Etre entreprenant, un atout indispensable pour trouver un emploi

Je suis convaincu que l’ère de l’emploi à vie est dépassée, que le CDI ne pourra pas perdurer et que l’hyper-spécialisation n’est plus gage de succès.

Je ne pense pas que toute personne active doit créer son emploi ou son entreprise. Une société où tout le monde serait chef d’entreprise n’aurait que peu d’intérêt, ne serait-ce par manque de diversité. En revanche, il est devenu nécessaire d’adopter un état d’esprit et des soft skills pour pouvoir s’adapter à une réalité économique difficile. Vous l’aurez compris, l’esprit d’entreprendre est plus qu’utile, même pour les personnes souhaitant un emploi salarié.

A l’hyper-spécialisation préférez la multi-spécialisation

Comme nous l’avons écrit dans le livre Le Réflexe Soft Skills (2014, Dunod), les nouvelles générations de travailleurs et de futurs travailleurs ne souhaitent pas exercer le même métier à vie : elles préfèrent avoir plusieurs vies en une. Pour cela, il est nécessaire de faire preuve de flexibilité et donc de toucher à plusieurs domaines différents. J’aime pour ma part cultiver la transversalité de compétences, en cultivant :

– le coaching (j’accompagne les personnes dans leurs projets à travers leurs objectifs et le développement de leurs soft skills)

– l’écriture (j’écris sur Internet et des ouvrages édités comme chez Dunod)

– la production audiovisuelle

– l’animation de conférences et de webconférences (et d’interviews)

Cette transversalité me permet de renforcer chaque domaine d’expertise. Faire des interviews stimule mes compétences de questionnement très utiles pour mes séances de coaching par exemple. Animer des webconférences entraine mes compétences oratoires pour mes conférences…

Chaque métier exercé nourri l’autre pour cultiver son propre style et sa singularité. Cette multi-spécialisation est très utile quand on travaille pour soi, mais est aussi très appréciée quand on exerce un emploi salarié : une polyvalence vous ouvre beaucoup plus de portes qu’une hyper-spécialisation.

Traquer les offres d’emplois comme des appels d’offres

Répondre à une offre d’emploi, c’est un peu comme répondre à un appel d’offre. Vous êtes à la recherche d’une opportunité qui collerait à :

– vos envies (mission, tâches, localisation, …)

– votre niveau de maîtrise (responsabilités, compétences, …)

– votre plan de carrière (ou plan de développement long terme)

De nombreux sites d’annonces, de vraies plateformes d’appels d’offres d’emplois existent. Elles vous permettent de dénicher ces offres en les triant selon ce que vous recherchez en termes d’envies et de niveau de maîtrise. Vous avez par exemple des offres d’emplois à Paris par Jobtonic.fr, qui vous permettent d’effectuer des recherches par villes ou département ou de créer des alertes.

Une fois l’offre trouvée, vous devez y répondre. Mais plutôt que de répondre à une offre, vous faites vous même une offre, celle de vos services et de vos compétences. Si vous êtes dans un état d’esprit entrepreneurial, comment allez-vous « marketer » votre offre pour ce poste ? Comment allez-vous adapter votre discours au besoin de votre client (l’entreprise qui recrute) ? Votre CV et lettre de motivation sont-ils les supports qu’ils désirent vraiment ? Voici un exemple illustrant la multi-spécialisation et l’esprit d’entreprendre en recherche d’emploi à travers le design d’un CV.

Cultiver ses soft skills jour après jour

Voici mon quotidien passionnant : accompagner au développement des compétences humaines, ces compétences intangibles que vous n’avez pas apprises à l’école mais que vous utilisez tous les jours comme la créativité, l’efficacité, la vision, la motivation, …

Ces compétences sont indispensables pour entreprendre un projet comme trouver un emploi. Comme vous vous en doutez, vous devez puiser dans votre résilience, motivation et créativité pour atteindre votre objectif dans cette aventure. Ces compétences se travaillent, s’entrainent à travers des exercices et des réflexes simples à appliquer au quotidien (si vous êtes intéressé par un accompagnement dans ce sens, vous pouvez me contacter).

Avez-vous cet état d’esprit d’entrepreneur quand vous êtes dans une démarche de recherche d’emploi ?

1 réponse
  1. Patrick Daymand
    Patrick Daymand dit :

    Bonjour Jérôme et bravo pour votre article dont je partage les idées. La démarche que vous défendez est une démarche d’intrapreneur. Même si le mot est vilain, il dit bien ce qu’il veut dire, à savoir entreprendre au sein d’une entreprise autre que la votre, avec laquelle vous souhaitez travailler. Autrement dit créer de la valeur et le démontrer pour se faire embaucher. J’ajoute qu’il n’est pas besoin de partir des offres d’emplois. Depuis plus de 17 ans, j’accompagne des cadres et des techniciens dans une démarche consistant à obtenir des propositions de collaboration de la part d’entreprises qui n’ont émis aucune intention d’embaucher. Cette approche est la méthode SPGC que vous pouvez découvrir sur le site: http://methode-spgc.fr
    J’ajoute que je deviendrais bien volontiers contributeur sur votre blog si vous en êtes d’accord. Et réciproquement.
    Bien cordialement
    Patrick Daymand

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *