Vinosensia : l’aventure d’un entrepreneur français en Chine

De nombreux entrepreneurs français tentent leur chance (ou plutôt créent leurs opportunités) en Chine. Les challenges peuvent être nombreux, mais les perspectives de toucher un marché 20 fois plus grand que celui de la France sont alléchantes.

Aujourd’hui Olivier Verot de l’agence Markteing to China partage avec nous sur le blog Pourquoi-Entreprendre.fr le témoignage de David Sok, fondateur de la société Vinosensia.

Voici donc un témoignage riche d’enseignements pour les entrepreneurs souhaitant se lancer dans ce grand pays !

Pouvez vous vous nous présenter votre société et votre activité ?

Vinosensia est une société spécialisée en Marketing et Évènementiel autour de l’univers des vins et spiritueux. Nos activités comprennent une offre dédiée aux professionnels du vin (producteurs de vins, association de vignerons, importateurs et distributeurs…) notamment en communication et organisation de salons. D’autre part, notre second segment consiste en l’éducation œnologique et animation en entreprise (teambuilding, séminaires, évènement clients, cours de dégustation).

Vous allez commencer le récit de votre aventure entrepreneuriale. Si vous deviez le publier, quel serait le titre de l’ouvrage ?

Je nommerais mon ouvrage « Red Flow in China ».

Racontez-nous une anecdote qui vous a amené à entreprendre.

Je suis fils de restaurateur et des ma tendre enfance, j’ai été rapidement mis à contribution au sein des différents restaurants gérés par ma famille. J’ai toujours eu un sens créatif prononcé et une imagination sans limites. Lors de mon adolescence, je me souviens avoir suggéré des pistes d’amélioration de concept à mon paternel qui m’avait répondu de la façon suivante : « quand tu seras en mesure de gagner ta vie (sous entendu, passage au véritable monde adulte), alors je prendrai tes remarques plus au sérieux ».  Cette frustration de ne pas avoir été écouté a probablement constitué une des sources qui m’a poussé vers la création de ma propre entreprise.

Shanghai-Wine-Tasting-61

Une aventure n’est pas sans péripéties et rebondissements. Quels ont été les difficultés ou problèmes auxquels vous avez fait face ?

La liste des problèmes que rencontre généralement un entrepreneur est presque infinie tellement le parcours relève de l’aléa et des complications administratives d’autant plus lorsque la création s’effectue dans un environnement législatif différent de celui qu’on a connu de prime abord.

Nous avons connu des problèmes de compréhension du processus de création de l’entreprise (délai, sous estimation du coût d’établissement…) puis des surprises concernant les délais de traitement de transfert des fonds du capital. La dévaluation de l’euro face au yuan a eu un véritable impact sur notre trésorerie.

Par ailleurs, comme il est de coutume, la présence de plusieurs associés (dont certains à distance) n’a pas facilité la fluidité de communication et le partage d’une vision unique.

Enfin, nous avons connu de véritables déboires avec une société de comptabilité française (AST Consulting) qui a d’ailleurs mis la clé sous la porte. Les problèmes engendrés par le choix d’un mauvais prestataire nous a presque valu la fermeture de notre entreprise.

Hong-Kong-wine-tasting-95

Quelles décisions avez-vous prises ? Comment avez-vous résolu ces problèmes ?

La résolution de ses problèmes a simplement pris du temps : temps nécessaire pour mieux appréhender les règles du jeu en Chine, pour mettre en place un système de communication plus fluide, pour apprendre de ses erreurs mais continuer à garder le cap et rester positif face à l’adversité.

Et maintenant, êtes-vous accompli ? Qu’est ce qui vous épanouit aujourd’hui dans votre aventure entrepreneuriale ?

L’entrepreneuriat est une formidable aventure humaine et un véritable levier de détection et consolidation de nouvelles compétences. On y acquiert une maturité plus rapide qu’en intégrant une multinationale de par la mixité des taches à gérer au quotidien. Pour développer une entreprise, il faut avoir une vraie fibre relationnelle et aimer le contact avec les gens car, plus particulièrement en Chine, chaque nouvelle rencontre peut devenir une opportunité d’affaire. Je me sens riche aujourd’hui de pouvoir côtoyer des profils variés et qui m’aident à m’améliorer au quotidien. Mon réseau digital sur Linkedin a par exemple été multiplie par 100 sur 3 ans.

Par ailleurs j’ai surtout et avant tout appris à me découvrir en détail en comprenant mes forces et mes faiblesses et en apprenant à davantage déléguer les taches à mes associes et collaborateurs.

McKinsey-wine-school-22

Quels sont les problèmes majeurs rencontrés en Chine ?

L’instabilité des règles comptables et commerciales de même que celles liées à l’obtention d’un visa sont des problèmes majeurs et récurrents pour toute entreprise étrangère. Nous subissons chaque année l’évolution du cadre législatif en notre défaveur ce qui dissuade de plus en plus les petits projets.

castel-wine-bottle-21

Quels sont les 3 éléments indispensables aujourd’hui pour vous pour entreprendre ?

1. Le capital financier (ou avoir un financeur)

2. La mesure du risque (être conscient que les fonds investis sont techniquement à perte pendant le premier cycle de vie)

3. Le sens créatif/l’innovation ou la maitrise du marketing: il faut savoir apporter une réelle valeur ajoutée à un produit ou service, ou être capable de créer une demande via une stratégie marketing solide et attractive.

Quels conseils pratiques donneriez-vous à un nouvel entrepreneur en Chine ?

Il est primordial de bien choisir la société d’accompagnement à la création pour éviter tout problème de rallongement de délai et de tenue de comptabilité/déclaration fiscale. Par ailleurs, je pense que maitriser un minimum la langue chinoise reste un réel avantage tant sur le plan du développement commercial et la constitution de son réseau local que dans la compréhension parfois subtile de certains éléments inhérents à la gestion d’un business. Enfin, il est important de ne pas sous-estimer le montant du capital nécessaire à couvrir la durée de fonctionnement opérationnelle en vue de stabiliser une affaire (je dirais au minimum entre 1 à 2 ans).

12.12.18 Event - Coach (40)

Si vous n’aviez qu’un seul conseil à retenir de votre aventure entrepreneuriale, lequel serait-il ?

Savoir s’entourer des bonnes compétences ou des bons associés reste primordial. Une aventure entrepreneuriale réussie ne peut reposer sur les épaules d’un seul individu (fondateur ou autre). Je crois en la réussite collective et en la combinaison de talents. Même avec la plus grande dose d’enthousiasme et de dynamisme, il ne faut pas se leurrer, entreprendre reste un chemin épuisant à la longue si on est incapable de diviser les taches.

portfolio-raf-event-04

1 réponse

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *