Blogueur : entrepreneur, business man, journaliste et artiste

Un mois après le lancement de mon blog, je me rend compte que cette expérience est très complète et c’est ce qui me passionne.

En effet, j’ai pu tout d’abord me rendre compte que bloguer c’est accumuler plusieurs fonctions différentes, toutes enrichissantes et passionantes :

1- Bloguer c’est entreprendre :

Comme précisé dans cet article, le blogueur a le profil d’un entrepreneur. Réfléchir à un blog, c’est de la préparation de projet. Le lancer, c’est lancer son projet. Enfin, l’entretenir, c’est attirer des gens, les fidéliser et les convaincre. Le blog est un réel processus de création, une réelle entreprise.

2- Bloguer c’est du business :

Le blogueur endosse un vrai rôle de business man. En effet, une fois le blog lancé, il doit attirer les visiteurs et les fidéliser, comme un commercial convainc des clients et les fidélise. Le blogueur a une vision, une stratégie (comme pour le marketing) pour développer son réseau et augmenter son audience. D’ailleurs, cela devient plus flagrant lorsque le blogueur souhaite monétiser son blog, comme montré dans un de mes précédents articles.

3- Bloguer c’est du journalisme :

Récemment, j’ai eu l’honneur d’interviewer le jeune entrepreneur Sébastien Chatelier, jeune fondateur de la société Animagora. Je me suis senti dans la peau d’un journaliste, ce qui fut très excitant et enrichissant. C’est ainsi que je me suis rendu compte que bloguer c’est faire du journalisme. Lorsqu’on rédige un article, on se doit de trouver les informations fiables pour la transmettre à nos lecteurs. Ensuite, la rédaction de l’article doit être stylée afin de plaire aux lecteurs (en tout cas on essaie 🙂 ). Malheureusement, un conflit est né entre les blogueurs et les journalistes comme le montre cet excellent article.

4- Bloguer c’est de l’art :

Essayer de faire beau, de plaire et d’innover, voilà ce à quoi réfléchit également le blogueur. Pour cela, penser au design ou à une charte graphique en constante évolution est un bon moyen de faire évoluer visuellement son site. Le blogueur pense donc art et art plastique.

C’est pour ces différents rôles qu’implique le bloging que cette nouvelle passion m’est venue aujourd’hui.

Enfin, si vous avez un métier qui vous « blase » car pas de créativité ou peu de réflexion alors que vous en avez envie (ce qui n’est pas mon cas heureusement 🙂 ), alors bloguer pourrait vous permettre de vous évader.

Le blogging c’est de la compétition

Le blogging est un monde passionnant. On y apprend énormément sur le domaine sur lequel on blogue car nous pousse à chercher, innover, interagir et échanger avec les autres blogueurs du même domaine. Un monde fabuleux et tendre ? Pas forcement.

En effet, le blogueur est ambitieux et veut attirer le maximum de visiteurs sur son blog  (qui ne regarde pas régulièrement Google Analytics pour voir quelle est la tendance de sa courbe  😉 . Or,  seuls les blogs les plus visibles et les plus actifs attirent vraiment du trafic. Il faut rester « au top » et toujours faire mieux pour ne pas partir aux oubliettes.

J’ai publié un article sur les blogs qui sont de véritables business : Quand blog devient business part1. Le blogueur dans ce cas devient un véritable entrepreneur. Or, le blogueur de manière générale même sans volonté de générer du chiffre d’affaire, est lui aussi soumis à cette pression, à cette compétition. Ainsi, tout blogueur est entrepreneur. D’ailleurs, comme l’illustre cet article, les blogs sont estimés financièrement, comme toute entreprise… Voici un blog intéressant sur la revente de sites internet : blogfr.nequityonline.com.

Le site wikio illustre parfaitement cette compétition inter-blogs. En effet, comme vous le voyez sur la colonne de droite de mon blog par exemple, les blogs sont classés. Ils sont en compétition entre eux, comme le fait Google dans son moteur de recherche, où chaque page du web est classée par rapport aux mots clés.

Le blogging est une compétition et chaque blogueur est un compétiteur.

Ecoles de commerce responsables du marasme économique français ?

Dans le magazine Management n°170, j’ai pu découvrir un article sur un livre qui me semble fortement intéressant : J’ai fait HEC et je m’en excuse.
Écrit par Florence Noiville, ancienne d’HEC, ce livre explique comment les écoles de commerce françaises sont enfermées dans leur modèle et sont quelque part responsable du marasme économique français. En effet, les grandes écoles de commerce françaises ont essentiellement formé de futurs cadres pour les grandes sociétés du CAC 40, indice créé en 1988, et sur lequel tout un chacun peut placer son argent. Comment augmenter la rentabilité ? Comment baisser les coûts ? Comment vendre plus ?
Ces cadres orientés vers la performance des sociétés, sont souvent enfermés dans leur système et perdent donc le recul sur la situation globale de leur environnement. L’analyse objective de la situation économique et l’anticipation des évènements est donc compromise par cet enfermement.

Les anciens s’accommodent d’un système confortable, qu’ils n’ont pas cherché à améliorer; les nouveaux boudent les cours d’éthique des affaires ou de commerce équitable.

