[Interview video] Frédéric Desclos de l’Echangeur PME – CCIP et High Tech

Frederic Desclos-Echangeur PME-CCIP-YesYouDo-SebastienChatelier-JeromeHoarau

Les petites et moyennes entreprises, ne sont pas familiarisées ou n’ont pas facilement accès aux technologies leur permettant de mieux se développer. C’est pour répondre à cet enjeu que l’Echangeur PME, la cellule hightech de la CCIP (Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris), a été créée.
Frédéric Desclos est le responsable de ce département technologique. Il répond aux questions de YesYouDo dans cette nouvelle vidéo. Il nous explique comment les NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication) améliorent nos pratiques entrepreneuriales et managériales.

Je vous rappelle que l’initiative YesYouDo est portée par Sébastien Chatelier, par TrakProd et moi-même pour mettre en avant l’esprit d’initiative et l’entrepreneuriat. Voici les deux premières interviews que nous avons faites : Nicolas Rohr de Faguo Shoes et Louis Haincourt, le plus jeune entrepreneur de France.

 

La technologie peut être très utile pour les entreprises, même pour les PMEs ! La CCIP possède une cellule spécialisée dans ce domaine, l’échangeur PME. Bonjour Frédéric Desclos, tu es le dirigeant de cette cellule high tech à la CCIP. Présente-toi en quelques mots ?

Frédéric Desclos, je suis responsable de l’Echangeur PME, et responsable des TIC (Technologies de l’Information et de la Communication) à la CCIP.

Comment l’Echangeur PME est-il utile aux entreprises ?

Pour deux raisons :

  • Gain de productivité
  • Gain d’efficacité

Ces deux point sont prouvés statistiquement pour les entreprises . D’où l’importance d’en savoir plus sur ces technologies et comment les utiliser (que ce soit pour les e-commerces, le marketing ou la communication dématérialisée).

L’Echangeur PME est un « show room » qui permet de voir et de toucher ces technologies innovantes pour premettre aux entrepreneurs de se familiariser avec les TIC. Mieux vaut une présentation qu’un beau discours.

 

Les entreprises françaises sont-elles réellement en retard technologiques par rapport à ses voisins ou d’autres continents ?

Certaines entreprises en France sont en retard sur certains sujets (mais pas tous). Les entreprises françaises sont bien équipées en termes d’accès et de débit Internet, mais pas en termes d’usages pour les TPE (Très Petites Entreprises) et PME (Petites et Moyennes Entreprises). L’INSEE a effectué une étude concluant à un retard des TPE et PME françaises dans les usages. Nous avons 95% d’accès à Internet pour les entreprises alors que seules 15% utilisent un système de GRC (Gestion de Relations Clients), ou autrement appelé CRM (Customer Relationship Management). C’est catastrophique car cela veut dire que 85% des entreprises françaises n’ont pas de fichiers clients, et ne connaissent donc pas leur clientèle.

On voit souvent la technologie comme des gadgets pour une petite entreprise. Mais finalement c’est bien plus que cela n’est-ce pas ?

Je ne pense pas que ce soit un gadget de connaître ses clients. L’entreprise est peut-être en retard, mais les clients eux ne sont pas en retard. Il risque donc d’y avoir un décalage entre l’entreprise et ses clients qui vont créer son e-reputation grâce aux réseaux sociaux. Le client a le pouvoir : il publie, il prend la parole.

Qu’est ce qu’un entrepreneur 2.0 ?

C’est un entrepreneur qui est à l’écoute de ses clients. L’entreprise 2.0 doit être à l’écoute de ses clients et maîtriser les usages des média sociaux tels que facebook, twitter, les blogs, les forums, etc. Et cela est valable pour tous les secteurs (restauration, commerce, services, …). Ce n’est pas dans la culture des entreprises françaises malheureusement, mais plutôt une culture anglo-saxone.

Quel est le conseil qu’on t’a un jour donné, et que tu suivras toujours ?

Donner pour recevoir.

Et pour conclure cette interview, quels outils technologiques nous conseillerais-tu pour que nous puissions gagner en productivité et en efficacité ?

Dans le BtoC (Business to Consumer – des entreprises aux consommateurs) :

Utiliser facebook car on n’a jamais eu une base aussi dense et aussi qualifiée de prospects.

Utiliser la facture électronique : la facture papier coûte 0,17 euros soit 170 euros pour 1000 factures alors que cela ne coûte que 6 euros pour la facture électronique.

La technologie oui, parce que ça a une réelle utilité et un réel impact sur l’activité de la société.


Le dernier mot ?

Soyons web 2.0 !

 

Merci Frédéric Duclos et l’équipe TrakProd pour cette interview !

 

  • Ajouter des étiquettes :
AUTEUR

Jérôme HOARAU

Fondateur de Pourquoi-Entreprendre.fr, co-fondateur de La-Semaine.com et de creapreZent.fr, coach Efficacité Professionnelle et Parler en Public. Je suis l'auteur de plusieurs ouvrages dans le domaine de l'efficacité professionnelle et du leadership que vous pouvez retrouver ici : Livres Efficacité Professionnelle et Leadership.

Tous les articles par : Jérôme HOARAU
Loading Facebook Comments ...
1 commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse courriel ne sera pas poubliée