Les Soft Skills et l’intelligence émotionnelle 

Un magazine à télécharger gratuitement pour développer vos compétences d'entrepreneur ici https://jerome-hoarau.com/sl/4187

Soft Skills Magazine à télécharger gratuitement pour développer vos compétences d’entrepreneur

Quels liens faire entre Soft Skills et intelligence émotionnelle?

Cet article est extrait de Soft Skills Magazine (téléchargeable gratuitement).

Chronique d’expert par Florie Fonterme

Qu’est ce que les soft skills pour vous ?

Les soft skills sont les éléments différenciant et inerrant à la personne… C’est ce qui est inné chez la personne, naturel. C’est ce qui lui permet de revenir à une forme d’authenticité.

C’est le plus beau potentiel des collaborateurs, c’est ce qui nous permet de nous maintenir dans un poste ou une performance.

Demain ce sont les soft skills qui nous permettront d’évoluer dans l’entreprise compte tenu des changements et défis auxquels nous faisons face aujourd’hui, et principalement l’adaptabilité et la flexibilité.

La durée de vie d’une compétence technique est de un an, alors que les soft skills c’est à vie, tout au long de sa carrière et qui n’a pas de date de péremption.

Si je peux me permettre une analogie, je dirais que les soft skills c’est comme du bon vin, alors que les hard skills serait comme un vin qui vieillit mal.

Je trouve qu’il y a une forme d’injustice dans les soft skills car nous avons des facilités différentes selon les personnes (pas le même niveau d’énergie nécessaire selon les personnes pour les développer). Ce qui est différent pour les compétences techniques à mon avis.

Quel lien ou complémentarité existe-t-il avec l’intelligence émotionnelle ?

L’intelligence émotionnelle est une soft skill.

Si soft skills sont intrinsèques à l’humain, alors elles sont indissociables des émotions, et donc de l’intelligence émotionnelle.

L’intelligence émotionnelle est la faculté de l’individu d’appréhender les émotions dans ses modes de fonctionnement à travers deux dimensions :

L’intra

  • Conscience de soi
  • Auto régulation (les émotions sont des alliés et pas des ennemis)

L’ Inter

  • Empathie
  • Compétences sociales
  • Leadership

Ces deux dimensions sont complémentaires et permettent un bon niveau relationnel avec soi-même et avec les autres.

Comment les soft skills aident-elles au succès ?

Ce sont elles qui assurent :

  • une bonne prise de décision (canalisant le bon passage à l’action),
  • une adaptabilité face au changement,
  • une réussite sociale.

Ce ne sont pas ceux qui ont les meilleurs diplômes et performances qui réussissent, mais surtout ceux qui ont un meilleur savoir être. Cela est d’autant plus vrai dans un environnement changeant, ceux qui vont bien réagir voire initier ces changements (adaptabilité, proactivité).

Face à l’intelligence artificielle, c’est l’empathie qui fait la différence.

L’ordinateur ne peut pas créer une émotion ou les comprendre, il ne peut pas s’y adapter même avec un indicateur émotionnel.

Il n’a pas de lien avec la conscience humaine. C’est ce qui différentie demain l’homme du robot.

Voici un exemple : le métier radiologue. Le métier a changé, car la machine lit mieux que les radiologues. Il reste quoi ? Le relationnel avec le patient, sinon il perd toute sa légitimité.

Le commercial ? Il doit se différentie par l’empathie et le lien de confiance (le ressenti et les émotions).

Les soft skills font la différence face à la machine.

Pratiquez la lecture rapide et affutez votre cerveau

Cet article est extrait de Soft Skills Magazine (téléchargeable gratuitement).

 

Chronique d’expert par Claire Chalandon

Mars 2019, je prends la décision de participer au championnat de France 2019 de lecture rapide et de Mind Mapping afin de monter en compétences. Août 2019 : je me surprends à taper un texte à vitesse raisonnable en regardant l’écran alors qu’avant je « frapouillais » en regardant mes doigts.  Explications.

