Pourquoi est-ce que je m’intéresse aux crypto-monnaies (monnaies digitales) en tant qu’entrepreneur ?

Le succès fulgurant du Bitcoin bouscule les codes de l’économie globale et de l’investissement. Il devient alors incontournable pour un entrepreneur ambitieux de s’intéresser au phénomène des crypto-monnaies (les monnaies virtuelles).

Après avoir vu de plus en plus d’entrepreneurs que je connais comme Rémy Bigot ou Margaux Klein évoluer dans cet univers que je connais peu, j’ai décidé moi aussi de me lancer, mais pas dans le Bitcoin…

Je vais dans les prochaines semaines (voire prochains mois) m’exprimer à travers mes podcasts et mes articles autour de ce sujet. C’est un nouveau challenge pour moi que j’accueille à bras ouverts.

Dans cet article d’introduction, je partage avec vous mes trois motivations principales à me lancer dans ce nouveau défi entrepreneurial.

Nouveau défi entrepreneurial et développement cérébral

L’un des principes les plus importants pour développer son cerveau est celui de la nouveauté. C’est pour cette raison qu’il est fortement recommandé de sortir régulièrement en dehors de sa zone de confort. Comme l’explique un neuroscientifique dans cet article sur le HuffingtonPost (en anglais), le cerveau est construit de telle manière qu’il recherche avant tout de la nouveauté. C’est pour lui une des sources principales de création de dopamine, le neurotransmetteur (ou hormone)  à l’origine du plaisir. Au delà du plaisir, la dopamine envoi un message puissant pour le cerveau : « c’est le moment d’apprendre cette nouvelle chose ». D’où l’augmentation de la facilité de mémorisation dans une situation de plaisir !

Vous noterez aussi que les entrepreneurs qui innovent régulièrement et osent relever de nouveaux défis sont souvent imprégnés d’un grand enthousiasme : ils sont boostés à la dopamine. Si en plus de cela vous faites du sport (booster de dopamine également), alors bingo ! Attention cependant car la dopamine peut devenir addictif et nous rendre dépendant de la nouveauté (en faisant de nous des entrepreneurs totalement dispersés).

Au delà de la dopamine, explorer de nouveaux défis permet au cerveau de construire de nouveaux chemins neuronaux, comme c’est le cas pour l’apprentissage d’une nouvelle langue par exemple. Alors pour moi, me lancer dans la crypto-monnaie, c’est apprendre de nouvelles choses, relever de nouveaux défis et donc booster ma dopamine tout en créant de nouveaux raccourcis neuronaux.

Un jeu d’investissement qui peut rapporter (cf. le Bitcoin)

Miser sur une monnaie virtuelle est un réel investissement. L’histoire le montre comme avec de nombreuses personnes devenues millionnaires en misant sur le Bitcoin (la monnaie virtuelle la plus populaire à l’heure actuelle) très tôt, comme expliqué dans cet article publié chez Forbes France.

Mais qui dit jeu d’investissement, dit potentiel gain et potentielle perte. Comme un entrepreneur qui lance une entreprise, rien ne garantit le succès de son initiative. C’est pourquoi il me semble important d’y aller avec prudence plutôt que de brûler les navires en misant tout sur une monnaie virtuelle. Les business angels l’ont bien compris en investissant dans des entreprises : ils mesurent le risque mais ne peuvent pas le prévoir.

Le jeu d’investissement dans une crypto-monnaie n’est donc pas si différent que le jeu d’investissement plus traditionnel. Mieux vaut donc :

  • être prudent dans sa stratégie d’investissement,
  • diversifier son porte-feuille pour ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier,
  • s’instruire, se documenter et se remettre en question très régulièrement pour augmenter son intelligence stratégique en la matière.

Muscler son intelligence stratégique comme les grands entrepreneurs inspirants

En me cultivant dans les histoires de réussites entrepreneuriales, dans les sciences de l’apprentissage et dans les intelligences multiples, je me rends compte de l’importance de cultiver son intelligence stratégique. C’est à dire :

  • Savoir anticiper les scénarios possibles dans le futur proche (et de plus en plus éloigné).
  • Capacité à identifier des opportunités intéressantes tout en prenant conscience des risques.
  • Capacité à assimiler de nouvelles informations par de la veille et de la recherche (car il s’agit ici d’une discipline nouvelle).

