Entreprendre une campagne de financement participatif développe des soft skills

Les compétences à mettre en pratique sont nombreuses : communication, motivation des possibles contributeurs, capacité à rassembler et à transmettre la passion du projet, capacité à donner confiance dans le projet, etc. Ces compétences ne sont en revanche pas spécifiques au crowdfunding ; elles pourront en effet vous aider dans toutes les étapes de développement de votre entreprise. Et le plus important : vous devez être la première personne à croire en votre projet ! Comme disait Steve Jobs,

seuls ceux qui sont suffisamment fous pour penser qu’ils peuvent changer le monde y arrivent.

Si vous souhaitez soutenir UNC Pro dans leur collecte, vous pouvez les rejoindre sur KissKissBankBank.

1601092_591948854216974_769767457_n

5 moyens de financer votre entreprise

Une entreprise est une aventure humaine excitante mais aussi une leçon de pragmatisme et de réalisme économique. Ces leçons s’apprennent souvent lorsque l’on doit réaliser des investissements ou des levées de fonds pour développer ou lancer son activité. Mais comment faire pour financer son projet ou sa société ?

Il existe différents leviers de financement pour son entreprise, que ce soit pour le lancement, le développement ou la reprise d’une entreprise. Aujourd’hui j’aimerais partager avec vous 5 différents moyens de financer votre entreprise :

  • Les Business Angels
  • Le crédit professionnel
  • Les concours d’entrepreneuriat
  • Le leasing
  • Le crowdfunding

(et en bonus l’affacturage).

Notez que pour la plupart des moyens de financer votre entreprise (si ce n’est pour tout), vous devrez fournir un dossier de financement (business plan).

Les Business Angels

Grâce à l’interview de Patrick Hannedouche que j’ai réalisée en février 2013, j’ai pu mieux comprendre ce qu’est un Business Angel. Voici une définition de ce terme que vous pourrez retrouver sur Wikipedia :

« Un Business angel est une personne physique qui investit une part de son patrimoine dans une entreprise innovante à potentiel et qui, en plus de son argent, met gratuitement à disposition de l’entrepreneur, ses compétences, son expérience, ses réseaux relationnels et une partie de son temps. »

Patrick Hannedouche se repose sur cette définition pour dégager plusieurs catégories de Business Angels :

– le Business Angel pro comme Marc Simoncini qui font ce métier à plein temps

– le retraité qui investit une partie de son argent et de son temps

– le cadre sup à la recherche de frissons entrepreneuriaux

– le Business Angel spécialisé (Patrick est spécialisé dans l’amorçage)

Les avantages de ce type de financement : 

  • apport d’expérience et de réseau de la part de l’investisseur
  • apport financier au démarrage de l’activité alors que les banques peuvent être frileuses (prise de risque)

Les inconvénients de ce type de financement : 

  • les business angels investissent, ils prennent donc des parts dans votre société et deviennent donc décideur à hauteur de leur investissement. Il y a donc potentiellement une perte du pouvoir de décision de l’entrepreneur
  • qui dit investissement dit retour sur investissement (ROI). Ce ROI attendu peut créer une certaine pression en termes de résultats sur l’entrepreneur

Le crédit professionnel

Voici la définition de crédit professionnel proposée par creditprofessionnel.com :

« C’est un type de prêt qui est destiné au financement de la création d’entreprise, de la reprise d’un fond de commerce ou pour tout autre besoin lié à une entreprise. »

Ce prêt, notamment accordé par des banques, peut vous servir à réaliser des investissements tels que l’achat d’un véhicule, d’un ordinateur etc. Bien entendu, il ne peut pas être utilisé à des fins personnelles. Le crédit professionnel sert aussi à financer le rachat d’une entreprise ou pour améliorer votre trésorerie.

Que vous soyez travailleur indépendant, auto-entrepreneur, agriculteur, etc. vous avez droit à ce type de financement.

Les avantages de ce type de financement : 

  • il s’agit d’un prêt, vous gardez vos parts sociales et votre pouvoir de décision
  • flexibilité pour les modalités de remboursements (à définir en amont)

Les inconvénients de ce type de financement : 

  • pas d’accompagnement personnalisé de l’entrepreneur
  • un intérêt à rembourser

Les concours d’entrepreneuriat

Les concours d’entrepreneuriat sont de plus en plus nombreux en France. Ils permettent en plus de recevoir un lot, d’obtenir une crédibilité et une visibilité très intéressante pour vous lancer. Les concours proposent souvent plusieurs catégories et peuvent être adressés à une typologie particulière d’entrepreneurs (le Cartier Women’s Initiative Awards ciblant les femmes du monde entier par exemple).