Vous devinez, sans doute, que pour bien lire il faut être concentré, mieux dans le flow, attentif. Mais pas que.  « Vous allez faire des expériences » explique dans la première leçon Nicolas Lisiak de Passiodapprendre.com, co-coach avec Jérôme Hoarau. C’est exactement ça. Des expériences parfois étonnantes mais qui toutes font appel à nos soft skills et les nourrissent en même temps.

L’apprentissage requière de la persévérance, de ne pas lâcher quand les progrès plafonnent avant de redécoller.

Il faut alors faire confiance au processus d’apprentissage puis vient la confiance en soi et la patience.

Le lâcher prise apparaît et facilite l’apprentissage. À mon sens, c’est la soft skill principale nécessaire à la lecture rapide, celle qui m’a permis le plus de progresser et pas qu’en lecture rapide comme en atteste ma nouvelle dactylographie. Ce lâcher prise permet d’oser de nouvelles expériences. Autres constatations : les idées, les pensées sont plus claires, les liens et associations plus fluides.

Au final, en lisant plus efficacement, vous affuterez votre cerveau.

Soft skills indispensables pour un manager

Cet article est extrait de Soft Skills Magazine (téléchargeable gratuitement).

 

Chronique d’expert par Clémentine Maunier

Quelles sont les soft skills indispensables pour un manager ?

Selon moi, un manager dans la vente doit s’assurer que ses commerciaux soient heureux avant tout car comme dit l’adage « les gens heureux vendent ». Chaque jour je garde cela en mémoire afin de garantir un bon environnement de travail pour mon équipe.

Rendre les gens heureux n’est pas une soft skill à part entière vous me direz mais plusieurs compétences peuvent aider le manager à atteindre cet objectif, en commençant par l’écoute active. Tout individu aime parler de soi et être entendu/compris est un besoin humain essentiel. Cela permet à l’employé de se sentir considéré et respecté en tant qu’individu ce qui contribue à sa dignité professionnelle.

Étroitement lié à l’écoute active, l’empathie joue un rôle tout aussi important. Chaque employé sera confronté a des difficultés au travail, que ce soit à cause des clients, des process internes, de ses collègues ou encore de sa vie perso. Il faut que le manager puisse se mettre à la place des membres de son équipe pour que ces derniers puissent s’engager émotionnellement davantage dans leur travail, étant considéré comme des êtres humains à part entière et non des simples forces de travail.

La troisième soft skills qui participe à la satisfaction des collaborateurs mais surtout au succès du manager lui-même est son degré de résilience émotionnelle. Etre manager c’est gérer en bas et gérer en haut donc filtrer ce qui provient du haut pour ménager le bas. Faire face à la ‘politique’ de l’entreprise, aux désaccords de la stratégie, aux frustrations des systèmes internes sont le pain quotidien du manager et les émotions qui en émanent doivent être soigneusement gérés afin de communiquer positivement et professionnellement au reste de son équipe. Et ce, constamment.

Enfin, dernière mais pas des moindre, et celle sur laquelle je travaille sans relâche c’est la gestion du temps. Être à l’heure à une réunion d’équipe ou un catch up en privé avec un collaborateur démontre que l’on valorise nos collègues et qu’on respecte leurs agendas – le temps est une denrée précieuse pour tous. De par sa nature, le manager se doit de montrer l’exemple.

Comment les développes-tu au quotidien ?

Je développe principalement l’écoute active lors des entretiens individuels hebdomadaires avec chaque membre de mon équipe. Pendant ces 30 minutes, je me mets en sourdine c’est-à-dire que téléphone et ordi sont éteints afin de dédier toute mon attention à mon collaborateur. Ce n’est pas un exercice facile puisque je me retrouve parfois à penser à mon travail, mon prochain meeting ou ce que je dois faire dans ma vie personnelle.

Tout comme la méditation, il faut rester dans l’instant présent et se forcer à y être non seulement physiquement mais aussi mentalement.