 

Vous l’aurez compris, ce nouveau défi va au-delà de l’aspect financier, il y a une grande dimension motivationnelle et de développement de compétences (voire même de développement cognitif).


Est-ce que cette aventure vous intéresse vous aussi ? Je vous propose de recevoir gratuitement un cours sur les crypto-monnaies ainsi qu’un « échantillon » d’une monnaie virtuelle montante en ce moment en remplissant ce formulaire suivant (ces informations resteront confidentielles, c’est juste pour garder contact avec vous et vous envoyer la formation) : 

[gravityform id= »15″ title= »false » description= »false »]

Le mailing papier est-il réellement mort ?

Je vous parlais déjà de l’importance du print et des supports papiers pour votre marketing mix dans cet article, il est maintenant temps de s’intéresser à un autre aspect du papier : le mailing papier. A l’heure où le numérique et le mailing digital sont omniprésents, quelle place reste-t-il pour le mailing papier ?

Un outil efficace s’il est bien utilisé

On pense souvent, à tort, que le courrier publicitaire est une pratique vétuste qui n’a plus sa place dans une bonne stratégie de marketing. Il n’en est pourtant rien ! Comme l’explique cette infographie d’une étude IPSOS-CESP présente sur le site cospirit.com, la publicité papier reste efficace en 2017 !

En effet, les chiffres avancés par cette étude sont même très impressionnant puisque plus de 93% des Français lisent au moins un courrier par semaine et 69% d’entre eux ont même lu un imprimé publicitaire reçu dans leur boîte aux lettres. Si ces chiffres laissent rêveur, ils sont d’autant plus intéressants lorsque l’on voit que 87,5% des 15-34 ans et 96,5% des cadres supérieurs sont concernés.

Le mailing papier a donc un très fort potentiel s’il est bien utilisé et cible les bons prospects, malgré son coût de mise en place plus important que pour le digital. Il permet même d’atteindre des clients potentiels que vous ne pourriez pas joindre via les canaux digitaux. De quoi ne pas laisser le courrier publicitaire au placard. Mais pour que votre imprimé soit lu par vos prospects, vous devez vous démarquer des autres annonceurs. N’hésitez pas à personnaliser vos courriers publicitaires et à utiliser à bon escient la couleur sur vos enveloppes, comme le préconise le site Saxoprint. Votre envoi aura ainsi davantage de chance d’attirer l’œil de vos destinataires.

Vers des solutions multicanal ?

Mais pourquoi choisir entre le papier et le digital lorsque l’on peut rapidement et facilement associer les deux ? En ajoutant un QR code au design de vos supports imprimés, vous pouvez digitaliser facilement votre campagne papier. Ainsi, l’utilisateur n’a qu’à scanner votre code avec son smartphone pour accéder à vos différents contenus en ligne, le tout depuis un simple flyer ! La Poste a d’ailleurs mis en place une solution du même type, le Flash Mailing, afin de faciliter la synchronisation entre votre communication écrite et vos services digitaux.

Le mailing papier trouve donc une place de choix dans une stratégie multicanal puisqu’il ne nous impose plus de choisir entre le support réel et le support digital. Il représente une façon efficace d’interagir avec le client, que ce soit pour l’amener à concrétiser un achat en magasin ou sur Internet. Il doit donc être considéré comme un outil à part entière, au même titre que l’emailing, et non comme un outil du passé. Alors vous savez ce qu’il vous reste à faire pour augmenter vos ventes, arrêtez de négliger le mailing papier et testez-le plutôt vous-même dans votre stratégie. Vous ne serez pas déçu !

Fournisseur de gaz : pros et/ou particuliers, que choisir ?

Choisir son fournisseur de gaz que l’on soit professionnel ou particulier n’est pas chose facile. Tous mes conseils pour bénéficier de la meilleure offre !

Quel fournisseur de gaz choisir pour son entreprise ?

Dix ans après la fin du monopole d’EDF-GDF et l’ouverture du marché de la production et la fourniture énergétique à la concurrence, la question du prestataire à sélectionner se pose.

GDF, fournisseur de gaz officiel depuis des décennies en France est devenu Engie et propose aux particuliers comme aux professionnels une prestation de fourniture énergétique dont les tarifs sont réglementés par le gouvernement.

