Interview de Jonathan Guidi : entrepreneur fondateur de la société Illuminescence

JG_illu_portrait

Bonjour à tous. Vous pouvez trouver aujourd’hui l’interview de l’entrepreneur fondateur de l’agence Iluminescence : Jonathan Guidi. J’espère que son témoignage suscitera des vocations. Bonne lecture à tous.

Pourquoi entreprendre : Bonjour Jonathan. Vous avez fondé l’agence Illuminescence. Pourriez-vous nous en dire un peu plus sur votre parcours d’entrepreneur ?

Jonathan Guidi : Pour bien comprendre mon parcours, il faut remonter quelques années avant le lancement de mon entreprise.
Mon bac S en poche, je me suis orienté vers la faculté de sciences physiques de Strasbourg. Je dois l’avouer : si j’aimais cette matière, je ne me voyais pas dans un laboratoire de recherche toute ma vie.
Rongé par l’ennui, j’ai ainsi décidé d’enrichir ma vie sociale et de m’inscrire à l’amicale des sciences physiques. Le concept m’a plu, j’ai très vite eu envie de prendre des responsabilités et de m’investir en devenant vice président en charge de … la communication. Je venais de découvrir ma voie, sans le savoir à l’époque.
Cette expérience m’a donné envie de me réorienter, j’ai donc tenté le concours d’admission à l’EM Strasbourg, école de commerce, que j’ai réussi.
Mais je dois avouer que l’expérience n’a pas été des plus plaisantes. J’ai en effet mal vécu l’ambiance très encadrée de l’école, après 3 ans de « liberté » universitaire.
De plus, une nouvelle fois, je ne me voyais pas me limiter au marketing toute ma vie et faire carrière dans une grande entreprise.
J’ai donc pris le temps nécessaire à réfléchir à ce que je voulais vraiment : un métier qui serait un lien entre les sciences, l’art, le commerce et les relations humaines.
Je me suis vite rendu compte que ce que je voulais faire ne rentrait dans aucune case, dans aucun cadre de formation. J’ai donc décidé, à 21 ans, de quitter la douce bulle des études pour rentrer dans la vie active et me former à mon futur métier par moi-même, en créant mon entreprise.

Pourquoi entreprendre : Quels types de prestations propose votre entreprise ?
Jonathan Guidi : illuminescence est (très pompeusement) une agence de conseil et création en communication, marketing et développement d’affaires. Je vais vous expliquer le type de mission que nos clients nous confient de manière plus humble et plus concrète.
Certains clients nous sollicitent simplement pour réaliser un moyen de communication, comme un catalogue, une plaquette ou un site internet. D’autres ont un budget communication, mais n’ont pas d’idée précise sur les moyens de communication qu’ils doivent employer pour gagner de nouveaux clients. Alors, nous les conseillons sur leur stratégie, leur proposons un plan, réalisons les moyens de communication, et mettons en place des outils de reporting pour quantifier la réussite de nos campagnes. D’autres encore souhaitent simplement développer leur activité mais ne savent pas comment. Nous les aidons à trouver des idées de produits ou de services pour répondre aux besoins de leurs clients. Une fois l’idée validée, elle devient projet : identité, plan communication, reporting … Enfin, parfois, le bon projet pour la bonne entreprise ne suffit pas. Le porteur de projet (souvent le chef d’entreprise à notre niveau) rencontre des difficultés à accepter ou faire accepter le changement. Il (ou elle) ne se sent pas toujours prêt pour une nouvelle aventure. Nous l’accompagnons et l’aidons à devenir l’homme ou la femme de la situation.

Pourquoi entreprendre : Vous avez récemment lancé un serious game. Quel en est le principe et le but ?

Jonathan Guidi : Il faut un certain courage pour se lancer dans l’aventure de entrepreneuriat. Il faut aussi apprendre à se protéger, surtout dans un pays comme le nôtre où la prise de risque n’est pas forcément récompensée ou bien perçue. Quand je travaille avec des chefs d’entreprise sur la réalisation d’objectifs, il n’est pas toujours évident de faire prendre conscience au client qu’il doit accepter ses faiblesses pour progresser. Il est important de dédramatiser. Nous avons développé notre serious game dans cet objectif : instaurer un certain contexte afin d’aider le client à déculpabiliser.
Le principe du jeu est simple : vous êtes dans une pièce et il faut en sortir. Mais ce n’est pas la partie intéressante du jeu. Le serious game « La Pièce Rose » a été surtout pensé pour observer le joueur dans le cadre de la résolution d’un problème simple. Pour sortir de la pièce, il devra en effet trouver ses faiblesses et les compenser. Cela nous permet d’aborder de manière ludique et décontractée la notion de frein à l’accomplissement d’un objectif. Ainsi, il est beaucoup plus aisé, après la partie, de revenir à la réalité et de faire un parallèle avec les faiblesses réelles du client. Les résultats observés jusqu’ici sont très intéressants et les progrès bien plus rapides qu’avec la méthode classique de l’entretien.

Pourquoi entreprendre : Quel est votre stratégie pour faire face à la concurrence ?