Je pratique cette écoute active en prenant des notes ainsi qu’en paraphrasant ce qui m’a été dit ou parfois tout simplement je demande à répéter ce qui est dit afin de bien me reconcentrer sur la situation.

On pourrait croire que l’empathie est naturelle pour tout être humain, toutefois selon les cultures le degré d’empathie peut différer. Ayant été dans le rôle de mes collaborateurs pendant deux années consécutives, me mettre à leur place est un exercice facile au quotidien. J’ai choisi également de continuer à vendre tout en gérant mon équipe afin de ne pas perdre le contact avec ce qui se passe sur le terrain et mieux comprendre leurs frustrations potentielles au quotidien.

Développer sa résilience émotionnelle est un travail plus profond et cela commence par la conscience de soi.

Savoir comment on réagit et quels sont nos déclencheurs pour ainsi prévenir plutôt que de guérir. Je pratique cela en prenant du recul sur ce qui me parvient directement c’est-à-dire faire une pause avant de réagir et tout simplement réfléchir avant d’agir. L’usage de l’humour me permet aussi de rebondir aux obstacles que je rencontre au quotidien. Après tout, on est pas là pour sauver des vies comme j’aimer répéter à mon équipe !

La gestion du temps est une vraie difficulté pour moi puisque je suis presque tout le temps en retard dans ma vie personnelle, pas de beaucoup mais vous savez ces quelques minutes qui ne vous font pas arriver pile à l’heure. Je dois dire que depuis que j’ai déménagé en suisse il a fallu que je prenne cela plus au sérieux et j’ai tendance à dire que je suis plus à l’heure dans ma vie pro que perso. Etant manager d’une équipe de sept personnes, j’accumule les réunions tous les jours, entre les réunions en individuel, les formations des nouveaux arrivants, les réunions avec l’équipe centrale ou encore mes propres clients etc.

Tout s’enchaîne et le moindre retard génère un effet domino qui a un impact désastreux à la fin de la journée ! Je me suis récemment lancé des défis : le défi d’arriver pile à l’heure à tous mes rendez-vous de la journée. C’est comme un défi personnel. J’ai aussi développé ce jeu avec une de mes collaboratrice qui comme moi à le don de toujours arriver un petit peu en retard. De ce fait on se motive mutuellement et cela permet de s’améliorer petit à petit.

Un conseil pour les nouveaux managers ?

Ce qui m’a le plus aidé en tant que nouvelle manager c’est de repenser aux bons managers que j’ai eu dans mon passé. J’ai su apprécié certaines caractéristiques de mes anciens managers, alors je pioche ici ou là sur ce que j’ai aimé. J’ai eu la grande chance d’avoir un manager extraordinaire avant de récemment reprendre sa place alors parfois je me demande ‘et si il était encore là, que ferait-il ?’.

Ce que j’ai aussi appris c’est qu’on peut être un manager multifacettes selon les différents personnes de l’équipe.

Je vais parfois devoir demander à certains de réaliser certaines tâches, à d’autres de les guider uniquement pour les mettre dans la bonne direction, ou bien empower celui qui est en phase de se construire la confiance nécessaire à la réussite dans son travail, ou enfin challenger celui qui se trouve dans son bateau de croisière afin qu’il ne s’ennuie pas dans son travail, en lui donnant de nouvelles tâches à réaliser par exemple ou de nouvelles responsabilités.

Je pense qu’avoir un manager bienveillant et à l’écoute est aussi un gage de réussite pour un nouveau manager puisque cela permet de brainstormer avec un collègue sans jugement qui comprend les problématiques que l’on rencontre.

J’ai aussi eu beaucoup de plaisir à lire des articles en ligne sur qu’est-ce qu’on bon manager et comment gérer une équipe qui réussit. Je recommande de s’informer et de s’adapter en fonction.

Mon dernier conseil provient de cette phrase qui me passe par la tête assez souvent : Les collaborateurs auront vite oublié ce que tu leur auras dit mais ils se rappelleront toujours de ce qu’ils auront ressentis.

