Comment reprendre une franchise

Pour lancer une nouvelle entreprise, l’on peut généralement opter pour la création d’un nouveau projet ou pour la reprise d’une franchise existante. Si l’entrepreneur choisit de rejoindre un réseau de franchises, il dispose d’une multitude de possibilités de reprise, notamment dans un secteur du commerce alimentaire en pleine croissance.

 

Quelles sont les étapes de la reprise d’une franchise ?

 

En apparence, le rachat d’une franchise, spécialisée dans l’alimentaire par exemple, semble présenter une certaine simplicité. Cela se justifie par l’acquisition d’une clientèle déjà constituée et de toute la logistique nécessaire à la conduite de l’activité. Toutefois, il convient de bien en analyser les contours avant de démarrer.

Plusieurs facteurs, tels que la localisation, le budget ou encore la nature de l’activité, peuvent influencer le choix de la franchise à reprendre. Pour être satisfait, et pour obtenir des informations susceptibles de l’aider dans sa décision, l’entrepreneur peut s’appuyer sur des contacts tels que les notaires, la famille ou les relations professionnelles. Les bourses d’échanges et les sites intervenant dans la reprise d’entreprise peuvent aussi servir.

Dès qu’il a identifié une franchise qu’il souhaite reprendre, l’entrepreneur devra ensuite essayer connaître quelques détails. La vente est-elle due à un départ à la retraite, à un mauvais bilan ou à un changement d’activité ? L’entreprise affiche-t-elle un bon potentiel de développement ? Vaut-elle le prix de vente annoncé ?

Comment évaluer le prix de rachat ?

 

Une fois que tous ces renseignements se trouvent à son niveau, il doit solliciter l’aide d’un avocat et d’un expert-comptable dans le but d’évaluation le prix de cession. Pour procéder à l’évaluation, il existe trois approches :

  • L’entreprise vaut ce qu’elle possède » (approche patrimoniale).
  • L’entreprise vaut ce qu’elle rapporte » (approche dynamique).
  • L’entreprise vaut ce que des actifs comparables sont payés » (approche comparative).

 

Pour le rachat en lui-même, l’entrepreneur utilise son apport personnel auquel s’ajoute souvent un prêt bancaire ou un prêt d’honneur auprès de Pôle Emploi, de France Initiative ou d’Adie.

Enfin, le contrat de franchise doit être conclu avant la signature de l’accord de vente. Cette étape est essentielle pour l’entrepreneur, car c’est elle qui lui assure qu’il bénéficiera des privilèges de l’appartenance au réseau de franchises (suivi, formation, accompagnement, etc.), et qu’il pourra ainsi lancer son activité en toute sérénité.

Dossier proposé par l’Observatoire De La Franchise et https://www.franchiseparis.com

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *