Au-delà des clichés : l’aventure entrepreneuriale d’Aurélie Daniel – Beyond Croissant

aurélie daniel beyond croissant

Aurélie Daniel est une aventurière : elle s’est lancée dans une véritable aventure entrepreneuriale pour lancer Beyond Croissant avec son associée Sarah-Louise. Il s’agit d’un service innovant permettant aux voyageurs et résidents de partager un repas l’un chez l’autre. Voici le récit de son aventure, avec ses péripéties et les solutions qu’elle a adoptées. Merci Aurélie pour ce témoignage !

Juriste en droit des affaires au parcours atypique, passionnée d’entrepreneuriat, de rencontres et de musique, j’ai fondé Beyond Croissant avec Sarah-Louise Gervais. Ce service en ligne propose de mettre en relation touristes, locaux, expatriés et nouveaux arrivants afin de leur permettre de partager (plus qu’) un repas chez l’un d’entre eux, gratuitement ou contre une indemnité dont chaque hôte fixe le montant.

Vous allez commencer le récit de votre aventure entrepreneuriale. Si vous deviez le publier, quel serait le titre de l’ouvrage ?

« Au-delà des clichés ». Cela représente tant le concept lui-même que nos parcours respectifs, avec mon associée, ainsi que la façon dont nous vivons cette aventure depuis la toute première idée jetée en l’air jusqu’à ce jour. 

Pourquoi Entreprendre cette aventure ? (quelle est votre intention qui vous a poussé à entreprendre, et quel est l’objectif de votre quête)

Je ne me sentais pas à ma place dans les postes que j’occupais précédemment, alors même que j’ai eu la chance de faire partie de bonnes équipes, qui appréciaient et reconnaissaient mon travail. Je souhaitais créer dans l’absolu, et créer mon propre poste en découlait. De son côté, Sarah-Lou avait une bonne idée et, comme moi, ne se sentait pas à sa place. L’idée m’a tout de suite parlé, et je me suis dit que c’était le seul élément qui me manquait pour me lancer. Comme nous avions déjà travaillé avec Sarah-Lou, je savais aussi que j’avais l’immense opportunité, en prime, qu’on constitue une équipe qui fonctionnerait. Nos grandes forces sont probablement que nous sommes de grandes bosseuses, que nous sommes très complémentaires avec une grande confiance mutuelle, et surtout qu’indépendamment de ce que nous proposons, nous nous créons chaque jour nos « dream jobs ». Quand on fait quelque chose qu’on aime, tout le reste suit.     

Une aventure n’est pas sans péripéties et rebondissements. Quels ont été les difficultés ou problèmes auxquels vous avez fait face ?

Il y en a tellement! Je crois que les deux plus grosses difficultés sont le processus de création au sens très large et l’isolement. Nous avons identifié des besoins et créé un concept, de sorte qu’on peut difficilement copier des formules qui ont fait leurs preuves, et énormément de choses que nous faisons tous les jours sont totalement nouvelles pour nous: nous avons des formations pluridisciplinaires et apprenons vite, mais nous débarquons au croisement de plusieurs milieux et secteurs qui nous sont en grande partie inconnus. Elaborer le cahier des charges du site, superviser un développeur, être pédagogue auprès des potentiels utilisateurs, communiquer, communiquer, communiquer, ajuster, s’adapter, tout est un challenge. Quand je vois ce que nous avons fait sur les six derniers mois, je me dis qu’on ne s’en sort pas trop mal et même bien, surtout que nous avons misé une bonne partie de nos économies. Quant à l’isolement, il est double, puisque que comme tout entrepreneur on vit  quatre journées en une journée, tout est très intense, ce qui isole pas mal des proches, et parce que je suis seule à temps plein sur Beyond Croissant jusqu’à juin 2013 et travaille surtout de chez moi.

Très concrètement, chaque bug important ou plantage de serveur me rend littéralement malade. Voir l’annonce de l’arrivée de concurrents ayant eu une idée très proche bien avant le « délai de copie » que nous avions envisagé, comme réaliser que nous allions devoir lever des fonds pour donner l’ampleur qu’elle mérite à cette entreprise, ont été difficiles à encaisser. 