 

Organiser efficacement son espace de télétravail

Le confinement lié au Covid19 (coronavirus) a poussé un grand nombre de travailleurs à faire du télétravail. Mais comment faire si cela n’est pas naturel pour soi ? Comment faire pour travailler à distance (de chez soi) tout en restant productif et efficace ?

L’objectif de cet article est de vous présenter comment j’ai réussi à m’organiser dans ces conditions.

L’organisation : clé de voûte de l’efficacité pour télétravailler

Le 19 mars 2019, j’ai pu animer un webinaire sur le thème « 💡Comment les soft skills nous aident à mieux travailler de chez soi ? » durant lequel j’ai partagé mes différentes astuces issues de plus de 10 ans d’expérience en télétravail.

Vous pouvez retrouver ci-dessous la vidéo que j’ai réalisée ainsi que la synthèse visuelle en carte mentale :

 

Comme vous le remarquez, la compétence « organisation » passe en premier selon moi. C’est une priorité.

Si vous n’avez pas réussi à vous créer un environnement propice à votre concentration et à votre attitude professionnelle, il sera très difficile pour vous de travailler sur vos émotions, votre mental et votre capacité d’adaptation.

Comment une bonne organisation de mon espace de travail me permet d’être plus efficace dans mon quotidien professionnel ?

 

Mon espace a une influence sur beaucoup d’éléments de ma productivité :

  • Ma concentration
  • Mon enthousiasme
  • Ma vitesse d’exécution
  • Mon niveau d’énergie globale

Si je travaille dans un espace bruyant, mal rangé, avec un mauvais « feng shui » comme on pourrait le dire, alors je n’arrive pas à me concentrer, je suis de mauvaise humeur et du coup difficile d’être productif.

En revanche, si tous les ingrédients sont au rendez-vous, alors ce sera simple pour moi d’avoir la bonne énergie, l’attention et l’endurance nécessaire pour produire du travail de qualité avec rapidité.

Pour ma concentration, c’est important que j’arrive à m’isoler dans un environnement calme, sans pollution sonore ou visuelle. C’est pour cette raison que nous nous sommes organisés de telle manière qu’un jour sur deux c’est ma femme qui utilise le bureau, et moi le salon, et vice-versa.

Mais afin de casser la routine et d’entretenir un bon niveau d’enthousiasme, je me suis assuré également de changer mon espace avec :

  • Le bureau en mode « classique », avec un bureau, une chaise de bureau, deux écrans etc.
  • Un bureau debout dans le salon, pour pouvoir changer mes habitudes et avoir une expérience de travail totalement différente.

Dans les deux cas de figure, j’ai une concentration optimale et de l’enthousiasme, me permettant d’être rapide et énergique.

Point important qui me permet d’être plus rapide également : le deuxième écran. Que ce soit dans notre bureau ou dans le salon, nous arrivons toujours à avoir deux écrans (celui de notre ordinateur portable et un écran supplémentaire).

Tout cela me permet de gérer mon espace de travail de manière efficace, tout en intégrant les besoins des autres personnes qui vivent avec moi.

Quels sont les outils que j’utilise pour booster ma productivité ?

Au-delà de cet aspect d’organisation de mon espace de travail, j’utilise plusieurs outils digitaux m’aidant à booster ma productivité avec :

  • Microsoft Teams pour travailler avec mon équipe à distance (nous permettant d’intégrer les documents et l’espace de discussion au même endroit)
  • Zoom pour les réunions à distance (permettant également d’enregistrer nos appels pour des sessions de rattrapage pour les personnes absentes)
  • To Do par Microsoft (pour gérer mes listes de taches individuelles et collectives)
  • Google Calendar pour les rendez-vous internes et externes (que je combine avec Doodle pour choisir des créneaux en commun, et avec Calendly pour de la prise de rendez-vous automatisée)
  • Le Mind Mapping pour faire des synthèses visuelles, efficaces et mémorables (que je fais à la main ou avec le logiciel iMindMap).