Une offre privatisée en partie donc, qui permet d’assurer aux consommateurs une politique de prix abordable sur un marché où la concurrence prend logiquement du temps à se positionner.

Car devenir fournisseur en gaz et/ou en électricité ne s’improvise pas du jour au lendemain. La pratique demande une installation d’infrastructures conséquente, ou à défaut, la location d’un réseau déjà existant auprès des acteurs du milieu. La transition du marché s’est donc faite en douceur.

Fournisseur de gaz : faut-il choisir le même prestataire quand on est professionnel ou particulier ?

On trouve désormais une variété de prestataires en ligne pour trouver son fournisseur de gaz. Grâce à leur modèle économique basé sur un site web, leur offre de prestation permet d’être plus compétitif que les géants du marché en la matière. La marque Gazprom propose ainsi un choix d’offres plus intéressantes d’un point de vue économique, au regard de la concurrence.

Ainsi ils vont concentrer leurs efforts dans des services complémentaires qui n’étaient alors pas proposés par les géants du milieu. Désormais, vous pouvez par exemple grâce à l’offre de fournisseur de gaz en ligne, bénéficier d’une application destinée à effectuer vos relevés de compteurs de manière plus simple.

De même pour effectuer vos règlements ou surveiller votre consommation en cours. Toute offre promotionnelle mise à part, d’un point de vue strictement fonctionnel, choisir un fournisseur de gaz pour professionnel revient à faire le même choix que pour un particulier.

Une offre de tarifs réglementée

A noter que l’offre du marché du gaz est réglementée. GDF Suez Energies France, marque du groupe Engie (ancien GDF Suez) commercialise des offres de fourniture de gaz naturel et d’électricité pour les professionnels. Dans le même registre le fournisseur Gazprom fournit également le même type d’offres aux professionnels.

La société compte plus de 370 000 de clients professionnels, parmi lesquels on retrouve : des industriels, des PME ainsi que des collectivités territoriales. L’entité propose des offres de marché à prix fixe. Que votre entreprise exerce en Business ton Business (BtoB) ou Business to Consumer (BtoC), elle est éligible à ces offres pour professionnels.

Parmi ces offres standardisées, on distingue plusieurs familles. Ainsi les clients sont classés par rapport à leur quantité de consommation. Le fournisseur propose ainsi un service destiné aux petites structures tel que les artisans, commerçants, petite entreprise, etc. dont la consommation n’excède pas 300 MWh/an.

Passé ce seuil, l’entité entre dans une autre famille d’offre. Un tableau où se retrouvent grands groupes et industriels dont la consommation est nettement plus élevée. Ils peuvent ainsi bénéficier d’une offre sur mesure adaptée à leur secteur d’activité et leur besoin en énergie en fonction des périodes.

Quant aux offres de gaz naturel, elles sont régies par les lois du marché.

Cas particulier

Le distributeur propose aux gestionnaires (copropriété, bailleur, promoteur, etc.) une offre spécifique qui leur permet un chauffage collectif dans un immeuble tout en garantissant la division des charges et la facturation directe à l’occupant. Plus d’informations sur la législation concernant les copropriétés en cliquant ici.

Le marché français est partagé entre ces deux géants de la fourniture énergétique, que ce soit auprès des professionnels comme des particuliers. Leur ancienneté dans le domaine témoigne de leur expérience et leur permet de bénéficier de services compétents.

Ils proposent également aux professionnels des espaces en ligne qui leur sont dédié.

Savoir se motiver au quotidien : la motivation jour après jour

Qu’est ce qu’un entrepreneur peut mettre en place dans son quotidien pour booster sa motivation ?

Découvrez dans ce nouveau dossier spécial motivation des retours d’expérience d’entrepreneurs pour vous inspirer.

A cette occasion, j’aimerais remercier les entrepreneurs qui ont accepté de participer à ce dossier :

Pour ma part, voici quelques réflexes que j’ai adoptés pour me booster au cours de la journée :

  • Le rire : même forcé à travers le « yoga du rire », cela me donne une énergie positive incoyrable !
  • Une micro-méditation lorsque je sens que j’en ai besoin (faigue, manque de focus, etc.).
  • Le sport : Kung-Fu trois fois par semaine, de la course à pied, du yoga.

