Entrepreneurs, sachez changer de cap

pensée systémique

En ce début d’année la tradition est aux bonnes résolutions.

Or j’ai récemment lu un livre de développement personnel qui attaque cette tradition des bonnes résolutions. (La technique du succès).

Pour quelles raisons faire de bonnes résolutions est une mauvaise chose ?

Parce que d’après l’auteur (André Müller), faire des résolutions ne nous mène pas forcément à l’action et qu’au contraire, souvent les bonnes résolutions se substituent à l’action. C’est pourquoi il préconise le passage à l’action directement plutôt que d’ajouter un intermédiaire, les bonnes résolutions.

Je ne suis pas tout à fait d’accord avec l’auteur car les résolutions permettent la réflexion. Or agir sans réfléchir peut mener à de très mauvais résultats. Après il ne faut pas que la réflexion soit un frein à l’action bien entendu 😉

D’ailleurs agir sans réfléchir c’est aussi foncer même si l’on est dans la mauvaise direction.

J’ai pu rencontrer des entrepreneurs et certains me racontaient qu’ils n’auraient jamais connu de succès s’ils n’avaient pas changé de cap. Ils ont pris une résolution pour réorienter leur action.

Prendre des résolutions pour réorienter l’action vers le succès

L’humilité consiste à prendre du recul sur soi et sur ce que l’on fait. Il y a des remises en questions constructives. Lorsque l’on constate que l’on va dans la mauvaise direction, il ne faut surtout pas hésiter à changer de cap ! C’est un peu comme rebondir non pas après mais avant un échec.

D’ailleurs parler de votre projet à votre entourage peut vous aider à pendre ce recul nécessaire. Vous pouvez lire cet article sur le fait de parler de vos projets, car il ne faut pas avoir peur de le faire.

Fonctionner par essai erreur pour trouver la bonne voie

Adrien du blog 3615malife a créé un fil rouge sur la monétisation d’un blog. Vous pouvez remarquer qu’il s’agit d’un concept d’essai erreur dans lequel on cherche la meilleure solution de monétisation. C’est une bonne technique pour commencer 😉

Pour ma part j’ai également fait des tests essais erreur sur ce blog et le dernier en date est la proposition de service de conception de projet dans lequel ce sont les clients qui fixent leur prix. Selon les résultats de cette opération, je verrai quelles actions faire pour développer tout ça ;-), ou au contraire réfléchir à totalement autre chose pour ne pas rester dans le faux.

Et vous, avez-vous fait l’expérience du changement de cap ?

Et d’expériences de type essai erreur ?

AUTEUR

Jérôme HOARAU

Fondateur de Pourquoi-Entreprendre.fr, co-fondateur de La-Semaine.com et de creapreZent.fr, coach Efficacité Professionnelle et Parler en Public. Je suis l'auteur de plusieurs ouvrages dans le domaine de l'efficacité professionnelle et du leadership que vous pouvez retrouver ici : Livres Efficacité Professionnelle et Leadership.

Tous les articles par : Jérôme HOARAU
Loading Facebook Comments ...
5 commentaires
  • Elyes

    Effectivement, très souvent en prenant des nouvelles résolutions, nous ne les appliquons pas. Chaque année, je me fixais de nouvelles résolutions que je ne mettais pas en application. Du coup cette année, la seule et unique résolution que j’ai prise a été de ne plus boire de boissons gazeuzes et sucrées à la fois pendant un mois. Résultat : Je n’ai pas réussi, et j’ai succombé au charme de Coca Cola !

  • Philippe

    Je crois que tout commence par une résolution. Sans décisions on n’avance pas. Le problème des résolutions du nouvel an, c’est qu’elles sont souvent plus des intentions que des résolutions.
    Souvent elles sont trop floues, non mesurables et pas définies dans le temps, ce qui les rend impossible à réaliser.
    Le deuxième problème c’est aussi de ne pas identifier et assumer les conséquences d’une résolution. Si on veut s’engager à lire tous les jours pendant une heure. Il faut déjà commencer par supprimer une heure d’autre chose. Sinon, c’est voué à l’échec.

  • Emilie

    Le gros problèmes des résolutions de début d’année, c’est qu’elles portent sur des choses qu’on n’arrive pas à faire naturellement : arrêter de boire du coca quand on adore ça, par exemple. Alors il ne suffit pas de décider :
    – il faut bâtir un vrai plan d’actions (réduire progressivement la consommation de coca avant le sevrage total, trouver un substitut),
    – construire et entretenir la motivation (j’arrête de boire du coca pour me sentir en meilleure forme, je me prévois des récompenses régulières pour compenser le manque provoqué par le sevrage)
    – se faire aider : comme aux alcooliques anonymes, trouver quelqu’un devant qui on s’engage, et qui saura écouter quand notre résolution vacillera…

Laisser une réponse

Votre adresse courriel ne sera pas poubliée