C’est pourquoi, ces derniers ont contribué à la crise qui nous a frappés récemment. Les universités américaines ont modifié leurs programmes pour corriger ces lacunes. D’après l’auteur, les écoles françaises ne l’ont pas encore fait. Personnellement je ne suis pas tout à fait d’accord : je pense que les écoles françaises ont certes pris du retard, mais commencent à agir dans ce sens. C’est ainsi que l’ESCEM propose un double diplôme Développement Durable en partenariat avec l’Université de Sherbrooke au Canada. Mais il est vrai que des cours d’éthique manquent encore dans les cours de tronc commun, afin de diffuser ces nouvelles valeurs à tous les étudiants des Écoles plutôt qu’à l’infime partie de ceux qui feront le cursus décrit ci-dessus.

Et vous qu’en pensez-vous ? Les Écoles de commerce françaises « déforment » plutôt que « forment » nos cadres dirigeants ?

L’ENCERCLEMENT : néolibéralisme bien ou mal ?

Le week-end dernier je suis parti voir le film L’ENCERCLEMENT : la démocratie dans les rets du néolibéralisme. Il s’agissait d’un reportage sur le néolibéralisme et comment ce dernier fait partie intégrante de notre vie.

J’ai trouvé ce film génial sur le fond avec des interventions de personnes aux points de vue différents et très bien expliqués. De plus, le reportage faisait place non seul à des arguments attaquant le néolibéralisme, mais également à des arguments le défendant. Cela permet donc une prise de recul sur le sujet nécessaire dans ce genre de film. Le but étant que le spectateur se fasse sa propre opinion du sujet.

Les différents points de vue du film :

Pour le néolibéralisme :

– Permet de résorber la pauvreté par la croissance (corrélation entre croissance et baisse de la pauvreté)

– Permet l’innovation technologique, et donc une meilleure préservation de l’environnement (l’état de l’environnement était pire il y a deux siècles que maintenant)

– Permet la justice car chaque personne qui crée de la richesse peut la conserver plutôt que de la donner à l’État (taxes et impôts)

Contre le néolibéralisme :

– Accentue l’écart de richesse entre les plus pauvres et les plus riches

– Accentue l’individualisme et donc égoïsme et violence

– La propriété exclue l’accès à des besoins vitaux aux personnes les plus défavorisées

– Le néolibéralisme, par le lobbyisme, affaiblit l’État

– Le FMI, en imposant ses critères néolibéraux aux pays les plus en difficulté, accentue leur désarroi (vend ses services publiques et ressources aux étrangers, affaiblit l’État en réduisant les nombre de fonctionnaires, etc.)

– La société néolibérale généralisée endoctrine la population et son éducation. Celle-ci en effet n’éduque plus, mais forme de futurs employés d’entreprises (condition de l’employabilité), et donc prépare la population au service du libéralisme.

Cette liste d’arguments pour et contre n’est pas exhaustive. J’en est surement oublié quelques uns…

Alors n’hésitez pas à contribuer à cet article, et donnez votre opinion sur le sujet !

Merci !

Partenaires

Dynamique Entrepreneuriale

 

 

Dynamique entrepreneuriale est un magasine destiné aux entrepreneurs et chefs d’entreprise.  Retrouvez toutes mes contributions sur ce média en cliquant ici.

Place des Réseaux

Place-des-réseauxLe webmagazine des entrepreneurs en réseau : réseau relationnel, réseaux sociaux, identité numérique, clubs/groupements d’entreprises

Widoobiz :

Widoobiz_Logo

Widoobiz est LA radio pour les entrepreneurs, créateurs d’entreprises et dirigeants de PME/TPE. Vous pouvez l’écouter en direct via le lecteur intégré ci-dessus, ou directement sur leur site. Du contenu de très haute qualité et ne pas rater ! Retrouver mes chroniques sur ce média ici.

RMC Trophées Bougeons-Nous

fcbk_tropheesPME2012Au coeur de notre tissu économique, elles symbolisent la France qui « se bouge » au quotidien. Avec les Trophées PME Bougeons-Nous, RMC les a mis à l’honneur. Avec « Bougeons-Nous, les PME en direct », RMC donne la parole tout au long de l’année aux PME pour réagir et faire avancer le débat autour de leur actualité.

Retrouvez tous mes articles ici.

Les Echos de la Franchise

 

Le portail où vous trouverez tout ce qu’il vous faut sur l’entrepreneuriat par la franchise.

La Ruche

 la-ruche La Ruche est un lieu de travail collaboratif sur Paris pour les entrepreneurs sociaux. Nous avons la chance de tourner de nombreuses vidéos d’interviews là-bas. Vous pouvez visiter les lieux tous les vendredis midi pour participer aux buzz.

 

Pour plus d’informations, vous pouvez visiter ce lien.


Voici mes autres projets :

131030-CreapreZentcreapreZent – adoucir le travail par les soft skills

Découvrez aussi le programme de coaching creapreZent adapté à la formation initiale ou formation continue sur les « soft skills » telles que : connaissance de soi, esprit entrepreneurial, maîtrise de soi et travail en synergie. –http://www.creaprezent.fr/

 

LeDevDurable.com

Le DevDurable est un blog développement durable et collaboratif (multi-auteurs). Nous l’avons fondé avec mes anciens collègues lors de ma dernière année d’étude.