Articles

Mesdemoiselles et mesdames entrepreneures, ce concours mondial d’entrepreneuriat est fait pour vous

Cartier Women’s Initiative Awards est un concours d’entrepreneuriat mondial (en anglais) destiné aux femmes entrepreneures. En 2012, 2 françaises ont terminé finaliste. Serez-vous la prochaine ?

J’ai eu la chance l’année dernière d’interviewer les deux finalistes de ce concours d’entrepreneuriat féminin :

  •  Cécile Real : finaliste Cartier Women’s Initiative Awards
  • Michèle Boisdron-Celle : finaliste Cartier Women’s Initiative Awards

Allez-vous prendre la relève pour 2013 ?

Que sont les Cartier Women’s Initiative Awards ?

Comme son nom l’indique, l’initiative est portée par la maison Cartier. Mais pas seule (n’oubliez pas le dicton : « seul on va plus vite mais ensemble on va plus loin« )

– une prestigieuse école de commerce française, l’INSEAD (qui a un des MBA les plus réputés dans le monde)

– un cabinet de conseil et de coaching, McKinsey & Company

– le célèbre Women’s Forum qui a été fondé par Aude du Thuin que j’ai eu la chance d’interviewer

Pour proposer un concours d’entrepreneuriat (et plus précisément un concours de Business Plan) pour toutes les femmes du monde entier.

Il n’y aura pas qu’une seule récompensée dans cette aventure car il existe 6 prix :

– Afrique Sub-Saharienne

– Afrique du Nord et Moyen-Orient

– Amérique du Nord

– Amérique Latine

– Asie- Pacifique

– Europe

Les gagnantes reçoivent :

– une dotation financière pour leur projet (20 000 dollars chacune)

– un accompagnement et un coaching d’un an

– accès à un puissant réseau d’affaires de femmes d’affaires (Women Forum)

Voici une petite vidéo qui vous donnera une meilleure idée de l’initiative et de l’ambience qui y règne :

[youtube id= »huJRkCoxDzI » width= »600″ height= »350″]

Comment participer ?

Les messieurs ne peuvent pas participer. Désolé. Ce concours est réservé pour toutes les femmes entrepreneures du monde entier, qui possèdent une entreprise qui a entre 1 à 3 ans d’existence, et qui ont créé un business plan. Elles peuvent y participer après avoir rempli une grille d’éligibilité et d’évaluation.

Ensuite, le concours se déroule en deux étapes :

– juin : le jury sélectionne 3 finalistes par région (donc 18 finalistes au total) à partir des business plans et de dossier de candidature. Ces finalistes sont ensuite coachées pour la prochaines étape.

– octobre : les finalistes se retrouvent en France pour présenter devant le jury leur projet et leur business plan. Pendant ce temps et durant une semaine, elle peuvent profiter d’ateliers de formation et de coaching sur Paris et Deauville.

En octobre les résultats sont dévoilés lors d’une grande cérémonie comme vous avez pu le voir sur la vidéo ci-dessus.

 

Alors qui va tenter sa chance ?

Comment booster l’entrepreneuriat en France : les avis de Sandra Le Grand, Denis Jacquet et Gérald Karsenti

Le pack de compétitivité est à l’actualité aujourd’hui : comment booster l’économie française ? Dans le cadre d’impressions d’entrepreneurs par LCI, Le Figaro et HP des entrepreneurs de renom s’expriment sur le sujet.

Début novembre, j’ai eu le plaisir de participer à la présentation de l’émission impressions d’entrepreneurs pendant laquelle un débat a eu lieu entre plusieurs intervenants prestigieux (le tout animée par la journaliste présentatrice de l’émission Isabelle Gounin) sur le pacte de compétitivité :

Jacques Olivier Martin du Figaro

Sandra Le Grand de Canal CE

Denis Jacquet de Parrainer La Croissance et de Yatedo

Gérald Karsenti Directeur Général de HP France

Olivier de Barochez du Figaro

L’émission est transmise 1 fois toutes les deux semaines sur LCI et sur le site du Figaro.

Pourquoi ce trio HP, LCI et Le Figaro ?

Selon les représentants de chaque partie, ces trois entreprises sont unies par les mêmes valeurs entrepreneuriales. De plus, les sujets et leur cible sont communes. Leur collaboration semble donc naturelle.

De quoi a-t-on parlé ?

Cette table ronde fut l’occasion de parler d’actualité et de la situation économique et entrepreneuriale de notre pays. Un débat intéressant a eu lieu sur le pacte de compétitivité (suite au rapport Gallois)

Jacques Olivier Martin commença la discussion sur le mouvement des pigeons du point de vue de la presse. Du pain béni pour eux ! Même s’ils ont dû improviser à la dernière minute, ce fut un vrai succès pour la rédaction. Ils ont réussi à faire le buzz deux fois dans la même semaine et sur le même sujet, ce qui est plutôt rare dans la presse de manière générale. D’ailleurs, ce qui fut intéressant avec ce mouvement c’est qu’il a réussi à influer sur le Pacte de compétitivité du gouvernement.

Les conférenciers ont d’ailleurs noté que d’autres mouvements ont fait suite à celui des pigeons avec les moineaux, les moutons, …

Quels sont les points positifs du pack de compétitivité ?

Selon Sandra Le Grand :

– Le financement (le « cash » est important, il faut améliorer les fonds propres de l’entreprise)

– Les charges sociales en baisse, mais uniquement sous la forme  de crédit impôt recherche (très contraignant à obtenir)

– L’export, l’éducation…

« Il faut encourager le gouvernement à continuer dans ce sens »

Selon Denis Jacquet :

– Pourquoi faut-il passer par un crédit d’impôt recherche contraignant plutôt que de la déduction des charges sociales directe ?

– C’est bien pour les industries, mais qu’en est-il des du digital et des services ?

– C’est triste qu’il n’y ait que 2 paragraphe sur les PME dans ce rapport alors que ce ne sont pas les grands groupes qui créent des emplois

– Est-ce que ce sont vraiment les industries qui feront le rebond de la France de demain ?

Et pour le Made in France, pourquoi pas mais pas de manière caricaturale.

Un autre problème relevé est que la France voit ses investisseurs fuir le pays, il devient donc compliqué pour les entreprises de se financer en phase d’amorçage. Et les investisseurs étrangers restent frileux d’investir en France aujourd’hui.

Sandra Le Grand :

Un autre point important à soulever : plutôt que de faire de la sous-traitance de grands groupes à PME, pourquoi ne pas faire comme l’Allemagne avec de la « co-traitance » ?

Enfin, un point à ne pas négligé : le crédit « inter-entreprises » (les délais de paiement qui peuvent aller jusqu’à 90 jours) est supérieur à la masse de crédits bancaires en France. C’est d’ailleurs ce crédit « inter-entreprise » qui est souvent à l’origine de faillites d’entreprises car leur fond de roulement n’est pas suffisant (et donc gros problèmes de trésorerie).

D’autres points abordés : 

Le coût du travail : c’est important mais ce n’est pas la clé centrale selon les intervenants, car il existe surtout un manque de flexibilité et de souplesse pour épouser les cycles de l’entreprise (saisonnalité) . Et aussi le nombre d’heures travaillées…

Les intervenants restent optimistes mais il faut qu’ils se battent tous les jours.

Un des autres problèmes relevés : le traitement des conséquences plutôt que des causes. On traite les symptômes plutôt que la maladie elle même, d’où les mauvais résultats de telles initiatives : nous alimentons un système en faillite.

A propos de la fuite des cerveaux : 

« Comment retenir les cerveaux ? »

Selon Gerald Karsenti, c’est en faisant de l’instruction civique : enseigner aux jeunes (et moins jeunes) que c’est grâce à la France et grâce à l’Etat que :

– nous avons droit à une éducation de qualité sans devoir s’endetter comme c’est le cas aux Etats-Unis par exemple

– nous avons une protection sociale

– nous pouvons nous soigner etc.

Ensuite, il faut rester réaliste :

– mieux payer les chercheurs

– leur offrir un meilleur cadre de travail avec les moyens d’effectuer leur recherche

La France génère beaucoup d’idées qui pourraient mieux valorisées par de l’innovation,…

Et comment arrêter la fuite des entrepreneurs ?