Jonathan Guidi : Nous ne nous comparons pas à la concurrence, mais à nous-mêmes : nous avons comme objectif permanent de … trouver nos faiblesses, les compenser et améliorer nos forces.
Nos qualités les plus couramment reconnues par nos clients sont la réactivité, la compétence et la créativité dans l’approche d’un problème et sa résolution.
Nos clients apprécient également la qualité de la relation humaine que nous développons avec le temps. Certains sont devenus des amis !

Pourquoi entreprendre : Comment avez-vous trouvé vos premiers clients ?

Jonathan Guidi : Les premiers clients ont été très difficiles à trouver. Soyons honnêtes : les premières années ont été franchement difficiles. Ma petite amie de l’époque (qui est aujourd’hui ma femme) m’a aidé à démarrer en faisant de la prospection téléphonique, mais il y avait un réel problème de compétence de ma part. Quand je relis les échanges par email que j’ai pu avoir avec mes premiers prospects, je dois admettre que je ne me serais pas pris comme prestataire. Je manquais vraiment de professionnalisme ! Heureusement, 1 puis 2 puis 3 personnes ont décidé de croire en moi et de me faire confiance. La suite est principalement du développement de réseau relationnel, de la communication et de la publicité. Pour une fois, le cordonnier n’est pas si mal chaussé !

Pourquoi entreprendre : Quelles difficultés avez vous rencontrées lors du lancement de votre société ?

Jonathan Guidi : Je me rappelle de l’expression sur mon visage quand j’ai lu le montant de mon premier appel de cotisations alors que je n’avais pas encore gagné un seul sou ! Dans mon cas, les difficultés que j’ai pu rencontrer au départ ont été principalement liées à un manque de connaissance du monde de l’entreprise. Je ne sais pas si j’étais naïf, inconscient ou audacieux, mais aujourd’hui, je ne lancerais jamais un projet dans les conditions de l’époque. C’est, je suppose, ce que l’on appelle l’expérience. J’apprécie d’ailleurs particulièrement le fait de travailler avec de jeunes entrepreneurs qui se lancent. J’aime les aider à canaliser leur énergie et leur enthousiasme débordant, en leur rappelant quelques réalités sans, toutefois, briser ce rêve qui les porte. C’est très stimulant pour les deux parties.

Pourquoi entreprendre : Pourquoi avez-vous préféré monter votre entreprise plutôt que de faire carrière en agence ?

Jonathan Guidi : Dans mon cas, c’était une évidence, car avant tout une question de personnalité : j’ai un problème certain avec l’autorité. Je pense que je suis trop orienté efficacité pour évoluer sereinement dans un univers qui manque de flexibilité, ce qui signifie pour moi : un univers dans lequel je ne suis pas en mesure de prendre un maximum de décisions. C’est une question de pouvoir et de responsabilité. Je veux pouvoir travailler à mon rythme, que ce soit de jour ou de nuit. Je veux pouvoir décider de travailler ou non avec un client. Je veux pouvoir changer complètement de stratégie pour mon entreprise, sans avoir à demander l’autorisation à qui que ce soit. Mais qui dit pouvoir, dit responsabilités. En les assumant, on ouvre la voie vers la progression. Les erreurs sont parfois de formidables catalyseurs de développement et donc de très belles opportunités si on sait les saisir.

Pourquoi entreprendre : Quels conseils donneriez-vous à ceux qui souhaitent devenir entrepreneurs également ?

Jonathan Guidi : Croyez en vous et entourez-vous de personnes « positives » et stimulantes (il y a assez de pessimistes comme cela). Vous prenez des risques et vous le savez, pas la peine qu’on vous le rabâche tous les jours. N’écoutez pas les conseils de n’importe qui et passez le plus de temps possible à discuter avec des entrepreneurs d’expérience. Ils vous éviteront bien des déconvenues. Préparez-vous mentalement à votre nouvelle mission, en gardant en mémoire ces quelques mots de Jules Claretie : « Tout homme qui dirige, qui fait quelque chose, a contre lui ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui font précisément le contraire et surtout la grande armée des gens d’autant plus sévères qu’ils ne font rien du tout. »
Comprenez bien également que connaitre son métier et gérer une entreprise sont deux activités séparées qui réclament des compétences très différentes. Un chef d’entreprise doit souvent au début être à la fois celui qui produit, qui fait la comptabilité, le ménage, qui gère les ressources humaines, assure la relation commerciale …

Enfin, donnez-vous les meilleures chances de réussir en … faisant appel à nous pour vous accompagner dans cette belle aventure !

Merci beaucoup pour cette interview. Nous vous souhaitons une bonne continuation avec Illuminescence.

AUTEUR

Jérôme HOARAU

Fondateur de Pourquoi-Entreprendre.fr, co-fondateur de La-Semaine.com et de creapreZent.fr, coach Efficacité Professionnelle et Parler en Public. Je suis l'auteur de plusieurs ouvrages dans le domaine de l'efficacité professionnelle et du leadership que vous pouvez retrouver ici : Livres Efficacité Professionnelle et Leadership.

Tous les articles par : Jérôme HOARAU
Loading Facebook Comments ...
2 commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse courriel ne sera pas poubliée