Quel a été votre état d’esprit dans ces moments de difficultés ? 

Je fonctionne généralement en deux étapes. Pendant quelques minutes, ou quelques heures, ou une journée, je suis paralysée de peur ou de découragement et je ne peux plus rien faire, donc je fais autre chose, qui n’a rien à voir avec l’entreprise elle-même. Puis à un moment, sans explication particulière, je parviens à me dire que je ne suis pas prête du tout à laisser tomber, que tout ce qu’on a réussi à construire jusqu’à maintenant est trop naissant et trop plein de potentialités pour se décourager si facilement, et je me remets à chercher des solutions et à les appliquer. 

Quelles décisions avez-vous prises ? Comment avez-vous résolu ces problèmes ?

De manière générale, les personnes qui ne baignent pas directement dans le projet et qui acceptent de prendre le temps de nous écouter sont systématiquement de bon conseil. Mon associée Sarah-Lou est également une personne ayant une aptitude rare à prendre beaucoup de recul en toutes circonstances, ce qui compense pas mal mon envie de foncer tout le temps et permet de remettre utilement les choses en perspective et de revoir les réelles priorités quand c’est nécessaire. En pratique, tout se résout ainsi. On échange avec des personnes extérieures (autres entrepreneurs, certains amis… qu’on essaie dans toute la mesure du possible de ne pas trop souler non plus), puis on fait un point, on revoit ce qui nous semble prioritaire, on lance des idées, on se fixe de vrais objectifs (atteignables et quantifiables) et on y va.  

Et maintenant, êtes-vous accompli ? Qu’est ce qui vous épanouit aujourd’hui dans votre aventure entrepreneuriale ?

Accomplie, c’est beaucoup trop tôt pour le dire, tout est tellement encore en construction. La première grosse phase de doutes est passée, mais il reste énormément à faire. Ce qui m’épanouit dans cette aventure est d’apprendre mille choses chaque jour, professionnellement comme personnellement, et de rencontrer beaucoup de gens très motivés et qui ont décidé de se donner les moyens de leurs ambitions. C’est extrêmement stimulant.  

Si vous n’aviez qu’un seul conseil à retenir de votre aventure entrepreneuriale, lequel serait-il ? 

C’est une question très difficile, il y en aurait au moins cinq. A quelqu’un qui va se lancer dans une telle aventure, je dirais « arrête d’en parler et lance-toi, mais reste à l’écoute (de tes futurs clients, de ton équipe, de personnes qui te semblent de bon conseil, et surtout de toi-même) ». Rester à l’écoute surtout, car les jours où on oublie pourquoi on fait ce qu’on fait, on aurait vraiment envie de laisser tomber. 

Jérôme HOARAU

Jérôme HOARAU

Fondateur de Pourquoi entreprendre . Je suis co-auteur de l’ouvrage Le Réflexe Soft Skills (Dunod). Je suis coach en soft skills sur creapreZent .

Jérôme HOARAU

Jérôme HOARAU

Jérôme HOARAU

  • Pingback: Au-delà des clichés : l’aventure entrepreneuriale d’Aurélie Daniel – Beyond Croissant [sur Pourquoi Entreprendre] | Jérôme Hoarau

  • Leila

    Superbe interview ! J’ai vraiment adoré. Merci Jérôme pour ce partage et merci Aurélie pour ce témoignage ça donne vraiment envie.

  • http://www.creaprezent.fr/ Jerome Hoarau

    merci Leila ! Oui c’est vrai que c’est motivant de lire des histoires d’entrepreneurs comme ça :-)

  • http://osetacouleur.com/ Musa

    Cette interview est très motivante. Pour le projet en tant que tel d’une part que je trouve très audacieux et positif mais surtout, pour l’humanité d’Aurélie. Je trouve ça rassurant de voir que même ceux qui y parviennent ont des peurs et se sentent parfois paralysés. Ça ne me dit qu’une chose: ose! :)
    Merci donc!

  • http://www.creaprezent.fr/ Jerome Hoarau

    ravis de voir l’enthousiasme que suscite cette interview !

  • http://www.creaprezent.fr/ Jerome Hoarau

    ravis de voir l’enthousiasme que suscite cette interview !