– Créer un meilleur environnement pour l’entrepreneuriat et une fiscalité attractive

– Une volonté affichée d’améliorer l’environnement des entreprises

Responsabiliser les citoyens (et moins râler)

– Redorer le statut d’entrepreneur 

– S’entraider et être fier d’être français pour donner une meilleure image de nous-même à l’étranger

C’est dans ce contexte que Parrainer la croissance (dont Denis Jacquet est le président) a récemment lancé la solution « accélérateur de croissance« , une pépinière pour les entreprises en début de croissance et voulant se développer à l’international.

Et vous, quelles seraient vos propositions pour améliorer la situation entrepreneuriale en France ?

Comment entreprendre de chez soi – webconférence le 27 novembre 2012

Vous êtes travailleur indépendant, entrepreneur en solo ou faites du télétravail ? Vous posez-vous la question de l’efficacité, la concentration et la productivité.

Alors comment entreprendre efficacement depuis chez soi ? Comment entreprendre sans bureau ? Comment être un entrepreneur sans attache physique ?

Pour répondre à ces questions, j’organise une nouvelle webconférence sur ce thème du « travail chez soi » le 27 novembre à 19h.

Mais comme vous le remarquerez, cette cession va encore évoluer comparer à la première « comment entreprendre en partant de zéro« .

 

Mais j’ai besoin j’ai besoin que vous participiez à cette initiative pour que nous puissions les intervenants et moi-même répondre à vos questions et à vos problématiques.

L’initiative se déroulera en trois étapes :

1.Indiquer vos questions sur le thème « Comment entreprendre chez soi » dans les commentaires de cet article

2. Soyez présents lors de la conférence en direct pour obtenir vos réponses et continuez d’intéragir en live grâce à twitter (sur #pentreprendre). Je vous transmettrai le lien par mail si vous êtes abonné à ma newsletter grâce au formulaire ci-contre (qui vous donne droit à mon livre sur l’entrepreneuriat), sur facebook, twitter et google+.

3. Ne ratez pas le rendez-vous le jour J !

Voici la liste des participants :

– Jérémy Goldyn

– Olivier Jadzinski 

Nicolas Pene

Alexandre Bortolotti

Johann Yang Ting

–  Inès Jacquemet

Enfin, la cerise sur le gâteaux, c’est que vous pourrez gagner des cadeaux en assistant au direct !

Voici les lots mis en jeu lors de cette web conférence :

Le livre Objectif Lune de Nicolas Pène (« Synthétiser l’ensemble des stratégies, méthodes et recommandations permettant de réaliser enfin tout type de projets « ) Numéro 1 des ventes Amazon catégorie Sociologie

Un coaching de 30 min avec Jérémy Goldyn

Une bande dessinée Entrepreneurz de Clément Grandjean.

Un audit ou une recherche de thème wordpress par Alexandre Bortolotti

 

Pour tenter votre chance, il vous suffit :

– d’assister à la webconférence en direct durant laquelle je vous poserez une question

– répondre à la question sur ma page facebook ici

– les gagnants seront sélectionnés selon la pertinence de leur réponse et de l’enthousiasme qu’elle aura suscités (likes, partages, commentaires, …)

 

Pour être tenu informé du lien de la conférence, vous pouvez vous inscrire à newsletter du site pour pour recevoir par mail les informations (et mon livre gratuit aussi) :

 

Alors quelles sont vos questions ?

Voici un apperçu de la dernière webconférence :

[youtube id= »9IAFT8wZZps » width= »600″ height= »350″]

BoosterProject.com : soutenez les projets d’entrepreneurs en les finançant

Booster Project fait partie de ces entreprises innovantes qui permettent aux entrepreneurs de se faire financer directement par des particulier : il s’agit du crowdfounding.

Grâce à ces microcrédits, l’entrepreneur peut se faire soutenir sans faire appel aux banques ou à des business angels. Mais Booster Project ne s’en arrête pas là… Découvrez en lisant cet article son petit plus pour les consommateurs 😉

Mais afin de mieux vous présenter cette société et ce concept, je vous propose de lire le témoignage d’Eva Perrault, la community manageur de Booster Project.