Les avantages de ce type de financement : 

  • possibilité d’obtenir un prix et/ou une dotation financière (coaching, accompagnement, prêt d’honneur, financement, …)
  • visibilité et crédibilité pour les lauréats
  • structure le projet de l’entrepreneur dans un processus bien ficelé (pour tous les participants)

Les inconvénients de ce type de financement : 

  • il s’agit d’une compétition, donc aucune garantie de succès

Le leasing

Le leasing (et plus particulièrement le leasing automobile, comme expliqué ici http://www.creditprofessionnel.com/leasing-auto) est très utile pour les sociétés ou travailleurs indépendants ayant une activité nécessitant des déplacements sur le terrain. « Le leasing ou crédit bail est un crédit qui permet d’acquérir un bien, en l’occurence un véhicule, en échange d’un loyer mensuel et d’une option d’achat à la fin du contrat ». Ce levier de financement permet d’étaler le règlement plutôt que de réaliser un investissement en un seul paiement qui pourrait « plomber » votre trésorerie.

Les avantages de ce type de financement : 

  • étalement du paiement sous forme de mensualités
  • le bien appartient à la société à l’échéance du contrat

Les inconvénients de ce type de financement : 

  • s’agissant d’un crédit, le leasing engendrera des intérêts

Le crowdfunding

Le crowdfunding, ou autrement appelé « financement participatif » consiste à récolter des fonds venant de plusieurs particuliers. Des plateformes spécialisées comme Kickstarter par exemple permettent la mise en relation entre l’entrepreneur et les particuliers qui souhaitent lui prêter de l’argent pour son projet. Laurent Hausermann a proposé un article détaillé sur le sujet « Kickstarter, la tontine moderne« .

Les avantages de ce type de financement (selon Laurent Hausermann) : 

  • Recevoir des conseils et valider ses idées puisque chacun visiteur du projet peut déposer des commentaires et émettre des avis sur la page “forum” du projet. Bien entendu, chaque projet est relié à ses pages et comptes sur les réseaux sociaux.
  • Trouver une banque, puisque si le projet atteint son financement, ses créateurs recevront la somme. Si le projet n’atteint pas la limite, alors aucune somme ne sera versée.
  • Compléter ses investisseurs, mais d’une façon différente et originale. En effet, il n’y a pas de capital investi dans l’entreprise, donc les fondateurs gardent le contrôle de leur boite.
  • Renforcer sa trésorerie pour par exemple, démarrer la production de son produit. Bien souvent en amorçage, il est délicat de démarrer parce qu’on a besoin de faire produire 1000 ou 5000 pièces à partir de son idée et sans argent initial, pas de premier lot de production ! Le crowdfunding permet de s’affranchir de cette contrainte.
  • Améliorer sa réputation en étant très visible : Kickstarter est devenu un annuaire de facto des projets d’innovation !
  • Trouver des client car la plupart du temps, les backers sont les premiers clients et achètent le produit avant tout le monde alors qu’il n’est encore qu’une idée.

Les inconvénients de ce type de financement : 

  • s’agissant de prêts, le crowdfunding engendrera des intérêts
  • les plateformes récupèrent des commissions pour la valeur ajoutée qu’elles apportent

L’affacturage

Comme je vous le précisais plus haut, voici une dernière possibilité de « financement » pour votre entreprise : l’affacturage (comme vous pouvez le voir ici : http://www.creditprofessionnel.com/affacturage. Cette solution permet aux entreprises de revendre une créance dont l’échéance n’est pas encore intervenue à une société de financement. Il ne s’agit pas de solution de financement direct pour votre entreprise (d’où le côté « bonus » de ce point). Il s’agit d’une possibilité pour vous de récupérer un certain montant qu’un client ne vous a pas réglé.

Les avantages de ce type de financement : 

  • récupérer rapidement une partie de la créance encore non couverte
  • déléguer la partie désagréable du recouvrement à une société spécialisée

Les inconvénients de ce type de financement : 

  • vous ne récupérez qu’une partie du montant de la créance client (la société de financement se rémunérant sur le montant de la créance)

 

Il existe bien entendu d’autres moyens de financement pour votre entreprise. Quels sont ceux que vous utilisez en tant qu’entrepreneur ?