C’est donc l’alliance entre le monde « physique » et le monde « digital » que j’arrive à rester efficace dans ma manière de travailler à distance.

Maintenant une grande question se pose : comment bien m’équiper alors que nous sommes en période de confinement et que la plupart des magasins spécialisés sont fermés ?

La réponse : les prestataires en ligne qui peuvent livrer votre mobilier de bureau directement chez vous.

Un fournisseur qui pourrait vous aider : Maxiburo

Il existe plusieurs options que vous pouvez choisir, mais pour cet article j’ai décidé de vous présenter Maxiburo, entreprise française, qui a la particularité d’être présent sur le marché depuis 20 ans maintenant.

Maxiburo est un site proposant du matériel de bureau livré rapidement. D’après ce que j’ai pu voir, les tarifs sont intéressants avec un site bien ergonomique et élu meilleur site e-commerce BtoB de l’année 2019 par ses clients et de nouveau récompensé en 2020.

Vous pourrez en visitant ce site, avoir des inspirations pour bien aménager chez vous et y mettre des « ingrédients » de productivité professionnelle.

 

Quel est votre plan d’action pour faire de chez vous un espace de productivité professionnelle ?

Je vous invite maintenant à réfléchir comment vous allez pouvoir créer les conditions optimales chez vous pour être concentré, enthousiaste, et rapide. Allez-vous opter pour un nouveau mobilier de bureau ? De nouveaux outils de travail ? De nouvelles méthodes de travail peut-être ?

N’hésitez pas à échanger avec moi sur les réseaux sociaux (notamment LinkedIn ou Facebook) si vous voulez avoir mes retours d’expérience sur le sujet !

5 bonnes pratiques pour un mieux être quand on travaille de chez soi

Aujourd’hui je rédige cet article dans un contexte particulier : celui du Coronavirus ou Covid-19. La phase 3 dans laquelle les Français entrent les amènent à être de plus en plus nombreux à travailler de chez soi.

Pour ma part, cela fait plus de 10 ans que je gère mes entreprises en télétravail. Ces années d’expériences m’ont permis de tester de nombreuses astuces et techniques. Dans cet article, je vous présente celles qui fonctionnent le mieux pour moi et qui pourraient vous aussi vous inspirer.

Compartimenter sa journée

Si vous me suivez, vous avez peut-être remarqué que j’ai plusieurs activités. En tant que « slasheur », j’exerce une activité de coach et de conférencier sur les soft skills sur mon site Jerome-Hoarau.com.

Je transmets également les meilleures techniques que je découvre dans les sports du cerveau sur le site PassiondApprendre.com (celles qui m’ont permis d’obtenir les titre de champion du monde de Mind Mapping, champion du Royaume-Uni de Mind Mapping et vice-champion du Royaume-Uni de Lecture Rapide).

Afin de pouvoir mener tous ces projets de front, je dois pour cela bien segmenter mes journées (ou les compartimenter) afin d’assurer le niveau d’efficacité nécessaire et suffisant sur toutes les entreprises. C’est pour cette raison que j’utilise de manière intensive mon agenda, dans lequel je note tout :

  • Les réunions avec mon équipe
  • Les tâches sur lesquelles je dois travailler (en fixant une durée bien définie)
  • Les pauses
  • Les temps personnels pour m’éviter de tomber dans les pièges du travailloman.

Mon agenda me permet de me discipliner, il remplace quelque part un supérieur hiérarchique qui pourrait m’aider à gérer mon temps.

Cette manière de compartimenter est donc intrinsèquement liée à ma manière de m’organiser.

Savoir s’organiser pour être efficace

Comme précisé ci-dessus, mon agenda électronique est le pilier de mon organisation personnelle. J’y note tout, notamment les rendez-vous avez moi-même. Plutôt que de faire une longue to do liste (ou liste de taches), je prends des RDV spécifiques avec moi-même que je note dans mon agenda pour m’assurer de réellement m’engager à les faire et ne pas tomber dans le piège de la procrastination. Mon agenda est mon partenaire d’engagement.