Merci pour ses réponses et bonne lecture à vous !

 

– Qu’est-ce que BoosterProject ?

BoosterProject est une solution de financement solidaire et sociale pour les entreprises mais aussi un site d’offres promotionnelles pour les particuliers. Nous avons marié le crowdfunding (financement par la foule) avec le marketing promotionnel. Les internautes financent les projets des entreprises et profitent en échange d’offres promotionnelles.

 

– A quel besoin répondez-vous ?

Nous souhaitons aider les entreprises qui ont besoin d’un financement pour améliorer leur activité sans passer par les banques. Nous aidons aussi les entreprises dans leur communication en leur offrant une visibilité sur internet pendant plusieurs mois. Enfin, nous leur apportons une nouvelle clientèle fidèle et investie car ces nouveaux clients s’impliquent dans l’entreprise en aidant au financement de leur projet. Nous boostons donc les entreprises de différentes manières pour palier à la crise. D’un autre côté nous souhaitons augmenter le pouvoir d’achat des clients en leur proposant des offres commerciales attrayantes et exclusives.

– Comment un entrepreneur peut profiter de votre offre ?

Les entrepreneurs peuvent se rendre sur le site et remplir directement le formulaire pour déposer leur projet. Toutes les demandes de financement sont examinées et retravaillées, nous contactons chaque nouveau porteur de projet qui s’inscrit pour réfléchir avec lui à la meilleure façon de présenter son projet et ses offres grâce à notre outil de simulation. Nous souhaitons l’aider à trouver le juste équilibre entre le montant de son financement, le pourcentage de ses réductions et le nombre de clients qu’il peut recevoir. Les entrepreneurs peuvent aussi  nous contacter directement, nos coordonnées se trouvent sur le site.

– Comment votre offre permet d’encourager l’entrepreneuriat dans cette période de troubles ?

Le plus dur pour un entrepreneur n’est pas de créer mais de survivre. Nous souhaitons rassurer les entrepreneurs en leur proposant une solution facile et sans risque pour développer leur activité en leur trouvant une nouvelle (ou première) clientèle, en les faisant connaître et en leur apportant des fonds pour financer des projets d’amélioration et de développement de leur entreprise. Nous voulons encourager l’entreprenariat en contournant les difficultés que peut rencontrer un entrepreneur face aux  banques et en rapprochant les clients avec les entrepreneurs de leur région.

– Pouvez-vous partager des cas d’entreprises qui ont profité de vos offres ?

Nous avons toute sorte d’entreprises, des entrepreneurs à l’activité atypique comme les balades gourmandes de Valérie qui a besoin de se créer un site internet et qui propose des balades gourmandes pour apprendre à cuisiner bio, un ESAT (établissement et service d’aide par le travail) qui a besoin de refaire sa boutique et qui propose du compost et des fruits et légumes bio, et des entrepreneurs installés depuis longtemps qui souhaitent faire évoluer leur activité comme un photographe et une entreprise de décoration murale. Nous acceptons toutes les entreprises, les entrepreneurs ou les associations à partir du moment où ces derniers possèdent un numéro SIRET.

– Un dernier mot pour les entrepreneurs qui nous lisent ?

Nous sommes fières des entrepreneurs de notre pays et nous savons les difficultés qu’ils rencontrent, BoosterProject a été créé par des entrepreneurs ayant connu les mêmes portes fermées. Nous souhaitons être une  nouvelle aide sans risque pour tous ceux qui se battent pour leur entreprise.

 

Devenir entrepreneur en partant de zero : la webconférence en direct

La webconférence  sur « comment entreprendre en partant de zéro » est lancée ! Discutez avec nous sur le fil de discussion twitter (#pentreprendre) du 29 octobre 2012 à 19h (direct) pour obtenir vos réponses.

 

[youtube id= »9IAFT8wZZps » width= »600″ height= »350″]


Posez-nous vos questions et réagissez à la conférence avec twitter !

Voici les sujets que nous allons traiter :
– idée / projet
– argent
– réseau
– compétence

L’article de lancement était ici.