Angélique Cointet

Je pense qu’il y a plusieurs outils et techniques que l’on peut utiliser et que cela est propre à chacun. Cependant, des techniques peuvent marcher pour tout le monde :
– Avoir un rituel matinal (se poser la question « Qu’est-ce qu’un réveil idéal ? »). Personnellement je me suis mise à la méditation, puis au sport avant de commencer ma journée !
Ce rituel matinal permet de bien commencer sa journée (comme dit l’expression: « Se lever du pied gauche », si la journée commence mal, il y a de grandes chances que la journée ne soit pas au top ! Et que notre motivation soit en baisse…)
– Mettre une musique et des vidéos qui nous motivent pendant ce moment de réveil également !
Bref je pense que la motivation vient du temps que l’on s’accorde pour soi.
Si on est bien avec soi, la motivation découle d’elle-même…
Et pour cela, il faut savoir se chouchouter

Eric Alard

En sachant quoi faire de votre journée en vous levant. Dit plus simplement : Planifiez votre journée !!!

Une revue hebdomadaire de 30 mn tous les dimanches. Je planifie 2 tâches prioritaires par jour que je FAIS absolument. Je ne transige pas avec ces 2 tâches (ou presque… depuis le début de l’année j’ai raté 3 tâches que j’ai faites dès le lendemain). Je n’ai mis que 2 tâches pour être certain de les faire -> Motivation de l’accomplissement !!!
Je pense passer à 3 sur 4 jours par semaine et me laisser 1 journée off pour garder de la spontanéité et de l’improvisation qui correspond à mon caractère. Et je complète ma revue hebdo par une revue quotidienne de 10 mn qui prépare le lendemain en ajustant suivant les événements ou actions déjà faites.

Estelle Gnana

Pour moi tout dépend de ce que j’ai à faire. La motivation globale (son état d’esprit) s’obtient en travaillant sur soi et en étant aligné avec ce que l’on fait. Pour me motiver au quotidien je découpe les missions en micro tâches (plus c’est découpé, plus c’est simple de les accomplir). Je fais attention à faire chaque jour des choses fastidieuses et qui me font plaisir. Le plaisir à faire, rien de mieux pour doper sa motivation. Cotoyer des personnes, lire ou visionner des contenus inspirants (qui donnent « envie » donc motivent) font partis aussi de mes habitudes. La rencontre réelle (réseau d’entrepreneur-e, conf et autres événements) pour moi il n’y a rien de plus stimulant. Et je m’efforce à le faire régulièrement, car je connais les effets justement. La motivation ça s’entretient et se cultive il me semble. La régularité du passage à l’action est une des clés. Qui d ailleurs alimente aussi la confiance en soi

Cédric Debacq

Effectivement c’est un sujet qui m’intéresse. Pour me motiver chaque matin à aller marcher pendant 1 heure, j’écoute des podcasts que je télécharge sur mon téléphone pour ne pas être dépendant d’une connexion surtout à la campagne. Grâce à cette méthode, j’ai effectué plus de 255 km en 50 marche depuis le 1er janvier 2017 soit une moyenne de 4,5 Km par jour.

Merci encore à eux pour leurs contributions !

Et vous, comment motivez-vous au quotidien ?

 

 

 

La répétition et l’autodiscipline : la clef pour développer les soft skills

Découvrez dans ce podcast comment la pratique des « défis soft skills » muscle votre autodiscipline et vice-versa, comment la répétition et l’autodiscipline vous permettent de développer ces compétences.

Les soft skills sont les compétences tranversales, humaines et comportementales que l’on utilise tous les jours quelque soit son métier. Mon métier en tant que coach consiste à créer des programmes d’entrainement soft skills pour les personnes désirant développer leur leadership et leur efficacité professionnelle.

Dans ce podcast vous découvrirez comment je développe mes soft skills à travers les défis 30 jours et la création de vidéos régulières. De même, vous verrez en quoi avoir un binôme décuplera votre autodiscipline et votre rigueur à travers l’engagement personnel et l’engagement moral.

Ecoutez grâce au lecteur ci-dessous, l’épisode du podcast.

PS : Aimez-vous mes podcasts ? Si c’est le cas, n’hésitez pas à poster un commentaire sur iTunes !