De plus, cela me permet d’anticiper le temps que je pense passer sur une tache par rapport à une autre. Cette pratique me permet donc d’anticiper et d’apprendre à mieux me connaitre par rapport à ma capacité de travail.

De plus, afin de préserver mon bien-être, je m’assure de bien noter les pauses, les moments de détente et les vacances. Je m’engage ainsi à prendre du temps pour moi.

Bien agencer son espace de travail

Autre point important : son espace de travail. Une mauvaise chaise, un mauvais bureau, une mauvaise souris vous suffit pour nuire à votre santé. Pour ma part, le fait d’être mal équipé m’a amené à avoir des maux de dos, alors que je faisais du yoga ! Un comble.

Donc prenez le soin d’investir dans de bons équipements, car au-delà de votre productivité, c’est ce qui vous permettra de rester en bonne santé !

Par exemple, sur les conseils de mon ostéopathe, je m’organise pour pouvoir travailler debout plusieurs fois par semaine (j’ai opté pour un support me permettant de surélever mon ordinateur et de travailler debout). Cela change mon énergie que de ne pas rester assis toute la journée !

Afin de vous inspirer sur du bon matériel de bureau, voici un site qui pourrait vous intéresser : https://ergomag.fr

Bien se ressourcer et se reposer

Pendant longtemps je considérais le sommeil et les pauses comme une perte de temps… Quelle erreur !

C’est le sommeil qui me permet d’être en bonne santé, d’avoir l’esprit clair et vif, d’avoir un corps en bonne condition. Sans un bon sommeil, impossible d’être de bonne humeur, en forme et performant. Le sommeil est l’investissement en temps le plus important. En tout cas c’est ainsi que je le vois.

Idem pour les pauses. Avec la méthode Pomodoro qui me permet d’alterner des sessions de concentration intense avec des pauses dynamiques, je m’assure de bouger dans la journées, de me ressourcer et de laisser à mon cerveau des moments pour qu’il se régénère.

Maintenir un haut niveau d’hygiène mentale

Lorsque j’ai appris que ma soirée de conférence a dû être annulée à cause du Coronavirus, j’étais dévasté… Impossible de travailler pendant 24h.

Je me suis rendu compte à quel point il est important de prendre soin de son hygiène mentale et émotionnelle. Quand on se trouve dans une énergie basse, on ressasse, on a des pensées négatives, ce qui nous tire vers le bas et nous maintient dans une inertie difficile à en sortir. Or, la clé pour pouvoir avancer sur ses projets, qu’ils soient entrepreneuriaux ou pas d’ailleurs, c’est de rester en mouvement, d’être dans l’action.

C’est pour cela qu’il est important de se créer un environnement social, spatial et mental positif et agréable pour maintenir une bonne hygiène mentale.

Pour ma part, je ne côtoie que des personnes qui me donnent le sourire et qui me permettent de progresser, d’évoluer. Mon environnement social repose là-dessus, avec l’assurance de pouvoir voir et discuter avec ces personnes de manière régulière. Et grâce aux outils digitaux, il est devenu très simple de pouvoir échanger avec d’autres personnes, quelque soit l’endroit ou elles se trouvent. Venant de l’Ile de la Réunion et vivant à Londres aujourd’hui, c’est vital pour moi.

Concernant mon hygiène mentale, j’ai mis en place plusieurs habitudes me permettant de prendre soin de « ma tête » avec :

  • La pratique quotidienne du yoga
  • La méditation
  • La lecture
  • La visualisation
  • Les mantras positifs
  • L’écoute de podcast nourrissants et motivants

Bref vous l’aurez compris, il est aujourd’hui important de mettre de bonnes pratiques en place pour pouvoir travailler de chez soi dans les meilleures conditions, afin de rester performant et en bonne santé !

Et vous, quelles sont vos astuces pour faire du télétravail qui soit nourrissant pour vous ?