Foncer sur le Net sans pratiques – Gary Bismuth d’Investir99

gary bismuth-investir99

Boostez votre cerveau

Se lancer dans la création d’entreprise, aujourd’hui ! Cela vous tente ? Mais vous avez des craintes en l’occurrence concernant les financements qui font que vous vous désistez dans vos projets ?

Vous ne souhaitez pas vous lancer dans la création d’entreprise mais plutôt soutenir un entrepreneur qui désire tenter sa chance ? Investir dans un projet qui vous semble réalisable et utile mais surtout qui vous passionne, tel est votre désir ?

Gary Bismuth, 30 ans, Président d’Investir99, a entendu vos souhaits et a mis en place Investir99, un site de crowdfunding, afin de les réaliser. Après avoir suivi une formation en finance & entreprenariat (M2 Economie Financière à Dauphine – MS Entreprendre à l’EM Lyon). Il a été analyste risque puis conseiller auprès d’un business angel. Il aime la littérature, le cinéma et faire du sport (course à pieds).

Merci à Gary pour ses réponses.

Pourquoi et comment votre entreprise est-elle née ?

Créer son entreprise, c’est pouvoir essayer. Beaucoup de personnes de ma génération (je suis né dans les années 80) veulent réussir et ne peuvent même pas essayer car on ne leur donne pas leur chance. C’est pour cela que j’ai crée Investir99, un site de crowdfunding pour startups. L’objectif est d’aider des entrepreneurs motivés à créer leur société, à tenter leur chance. L’objectif est de donner la chance à un internaute d’investir dans une société qui le passionnera.

Quel est le plus gros challenge auquel vous avez du faire face ?

Je crois que les plus gros challenges sont encore devant moi.

A ce jour, le plus gros challenge auquel j’ai dû faire face est que je ne suis pas informaticien, ce qui est pénalisant quand on propose une expérience sur Internet. D’autant plus, qu’il fallait sur le site :

– que les entrepreneurs puissent présenter des projets pour trouver des investisseurs.

– que les internautes puissent découvrir et investir dans des jeunes sociétés, grâce au crowdfunding.

J’ai commencé à travailler avec une agence web, puis avec un développeur freelance. Je trouvais que cela n’était pas assez réactif et je sentais que je pouvais me retrouver sans mon outil de travail du jour au lendemain.

Quelle a été votre première réaction face à ce défi ?

Ma réaction a été de me plonger dans les lignes de codes et le serveur pour faire moi-même certaines modifications sur le site. Bien que je trouvais cela intéressant et que je progressais, pour investir99, ce n’était pas bon, car je ne suis qu’un débutant en informatique.

Comment avez-vous fait pour analyser la situation avant d’y faire face ?

Avant de tout commencer, je savais déjà que cela allait être un problème, j’ai pensé à m’associer avec un informaticien mais je ne trouvais personne car on trouvait ce projet infaisable ou trop ambitieux.

J’ai souhaité commencer même si ce n’était pas parfait. Le plus tôt possible, car il y allait avoir dans l’avenir de plus en plus de concurrents et qu’il serait de plus en plus difficile de se faire une place.

Quelles décisions avez-vous prises pour mettre en exécution des actions concrètes ?

Pour limiter les risques, j’ai mis en concurrence plusieurs prestataires de site internet. J’ai remarqué que les prix peuvent varier du simple au quintuple et que beaucoup n’hésitent pas à profiter de l’ignorance des non-initiés, un peu comme certains plombiers ou garagistes. J’ai pris soin aussi de bien ficeler les contrats, avec l’aide d’une amie avocate. Au final, je ne suis pas trop mal tombé.

Quelle méthode avez-vous utilisée ?

La méthode est simple : je devais déjà faire le maximum seul en espérant qu’après il serait plus facile d’améliorer les conditions. C’est paradoxal mais plus vous montrez que vous pouvez avancer seul, plus il est facile de convaincre et rassembler.

Et depuis quelques mois, je travaille avec mon futur associé, un développeur informatique que j’ai pu convaincre de rejoindre investir99. J’en ai même trouvé deux puisque qu’un designer graphiste est aussi de l’aventure, et c’est lui qui m’a convaincu.

Qu’avez-vous retenu de cette situation aujourd’hui ?

En entreprenariat, on nous parle trop des situations idéales, comme si cela existait. Il faut entreprendre comme ceci ou comme cela sinon c’est mauvais. Je pense que c’est à chacun de trouver sa formule, le plus important est d’être lucide, d’avoir une vision, et de savoir agir en conséquence.

Et vous, vous aidez un entrepreneur à se lancer dans son aventure entrepreneuriale ou vous vous lancez dans votre propre aventure ?

AUTEUR

Audrey Hoarau

Chargée de projets évènementiels et audiovisuels sur Pourquoi Entreprendre, je travaille également en tant que responsable partenariats de la Troupe du 3ème Acte (la référence du théâtre sénior).

Tous les articles par : Audrey Hoarau
Loading Facebook Comments ...
3 commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse courriel ne sera pas poubliée